Menu
Etrian Odyssey
  • Tout support
  • 3DS
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Etrian Odyssey
DS
Etrian Odyssey
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 juin 2008 à 16:40:37
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (51)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.6/20
Tous les prix
Prix Support
25.90€ DS
36.38€ DS
72.85€ 3DS
103.99€ 3DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

La DS continue d'enrichir son catalogue de jeux de rôle avec Etrian Odyssey, un Dungeon-RPG qui nous arrive, certes avec un peu de retard, mais dans une version entièrement localisée en français. Alors que le deuxième volet est déjà sur le point de sortir aux Etats-Unis, Atlus nous offre l'opportunité de prendre le train en marche pour découvrir un titre old-school difficile mais étonnamment prenant.

Etrian Odyssey

Bien qu'il soit d'origine japonaise, Etrian Odyssey semble avoir fortement subi l'influence des plus vieux RPG occidentaux, de type Wizardry ou Dungeon Master. Le soft nous plonge en effet dans un immense labyrinthe où l'on évolue en vue subjective dans des couloirs infestés de monstres et de pièges souvent mortels. Totalement imprévisible, la progression s'inspire clairement des jeux de rôle sur table et des livres dont vous êtes le héros, se faisant un malin plaisir à dérouter le joueur en le confrontant régulièrement à des dilemmes cornéliens. Imaginez-vous en train d'arpenter un labyrinthe inconnu où chaque pas vous éloigne un peu plus de la sortie. Alors que vous longez prudemment un mur, l'examen d'une paroi végétale vous permet de découvrir un petit arbuste garni de fruits appétissants. Allez-vous prendre le risque d'y goûter ou préférerez-vous passer votre chemin par crainte d'un empoisonnement ? Autre exemple, vous êtes déjà très affaibli et hésitez à faire demi-tour lorsque vous atteignez une petite clairière baignée par un rayon de soleil. Déciderez-vous de vous allonger dans l'herbe pour vous reposer ou bien continuerez-vous votre route par peur d'une embuscade ? Dans Etrian Odyssey, la témérité n'est pas toujours récompensée et vos longues pérégrinations dans le labyrinthe d'Yggdrasil vous apprendront à ne jamais tenter le diable avant d'être soigneusement préparé.

Etrian Odyssey
Ed et Al, mon duo d'alchimistes préféré.
Quoi qu'il en soit, ce système de jeu old-school et cette narration typique des jeux de rôle papier font tout le charme d'Etrian Odyssey. Pour autant, l'histoire n'est pas franchement développée tout au long du jeu, se résumant généralement à de simples quêtes et des rencontres inopinées. Le soft ne comporte d'ailleurs qu'un seul donjon et un unique village, mais sa durée de vie n'est pas ridicule pour autant, loin s'en faut. Avec pas moins de 30 étages à explorer, des adversaires à ne pas sous-estimer et un développement des personnages assez lent, l'aventure garantit de très longues heures de jeu aux joueurs persévérants. La survie passe d'abord par la prudence, avec des allers-retours réguliers vers le village pour sauvegarder et se régénérer, faute de quoi le game over entraînerait l'annulation pure et simple de vos exploits. Malgré tout, le jeu reste bien plus accessible qu'un Shiren the Wanderer, proposant un challenge motivant mais pas insurmontable. La difficulté dépend aussi en grande partie du groupe que vous choisirez de former au départ et de la complémentarité entre chacun de ses membres, sans oublier les heures nécessaires au level-up de vos héros.

Etrian Odyssey
L'apprentissage des compétences prend du temps mais se révèle primordial.
Sur les neuf classes de personnages que comporte le soft, seules les sept premières sont accessibles dès le début du jeu. La première étape consiste à créer les premiers membres de votre guilde, celle-ci pouvant accueillir jusqu'à trente individus sur un même fichier. Vous aurez le choix entre un lansquenet (guerrier polyvalent), un trappeur (archer), un paladin (défenseur), un chasseur (manie un fouet), un guérisseur, un alchimiste (magicien) et un barde, les jobs de samouraï et de sorcier étant à débloquer par la suite. Quatre profils différents vous sont proposés pour chaque type de personnages, leur design manga étant particulièrement réussi. Mais ne vous emballez pas trop vite car vous ne pourrez en sélectionner que cinq pour partir à l'aventure. Rien ne vous empêche évidemment de modifier la composition de votre groupe régulièrement, mais seuls ceux qui partiront au combat pourront gagner de l'expérience, et leur évolution sera longue et laborieuse. Vous devrez par ailleurs répartir avec soin les points de compétence de chacun, à raison d'un point gagné par niveau, afin de le personnaliser de la meilleure façon possible. Chaque classe de personnages dispose ainsi d'un arbre de compétences à développer, les aptitudes pouvant être aussi bien défensives qu'offensives, ou même destinées à la récupération de matériaux. Car certains endroits du donjon sont des lieux privilégiés pour la cueillette, l'extraction ou le ramassage de matériaux plus ou moins rares.

Etrian Odyssey
Méfiez-vous de ces sphères qui représentent les ennemis les plus redoutables, les seuls visibles sur le terrain.
Le combat n'étant jamais une source de revenus dans Etrian Odyssey, il vous faudra, comme dans Final Fantasy XII, revendre une grande partie des objets et matériaux obtenus dans le labyrinthe afin de renflouer vos caisses. Pour ne rien arranger, les nuits passées à l'auberge, les résurrections prodiguées à l'hospice et l'achat de matériel coûteront de plus en plus cher au fil de votre avancée dans le jeu. Il n'est donc pas question de partir à l'aventure si c'est pour perdre plus que vous ne gagnez, d'où l'intérêt d'être bien préparé pour tenir le plus longtemps possible en compagnie des monstres avant de revenir sauvegarder à l'auberge. Le village d'Etria comporte ainsi plusieurs destinations dignes d'intérêt pour l'aventurier que vous êtes. Outre l'auberge et l'hospice déjà évoqués on y trouve une échoppe idéale pour acheter ou revendre son matériel et faire le plein de fils d'Ariane permettant de s'échapper du labyrinthe sans faire d'incessants allers-retours. A la taverne, vous pourrez accepter de nouvelles quêtes optionnelles qui viendront s'ajouter aux missions proposées dans la salle du Radha. Vous pourrez aussi y consulter le bestiaire des créatures déjà rencontrées et le livre des trésors amassés. C'est dans le hall des guildes qu'il vous sera donné l'occasion de recomposer votre groupe et d'introduire de nouveaux personnages dans votre guilde. Enfin, l'orée de la forêt constitue le seul point d'accès vers le labyrinthe d'Yggdrasil et le point de départ de votre aventure.

Etrian Odyssey
Dessinez vous-même le plan du donjon à l'aide du stylet.
Composé de trente étages répartis en différentes strates, le donjon renouvelle ses environnements tous les cinq étages. La jonction entre chaque strate comporte un puits géomagnétique qui permet de se téléporter directement à la strate que vous souhaitez atteindre. Mais il faudra déjà en baver avant d'accéder au cinquième sous-sol, alors ne vous attendez pas à franchir les trente paliers en cinq ou six heures. A l'instar d'un jeu comme Deep Labyrinthe, les donjons d'Etrian Odyssey s'affichent en 3D, la réalisation étant plutôt réussie malgré le manque de diversité des décors. En revanche, les combats sont aléatoires et seuls les monstres les plus puissants, comme les Djins ou les boss, sont visibles sur le terrain. Durant la phase de combat, l'écran reste en vue subjective, dans le style de Dragon Quest, et se déroule de manière très classique. Le joueur doit faire intervenir chacun de ses héros en optant pour l'attaque, la défense, l'utilisation d'objets ou l'usage de techniques diverses. Ces dernières ne s'acquièrent qu'en distribuant des points de compétence dans les différentes aptitudes propres à chaque classe de personnages, leur développement offrant une réelle marge de progression. Enfin, la commande boost n'intervient que lorsque les combattants ont encaissé ou infligés suffisamment de dommages et permet d'optimiser leur puissance de frappe et leurs techniques de manière significative, mais pendant un tour seulement.

Etrian Odyssey
Il vaut parfois mieux savoir s'esquiver qu'affronter la mort en face.
Par leur difficulté, les affrontements vous obligeront toujours à jouer de manière tactique en économisant les MP et en n'hésitant pas à remodeler la composition de votre groupe en cas de besoin. La magie étant souvent plus efficace que les frappes de base, inclure deux alchimistes dans votre équipe n'est pas une mauvaise option, mais il faudra prendre le temps de les doter d'une panoplie de sortilèges intéressants. Bien qu'assez limitée, la gestion de l'équipement est une donnée à ne pas négliger non plus, chaque matériau vendu donnant accès à de nouvelles armes, protections et accessoires. Mais la particularité la plus intéressante d'Etrian Odyssey est qu'il est le seul Dungeon-RPG à nous offrir la possibilité de cartographier nous-mêmes les niveaux du jeu. La map ne se complète pas toute seule et c'est à vous de la dessiner à l'aide du stylet via un éditeur très simple d'accès. Au fur et à mesure que vous avancerez, vous devrez donc tracer un à un les couloirs, les salles et les intersections qui composent chaque étage du labyrinthe. Une idée qui rapproche encore plus ce titre d'un jeu de rôle papier et qui le démarque intelligemment des autres softs du genre. Des icônes destinées à peaufiner vos plans vous permettent même de rajouter des marqueurs pour indiquer l'emplacement des portes, des escaliers, des trésors et des événements particuliers que vous pouvez d'ailleurs annoter. La sortie de ce premier Etrian Odyssey constitue en tout cas l'occasion rêvée pour nous permettre de nous familiariser avec une série qui connaît déjà un certain succès au Japon et aux Etats-Unis et dont on espère que le second volet sera bientôt confirmé en Europe.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Le character design est vraiment réussi, quatre profils différents étant proposés pour chacune des neuf classes de personnages. La perspective 3D est également pertinente même si les environnements ne se renouvellent que tous les cinq étages. Dommage que les ennemis manquent de classe et nous donne parfois l'impression d'affronter des Pokémon.

  • Jouabilité 15 /20

    Le système de jeu reste très classique, les rencontres sont aléatoires et les combats se déroulent au tour par tour. Mais la difficulté de la progression oblige à jouer de manière tactique et à développer intelligemment les compétences de ses personnages. Le stylet est utilisé uniquement pour la cartographie, particularité très intéressante du soft.

  • Durée de vie 16 /20

    Etrian Odyssey ne comporte peut-être qu'un seul village et un unique donjon, mais la traversé des 30 étages risque de vous prendre plusieurs dizaines d'heures. La "faute" à un bestiaire redoutable et une montée de niveau assez lente, même si le challenge reste plus motivant que rebutant. Il manque tout de même une sauvegarde rapide qui sera heureusement intégrée dans le second volet.

  • Bande son 14 /20

    Etrian Odyssey s'offre un compositeur de renom en la personne de Yûzô Koshiro, l'auteur des musiques de Shinobi, ActRaiser, Streets of Rage ou encore Story of Thor. Le résultat est à la fois old-chool et enchanteur, mais manque un peu de diversité.

  • Scénario 10 /20

    Le scénario du jeu se résume plus ou moins à l'exploration du labyrinthe d'Yggdrasil. En dehors de quelques rencontres avec des NPC, l'histoire n'est jamais réellement développée durant l'aventure.

Enfin disponible sur notre territoire et intégralement traduit en français, Etrian Odyssey est un Dungeon-RPG à découvrir absolument si vous avez l'âme d'un rôliste. Avec ses plans qu'il convient de tracer soi-même à l'aide du stylet et ses donjons peuplés d'ennemis redoutables, le soft offre un challenge vraiment intéressant malgré son gameplay à l'ancienne. L'approche tactique des combats et la gestion des classes de personnages relance encore plus l'intérêt de ce jeu terriblement addictif.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 juin 2008 à 16:40:37
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (51)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.6/20
Mis à jour le 10/06/2008
Nintendo DS RPG Nintendo Atlus
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce