Menu
God of War : Chains of Olympus
  • Tout support
  • PS3
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : God Of War : Chains Of Olympus
PSP
God of War : Chains of Olympus
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
27 mars 2008 à 14:30:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (447)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.5/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Voir toutes les offres
Aussi disponible sur :PS Now
Partager sur :

Telle la violence engendrant la violence, le succès, mérité, du premier God Of War appela un second opus se posant encore aujourd'hui comme le diamant noir du beat'em all aux éclats rouge sang et à la suprématie incontestable. En deux épisodes, Sony fixa de nouvelles limites qualitatives et narratives en faisant au passage la nique à toutes les grosses franchises japonaises. Il est donc désormais acquis que Kratos, s'il n'est pas encore arrivé au bout de son voyage, a depuis longtemps acquis ses galons de dieu vivant auprès d'une frange de joueurs tout entiers dédiés à sa cause vengeresse. Et quoi de mieux qu'une nouvelle page de ses aventures pour confirmer ce statut mythique ou quand le malheur des uns fait le bonheur des autres...

God Of War : Chains Of Olympus

Les antihéros ayant toujours été plus intéressants à suivre que leurs homologues proprets sous tous rapports, le spartiate de Sony était dès le départ voué à connaître le succès. D'autant plus vrai que pour l'épauler, les développeurs s'étaient surpassés afin de repenser les mécanismes du jeu d'action ici magnifiés par de virevoltants jeux de caméra, le tout couplé à un gameplay jouissif qui a depuis lors fait de nombreux émules. Sorte d'hommage de pixels à des chefs-d'oeuvre du 7ème art tels Le choc des titans ou Jason et les Argonautes, God Of War et sa suite Divine Retribution se prévalaient également d'une barbarie sans nom synonyme de violence graphique qui aura depuis fait les beaux jours de la fulgurante adaptation cinématographique du 300 de Frank Miller. Beaux, délirants de qualités, façonnant la mythologie grecque afin qu'elle s'adapte à la malédiction de Kratos, les deux premiers segments de la saga entrèrent dans la légende en montrant la voie aux opus suivants, inévitables, compte tenu de l'aura d'excellence de la série.

God Of War : Chains Of Olympus
Mais quel enfer ce God Of War !
Si le choix d'opter pour la PSP est plus ou moins compréhensible, le joueur aura sans doute, à raison, le droit d'être déçu compte tenu des restrictions de la portable limitant de ce fait l'évolution visuelle d'un univers dont la richesse graphique est un des piliers centraux. Pour pallier à ce problème, la major japonaise a judicieusement choisi les équipes de Ready At Dawn, Sony Santa Monica Studio étant vraisemblablement tout occupé à peaufiner God Of War 3 sur PS3... Prenez votre temps les gars, prenez votre temps. Bref, les petits génies derrière l'excellent Daxter n'ayant plus rien à prouver quant à leur maîtrise de la Playstation Portable, le tout était de savoir ce qu'ils allaient nous concocter pour asseoir définitivement le règne de l'albinos. Question qui a depuis longtemps trouvé sa réponse en se soldant par un prologue à la tempête se déroulant après le massacre de la famille de Kratos et avant le premier God Of War avec qui il fait d'ailleurs la jonction au millimètre près en clôturant son épopée sur le plan d'ouverture du tout premier segment.

God Of War : Chains Of Olympus
Quelques cinématiques s'attachent à nous conter une histoire quelque peu plus intimiste.
D'un point de vue narratif, Chains Of Olympus s'entête donc à reprendre une trame convenue. Nous narrant cette fois l'ambition de Morphée décidé à délaisser le royaume des rêves pour la Terre après avoir plongé tous les dieux dans un profond sommeil. Le soleil disparu, c'est à Kratos qu'il va alors incomber la tâche de remettre à sa place l'astre du jour sur les bons conseils de l'indéfectible Athena. Discours rageurs, batailles homériques, frivolité, tout est une fois de plus réuni pour faire de cet épisode un clone de Divine Retribution. Seulement voilà, s'il est difficile de ne pas être ébloui par les qualités techniques de l'oeuvre, le jeu souffre de nombreuses tares qu'on a un peu de mal à lui pardonner. Tout d'abord, on pourra critiquer la construction même du soft qui démarre en fanfare avant de tomber dans une sorte de joyeuse contemplation bien moins hargneuse que le premier quart de l'aventure, manquant cruellement d'empoignades anthologiques et se finissant par un level-design longitudinal. De fait, après avoir arpenté la cité d'Attica avant d'affronter un impressionnant Basilic, on se retrouve à errer dans de superbes décors, vastes et se laissant visiter sans d'encombrants temps de chargements. Parfait sauf qu'on a la désagréable impression que l'action est trop diluée même si nous avons bien évidemment toujours droit à des joutes à un contre dix.

God Of War : Chains Of Olympus
Terminer le jeu en ayant au maximum toutes les armes et magies ne sera qu'une formalité.
Et c'est ici que le bât blesse puisque si on peut tolérer l'absence de véritables nouveautés, on est en revanche un peu déçu de se retrouver face à un titre donnant parfois l'impression de ne pas aller assez loin. Du coup, si l'évolution des armes et magies est toujours à l'ordre du jour, tout comme les actions contextuelles, on critiquera malgré tout un vrai manque par rapport à Divine Retribution. Exit donc les phases de shoot'em up tout comme les Finish Moves spécifiques aux armes utilisées. Ainsi, s'il est permis de récupérer en plus des Lames du Chaos, le Gant de Zeus (afin de détruire, entre autres, des éléments du décor ou de combattre à "mains nues"), notre farouche guerrier utilisera automatiquement ses sabres pour en terminer avec ses ennemis. Frustrant d'autant qu'en plus d'une seule et unique nouvelle arme, nous n'avons droit qu'à un véritable pouvoir magique inédit, l'Efreet, La lueur de l'Aube et la Colère de Charon n'étant finalement que d'anciens pouvoirs remis au goût du jour. Sur ce point, Chains Of Olympus fait donc aussi pâle figure que celle de Kratos.

God Of War : Chains Of Olympus
Dommage qu'il ne soit pas possible d'agrandir les artworks à débloquer.
Malheureusement, les diatribes ne s'arrêtent pas là. Bien que nous n'ayons pas vraiment à pointer du doigt la jouabilité utilisant astucieusement les capacités de la console, on signalera tout de même quelques actions peu évidentes à exécuter nous demandant le plus souvent d'utiliser le stick analogique afin d'occire un adversaire. Néanmoins, ceci est une question d'entraînement même si on regrettera ce bon vieux Dualshock 2. Par contre, la vraie faiblesse de ce GoW réside dans sa très faible durée de vie variant, suivant le mode de difficulté, entre quatre et cinq heures trente environ. Cruelle déception même si ses grands frères ne brillaient pas vraiment, eux non plus, par leur outrancière longévité. Il est d'ailleurs ironique de constater que l'utilisation des derniers cadeaux divins se résume à une poignée de grosses minutes sachant qu'on nous les offre dans la dernière ligne droite. L'autre conséquence de cette fugace aventure tient en son petit nombre de boss (trois en tout et pour tout), dont la présence était pourtant un élément crucial de Divine Retribution.

God Of War : Chains Of Olympus
Parcourir les plaines ondoyantes des Champs Elysées aura un prix.
Faut-il pour autant fuir le fantôme de Sparte, enchaîné plus que jamais à ses erreurs du passé et son funeste destin ? Difficile d'être catégorique vu qu'en prenant en compte des considérations financières mais aussi les qualités intrinsèques de Chains Of Olympus, il n'est pas évident d'émettre un avis net et tranché. De plus, en dépit des défauts évoqués plus avant, la progression limpide procure de très bons moments dont l'intensité ne dépasse toutefois jamais ceux du précédent épisode. On retiendra tout de même des séquences inspirées dont une, primordiale, se déroulant aux Champs Elysées, et nous offrant sans doute un des moments les plus beaux, douloureux et empathiques de toute la saga grâce, notamment, à une astuce de gameplay, déjà mise en exergue lors du final de Metal Gear Solid 3. En substance, nonobstant ses grandes qualités, ce GoW reste mineur et se pose davantage comme un chaînon manquant que comme un véritable complément à la création de David Jaffe.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Des rives de l'Attique aux profondeurs du Tartare en passant par le Styx et les Champs Elysées, Chains Of Olympus empile de somptueux décors, certes moins détaillés, texturés et impressionnants que leurs aïeuls mais témoignant d'un grand soin et d'un talent non moindre de la part des graphistes. Toutefois, on regrettera un bestiaire trop proche de celui des précédents opus et un très faible nombre de boss par ailleurs peu convaincants à l'exception du Basilic.

  • Jouabilité 15 /20

    Calquée sur celles de GoW et GoW : Divine Retribution, la jouabilité de cet opus doit néanmoins faire face aux limitations induites par le support. Tout en restant agréable, on reprochera parfois quelques actions contextuelles requérant une utilisation rapide du stick (le plus souvent des arcs de cercle) qui s'avère bien moins pratique que le DualShock 2. Enfin, bien que l'upgrade d'armes et de sorts soit présent, on devra se contenter de deux malheureuses armes et de trois pouvoirs dont un seul s'avère vraiment original.

  • Durée de vie 8 /20

    Dans le plus faible niveau de difficulté, il ne vous faudra pas plus de quatre heures pour venir à bout de l'aventure et ce en récoltant la totalité des yeux de gorgone et plumes de phénix ainsi qu'en améliorant toutes vos armes et magies au maximum. Pour l'anecdote, il est même possible dans ce cas de figure d'arriver au bout de notre périple avec un surplus de 80 000 orbes rouges (sigh). En Normal, comptez sur cinq heures environ. C'est peu, même pour un GoW, mais les cinq défis d'Hades ainsi que le mode Dieu pourront vous raccrocher un peu plus longtemps à votre PSP.

  • Bande son 16 /20

    Les doubleurs français des précédents opus rempilent et une fois encore ils nous gratifient d'une bonne prestation vocale. Le spectre musical de Chains Of Olympus est par contre moins étendu que ceux de ses parents dans le sens où plusieurs thèmes des épisodes antérieurs sont repris. La bande-son sonne donc toujours aussi juste, en optant judicieusement pour des morceaux cuivrés ou des mélodies plus nuancées, mais n'arrive pas à suffisamment s'émanciper au niveau des compositions originales.

  • Scénario 12 /20

    Le synopsis de ce God Of War revient sur le proche passé de Kratos mais on eut apprécié une histoire un peu plus ambitieuse. Cependant, quelques passages plus intimistes sont les bienvenus et offrent même au spartiate une troublante humanité au détour d'une scène très poignante se concluant ironiquement par une séquence d'une foudroyante barbarie. Au final, on ne pourra que déplorer la relative superficialité de la mise en scène moins inspirée que celle de Divine Retribution, les limitations du support n'étant a priori pas les seules causes de ce petit relâchement.

En compilant l'absence de nouveautés, le faible nombre d'armes, de boss, sans oublier la durée de vie limitée, on arrive à la conclusion que cet opus, pétri de qualités, demeure moins convaincant que Divine Retribution. Il nous reste néanmoins un bon jeu, admirablement programmé par Ready At Dawn Studio. La PSP peut donc se targuer de posséder un beat'em all à l'esthétisante violence même si de l'autre côté de l'Olympe, le destin de God Of War a rendez-vous avec la PS3...

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
27 mars 2008 à 14:30:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (447)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.5/20
Mis à jour le 27/03/2008
PlayStation Portable Beat'em All Sony Ready At Dawn Studios
Dernières Preview
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! 14 nov., 22:44
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique 11 nov., 11:11
PreviewShenmue 3 : Le successeur attendu d'une saga culte ? 04 nov., 14:30
Les jeux attendus
1
The Last of Us Part II
29 mai 2020
2
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
3
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020