Menu
Mystery Dungeon : Shiren the Wanderer
  • Tout support
  • DS
  • Wii
  • SNES
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Mystery Dungeon : Shiren The Wanderer
DS
Mystery Dungeon : Shiren the Wanderer
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 mars 2008 à 16:13:16
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.3/20
Tous les prix
Prix Support
34.99€ DS
101.69€ SNES
Voir toutes les offres
Partager sur :

Introduit en Europe via la série des Pokemon Donjon Mystère, le genre du dungeon-RPG est encore assez peu répandu sous nos latitudes. Ceux qui s'étaient laissés séduire par le titre de Nintendo pourraient bien être tentés par cette adaptation DS de Shiren the Wanderer, mais les malheureux ne savent sans doute pas ce qui les attend.

Mystery Dungeon : Shiren The Wanderer

Attention, cette mise en garde ne signifie en aucun cas que le jeu est mauvais. Simplement, celui-ci s'adresse à un public très limité : l'élite des joueurs prêts à surmonter les affres de l'enfer. Autant dire qu'il vaut mieux être déjà familiarisé avec le genre et ne jurer que par les titres old-school aux challenges insurmontables pour apprécier Shiren the Wanderer à sa juste valeur. Vous allez voir par la suite que je n'exagère rien, car, dans le genre impitoyable, Mystery Dungeon fait quand même très fort et rebutera immanquablement une grande partie des joueurs, d'où cet avertissement.

Mystery Dungeon : Shiren The Wanderer
Inévitable, la mort vous ramène au début du jeu et vous fait perdre tout ce que vous aviez sur vous.
Intitulée Fûrai no Shiren en version originale, cette série de dungeon-RPG jouit depuis longtemps d'une réelle popularité au Japon, et le soft en question est une adaptation de l'épisode Super Famicom sorti en 1995. Le remake se borne à rester fidèle à son ancêtre en optant pour une réalisation dépassée mais qui convient tout à fait à l'esprit old-school du titre. Le double écran permet tout de même de modifier les paramètres d'affichage en proposant plusieurs configurations dédiées au plan des donjons, ce qui garantit un meilleur confort de jeu. Par ailleurs, le stylet peut venir remplacer le gameplay traditionnel afin de profiter des possibilités tactiles de la console, mais la plupart des joueurs lui préféreront le maniement classique à l'aide des boutons. Old-school, Shiren the Wanderer l'est aussi dans son déroulement qui se révèle certainement moins aguicheur que celui d'un Chocobo Dungeon, d'un Torneko no Daibôken ou d'un Pokemon Donjon Mystère, plus connu sous nos latitudes.

Mystery Dungeon : Shiren The Wanderer
Faites bon usage de la forge et du magasin dans les villages.
Le soft a pourtant le mérite de nous faire voyager à l'époque du Japon féodal, à travers le personnage de Shiren, un rônin parti en quête d'une cité d'or qui se situerait au sommet d'une très haute montagne. Le but du jeu est donc simple : il vous faut gravir un à un les différents paliers qui mènent au sommet du mont, chaque étage étant généré aléatoirement suivant les règles traditionnelles du dungeon-RPG. Des règles qui signifient également que la progression se fait au tour par tour, les monstres n'agissant que lorsque vous avancez d'une case ou effectuez une action. Dès que vous avez trouvé la sortie, vous pouvez continuer vers le niveau suivant si vous vous sentez de taille à affronter les monstres qui le gardent, car vous ne pourrez rebrousser chemin que sur les 15 premiers étages de cette gigantesque tour naturelle. Au début, tout paraît simple. Le héros gagne de l'expérience très rapidement et empoche un grand nombre d'objets qu'il peut équiper ou utiliser à loisir. Les paliers sont entrecoupés de villages qui vous donnent l'occasion de revendre votre surplus d'objets, de vous ravitailler, de forger vos armes ou de glaner quelques informations. Mais alors que vous pensiez pouvoir traverser tous les étages d'une seule traite, la mort survient, et c'est le drame...

Mystery Dungeon : Shiren The Wanderer
Méfiez-vous des propositions que vous font certains NPC.
Dans Shiren the Wanderer, la mort est sans pitié pour le voyageur imprudent. Non seulement elle peut survenir à tout moment même quand on est bien préparé, mais elle ruine également tout le temps que vous avez passé sur le jeu durant votre dernière partie. Concrètement, vous perdez tout : votre niveau d'expérience, votre inventaire et votre progression. Retour à la première zone du jeu avec un personnage de niveau 1, sans arme et sans un sou en poche ! Le seul moyen d'avancer dans Shiren the Wanderer est donc d'entreposer ses objets les plus précieux dans une salle de stockage, en essayant, à chaque nouvelle partie, de les améliorer. Pour cela, vous devrez trouver de l'argent dans les donjons et donner 1000 pièces d'or au forgeron afin qu'il fasse gagner un niveau supplémentaire à votre arme. Un travail de longue haleine car l'argent, tout comme les objets, n'apparaissent que lorsque vous parcourez les étages en vous dirigeant vers le sommet, et le forgeron n'est pas toujours prêt à vous faire bénéficier de ses services. Pour compliquer le tout, chaque village ne comporte pas forcément un entrepôt ou un magasin, ce qui implique d'incessants allers-retours qui peuvent se révéler fatals pour votre personnage. La mort étant fréquente et imprévisible, on ne peut pas non plus se permettre d'équiper sa meilleure arme pour progresser dans les niveaux au risque de la perdre, ce qui rend les choses encore plus fastidieuses. Quoi qu'il arrive, n'espérez pas tricher en abusant du reset car, si vous éteignez la console sans quitter normalement, vous vous retrouverez avec des données corrompues et le retour inévitable au niveau 1. De plus, la cartouche ne comporte qu'un seul fichier de sauvegarde et nous empêche donc de faire des copies de sécurité. Autant dire qu'il vaut mieux s'assurer que les batteries ne lâcheront pas au mauvais moment...

Mystery Dungeon : Shiren The Wanderer
Même quand tout va bien, vous pouvez encore mourir de faim.
Durant votre ascension, vous découvrirez que tout peut arriver, le meilleur comme le pire, mais c'est toujours le pire qui a le dernier mot. Si les pièges invisibles n'affectent pas les monstres, ils s'arrangent toujours pour vous mettre dans des situations critiques à coups de paralysie, de confusion, d'empoisonnement ou de ralentissement. Certaines dalles piégées éparpillent même tout votre équipement, mais ce n'est rien à côté des tours que peuvent vous jouer les ennemis. Les voleurs pillent votre argent avant de disparaître comme par enchantement, les bandits remplacent les items par des mauvaises herbes totalement inutiles, et les cyclopes transforment tous vos objets en boules de riz. Vous pourrez au moins vous estimer heureux de ne pas avoir été vous-même changé en "onigiri" totalement inoffensive, et de récupérer au passage un ravitaillement non négligeable. Car manger est un besoin vital de notre héros qui s'épuise en marchant, et qui doit donc engloutir régulièrement des boules de riz pour éviter de mourir de faim. Par ailleurs, si vous restez trop longtemps sur le même étage, vous risquez de vous faire emporter par le vent. N'oubliez pas non plus que les ennemis peuvent fusionner pour donner une créature qui a de fortes chances d'être plus puissante que vous. Heureusement, les flèches que vous pouvez tirer à distance pourront parfois vous donner l'avantage, tout comme la possibilité de prendre l'apparence de certains ennemis pour utiliser temporairement leurs capacités.

Mystery Dungeon : Shiren The Wanderer
La carte peut s'afficher en surimpression ou directement sur l'écran supérieur (plus pratique mais moins esthétique.)
A noter que les items trouvés dans les donjons sont bien souvent non identifiés, et qu'il faut attendre l'entrée dans un village pour savoir si ceux-ci ne sont pas maudits. L'inventaire étant limité, il vous faudra rapidement recourir à des jarres pouvant contenir généralement cinq objets, mais celles-ci sont rares, et n'oubliez pas que l'équipement peut rouiller avec le temps. Les parchemins de magie doivent être utilisés à bon escient car certains sont d'une efficacité redoutable. La caverne de Fay vous apprendra d'ailleurs à assimiler toutes les subtilités du système de jeu moyennant une cinquantaine de défis accessibles dès le début de l'aventure. Les quêtes annexes restent toutefois peu nombreuses et difficiles à mener à bien car il s'agit de dialoguer avec certains NPC pour qu'ils deviennent vos compagnons. Ceux-ci seront alors dirigés par l'IA, mais encore faut-il réussir à surmonter les crasses qu'ils vous feront subir avant de se révéler vraiment utiles. L'un d'eux se borne par exemple à vous taper dessus et à engloutir toutes vos boules de riz, tandis qu'une autre vous plonge dans le noir sans vous prévenir au beau milieu d'un donjon. Ces diverses quêtes trouvent pourtant toujours leur utilité à terme, à l'image de la caravane qui, une fois acquise, vous évitera les dangereux trajets à pied entre les villages. Rajoutons que le jeu comporte une fonction de sauvetage, via le Wi-Fi ou par mots de passe, qui permet de lancer un appel aux autres joueurs dans l'espoir que l'un d'eux viendra vous sauver en cas de décès. Il vous faudra ensuite patienter jusqu'à son arrivée, si tant est qu'une âme généreuse se dévoue, sachant que le sauveteur a plus à y perdre qu'à y gagner. Enfin, les plus courageux qui auront réussi à terminer le jeu pourront explorer des donjons optionnels encore plus difficiles et totalement inaccessibles au commun des mortels.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Une réalisation dépassée mais qui convient à l'esprit old-school pleinement assumé par le titre. Plusieurs configurations d'affichage sont possibles grâce au double écran de la console.

  • Jouabilité 12 /20

    Que vous optiez pour le gameplay classique ou tactile, celui-ci comporte quelques soucis d'ergonomie, notamment pour effectuer les mouvements en diagonale ou naviguer dans les menus.

  • Durée de vie 14 /20

    Les 30 étages à gravir paraissent bien peu de choses avant le premier game over, mais il vous faudra bien plus que quelques heures et un peu de motivation pour en venir à bout. Alors ne parlons pas des donjons optionnels.

  • Bande son 13 /20

    C'est Koichi Sugiyama, le compositeur de Dragon Quest, qui est derrière les musiques de cet épisode de Shiren the Wanderer. Le résultat est agréable mais pas inoubliable.

  • Scénario /

    Tout est dit dans l'introduction du jeu et l'histoire n'évoluera pas en cours de partie, en dehors des quelques quêtes et indices que vous confieront les NPC. Pas de traduction française malheureusement.

Destiné aux vrais puristes du dungeon-RPG, Shiren the Wanderer n'est pas à mettre entre toutes les mains. Ceux qui avaient découvert le genre avec Pokemon Donjon Mystère seront sûrement révoltés par le côté impitoyable du titre et devront donc y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans cet enfer. Entre les mains des spécialistes, le soft pourra néanmoins exprimer tout son potentiel.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 mars 2008 à 16:13:16
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.3/20
Mis à jour le 18/03/2008
Nintendo DS Action RPG Sega Chunsoft
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Dreams : Media Molecule va faire de vous le Toby Fox de demain
    PS4
  • Preview : Yoshi's Crafted World : Le jeu de plates-formes mignon "fait-maison"
    SWITCH
  • Preview : A Plague Tale : Innocence, l’aventure qui rat-isse large dans ses inspirations
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Mortal Kombat 11
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Tom Clancy's The Division 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce