Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Defcon
PC

Contributeur

A des années-lumière des superproductions marketées à outrance mais désespérément creuses, les jeux d'Introversion Software continuent de surprendre par leurs concepts simples et originaux. Après Uplink et Darwinia, c'est Defcon qui vient faire souffler un vent de fraîcheur sur un marché endormi dans les suites sans risque. Enfin, façon de parler, car en fait de souffle, il s'agit plutôt de l'onde de choc des explosions nucléaires d'un conflit planétaire.

Car tel est le sombre contexte de Defcon : la guerre thermonucléaire globale. Un contexte terriblement actuel, puisque depuis soixante ans la menace ne cesse de planer au-dessus de nos têtes telle une épée de Damoclès, sans que nous y songions vraiment. De toutes manières, que pourrions-nous y faire ? Nous avons appris à vivre avec cette idée qu'un jour, peut-être, le pire arrivera... A la tête d'un des six continents (Europe, Afrique, Asie, Russie et les deux Amériques), les joueurs doivent donc s'exterminer les uns les autres, et celui qui fait le plus de victimes l'emporte. Il est d'ailleurs intéressant de constater qu'à l'heure des critiques virulentes contre la violence dans les jeux vidéo, Defcon ne fasse pas polémique alors que les morts s'y recensent par millions, là où un Manhunt n'en compte qu'une poignée...

Defcon est visuellement simple mais réussi. Ici, les couleurs représentent la densité des populations.

Cela tient sans doute à sa représentation froide et distante de la guerre. Dans Defcon, tout se passe devant un planisphère, les villes ne sont que des carrés et les armes des icônes. Tel un général bien au chaud dans son centre de commandement antiatomique, le joueur a donc un grand détachement par rapport à l'enfer terrestre que représente une simple boule blanche sur la carte. Ce design minimaliste reste cependant réaliste dans le sens où il correspond bien aux cartes stratégiques militaires telles qu'on les imagine ou que le cinéma les dépeint (WarGames). Certes, les graphismes sont dépouillés, mais ça colle donc parfaitement à l'ambiance du jeu. Une ambiance renforcée par la musique paisible qui insuffle un calme glacial, seulement brisé par quelques pleurs. Du point de vue de son atmosphère, Defcon est incontestablement une réussite.

Une bonne couverture radar est primordiale.

Le déroulement d'une partie est divisé en plusieurs phases, les fameux niveaux d'alerte Defcon (contraction de "defense condition") auxquels le jeu doit son nom. Aux niveaux Defcon 5 et 4, tout est calme. C'est le moment de placer les structures et de déployer les flottes. Il existe trois types de bâtiments. Les radars permettent de surveiller ce qui approche du territoire, les bases aériennes envoient chasseurs et bombardiers dans les cieux. Quant aux silos à missiles, ils ont évidemment une importance cruciale, car ils jouent deux rôles : la défense antimissile ou l'envoi d'ogives à longue portée, mais pas les deux en même temps. Il faut choisir selon les besoins et savoir basculer d'un mode à l'autre, sachant que ça prend un peu de temps (qui peut cependant être accéléré jusqu'à vingt fois).

Seulement 9,5 morts ? Oui, mais c'est en millions...

Une fois les niveaux Defcon 3 puis 2 atteints, les hostilités peuvent commencer. Les avions effectuent des reconnaissances tandis que les flottes peuvent faire route pour se placer vers les côtes adverses ou combattre les marines ennemies. Il existe trois types d'unités navales : les porte-avions, qui agissent comme des bases aériennes mouvantes, les sous-marins, pour l'envoi de missiles à moyenne portée, et les navires de guerre. Le nombre d'unités et de bâtiments peut paraître ridicule, mais ça n'empêche pas Defcon de proposer des stratégies élaborées. Une fois arrivé à la phase Defcon 1, on peut enfin faire usage de l'arme atomique. Par contre, tirer va immédiatement révéler l'emplacement du silo à tout le monde. Vaut-il mieux faire feu en premier ou attendre qu'un autre appuie sur le bouton ? Faut-il concentrer les tirs sur les bases aériennes pour priver l'adversaire d'avions ? Ou sur ses silos ? Sans oublier les villes, l'objectif principal restant de décimer les civils... Les possibilités sont nombreuses, d'autant que des alliances éphémères peuvent se faire et se défaire à tout moment. La gestion du timing est également essentielle, car en s'arrangeant pour faire parvenir plusieurs ogives en même temps sur une cible, on multiplie les chances qu'au moins une d'entre elles franchisse les défenses antiaériennes. Bref, sous ses airs de "petit jeu", Defcon recèle une vraie richesse. D'abord disponible uniquement en ligne, le jeu est ensuite sorti en version boîte, localisé en français et accompagné d'un manuel distillant quelques conseils humoristiques sur la survie en cas d'apocalypse nucléaire qui rappelle, dans une moindre mesure, l'excellent guide de survie de Fallout. Histoire d'enfoncer le clou, elle ne coûte qu'une vingtaine d'euros. Et croyez-moi, Defcon les vaut.

Les notes
  • Graphique 12 /20

    Dans Defcon, point de "high dynamic range" ou autres effets graphiques top moumoute. C'est sobre, efficace et ça tourne sur le PC de ma grand-mère.

  • Jouabilté 16 /20

    Avec seulement trois types de bâtiments et cinq unités différentes, Introversion démontre avec brio qu'il n'est pas nécessaire de multiplier les possibilités pour obtenir un gameplay d'une grande richesse stratégique. L'échelle planétaire du conflit relègue Supreme Commander et ses cartes de dizaines de kilomètres carrés au rang de petite guéguerre. L'intelligence artificielle est relativement bonne même si Defcon est avant tout un jeu qui montre toute sa dimension en multi. Il y a tout de même quelques déséquilibres entre les continents.

  • Duree 14 /20

    Le jeu possède une communauté de fans, pas immense, mais qui permet quand même de trouver facilement une partie à toute heure de la journée. On regrette que les modes de jeu alternatifs ne soient que de légères variantes sans réel renouvellement de l'intérêt.

  • Son 16 /20

    La musique n'a rien de martial, bien au contraire ! Oubliez les roulements de tambour, les morceaux sont calmes, planants même. Ca contraste avec la fureur au sol, qu'on ne peut qu'imaginer, mais ça colle très bien à l'esprit du jeu.

  • Scénario /

Avec son concept amoral mais jouissif, Defcon nous permet de nous glisser un instant dans les bottes des quelques fous qui tiennent tous nos destins entre leurs mains. Doté d'un gameplay solide et d'une atmosphère réussie, le nouveau jeu d'Introversion s'impose une nouvelle fois comme une curiosité à essayer et même à adopter.

Profil de CptObvious
L'avis de CptObvious
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
07 février 2008 à 18:00:00
16/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (33)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/ 20
Mis à jour le 07/02/2008 Voir l'historique
PC Stratégie Codemasters Introversion Software
  • Partager cette page :
Defcon
PC DS
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (1)
  • Vidéos (4)
  • Images (35)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Defcon sur PC
    -
    PC
Boutique
  • Defcon PC
    8.57 € Neuf
    15.00 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.