Menu
Looney Tunes : Duck Amuck
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Looney Tunes : Duck Amuck sur DS /

Test du jeu Looney Tunes : Duck Amuck sur DS

Test : Looney Tunes : Duck Amuck
DS
Looney Tunes : Duck Amuck
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 janvier 2008 à 18:00:00
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (11)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
7.2/20
Partager sur :

Le roi des antihéros essaies de tirer la couverture en s'offrant un jeu rien qu'à lui, las, fidèle à ses habitudes, Daffy Duck a un mal fou à parvenir à ses fins.

Looney Tunes : Duck Amuck

Voilà qui est bien dommage, le canard antihéros colérique et poisseux en diable aurait pu jouir avec Duck Amuck d'un titre capable de redorer son blason tant le jeu fait montre de quelques bonnes idées maladroitement exploitées. Duck Amuck, c'est une sorte de tamagotchi dans lequel la bestiole aurait été remplacée par Daffy. Mais ici, point n'est question de nourrir votre compagnon mais plutôt de lui pourrir la vie en remplissant une jauge de colère qui, une fois complète, marque votre victoire. Pour y parvenir, il suffit de participer à une enfilade de mini-jeux tout en interagissant avec Daffy. Une fois le jeu lancé, vous aurez donc en face de vous le canard rageux s'adressant au joueur dans l'attente d'une petite aventure qu'il vous incombe de gâcher. Pour activer un mini-jeu, diverses possibilités sont offertes. En frappant Daffy à plusieurs reprises à la tête, vous finirez par l'agacer et il s'éloignera pour revenir avec 3 pots de peintures. Au choix, versez-la sur sa tête ou bien repeignez le fond blanc pour créer une scène de théâtre qui activera un jeu musical ou une chasse aux « Bugs ». Vous pourrez également fermer la console, pensant la mettre en veille le temps de regarder le résultat du tiercé et constater que Daffy se met alors à vous appeler, pris de terreur par la rencontre d'un monstre rôdant dans le noir. Il vous demandera ensuite de la fermer de nouveau et vous guidera par des ordres vocaux, exigeant de frapper avec les gâchettes de gauche ou de droite. Le but est donc de créer une sorte de complicité avec le canard virtuel en lui donnant vie, d'autant plus que certaines manipulations sont aléatoires. Ainsi, le jeu du monstre ne se lancera pas chaque fois que vous fermerez la console.

Malheureusement, cette formule pour (très) séduisante qu'elle soit tombe vite à l'eau. Activer des jeux devient une plaie et le nombre d'interactions possibles dans ce but est finalement trop réduit. Inévitablement, l'action entre deux séances de mini-jeux devient vite redondante. Frapper la tête de Daffy 5 fois de suite pour qu'il aille chercher ses pots de peinture, c'est sympa une fois, deux fois, mais à la troisième, c'est simplement lassant et pénible.

Looney Tunes : Duck Amuck
Si vous déchirez le fond, Daffy viendra le recoller au scotch, arrachez la bande pour lancer un jeu.
Quant aux jeux en eux-mêmes, ils peinent à relever le niveau. On leur reconnaîtra de faire l'effort de tirer parti des spécificités de la DS. On souffle, on joue du stylet, on plie la console, à ce niveau, pas de problème. Le hic, c'est qu'au premier essai, on en a déjà plein le dos de ces petites séquences d'actions simplistes d'une dizaine de secondes qu'il faudra pourtant répéter jusqu'à cinq fois de suite alors que les deux premières auraient largement suffi. Si la cartouche comptait une cinquantaine de mini-jeux, Duck Amuck s'en tirerait sans doute à bon compte, mais on en dénombre à peine une grosse vingtaine. C'est bien peu, surtout qu'on a vite tendance à oublier quelle interaction on est supposé exercer avec Daffy pour relancer le mini-jeu du patin ou celui de la course à la dynamite. Résultat : on tourne en rond, ce qui n'est pas très grave puisqu'on peut très bien remplir la jauge de colère en se contentant des deux premiers jeux.

Seul réconfort, l'esprit de Duck Amuck. Daffy bouge et s'exprime tel qu'on l'a toujours connu, ce qui séduira les fans de cartoons et le soft s'adonne à un petit esprit parodique gentillet qui lui va assez bien. Dommage que cette tentative pour glisser dans une DS un Daffy plus vrai que nature ainsi qu'un bout de l'univers des Looney Tunes échoue si cruellement par manque de diversité. On aurait pu être fan.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Lors des séquences d'interactions, Daffy semble tout droit sorti d'un cartoon et les décors de jeu ne dépareillent pas. L'esthétique Looney Tunes est parfaitement retranscrite.

  • Jouabilité 9 /20

    L'interface n'est finalement pas claire pour deux sous, c'est regrettable car la formule a le mérite d'être originale. Les mini-jeux affichent pour leur part un sérieux manque de profondeur qui les rend lassants au possible.

  • Durée de vie 3 /20

    Il faut moins d'une heure pour venir à bout de la patience de Daffy, voire moins, et rien ne vous oblige à chercher à débloquer tous les jeux, d'autant qu'il ne s'agit pas d'un challenge, mais en bonne partie d'un coup de chance. Quoi qu'il en soit, les mini-phases de jeux ne sont pas assez prenantes pour exhaler un goût de "reviens-y".

  • Bande son 16 /20

    Daffy s'exprime parfaitement et les thèmes musicaux sortent droit des cartoons, rien à redire, si ce n'est qu'on regrette tout de même le faible nombre de bruitages annexes.

  • Scénario /

Duck Amuck avance de bonnes idées et s'efforce de profiter des avantages de la DS pour un résultat parfois surprenant mais terriblement lassant. C'est dommage, car avoir un Daffy interactif dans la poche, voilà un concept qui a de l'avenir.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 janvier 2008 à 18:00:00
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (11)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
7.2/20
Mis à jour le 10/01/2008
Nintendo DS Action Aventure Red Tribe Warner Interactive Animation Série TV
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019