Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Asterix Aux Jeux Olympiques
Wii

Contributeur

Alors que le film ne débarquera pas dans les salles obscures hexagonales avant le 30 janvier prochain, son adaptation vidéoludique fanfaronne déjà dans les rayons de toutes les bonnes crémeries. Façonné avec amour par les spécialistes en gauloiseries d'Etranges Libellules, le titre propose une aventure haute en couleur où se mêlent mini-jeux hilarants, mandales boostées à la potion magique et petites énigmes rigolotes à résoudre de préférence à deux, en coopération.

Quel plaisir que de retrouver nos Laurel et Hardy nationaux (sans oublier la fidèle boule de poils nommée Idéfix) dans de toutes nouvelles pérégrinations vidéoludiques. Et cette fois, il s'agira de démêler une situation extrêmement épineuse. Astérix et son compère bedonnant se retrouvent effectivement forcés de participer aux Jeux Olympiques pour aider leur ami Alafolix à épouser la princesse Irina, le tout en empêchant l'immonde Brutus (incarné à l'écran par Benoît Poelvoorde) de mettre à exécution ses plans destructeurs. Et pas du genre à se contenter d'une adaptation pure et dure du film, les développeurs d'Astérix aux J.O. ont encore une fois tenté de s'approprier l'univers d'Uderzo et Goscinny. De fait, le scénario du jeu, même s'il reprend bien évidemment l'intrigue commune au film et à la Bd, mélange sans la moindre gêne tous les supports et tous ces univers : le cinéma, l'encre et le papier et les pixels.

Benoît Poelvoorde dans ses oeuvres.

Car voyez-vous Brutus, au moyen d'un artefact magique, est devenu capable de naviguer entre les pages de la bande dessinée, la pellicule du film et les lignes de codes du jeu : l'idéal pour recruter une armée hétéroclite de légionnaires et tenter de détrôner son père, Jules César. L'ennui, c'est que ses fréquents allers-retours vont finir par détraquer tous les mondes en question. Et seuls les courageux Gaulois seront à même de sauver les meubles et de restaurer l'ordre naturel des choses dans tout ce bazar interdimensionnel. Les libellules ont donc cherché à en rajouter une bonne couche supplémentaire au scénario original, sans toutefois le dénaturer. Et on ne sera donc pas trop surpris de se retrouver confronté à des situations loufoques dans lesquelles on devra coller des baffes à des ennemis aux styles graphiques distincts, car issus d'univers différents. On découvrira même quelques cinématiques mélangeant joyeusement personnages 3D, personnages en papier issus des vignettes de la Bd et vrais acteurs. Des séquences spéciales ont même été tournées spécifiquement pour le jeu, avec un Benoît Poelvoorde ronchon mais brillant. Et rassurez-vous, les développeurs sont parvenus à tout intégrer au jeu, sans le moindre accroc et en maintenant toujours une certaine cohérence.

La qualité des décors est telle qu'on se retrouve vite plongé en plein dessin animé.

Les développeurs, fidèles à leurs habitudes, ont même pu profiter de ce contexte pour insérer quelques saynètes délirantes, comme ce passage dans lequel Astérix prend des airs de Zidane. Entre mimiques adorables et rigolotes, commentaires débiles d'un Obélix aussi aiguisé qu'un menhir de premier choix, parcourir les niveaux sera un vrai plaisir pour les petits, et même les plus grands. Mais parlons maintenant du contenu en lui-même. Le jeu comprend deux modes de jeu : le mode Histoire et le mode Olympique. En choisissant de débuter le mode Histoire, vous en serez pour 9 chapitres où se mêlent allègrement sessions d'exploration, énigmes pas bien compliquées mais souvent rigolotes, et bastons énergiques. Les Gaulois (entre lesquels on pourra switcher à la moindre pression d'un bouton) disposent d'ailleurs d'une bonne petite palette de coups qu'on pourra étoffer en récoltant des casques romains présents dans le mobilier (qu'on explosera donc sans aucun remords) et bien évidemment sur la caboche des légionnaires imprudents qui croiseront votre route. Ces derniers se montrent d'ailleurs particulièrement idiots et ne résisteront pas très longtemps à une pluie de mandales. Comme souvent, leur seule force réside dans leur nombre, plutôt élevé. Régulièrement, on sera tout de même obligé de ne massacrer que les légionnaires arborant une couleur précise, afin de déclencher des mécanismes. Ces mini-jeux, assez récurrents sont un vrai délice en coopération et nécessiteront une bonne coordination.

Retenez vos mandales afin de ne frapper que les soldats de la bonne couleur. Une symphonie de baffes ne s'improvise pas.

Car c'est un fait, le soft fonctionne intégralement sur le principe de complémentarité entre Astérix et Obélix (sans oublier Idéfix), qui dans la résolution d'énigmes ou dans les combats, devront s'unir pour progresser. Si en solo, l'I.A., très convenable, prend selon le cas le contrôle d'Astérix ou Obélix, on aura surtout plaisir à faire intervenir un pote de chair et de sang. La caméra sera alors partagée (un peu à la manière de Lego Star Wars) et on ne se retrouvera donc pas à plisser les yeux pour espérer discerner quelque chose sur un petit écran de télé soudainement coupé en deux. Mais ceux qui ont déjà goûté aux joies de la coopération dans telles conditions sauront qu'il n'est guère aisé de se contenter d'une seule et unique caméra, surtout lorsque les deux joueurs tentent d'aller dans des directions opposées, tous deux convaincus de détenir la clé d'une énigme. Les développeurs ont donc contourné le problème en permettant aux joueurs de se séparer et tout simplement, de se passer la caméra à la simple pression d'un bouton. Encore fallait-il y penser. Ce système, unique en son genre, fonctionne très correctement et offre de multiples possibilités en terme de gameplay. Pour profiter de ce système, il faudra néanmoins une bonne entente entre les participants, mais nul doute que le petit frère chamailleur fera, pour une fois, preuve de discipline afin de profiter de l'aventure.

Parcourir le jeu à deux est un véritable plaisir. Rigolades assurées.

Quoi qu'il en soit, le titre joue beaucoup de ce système et vous incite régulièrement à vous séparer pour déclencher des mécanismes. Seul souci, le fait qu'un des deux joueurs devra parfois patienter quelques minutes sans faire grand-chose, pendant que l'autre joueur s'escrime à escalader un mur par exemple. Mais dans l'ensemble, chaque héros intervient dans les mêmes proportions et l'aventure se montre plutôt équilibrée. Bon, on n'évitera pas quelques petits problèmes d'angles de vue et quelques moments de solitude lorsque la caméra ne vous montre pas clairement ce qui se passe à l'écran, mais rien de foncièrement rédhibitoire, puisque le jeu est tout de même très accessible. Mais attendez une minute ! Je n'ai toujours pas parlé de la dizaine d'épreuves olympiques auxquelles on devra participer. Présentées sous la forme de mini-jeux, et accessibles à partir du menu principal une fois qu'on les aura débloquées dans l'aventure, ces mini-jeux se montrent très divertissants dans la grande majorité. On se retrouve ainsi avec un mélange hétéroclite de disciplines conventionnelles comme le 100 mètres, le tir à la corde ou le lancer de javelot et de trouvailles farfelues comme la taille de menhirs, le massacre de légionnaires ou le crapoballe (mélange de ballon prisonnier, de foot et de volley).

Une vision pour le moins surréaliste. Obélix ne participera aux épreuves qu'en dehors de la campagne.

Sur Wii, c'est presque uniquement lors de ces mini-jeux qu'on utilisera véritablement les propriétés de la Wiimote et du Nunchuk (Norris). On devra parfois opérer de véritables chorégraphies, souvent crevantes, afin de lancer un pauvre javelot. Très humoristiques, profitant de contrôles réactifs et parfois originaux, ces mini-jeux apportent un plus indéniable à l'aventure, qui se bouclera malheureusement trop vite. On regrettera cependant de ne pouvoir les pratiquer qu'à 2. Sur PS2, les mouvements du combo Wiimote/Nunchuk sont remplacés par des combinaisons de touches et de gestes précis à effectuer avec les sticks. Le résultat, même si très convenable, est tout de même bien moins agréable que l'épuisante gestuelle imposée par la Wii. Au fond, Astérix Aux Jeux Olympiques est un titre développé en premier lieu pour la Wii, et cela se sent. Et si vous avez le choix, nous vous recommandons chaudement de privilégier cette dernière. Un choix qui sera d'ailleurs soutenu par la très agréable et très supérieure qualité graphique de la galette Wii. L'univers coloré et très vivant d'Astérix et Obélix y est logiquement plus beau. Attention, ce n'est pas à dire que la version PS2 est décevante, loin de là, mais elle nous fera néanmoins subir quelques saccades passagères. Rien de gravissime, mais il est tout de même bon de le signaler. En bref, Astérix Aux Jeux Olympiques est un petit bol d'air frais. Drôle, attachant et bien fichu, il séduira sans peine les petits, et sans doute aussi les grands, même si la facilité et la relative brièveté de l'aventure risquent peut-être d'agir comme un frein pour ces derniers. Le titre d'Etranges Libellules vaut surtout par son mode coopération intelligent, ainsi que ses mini-jeux plaisants et bien construits. Une très bonne pioche.

Les notes
  • Graphique 16 /20

    Des décors colorés foisonnants de détails, une modélisation exemplaire et une animation de grande classe s'allient pour constituer un fort joli tableau. L'univers des Gaulois a été manifestement reproduit par des amoureux, et cela se sent. Dommage que la version PS2 accuse quelques ralentissements.

  • Jouabilté 15 /20

    Plaisant en solo, le titre est un régal en coopération. Savant mélange d'énigmes, de plates-formes, de combats et de mini-jeux débiles, le titre varie les plaisirs et n'abuse pas trop des mêmes ficelles. Le soft se montre également très jouable et facile à prendre en main, et ce malgré quelques petits soucis de caméra. On pourra même réaliser quelques combos bien violents et envoyer du légionnaire sur Pluton avec une facilité déconcertante, et ça, c'est tout de même chouette.

  • Duree 14 /20

    L'aventure est un peu courte, surtout si on la traverse en compagnie d'un pote conciliant, voire docile. Mais on pourra toujours se rabattre sur la dizaine de mini-jeux olympiques pour prolonger l'expérience. Sauf que les maigrichons blafards dans le genre de votre humble serviteur auront sans doute du mal à soutenir le rythme que ces derniers imposent sur Wii.

  • Son 16 /20

    Les musiques de cartoon aux forts relents de péplum collent très bien à l'univers. Mais on appréciera surtout à entendre les voix des acteurs dans la bouche des personnages. Un vrai plaisir.

  • Scénario 15 /20

    Une histoire tout aussi délirante qu'attachante. Le mélange des univers est une vraie réussite et on appréciera le travail des scénaristes qui ne se sont pas contentés de recracher une histoire imposée sous la forme d'un beat'em all insipide.

Retour gagnant pour Astérix et Obélix qui livrent ici une de leurs meilleures aventures. Avec son gameplay accessible et son humour décapant, son statut hybride de jeu d'aventure et de party-game, le soft d'Etranges Libellules contentera sans peine petits et grands. On préférera cependant la version Wii, logiquement plus fine graphiquement, mais surtout plus agréable à pratiquer à la Wiimote et au Nunchuk.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
09 novembre 2007 à 18:00:00
15/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (62)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/ 20
Mis à jour le 09/11/2007 Voir l'historique
Wii Aventure Party-Game Etranges Libellules Atari + Animation BD
  • Partager cette page :
Astérix aux Jeux Olympiques
PC 360 DS PS2 Wii
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (7)
  • News (4)
  • Vidéos (4)
  • Images (332)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (4)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Dossier : Les Jeux Olympiques d'été dans les jeux vidéo
    - 49
    PS3 - 360 - MD - NES - DS - PS1 - PS2 - WII
  • Test : Asterix Aux Jeux Olympiques sur Wii
    -
    WII
  • Aperçu : Asterix Aux Jeux Olympiques sur Wii
    - 0
    WII
Boutique
  • Astérix aux Jeux Olympiques WII
    69.80 € Neuf
    10.90 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.