Menu
Final Fantasy XII : Revenant Wings
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières previews jeux vidéo / Final Fantasy XII : Revenant Wings sur DS /

Aperçu Final Fantasy XII : Revenant Wings sur DS du 06/11/2007

Preview : Final Fantasy XII : Revenant Wings
DS
Partager sur :

A l'approche de la sortie américaine de Final Fantasy XII : Revenant Wings, il est temps de revenir en détail sur ce titre qui nous arrivera dès le début de l'année prochaine sur DS en version française. Annoncé comme un jeu de stratégie temps réel reprenant l'univers du douzième épisode de la saga Final Fantasy, Revenant Wings est un titre qui suscite à la fois crainte et curiosité. Soyez rassurés, il s'agit à l'évidence d'une excellente surprise.

La démarche de Square Enix avec Final Fantasy XII : Revenant Wings est comparable à celle de Nintendo pour Zelda : Phantom Hourglass, les deux jeux étant la suite directe d'un épisode précis de leur saga respective. L'idée est bel et bien de profiter de la richesse d'un univers existant pour lui donner une seconde vie en plaçant des personnages déjà connus dans un contexte inédit. L'occasion nous est donc donnée de retrouver Vaan et Penelo dans la vie qui est devenue la leur un an après la fin des événements narrés dans FFXII. Le ton est certes moins grave que dans l'épisode PS2, mais l'insouciance des premières heures de jeu s'assombrit à mesure que nos jeunes pirates de l'air renouent avec les figures plus marquantes du douzième opus. Fran et Balthier auront donc un rôle essentiel à jouer et viendront rejoindre votre groupe tardivement, peu avant que la valeureuse Ashe et son fidèle Bash ne fassent à leur tour une entrée en scène magistrale. Au final, ce ne sont pas moins de dix personnages principaux que vous serez amené à contrôler, les premiers alliés de Vaan étant beaucoup plus inattendus.

Final Fantasy XII : Revenant Wings
Conquérir les portails d'invocation permet de produire davantage d'unités.
Bien que le scénario de Revenant Wings se déroule un an après les faits du douzième opus, le lifting effectué au niveau du character design donne l'impression d'avoir affaire à des héros beaucoup plus jeunes. Un sentiment qui résulte d'une volonté des concepteurs de donner un cachet visuel propre à cet épisode DS, nous obligeant à porter un nouveau regard sur des personnages que l'on croyait connaître. Autant dire que l'aventure s'apprécie beaucoup plus si l'on a terminé l'épisode original même si ce n'est pas une obligation. Les trois premiers quarts du jeu prennent d'ailleurs place sur le continent inédit de Lemures, patrie des êtres ailés caractérisée par ses îles flottant dans les airs à la manière d'un Baten Kaitos. Les déplacements se feront donc via un vaisseau qui vous permettra de sillonner le ciel aux quatre coins de Lemures avant que le Leviathan ne vous donne enfin accès aux territoires connus d'Ivalice. Le soin évident consacré à la réalisation des décors, aux animations des personnages en SD et à l'élaboration des cinématiques mises en valeur par le double écran est un bonheur pour les yeux tout au long de la découverte du soft. Le résultat est hautement impressionnant et permet de hisser le jeu au panthéon des plus beaux titres de la DS. Ceci ne veut pas dire pour autant que la réalisation est sans faille puisque la caméra est fixe et que la lisibilité est rarement optimale, mais d'un point de vue purement esthétique, FFXII : Revenant Wings est d'une finesse évidente.

Final Fantasy XII : Revenant Wings
On retrouve à la fois les Espers de FFXII et les chimères classiques de la série.
Tout ceci aurait pu être réduit à néant si le gameplay n'était pas à la hauteur de l'ensemble du jeu, et il y avait en effet de quoi avoir peur en apprenant que Revenant Wings ne serait pas un RPG ni même un jeu de rôle tactique mais bien un STR. La comparaison la plus logique nous ramène à Heroes of Mana, sorti récemment en version française mais n'ayant pas su vanter les mérites de la stratégie temps réel sur DS de manière convaincante. Et pourtant, si Revenant Wings emprunte exactement le même type de système de jeu, il résout la quasi totalité des défauts du gameplay de ce dernier. Avec une vitesse de jeu imposée mais parfaitement calculée, une difficulté revue à la baisse et un comportement plus autonome des unités, FFXII réussit déjà à se rendre beaucoup plus agréable à jouer. La plupart des éléments caractéristiques du genre ont été volontairement simplifiés pour minimiser les contraintes, à l'instar du système de production des unités qui réside uniquement dans la conquête de socles d'invocations. Ces portails sont la voie d'entrée de n'importe quel type d'unités que vous souhaitez voir venir en renfort sur le champ de bataille, les seules subtilités étant la possibilité d'augmenter le niveau de vos créatures et de choisir à quel leader vous désirez les associer. L'intérêt de regrouper vos unités sous les ordres de tel ou tel personnage est de pouvoir ensuite les déplacer ensemble sur l'aire de jeu. L'idéal est donc d'entourer un leader d'unités du même type que lui pour garder un contrôle permanent sur les assauts menés. Jouable entièrement au stylet, le soft trouve ainsi son efficacité dans ses raccourcis efficaces permettant de donner des ordres distincts pour chaque type d'unité, et cela de manière très rapide.

Final Fantasy XII : Revenant Wings
C'est sur le Licence Ring que vous débloquerez de nouvelles créatures alliées.
Une chose qui prend tout son sens lorsqu'on réalise l'importance du rapport de forces entre les créatures. L'idée était déjà présente dans Heroes of Mana mais difficile à mettre en place dans la pratique, alors que le système de groupes qui caractérise Revenant Wings permet d'en tirer parti sans problème. En fait, 80% de vos chances de victoire résident dans la préparation précédant un combat et dans votre efficacité à choisir quels types d'unités vous allez décider de déployer en prenant évidemment en compte les créatures présentes du côté adverse. Il suffit alors de mémoriser que les unités au sol sont supérieures aux unités de tir à distance qui, elles-mêmes, surclassent sans problème les unités volantes pour savoir comment réagir face à n'importe quelle situation. Libre à vous, ensuite, de peaufiner votre stratégie en exploitant les points faibles de vos adversaires, par exemple en opposant des créatures d'eau à celles de feu, et ainsi de suite. Si votre préparation est bonne, le déroulement de la mission ne sera généralement qu'une formalité, d'où la nécessité d'acquérir un maximum d'unités différentes le plus rapidement possible.

Final Fantasy XII : Revenant Wings
Deux continents à explorer : Ivalice et Lemures.
Une étape qui se fait au moyen du Licence Ring, une version simplifiée du Licence Board de FFXII qui se résume à un plateau unique sur lequel il est possible de débloquer progressivement la totalité des créatures du jeu. Les habitués de la série seront d'ailleurs ravis de constater que les unités en question reprennent le meilleur du bestiaire de Final Fantasy, puisqu'on retrouve aussi bien les Chocobo que les Tomberry, les Mog ou les Xilomyd. La meilleure surprise vient de la présence des principales invocations de la série, pas seulement les espers de FFXII (Belias, Mateus, Chaos...) mais aussi les chimères classiques de Final Fantasy (Shiva, Odin, Leviathan...). Du coup, on apprécie d'autant plus le fait que l'ensemble du bestiaire se débloque assez vite, et même si les monstres les plus puissants ont un coût souvent élevé, on s'empresse de convertir les socles d'invocation pour les faire entrer en jeu rapidement. Il faut ajouter que l'atmosphère globale du titre est assurée par la présence de nombreux remix tirés des compositions de FFXII réalisées par Sakimoto, et je peux vous dire que ce n'est pas rien de batailler avec des personnages en SD sur le thème des juges ou celui des espers...

Final Fantasy XII : Revenant Wings
Comprendre le rapport de forces entre les unités est la clé de la réussite.
Si les concepteurs de Revenant Wings ont tout fait pour ne pas complexifier inutilement le gameplay, le but premier étant que le soft reste parfaitement jouable, les possibilités sont pourtant loin d'être limitées. Il faut savoir ainsi que chaque leader peut voir son équipement modifié en fonction des armes et accessoires récupérés au fil des missions, ce qui permet non seulement de booster leurs capacités mais aussi de leur ajouter des armes dotées de pouvoirs liés aux éléments. Ensuite, les gambits sont bel et bien de retour dans Revenant Wings et ils sont là pour automatiser les actions qui vous paraissent les plus indispensables. Parmi toutes les compétences dont disposent vos personnages, vous ne pouvez en positionner qu'une seule en mode gambit, ce qui veut dire que le leader répétera cette action autant de fois que nécessaire durant la mission. Bien pratique pour éviter de garder un oeil en permanence sur tout le monde, ce qui serait totalement ingérable compte tenu du grand nombre de compétences dont disposent vos troupes. Autre notion connue, les impulsions sont des techniques ultimes propres à chaque personnage qui donnent lieu à de sympathiques animations, moins spectaculaires que dans FFXII évidemment, mais tout aussi efficaces.

Final Fantasy XII : Revenant Wings
Les gambits permettent de superviser l'action sans avoir à tout contrôler.
Avoisinant la vingtaine d'heures pour terminer le jeu en ligne droite, la durée de vie est assez courte du fait que les missions se terminent généralement en une dizaine de minutes. On en dénombre tout de même 81 au total si on regroupe les missions obligatoires et les missions libres, pour une aventure qui s'étale sur 10 chapitres soigneusement scénarisés. La notion de ressources intervient ici de manière très optionnelle puisque les matériaux récupérés servent uniquement à se lancer dans la longue quête de synthèse des armes. Un bonus facultatif mais plutôt intéressant et qui peut rallonger efficacement la durée de vie. Finalement, les quelques défauts que présente le soft n'entravent jamais le plaisir de jeu. Le manque de lisibilité lors des conflits de masse ne vous permet pas de désigner vos unités avec précision mais vous n'aurez normalement pas besoin de le faire si vous envoyez les bons groupes au bon moment. Les problèmes de pathfinding sont beaucoup moins fréquents que dans Heroes of Mana et sont compensés par le caractère partiellement autonome de vos unités. Seule la facilité du jeu pourra en laisser quelques-uns sur leur faim, faisant de Revenant Wings un jeu de stratégie à la portée de tout le monde qui vous offrira quelques heures de jeu vraiment très plaisantes dans l'univers de FFXII. Les plus impatients pourront se le procurer en US dès le 20 novembre, la version française entièrement traduite étant prévue pour début 2008.

Mis à jour le 06/11/2007
Nintendo DS RPG Stratégie Square Enix
Commander Final Fantasy XII : Revenant Wings
DS
39.00 €
DS
175.00 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
johnny4900
johnny4900
MP
le 08 juin 2009 à 16:23

Je vais vous flair envier je l'ai en français le scénario ai écselen les cinématique eppoustouflen je vous le conseil.

Lire la suite...
Meilleures offres
Derniers tests
16
TestYs IX : Monstrum NoxSur PS4
4
TestPolice ChaseSur PS4
14
TestJurassic World Evolution : Retour à Jurassic Park
PC PS4 ONE
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020