Menu
Pro Cycling Manager Saison 2007
  • Tout support
  • PC
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Cycling Manager Saison 2007
PC
Pro Cycling Manager Saison 2007
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
03 juillet 2007 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (45)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.2/20
Tous les prix
Prix Support
4.50€ PC
19.99€ PSP
24.00€ PC
29.99€ PSP
Voir toutes les offres
Partager sur :

Le Tour de France 2007 s'élancera de Londres ce week-end. Histoire d'anticiper sur le résultat futur de la reine des épreuves cyclistes, Cyanide remet le couvert et actualise sa célèbre série de gestion. De quoi passer de longues heures dans la peau d'un directeur sportif aux aguets, que ce soit lors d'un tour, d'une étape ou d'une classique, en France comme ailleurs en Europe.

Cycling Manager Saison 2007

Pour la septième année consécutive, les amateurs de cyclisme vont pouvoir s'en donner à coeur joie avec l'unique véritable simulation du genre sur PC développée par la rigoureuse équipe française de Cyanide. Celle-ci permet encore une fois de contrôler la destinée d'une équipe officielle parmi la soixantaine proposée (CSC, Dyscovery Channel, Gerolsteiner, Rabobank, T-Mobile pour ne citer qu'elles) sur les routes d'un tour ou d'une classique pour un total de 182 courses et 520 étapes (ce dernier chiffre ayant été boosté d'une cinquantaine d'unités depuis l'édition 2006). On retrouve donc en plus du Tour de France le Giro et la Vuelta sous des noms légèrement modifiés mais aussi toutes les courses qui font le calendrier annuel, ce qui débouche au final sur une base de données considérable et des épreuves aux profils divers et variés, qu'elles soient par étapes ou sur une seule journée. Le joueur a donc la possibilité de revivre de longues ascensions pour grimpeurs, des étapes de plaines pour baroudeurs ou des arrivées groupées où les genoux se fraient un passage pendant que les cuisses font parler la puissance.

Cycling Manager Saison 2007
Pratique de lancer une échappée avec un sprinter à quelques kilomètres de l'arrivée !
Si l'exhaustivité du contenu perdure, ses quelques défauts font de même. Ainsi, une partie du peloton se voit attribuer des noms semi-fictifs où une ou deux lettres sont modifiées par-ci par-là comme Kleir pour Kloden ou Cuoke pour Cooke. Une absence de licences complémentaires dommageable. Ce qui fait tache, soyons francs. Toutefois, l'avantage de jouer sur PC est de pouvoir récupérer un éditeur qui sera mis à disposition des joueurs par l'équipe de Cyanide, en marge des patchs correctifs, afin de passer quelques heures à bidouiller tout ce qui peut l'être. A propos des éléments à corriger, on se doit une nouvelle fois d'affronter quelques crashs en plein jeu, intervenant la majeure partie du temps en fin d'étape après un lag annonciateur d'une fuite de mémoire. Là aussi, il sera possible de télécharger une mise à jour qui, une fois testée, résoudra ce souci pour le moins contraignant. A côté de cela, le titre connaît les problèmes graphiques que son aîné rencontrait déjà. Toutefois, la gestion des contacts n'est toujours pas vraiment au programme, l'animation souffre du nombre de coureurs affichés et les textures de sol ou de second plan sont parfois inacceptables. Autant de points négatifs qu'il est difficile de sanctionner de par la nature du jeu et la configuration requise pour le faire tourner.

Cycling Manager Saison 2007
Il est possible d'équiper vos coureurs différemment en fonction de leurs aptitudes et du profil de l'étape.
Au rayon nouveautés et en sus de la soixantaine de nouvelles étapes, les 1 500 cyclistes n'ont pas grand-chose de révolutionnaire à se mettre sous la dent. On note toutefois quelques petites apparitions dans l'interface et des développements de comportements. Ainsi, une forme du jour intervient désormais afin que le directeur sportif puisse connaître l'état de santé individuel de ses coureurs, histoire de placer les bons pions dans les échappées et permettre aux autres de rallier l'arrivée sans trop de pépins physiques. Cet état de forme n'est cependant visible qu'après quelques kilomètres, ce qui rend la gestion des efforts d'autant plus complexe. Autre nouveauté intéressante, la possibilité d'"observer" un coureur adverse en particulier afin de connaître, étape par étape, les jauges de santé, de forme et le nombre de ravitaillements du cycliste. Autre détail notable, le On-fire ne peut être activé que par des attaques mais intervient de manière aléatoire, en dépit d'une forme individuelle maximale. On remarque également que les lieutenants sont en mesure de passer leader si ce dernier n'assure pas et pourront, le cas échéant, privilégier cette solution à celle qui consiste à le remonter progressivement dans sa roue.

Cycling Manager Saison 2007
Du coup, c'est beaucoup moins séduisant sous cet angle de caméra.
Au niveau de la gestion des jauges d'énergie, la barre bleue influe bien plus qu'auparavant sur l'endurance du coureur, entraînant même des fringales si elle est maintenue à son minimum. Elle diminuera également pendant une descente si vous maintenez la barre d'efforts à 99% à un mauvais descendeur. C'est alors une aubaine pour les bons descendeurs qui peuvent désormais créer des écarts notables sans pour autant se mettre dans le rouge. Enfin, dans l'évolution du peloton, il sera bon de noter que les leaders n'hésitent plus à laisser rouler leurs équipiers jusqu'aux dernières difficultés du tracé avant d'attaquer au pied de l'ultime col et tenter de faire la différence à quelques petits kilomètres de l'arrivée. Enfin, si un ou plusieurs de vos protégés se trouvent dans un jour sans pendant une étape de montagne où les cassures s'enchaînent et les organismes souffrent, l'apparition de grupetto leur permettra de réduire les écarts et de rentrer plus facilement dans les délais. Une idée bienvenue de la part des développeurs d'autant que cette pratique est plus que courante (pour les sprinters par exemple) dans le cyclisme moderne.

Cycling Manager Saison 2007
C'est là qu'on remarque qu'il reste un sérieux travail aux développeurs en au niveau du physique des coureurs.
Dans les coulisses, la série profite encore et toujours d'une gestion poussée de l'évolution d'une équipe dans le temps. Ainsi, réception et archivage des mails (invitations aux grandes courses, signatures de contrats avec des sponsors et des coureurs...), la mise en place d'objectifs précis par les sponsors, les points d'expériences attribués au manager (relations humaines, finances, gestion sportive et formation), le bilan financier et le calendrier sont une nouvelle fois au rendez-vous et autant de fonctions et critères avec lesquels il faudra parvenir à trouver un bon équilibre dans le but de mettre en place un effectif susceptible de remporter des victoires d'étapes ou mieux encore. Un effectif composé de coureurs aux profils différents s'appuyant sur des caractéristiques souvent hétérogènes : plaine, montagne, vallon, descente, contre-la-montre, résistance, récupération, pavés, baroudeur, sprint, accélération et moyenne. Avec eux, il faudra décider du rôle qui leur incombera tout au long ou durant une partie de son contrat : leader, sprinter, coureur protégé, équipier de luxe, équipier, jeune talent. Enfin, intervient logiquement l'entraînement qu'il est possible d'adapter à chacun de vos coureurs en fonction de leurs aptitudes.

Cycling Manager Saison 2007
Crevaison. Un incident récurrent sur des pavés.
Autant de qualités développées au fur et à mesure des saisons qu'on louera volontiers. Les connaisseurs en ont incontestablement pour leur argent lorsque l'on découvre ou redécouvre toutes les possibilités de détection de jeunes talents ou de recrutement de professionnels par les éclaireurs d'un staff également composé d'entraîneurs et de médecins. Un travail foncier qui donnera ses premiers fruits au cours de stages de pré-saison qui permettent de récupérer, d'augmenter la forme ou d'améliorer les compétences de ses troupes dans des domaines bien particuliers en fonction des lieux choisis et de la durée du stage. La préparation d'une nouvelle saison riche en courses n'est d'ailleurs pas qu'une question de terrain puisque l'on peut également acheter du matériel (cadres, roues, casques) adapté aux besoins individuels et aux profils des courses à venir. Un petit mot sur le multijoueur, encore une fois bien fourni, grâce à des parties hébergées par le GameCenter ou en réseau local, jusqu'à 20 utilisateurs. Celui-ci reprend les mêmes modes que le solo en ajoutant un mode saison exclusif. De quoi prolonger une durée de vie déjà conséquente si l'on prend le temps de construire ses victoires d'étapes et de gérer l'âme de l'équipe.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Le moteur 3D n'a pas évolué et souffre toujours d'une inconstance parfois flagrante en fonction des angles de caméra choisis. Si la vue aérienne est la plus pratique, les autres mettent en avant de gros défauts de textures, un public souvent plat et mal animé et des polygones mal placés sur les corps des protagonistes. Un niveau global cependant acceptable pour un jeu de gestion puisque l'on reconnaît en un coup d'oeil les maillots de coureurs, très propres.

  • Jouabilité 16 /20

    C'est au fil des heures de pratique et des arrivées ralliées sans trop de bobos que l'on prend plaisir à diriger nos troupes dans des courses extrêmement variées, aux tactiques uniques et souvent longues à mettre en place. Le tutorial n'abordant que les bases, c'est sur la route que les néophytes apprendront à gérer les efforts en fonction des profils d'étapes, grâce à une interface claire et soignée. Malgré un côté très complet et destiné à un public averti, le titre se prend vite en main, ce qui n'est pas toujours le cas des jeux de gestion.

  • Durée de vie 17 /20

    Si l'on combine la base de données initiale, le nombre impressionnant de courses, le multijoueur et l'éditeur d'étapes, la durée de vie est démentielle. Les futurs patches devraient rapidement résoudre les quelques soucis de stabilité dérangeants qui pourront donner aux plus impatients l'envie de ranger le jeu dans un placard. On espère simplement que le prochain opus jouira d'un peloton qui bénéficie de la totalité des noms originaux.

  • Bande son 9 /20

    Les commentaires de Patrick Chassé sont très basiques et pas franchement emballants mais ont le mérite de vous informer des événements majeurs intervenant durant la course. En parallèle, les morceaux musicaux sont particulièrement inadaptés à un jeu de gestion où un calme ambiant est fortement souhaité pour ne pas perdre la maîtrise de ses nerfs. Quant au public, il ne fait pas vraiment preuve de ferveur. Un point à corriger rapidement.

  • Scénario /

Un opus 2007 sans véritables surprises mais qui permet à la série de progresser sensiblement dans la variété des courses et les réactions de l'IA, un peu plus humaine. En dépit de certains défauts récurrents, il succède donc dignement à son aîné et devrait convenir aux amateurs du genre.

Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
03 juillet 2007 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (45)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.2/20
Mis à jour le 03/07/2007
PC Gestion Sport Focus Cyanide
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live