Menu
Bioshock
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
  • Mac
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières previews jeux vidéo / Bioshock / Bioshock sur 360 /

Aperçu Bioshock sur 360 du 25/06/2007

Preview : Bioshock
360
Partager sur :

Attendu par certains comme la seconde venue du Messie, Bioshock s'est enfin révélé à nous durant quelques heures, le temps d'une session de jeu organisée par son éditeur. Quelques heures, c'est à la fois bien trop court pour goûter intégralement à la richesse de ce FPS clairement atypique mais c'est déjà bien suffisant pour faire apparaître quelques menus défauts...

Nonchalamment avachi dans le fauteuil grand luxe d'un vol transatlantique, le héros profite de son voyage tout en dégustant une cigarette. Un passager qui fume à la vue de tous dans la cabine d'un avion ? Pas de doute, Bioshock est bien un jeu qui se déroule dans une réalité qui n'est pas la nôtre. En tout cas, cette scène a tout du proverbial calme avant la tempête. En effet, selon le principe que si tout va bien il n'y a pas d'histoire donc pas de jeu, la situation va rapidement s'aggraver de manière drastique puisque l'avion va se crasher dans l'océan. Balancé à l'eau, au beau milieu des flammes, le personnage ne doit son salut qu'à la proximité d'une île minuscule surmontée par un phare. L'endroit est de toute évidence civilisé puisqu'un escalier bordé de lampadaires permet de sortir de la mer et se dirige vers l'édifice vertical. Pas grand-chose d'autre à faire donc on avance jusqu'à tomber sur une cloche de plongée. L'invitation est évidente et trop tentante. Rapidement, on se retrouve à des centaines de mètres sous la surface, à faire ses premiers pas dans une cité sous-marine à l'architecture clairement inspirée par le style Art Déco mais qui, de toute évidence, a subi de gros dégâts. Bienvenue à Rapture !

Bioshock
Big Daddy dans toute sa splendeur.
Très vite, le héros va se confronter aux habitants des lieux, des humains devenus fous furieux et qui se précipitent sur lui à une vitesse phénoménale pour le bourrer de coups d'armes blanches artisanales, tuyaux en tête. En fait, vous assistez dès votre sortie du bathyscaphe à un massacre à la faucille mené par l'un de ces marteaux. Gulp ! L'ambiance et le propos de Bioshock s'installent dès les premières minutes de jeu. Le danger peut venir de partout, se divisant à la fois entre les "monstres" qui parcourent les couloirs et ceux qui interviennent de manière scriptée, dès qu'on réussit certaines actions ou qu'on se retrouve à certains endroits. Le décalage entre cette violence et les décors travaillés riches en ornements rococo contribue à l'ambiance si particulière du jeu. Les êtres vivants ne sont pas les seuls ennemis qu'on rencontre. Il y a aussi de nombreux systèmes de sécurité mécaniques comme des tourelles de mitrailleuses, des petits robots volant eux aussi armés jusqu'aux engrenages ou des caméras qui donnent l'alerte dès qu'elles vous repèrent.

Bioshock
Catwoman dans une version saignante et colorée...
Face à cette adversité que le héros va affronter dans un premier temps l'arme à la main comme dans n'importe quel FPS, ce dernier va devoir progresser sous les conseils d'un certain Atlas. Apparemment, cet habitant est encore doué de toute sa raison et promet d'aider le personnage qu'on dirige si de son côté celui-ci vole au secours de sa famille. Inutile de penser qu'on ait le choix, d'autant plus que ce mystérieux interlocuteur va permettre au héros de découvrir tout un aspect du jeu qui vient se greffer sur le principe du FPS et qui passe par les plasmides, des modifications génétiques mises au point dans les laboratoires de Rapture et qui confèrent à leurs utilisateurs des pouvoirs hors du commun. Ces derniers sont de deux natures essentielles, active ou passive. Les premiers servent à attaquer, c'est-à-dire qu'on pourra au choix incinérer ou geler un ennemi. Les seconds sont passifs et améliorent les capacités du personnage en le rendant plus rapide ou plus discret ou encore plus apte à pirater un système informatique ou la serrure d'un coffre. Ces plasmides sont également la réponse à un problème qui se pose rapidement : dans Bioshock, on ne croule pas sous les munitions. Si on trouve des armes à feu assez rapidement, les balles sont assez rares. De plus, certaines d'entre elles sont spécialisées, comme les balles blindées qui sont très efficaces pour se défaire d'un ennemi mécanique et qu'il ne faut justement pas gâcher sur l'un des habitants de Rapture. On en vient donc à utiliser les pouvoirs offensifs que l'on découvre. Pour s'en servir, il faut quand même les alimenter grâce à une substance appelée ADAM. On l'obtient en fouillant les cadavres de ses ennemis mais on apprend très vite que c'est justement l'utilisation de cet ADAM qui a fait des habitants de Rapture les prédateurs assoiffés de sang qu'ils sont devenus. Dilemme...

Bioshock
Voici le genre de personnage particulièrement étrange que l'on croise régulièrement dans Bioshock.
Cette réflexion cornélienne atteint son paroxysme quand on évoque la question des "Little Sisters". Il s'agit de petites filles qui déambulent à la recherche d'ADAM que leur corps a le pouvoir de stocker. Dès lors, certains joueurs seront tentés de les sacrifier pour récupérer le précieux carburant à pouvoir, quitte à devoir à chaque fois réussir l'exploit d'éliminer un Big Daddy, l'énorme scaphandrier incroyablement fort qui accompagne chacune de ces enfants. On pourra également rendre les "Petites Soeurs" normales en les sevrant de leur dépendance à l'ADAM. Dans ce cas-là, on en récupère nettement moins et, ainsi démuni, on se prépare donc des instants intéressants pour les combats à venir. Mais la morale est sauve et on retrouve dans cette alternative l'un des traits qui font les grands jeux, à commencer par Deus Ex.

Bioshock
Bienvenue à Rapture, une ville qui cache tout un tas de secrets...
Bioshock est donc un jeu au contenu et au principe d'une profondeur pratiquement insondable. A ce titre, l'analogie avec son unité de lieu, si elle est facile, n'en est pas moins juste. Petit exemple : lors d'un combat durant notre essai, le personnage s'est retrouvé entouré d'un quarteron de fous furieux avec dans son pistolet tout juste quatre balles. Pas suffisant pour se sortir de ce mauvais pas. Dans un premier temps, on tire sur tout ce qui bouge et on tente de régler leur compte aux survivants à coups de clé à molette. Mauvaise idée qui se traduit invariablement par une mort rapide du personnage. Petit à petit, on échafaude une vraie tactique : attendre que les ennemis arrivent dans la pièce en sautant dans la fontaine, ce qu'ils font invariablement. Là, lancer une décharge électrique prodiguée par la plasmide idoine qu'on a reçue quelques instants auparavant. Ainsi, on en élimine d'emblée un ou deux. C'est déjà ça. Les autres sont sérieusement blessés et on peut les achever au pistolet. Mais, si on est vraiment branché plasmide, il est possible de passer en mode incendiaire et de leur mettre littéralement le feu. Ils fileront éteindre les flammes en plongeant dans la fontaine. Dès lors, on réutilise l'électricité pour leur faire connaître le même sort que leurs congénères. Comme vous l'aurez peut-être perçu, Bioshock proposera également un aspect jeu de rôle. Grâce à l'ADAM, on pourra renforcer les pouvoirs qu'on possède déjà ou en acquérir de nouveaux peut-être plus adaptés aux situations rencontrées. Une myriade de possibilités s'offrira donc au joueur, conférant à ce titre un côté libertaire qui est inversement proportionnel au sentiment de claustrophobie qu'engendreront les bâtiments qu'on visitera.

Bioshock
Ce personnage n'est autre qu'un ancien scientifique...
Il est temps maintenant d'apporter une première réponse à la grande question que tout le monde se pose : Bioshock est-il effectivement le jeu indispensable que tous les possesseurs de PC ou de Xbox 360 attendent ? La réponse tient en un "Oui !" franc et massif tempéré d'un tout petit "Non." qui ne s'applique qu'au cas par cas. Oui, Bioshock devrait tenir ses promesses et même aller au-delà en matière de principe et de contenu. Riche, permissif, intelligent, techniquement irréprochable et pensé pour les joueurs qui aiment les univers cohérents, il est tout simplement envoûtant. Le bémol, c'est qu'on sent bien qu'il s'agit d'un jeu développé par Irrationnal Games, un studio dont certains membres avaient auparavant signé System Shock 2. Si on met de côté les différences de contexte, on sent bien que Bioshock réutilise les mêmes recettes que son très illustre prédécesseur, à commencer par le fait qu'il oscille en permanence et avec élégance entre FPS et RPG. Illustrons cela par l'exemple. Comment un joueur ayant un peu de bouteille pourrait-il ne pas faire le lien entre Andrew Ryan, à la fois architecte et fondateur de Rapture mais aussi grand méchant de l'histoire opérant de manière indirecte et Shodan, l'entité virtuelle qui faisait tout pour vous éliminer dans System Shock 2 ? D'accord, ce (léger) reproche est avant tout une question de culture personnelle mais ceux qui connaissent cette référence pourraient ressentir comme une impression de déjà joué. Et, encore une fois, ce n'est qu'une toute petite remarque qui ne pèse pas lourd par rapport aux énormes qualités dont semble bénéficier Bioshock.

Mis à jour le 25/06/2007
Xbox 360 FPS Aventure 2K Games Fantastique Steampunk
Commander Bioshock
360
23.40 €
360
27.90 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
mamamyah
mamamyah
MP
le 11 févr. 2010 à 13:49

Je poste en voyant ceci:
"c'est déjà bien suffisant pour faire apparaître quelques menus défauts"

Je me marre bien maintenant,un reproche dans un paerçus de jv.com signifie souvent que le jeu va être sous-noté,surtout si ce reproche se trouve sur l'intro,et finalement...Bioshock est l'un des 7 merveilles vidéo-ludique^^.

Lire la suite...
dylem29
dylem29
MP
le 12 janv. 2010 à 19:14

Idem :(

Lire la suite...
DrGreenthumb
DrGreenthumb
MP
le 25 sept. 2009 à 14:39

Et de 2!!

Lire la suite...
Beleduks
Beleduks
MP
le 12 janv. 2009 à 21:32

je suis étonné qu'il n'y ait qu'un seul commentaire.

Lire la suite...
Meilleures offres
Fnac Marketplace PC 0.90€ Fnac Marketplace PC 4.69€ Fnac Marketplace 360 5.00€ Fnac Marketplace PS3 5.63€ Fnac Marketplace 360 6.83€ Rakuten PS3 21.99€
Marchand
Supports
Prix
Derniers tests
13
TestBlacksad : Under the Skin
PC PS4 Switch
16
TestStar Wars Jedi : Fallen Order
PS4 ONE
12
TestTerminator : Resistance
PS4 ONE
Les jeux attendus
1
The Last of Us Part II
29 mai 2020
2
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
3
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020