Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Heatseeker / Heatseeker sur PSP /

Test Heatseeker sur PSP du 14/06/2007

Test : Heatseeker
PSP

Contributeur

Heatseeker ne fait pas dans la dentelle, c'est le moins que l'on puisse dire. Ce shoot d'arcade n'a pas d'autre vocation que celle de décorer votre domicile, ou tout autre lieu de villégiature avec des impacts de missiles et d'autres projectiles encore moins ragoûtants. Avant de lire ce test, je vous suggère donc d'enfiler votre combinaison anti-G, de boucler votre ceinture et de mettre la B.O. de Top Gun sur votre tourne-disque.

Dès le départ, Heatseeker proclame haut et fort son intention d'offrir au joueur des combats aériens totalement frénétiques. En effet, la quinzaine d'avions que vous pourrez piloter dans le jeu ont beau adopter la forme de vrais modèles, tels le T-45 Goshawk, le discret F-117 Nighthawk ou le SR-71 Blackbird, ils correspondent davantage à des tanks volants qu'autre chose. Extrêmement résistants, au point qu'une collision frontale avec un autre aéronef n'entamera que faiblement leur barre de vie, ils seront de plus capables d'emporter une infinité de munitions de tout type sous leur beau fuselage moderne. Alors que les versions de salon offraient la possibilité de choisir entre deux modes de contrôle : professionnel ou arcade, la PSP ne s'en tient qu'à ce dernier, renforçant ainsi l'idée que cette adaptation portable ne se destine absolument pas à satisfaire les pilotes en mal de réalisme.

Intervenez rapidement, sous peine de voir les unités adverses détruire la centrale.

Au début du jeu, comme pour les versions PS2 et Wii, vous serez affecté à une base aérienne sur l'île de Lord Roberts, et (mal)heureusement pour vous, jeune aiglon, vous allez bien vite vous retrouver à virevolter dans tous les sens pour sauver votre peau et celle de vos potes. La faute à d'immondes terroristes qui comme d'habitude, projettent de dominer le monde à grands coups de têtes nucléaires et d'insidieux best of de Francis Lalanne. Des terroristes qui semblent d'ailleurs disposer de plus de moyens que l'armée des Etats-Unis tant ils ne cesseront de déverser des vagues de chasseurs, d'hélicoptères et de navires sur le joueur. On devra donc se frotter à ces nombreux ennemis au cours de 30 missions variées aux nombreux rebondissements, bien que ces derniers soient souvent convenus. Entre les sessions de destruction pure et simple de l'adversaire, dans les airs et au sol, les reconnaissances, la protection d'unités alliées ou même l'intimidation, il y aura de quoi faire. Notez toutefois que si la plupart des missions du jeu reprennent leurs homologues de salon, elles comprendront toutes quelques modifications. Plus courtes, ce qui n'est pas plus mal pour une console portable destinée à être utilisée lors de petites sessions de jeu, elles ne vous feront pas toujours affronter autant d'ennemis que sur PS2.

L'Impact Cam interrompt brièvement l'action pour mieux vous faire profiter des explosions.

J'y faisais allusion précédemment, les contrôles de votre aéronef sont relativement simples. Le stick sert ainsi à se diriger et les boutons de façade à changer d'armes (des missiles à tête chercheuse, en passant par le bonne vieille mitrailleuse et même occasionnellement par quelques bombes terrestres et autres torpilles) et les gâchettes à doser votre vitesse. Plus tard, on sera même amené à donner des ordres à un coéquipier. Même si la plupart des manoeuvres types d'un jeu de combat aérien tels que les atterrissages et décollages vous seront épargnées, on ne pourra s'empêcher de constater que le pilotage s'avère nettement moins agréable que sur PS2. Pire, toutes les manoeuvres, toutes les accélérations, qui faisaient en grande partie le charme de Heatseeker, ont été ralenties pour faciliter la tâche au joueur. Un choix discutable, car s'il offre un tout petit peu plus de confort, il tend à dénaturer un jeu par nature frénétique. Les combats perdent de leur intensité et deviennent beaucoup moins accrocheurs.

Et hop, une brochette d'hélicoptères !

Plus encore que dans votre salon, vous vous contenterez de sélectionner l'arme qui vous semble la mieux adaptée à la cible, avant de vous rapprocher sans la moindre subtilité, pour finalement lâcher votre cargaison mortelle. Les missiles à tête chercheuse qui toucheront leur cible (et oui, ça ne marche pas à tous les coups tout de même, d'autant plus que vos ennemis apprendront à user de leurres et autres contre-mesures avec le temps) déclencheront toujours un petit ralenti pour que vous puissiez vous délecter de l'explosion en gros plan. Ce procédé, qui évoque inévitablement les Takedowns de Burnout illustre encore une fois l'aspect purement bourrin de l'action et tente modestement de briser la léthargie dans laquelle vous risquez de sombrer. Dommage qu'on ne puisse plus visionner le replay de nos missions. En fait, Heatseeker sur PSP bride un peu le côté spectaculaire de l'aventure et parvient même à accentuer les petits problèmes de lisibilité déjà présents sur PS2. Ainsi, alors qu'on s'attaquera à des cibles terrestres ou navales, le curseur disparaîtra souvent derrière votre coucou. Un inconvénient d'autant plus gênant que ces cibles nécessiteront la plupart du temps plusieurs passages avant d'être pulvérisées.

Au fond, la version PSP de Heatseeker perd trop de son énergie pour arriver à se maintenir dans les air, surtout lorsque l'on considère la concurrence. Les dogfights manquent de pêche et le jeu se montre peut-être trop facile à dompter. Dommage, car l'idée de voltiger avec sa PSP en se rendant au travail avait de quoi séduire.

Les notes
  • Graphique 11 /20

    Clairement moins beau que la concurrence, Heatseeker sauve les meubles par la mise en scène des combats et notamment son Impact Cam qui magnifie les explosions. En dehors de ça, le résultat est tout de même assez pauvre.

  • Jouabilté 11 /20

    Apprendre à manoeuvrer les avions ne prend guère plus de quelques minutes, passé ce délai, vous n'aurez plus aucun mal à effectuer la plus audacieuse des manoeuvres, évitement comme passage en rase-mottes. Mais Heatseeker PSP se montre moins agréable à manier que ses congénères de salon. Les mouvements sont plus lents et globalement moins fluides que sur PS2 ce qui a pour effet de rendre les dogfights sensiblement moins divertissants.

  • Duree 13 /20

    Plus de 30 missions assez courtes mais variées ainsi qu'un mode multijoueur offrant des modes classiques mais efficaces donnent à Heatseeker un durée de vie plus qu'honorable.

  • Son 12 /20

    La musique rock omniprésente n'est pas transcendante mais elle colle plutôt bien à l'action. Quant aux rugissements des réacteurs, ils sont tout juste convenables.

  • Scénario 12 /20

    Classique sur toute la ligne, la trame scénaristique n'est qu'accessoire.

Heatseeker était à l'origine un projet destiné à la seule PSP, et c'est malheureusement sur ce support qu'il se révèle le plus décevant. La faute à une maniabilité presque bridée qui gâche la nervosité des combats et rend l'aventure largement moins prenante.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
14 juin 2007 à 18:00:00
11/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
8/ 20
Mis à jour le 14/06/2007 Voir l'historique
PlayStation Portable Action Codemasters IR Gurus
  • Partager cette page :
Heatseeker
PS2 PSP Wii
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (3)
  • News (4)
  • Vidéos (7)
  • Images (180)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (1)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Heatseeker sur PSP
    -
    PSP
Boutique
  • Heatseeker PSP
    39.99 € Neuf
    2.60 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.