Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Final Fantasy V Advance / Final Fantasy V Advance sur GBA /

Test Final Fantasy V Advance sur GBA du 17/04/2007

Test : Final Fantasy V Advance
GBA

Poursuivant son programme de résurrection de la série des Final Fantasy sur GBA, Square Enix nous invite à (re)découvrir le cinquième épisode de la saga dans une version qui devrait ravir tout particulièrement les nostalgiques. Nous avions eu quasiment un an pour terminer FFIV Advance, et nous ne disposons cette fois que de deux mois pour venir à bout de ce FFV avant la sortie du sixième opus dans sa version GBA. C'est le moment ou jamais de vous mettre aux RPG !

Faut-il rappeler que Final Fantasy n'est de toute façon pas une série dont chaque épisode se suit, et qu'il n'y a donc vraiment pas de quoi paniquer si jamais vous hésitez à vous lancer dans ce cinquième opus alors que vous n'avez pas fait les précédents ? Le seul reproche qu'on pourra vous faire si vous avez snobé FFIV Advance, c'est d'être passé à côté d'un véritable monument du RPG sur console portable, et là c'est vrai qu'il y a quand même de quoi avoir honte. Malgré tout, si vous lisez ceci c'est que Cecil et Kain vous ont pardonné votre affront, sans doute pour vous laisser une chance de vous rattraper en vous jetant sur Final Fantasy V Advance. Et je peux vous assurer que vous ne le regretterez pas, ce titre étant de ceux qu'on ne lâche plus une fois les voiles de l'aventure déployées !

La quête des cristaux en toile de fond, comme le veut la tradition.

Pour les lecteurs pressés qui connaissent déjà le cinquième épisode de la série, je vais commencer par faire le point sur les principales nouveautés de cette version, et je m'attarderai ensuite plus en détail sur les autres aspects du jeu pour ceux qui voudraient en savoir plus. N'oublions pas que le soft original est sorti au Japon sur Super Famicom en 1992, avant d'être transposé sur PSOne dans une version qui, par bonheur, a été éditée chez nous dans le pack Final Fantasy Anthology. Cette adaptation GBA nous fait certes perdre les cinématiques créées pour l'opus 32 bits, mais on y gagne au change puisque la mouture GBA ne souffre d'aucun problème de fluidité ou de temps de chargements à rallonge. Les qualités graphiques et sonores sont également tout à fait correctes pour le support portable, et les textes sont pour la première fois intégralement traduits en français. FFV Advance bénéficie par ailleurs d'un certain nombre d'ajouts intéressants, avec notamment l'apparition de nouveaux jobs (nécromancien, cannonier, gladiateur et oracle), sans oublier le donjon supplémentaire qui, à l'instar de ceux présents dans le remake de FFIV, permet d'en savoir plus sur les personnages tout en prolongeant l'expérience de jeu. Autant de bonnes raisons de refaire ce titre si vous l'avez un peu oublié, et surtout de le découvrir si vous n'aviez pas encore eu le temps de vous y mettre.

L'histoire d'un vieil homme confus et changé en crapaud...

Sakaguchi nous révélera-t-il un jour le véritable secret des cristaux et ce qui l'a conduit, dès le premier opus de la série, à en faire l'élément symbolique de la saga Final Fantasy ? Le fait est que ce cinquième volet reprend à son tour le thème des quatre cristaux élémentaires à protéger pour préserver le monde d'une apocalypse qui semble pourtant inéluctable. Le chaos vient cette fois du dénommé Exdeath, un sorcier maléfique venu d'un autre monde pour éradiquer le pouvoir des cristaux l'ayant condamné à trente années d'isolement et d'enfermement. Comme toujours, la planète ne compte pas plus d'une poignée de héros capables à eux seuls de se dresser contre les forces du mal et d'inscrire leur nom dans l'histoire. C'est ainsi que le joueur va faire la connaissance de quatre personnages prédestinés à se rencontrer pour mener à bien cette noble quête : Bartz, un aventurier solitaire errant à travers le monde sur le dos de son Chocobo ; Lenna, une princesse lancée à corps perdu sur les traces de son père disparu ; Galuf, un homme d'âge mûr qui a tout oublié de son passé ; et Faris, un mystérieux pirate entretenant un lien très fort avec son dragon. Tous se lanceront à la recherche des Aérolithes, ces sites réputés pour leur forte concentration en matière stellaire, dans le but de prendre de vitesse leur ennemi. L'aventure s'articule autour de ce point de départ assez sommaire pour se complexifier au gré des événements, et même si la psychologie des personnages n'égale pas celle des quatrième et sixième volets de la série, l'histoire a ce quelque chose d'absorbant qui caractérise les meilleurs RPG old-school, et c'est bien l'essentiel.

Le système de changement de jobs offre une totale liberté dans la personnalisation des héros.

Au niveau du système de jeu, FFV Advance n'apporte pas grand-chose de réellement nouveau par rapport à son prédécesseur, mais il a la bonne idée de reprendre la notion d'ATB (la jauge d'Active Time Battle apparue dans FFIV) et le fonctionnement des jobs hérité principalement du troisième volet. Vous le découvrirez vous-même en vous essayant au remake de FFIII sur DS, mais le système de classes propre à FFV se révèle beaucoup plus malléable, dans le sens où il permet de passer d'un job à un autre sans que cela entraîne une période de battement durant laquelle on est obligé de subir une baisse de ses statistiques. Tout a été mis en place pour nous inciter à user et abuser du changement de classe des personnages, et il n'y a aucune raison de s'en priver puisque le processus n'offre que des avantages. L'optimisation de l'équipement se fait automatiquement à chaque nouveau changement, et le fait de pouvoir assigner à chacun une compétence secondaire en plus de celle qui est propre au job sélectionné permet un très haut niveau de personnalisation.

Trois mondes à explorer de fond en comble dans cet épisode.

A titre d'exemple, rien ne vous empêche de vous orienter vers un mage rouge auquel vous rajouterez la possibilité de lancer soit des invocations, soit des sorts de magie verte ou bleue. Mais vous pouvez aussi tout à fait lui conférer des techniques secondaires de toute autre nature, et c'est bien sûr valable pour tous les types de personnages. Une véritable aubaine pour les joueurs prudents qui pourront ainsi attribuer des magies blanches en soutien pour chacun des membres de leur équipe. A vous les ninjas invokeurs, les moines voleurs et autres bizarreries capables de s'adapter à toutes les situations. On passe ainsi sans complexe d'un groupe de purs magiciens regroupant toutes les couleurs à une équipe de samouraïs et de berserkers, même si les formations plus hétéroclites sont généralement conseillées. La grande force de FFV c'est aussi de pouvoir remanier la gestion des classes à n'importe quel moment du jeu sans avoir à subir aucune pénalité et sans devoir passer tout son temps dans le sous-menu puisque tout ceci s'effectue de manière ultra rapide en toute simplicité.

La plupart des invocations sont optionnelles.

Les jobs étant certainement l'élément le plus sympathique de ce cinquième volet, je vous en donne tout de même la liste complète, sachant que ceux-ci vous seront attribués à chaque nouveau cristal découvert : free-lance (le job de base), paladin, moine, voleur, berserk, chevalier mage, mage blanc, mage noir, mage chronos, invokeur, mage bleu, mage rouge, dresseur, géomancier, ninja, barde, rôdeur, samouraï, chevalier dragon, danseur, alchimiste, mime, nécromancien, cannonier, gladiateur et oracle, les quatre derniers étant propres à la version GBA. A noter que les chevaliers mages peuvent ensorceler leurs épées, comme le faisait Bibi avec les armes de Steiner dans FF9, que le dresseur peut amadouer et contrôler certains ennemis, et que le géomancien peut déjouer les pièges naturels en évitant les sols dangereux. Un rôdeur est un archer capable de faire appel à des animaux pendant les combats, et à l'instar de Gogo dans FFVI le mime est le seul à pouvoir imiter les actions de ses compagnons. Il y a donc plein de choses à découvrir en perfectionnant ses jobs, même s'il faut bien avouer que certains sont plus anecdotiques que d'autres.

Première apparition de Gilgamesh dans la série !

Malgré le retour à un groupe limité à 4 personnages seulement et une fréquence de combats un peu élevée, on constate avec plaisir que les affrontements de cet épisode ne sont jamais dénués d'intérêt, surtout lorsque vient l'heure d'en découdre avec des boss que la douleur d'être restés terrés dans les donjons a rendu farouches. Mais FFV Advance, c'est aussi le retour de Cid, le "change-forme" incontournable, toujours aussi obnubilé par les machines, mais surtout la première apparition de l'imposant Gilgamesh. Si l'aventure peut donner l'impression d'avancer trop vite durant les premières heures de jeu, les choses sérieuses commencent vraiment avec la découverte du deuxième monde parmi les trois qu'il convient d'explorer. La multiplicité des véhicules est toujours de mise dans cet épisode, les Chocobos côtoyant les Airships en toute impunité. A mon sens, la quête que nous propose ce cinquième volet n'a que le défaut de proposer une trame scénaristique plus conventionnelle et moins poignante que celle de FFIV, mais l'efficacité du système de jobs rattrape sans peine la frustration qu'on pourrait ressentir en parcourant le jeu. Cette version GBA vous est donc chaudement recommandée si vous avez envie de revenir à une approche plus old-school du RPG.

Les notes
  • Graphique 13 /20

    La réalisation a bien sûr été retravaillée par rapport au jeu original sorti sur Super Famicom et elle s'avère même meilleure que sur la version PSOne. Le character design de Yoshitaka Amano apporte une vraie dignité aux personnages dont les profils s'affichent à chaque dialogue, et les environnements impressionnent toujours par leur diversité. Le reste est une question de feeling par rapport aux graphismes old-school.

  • Jouabilté 16 /20

    Un épisode qui pourrait sembler peu novateur car reprenant des idées déjà mises en place dans les précédents volets, mais qui se démarque par une gestion quasi parfaite du système de jobs. Le degré de liberté offert en terme de personnalisation est incroyable, et on prend un plaisir énorme à profiter de ce système de changement de classes pour s'adapter au mieux à chaque situation.

  • Duree 16 /20

    Trois mondes à explorer pour une durée de vie qui dépasse allègrement la trentaine d'heures de jeu, surtout si vous êtes du genre à perfectionner tous les jobs. En terme de contenu, la version GBA rajoute 4 nouvelles classes et un donjon inédit.

  • Son 15 /20

    Des musiques remaniées sur GBA, même si les thèmes composés par Uematsu pour cet épisode ne sont pas les plus mémorables de la série. On retiendra surtout la douce mélodie du village natal de Bartz et le fameux thème de Gilgamesh.

  • Scénario 15 /20

    Si la trame de FFIV nous avait marqués pour sa profondeur et son approche psychologique des personnages, FFV revient à des choses plus classiques et décevra donc un peu les amateurs d'histoires torturées et imprévisibles. Le scénario ne manque heureusement pas de rebondissements et les héros demeurent plutôt attachants. C'est aussi la seule version du jeu avec les textes en français.

S'il s'avère un cran en-dessous du quatrième volet en terme de narration, FFV Advance se rattrape grâce à la mise en place d'un système de jobs proche de la perfection. Le gameplay s'en trouve enrichi de manière considérable et autorise un très haut degré de personnalisation tout en restant parfaitement malléable. Cette version portable comporte même quelques ajouts susceptibles de convaincre les fans de s'y remettre. Un épisode à découvrir d'urgence avant d'accueillir comme il se doit la sortie du sixième volet sur GBA.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
17 avril 2007 à 18:00:00
16/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (63)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Mis à jour le 17/04/2007 Voir l'historique
Gameboy Advance RPG Square Enix
  • Partager cette page :
Final Fantasy V Advance
PS3 iOS Android GBA PS1 PSP SNES
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (4)
  • News (12)
  • Vidéos (34)
  • Images (622)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Final Fantasy V Advance sur GBA
    -
    GBA
Boutique
  • Final Fantasy V Advance GBA
    17.90 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.