Menu
Asphalt : Urban GT 2
  • Tout support
  • DS
  • NGAGE
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Asphalt : Urban GT 2 / Asphalt : Urban GT 2 sur PSP /

Test Asphalt : Urban GT 2 sur PSP du 12/04/2007

Test : Asphalt : Urban GT 2
PSP
Asphalt : Urban GT 2
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 avril 2007 à 18:00:00
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (9)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12/20
Tous les prix
Prix Support
21.90€ PSP
59.99€ DS
69.90€ DS
90.00€ PSP
Voir toutes les offres
Partager sur :

Tout d'abord, préparons-nous pour une brève séance de spiritisme, car c'est bien du lointain royaume de la défunte N-Gage que nous vient la série des Asphalt : Urban GT. Tel un phénix, cette dernière a régulièrement fait quelques apparitions plus ou moins flamboyantes sur nos bons vieux téléphones portables avant de finalement trouver le gîte et le couvert sur DS. Et aujourd'hui, la voilà qui déboule sur nos rutilantes PSP pour nous inviter à participer à des courses urbaines qui manquent un peu de pêche.

Asphalt : Urban GT 2

Après cette entrée en matière délicate et raffinée nous voilà donc prêts à nous lancer dans l'analyse d'un jeu qui ressemble comme deux gouttes d'eau à son congénère sur DS. Il s'agit donc toujours de semer le chaos sur des circuits inspirés des plus grandes villes du monde : Rio, San Francisco, Londres, Paris, Tokyo et j'en passe. Asphalt : Urban GT 2 s'inspire toujours autant des séries phares de jeux de courses arcades telles Burnout et Need For Speed dont il intègre quelques-uns des aspects les plus emblématiques. Ainsi, la dimension tuning de Need For Speed, de même que sa maréchaussée côtoient sans aucune gêne la jauge de boost de Burnout, sa circulation, ses prises de risques et ses Takedowns. En terme de contenu, le titre est presque totalement similaire à la version tactile, la seule différence venant de la disparition soudaine de Moby. L'artiste chevelu, qui nous accompagnait jusque-là dans les menus, a donc été ignoblement troqué contre le groupe anglais Maximo Park et sa chanson Under Pressure. Un seul titre donc, que vous écouterez jusqu'à ce que mort s'en suive. Heureusement que les temps de chargements, un peu longuets même pour de la PSP, viendront régulièrement à la rescousse.

Asphalt : Urban GT 2
Mais revenons-en à nos moutons cylindrés. Asphalt : Urban GT 2 nous propose donc toujours deux modes principaux, tous constitués des mêmes challenges. Ainsi, en mode Arcade, on pourra choisir un type d'épreuve spécifique et se lancer immédiatement dans le vif du sujet. Course Unique, Contre-La-Montre, Course-Poursuite où vous devrez envoyer valdinguer des «bandits» sur le bas-côté, la Chasse A l'Homme où il vous faudra au contraire échapper à la police et enfin l'Elimination, challenge carrément piqué à Burnout et sans doute à Highlander, voilà de quoi vous occuper pendant un bon moment. Mais c'est surtout le mode Evolution qui nous intéresse ici, puisque c'est lui qui vous permettra d'empocher des pépettes et de débloquer de nouveaux circuits et véhicules à quatre voire même deux-roues. On pourra notamment y faire ses emplettes chez le concessionnaire et choisir ses bolides parmi une généreuse sélection de modèles existants (Chrysler, Dodge, Ducati, General Motors, Kawasaki, Lamborghini, McLaren, BMW, Nissan, Subaru, Triumph, Pontiac et bien d'autres) pour ensuite faire un tour par le garage et tuner vos acquisitions à grands coups de néons, de peinture, d'ailerons, pour une résultat sympathique mais finalement assez limité. Le mode Evolution combine toutes les épreuves décrites précédemment au sein de 61 championnats qui vous imposeront souvent d'utiliser une catégorie de véhicules précise.

Asphalt : Urban GT 2
Même si les challenges sont variés, la grande majorité des courses partagent les mêmes caractéristiques. Sachez donc que vous débuterez toujours vos courses en queue de peloton et que plus vous témoignerez d'agressivité en explosant les automobilistes innocents, vos concurrents et quelques éléments du décor, plus vous empocherez de précieux dollars. Votre arme principale : le boost, qu'on se procurera en fonçant sur des sortes de bonbonnes bleues réparties sur la piste. Puisqu'une de vos activités principales consistera à enfoncer votre pare-chocs dans le visage des autres usagers, j'en profite pour signaler de nombreux problèmes de collision, qui sans véritablement pourrir le jeu, finissent tout de même par le rendre un peu chaotique. Cela dit, Asphalt : Urban GT 2 est tellement facile que vous n'aurez aucun mal à revenir vous frictionner au premier même après un effroyable carambolage. Un plus pour les néophytes, un moins pour les aficionados des jeux de courses.

Asphalt : Urban GT 2
Mais si toutes ces activités de chauffard, mises en valeur par quelques ralentis un poil mollassons lors de «takedowns» et des sauts notamment, permettent d'alimenter votre compte en banque, cela ne manquera pas de vous attirer les foudres de la police locale. Il faudra alors faire avec des motards de CHiPs, voitures et même hélicoptères déterminés à vous arrêter et à vous faire cracher au bassinet, mais qui pourront à leur tour être vaporisés. Le système est intéressant, mais il s'avère finalement assez énervant, d'autant que vos concurrents, aussi bourrins que vous, semblent bénéficier d'une immunité diplomatique et n'intéresseront donc pas la flicaille.

Asphalt : Urban GT 2
Quant à la jouabilité, sachez qu'elle ne brille pas particulièrement non plus. L'impression de vitesse n'est pas assez prononcée, et c'est seulement lorsque vous toucherez aux véhicules les plus puissants que vous aurez l'impression de jouer à un vrai jeu de courses. Utiliser le boost revient souvent à faire trembler l'image, faire rugir le moteur, sans qu'on ait vraiment l'impression de filer comme le vent. En ce cens, on est bien loin de Burnout et de ses missiles intercontinentaux. On ne percevra pas non plus de véritable différence entre les motos et les voitures, qui se pilotent exactement de la même manière. Le seule véritable variation notable entre les différents modèles réside dans leur capacité à tourner. Ainsi, les premières brouettes que vous aurez le bonheur de piloter répondront plutôt mal, mais le tout finira par s'arranger un peu alors que vous agrandirez votre collection. Un processus malheureusement bien long quand on tient compte du nombre conséquent d'épreuves et des petites sommes que vos succès vous rapporteront. En bref, Asphalt : Urban GT 2 est un titre qui n'est pas dénué d'un certain charme mais qui peine à délivrer de bonnes sensations. Il n'est pas foncièrement mauvais mais il se complaît trop dans l'approximation pour offrir au joueur une véritable dose de fun. Dommage.

Dans l'incapacité de prendre nos propres images, les screens qui ornent cette page nous sont fournis par l'éditeur.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    La réalisation est correcte mais on a déjà vu bien mieux sur PSP. Les nombreux véhicules de marque sont tous bien modélisés et quelques effets sont sympathiques, mais les chocs manquent un peu de punch. On constatera également quelques petites saccades récurrentes. La présence des Pussy Cat Dolls annoncée sur la jaquette ne se limite qu'à quelques photos grisâtres en arrière-plan, voilà qui décevra sans doute les plus pervers d'entre vous (nous ?).

  • Jouabilité 12 /20

    Qu'il s'agisse de voitures ou de motos, la conduite s'avère toujours un peu trop rigide et trop semblable, même si on se sentira logiquement plus à l'aise avec les modèles les plus élaborés, et donc les plus chers. Le principe de récompense par la destruction et de punition par la police est une très bonne idée, mais qui se retrouve un peu sapée par une gestion des collisions aléatoire et le sentiment d'être le seul à y être soumis. Enfin, la grande facilité du titre risque de faire sombrer les joueurs les plus exigeants dans un profond sommeil.

  • Durée de vie 15 /20

    Un grand nombre d'épreuves ainsi qu'une soixantaine de bolides à débloquer dotent le soft d'une bonne durée de vie. Notons également la présence d'un mode multijoueur qui permet à quatre fous du volant de froisser de la tôle en Course Unique, en Championnat ou à deux en Course-Poursuite.

  • Bande son 13 /20

    Outre la chanson de Maximo Park qui nous accompagnera constamment dans tous les menus, quelques morceaux de techno assez discrets viendront vous chatouiller les oreilles. Quant aux bruitages, ils sont tout à fait convenables.

  • Scénario /

Asphalt : Urban GT 2 est un petit jeu de courses agréable mais dont les nombreux défauts, notamment en terme de jouabilité, finissent par étouffer les meilleurs aspects. Défoulant un moment, le titre devient vite frustrant et lassant. Nul doute que les joueurs les moins exigeants s'amuseront à foncer à toute berzingue dans les rues de Miami ou de Tokyo, les autres en revanche ne se montreront pas aussi tolérants.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 avril 2007 à 18:00:00
12/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (9)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12/20
Mis à jour le 12/04/2007
PlayStation Portable Course Ubisoft Gameloft
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live