Menu
Genesis Rising
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Genesis Rising sur PC /

Test Genesis Rising sur PC du 11/04/2007

Test : Genesis Rising
PC
Genesis Rising
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de superpanda
L'avis de superpanda
MP
Journaliste jeuxvideo.com
11 avril 2007 à 18:00:00
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Tous les prix
Prix Support
4.99€ PC
8.00€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

La série des Homeworld a marqué toute une époque. Les trois jeux de stratégie que compte la franchise ont su s'imposer grâce à une réalisation sans faille, une ambiance prenante et un gameplay original. Par la suite, plusieurs titres ont essayé de marcher sur les traces du maître du STR spatial et nous ont offert quelques bons moments, on pense entre autres à Haegemonia. Aujourd'hui, c'est Genesis Rising qui tente de séduire les nombreux fans du titre de Relic et pourquoi pas d'attirer de nouveaux joueurs. Hélas, et malgré d'indéniables atouts, le soft ne parvient pas à convaincre.

Genesis Rising

Et pourtant, le prologue laisse présager du meilleur. On est mis directement au coeur de l'action dans un jeu très bien réalisé : les graphismes sont fins, détaillés, bref on s'attend à vivre une aventure palpitante d'autant que tout commence alors que le personnage que l'on incarne n'est qu'un enfant d'une dizaine d'années. Il reçoit de son père un très beau cadeau : son premier vaisseau. Un vaisseau un peu particulier car il est organique. En effet, depuis des centaines d'années, les humains maîtrisent cette technologie permettant aux unités de se nourrir de sang pour se régénérer après les combats. Pas besoin de mécaniciens pour réparer les dégâts, il suffit d'aspirer les carcasses d'autres vaisseaux pour refaire le plein de santé. Après s'être exercé au maniement de son nouveau joujou, notre jeune héros va passer directement à l'age adulte et on va le retrouver 40 ans plus tard pour la première vraie mission de la campagne, une campagne qui sera l'occasion de rencontrer différentes races peuplant l'univers et de faire face à des ennemis redoutables. Votre objectif ? Visiter un secteur encore inconnu de la galaxie à la recherche du "Coeur Universel", entité qui aurait engendré tout ce qui existe dans l'univers.

Genesis Rising
C'est joli, mais c'est à la limite de l'injouable.
Lorsqu'on connaît Homeworld (désolé de prendre toujours ce point de comparaison, mais c'est tout de même LA référence du genre), on est surpris par une chose dans Genesis Rising, c'est le fait que la dimension de la hauteur ne soit pas prise en compte. En clair, et même si le jeu est bien en 3D, il est impossible de faire "monter" ou "descendre" ses unités. Vous ne pouvez les faire circuler que sur un même plan. Cela a le mérite de permettre une prise en main immédiate, mais cela entraîne aussi l'étrange impression de ne pas être libre de ses mouvements. On est dans l'espace que diantre ! Pourquoi ne pas avoir profité de toutes les possibilités que cela offre ? Il ne sera donc pas question d'attaquer un ennemi par-dessous ou par-dessus. Cette limitation donne aussi lieu à quelques séquences marrantes comme des vaisseaux qui contournent une station au lieu de la survoler par exemple. Rien que ce choix qu'ont fait les développeurs va décevoir nombre de joueurs puisque c'est un peu comme si on jouait à n'importe quel autre jeu de stratégie se déroulant sur la terre ferme.

Genesis Rising
Les vaisseaux organiques saignent.
Si l'aventure commence simplement avec votre vaisseaux mère, il vous sera par la suite possible de construire d'autres unités en récoltant l'unique ressource du jeu : le sang. Cela se fait par le biais de collecteurs qui peuvent pomper celui des épaves de vaisseaux organiques mais aussi celui présent dans les stations spatiales. Ces dernières produisent le précieux liquide, mais elles nécessitent que vous vous en empariez avant de vous le livrer. Pour en conquérir une, c'est très simple, il faut envoyer une de vos unités disposant du gène d'invasion. Késako ? Il s'agit d'un équipement spécial permettant de convertir à votre cause une station ou d'une unité ennemie. Il faut en effet savoir que dans Genesis Rising, et comme on a affaire à des vaisseaux organiques, leurs améliorations se font par le biais de gènes. Vous pouvez vous en procurer en les aspirant sur les épaves ou en les produisant dans des vaisseaux laboratoires. Une fois que vous en avez, il faut les équiper sur les vaisseaux de votre choix. C'est une idée intéressante car on peut ainsi personnaliser son armée.

Genesis Rising
Les combats sont très statiques.
Lorsque vous produisez une unité (un chasseur par exemple), celle-ci est totalement dénuée d'armes. Elle dispose en revanche d'un certain nombre de slots permettant de placer des gènes (trois pour un chasseur). Il faut donc sélectionner le nouveau vaisseau et l'armer manuellement en faisant glisser les gènes que vous souhaitez équiper dans les emplacements prévus à cet effet. Il peut s'agir de gènes d'armes à courte portée, de missiles, d'une amélioration de bouclier... Sachez aussi que rien n'est figé et qu'il est possible de retirer un gène pour en mettre un nouveau si la situation l'exige. Le problème, c'est que vous êtes obligé de passer par la case équipement de gènes à chaque fois que vous avez produit une unité ce qui devient très vite ennuyeux. Il est dommage que l'on ne puisse pas paramétrer des modèles de vaisseaux déjà équipés, ça aurait évité de passer trop de temps dans l'interface, surtout que pendant que vous tripatouillez les gènes, la partie continue. Il n'y a pas de pause active et il faut donc être rapide puisque les attaques peuvent survenir à tout moment.

Genesis Rising
L'interface de gestion des gènes.
Cette absence de pause active est aussi très gênante en situation de combat puisqu'il faut savoir que vos unités n'utilisent pas automatiquement leurs armes longue portée et leurs capacités spéciales. Il faut leur en donner l'ordre manuellement. Pour cela, il faut maintenir la barre espace pour que les icônes s'affichent, puis cliquer sur une d'entre elles pour utiliser un missile, un bouclier, une aptitude... Lorsqu'on a sept ou huit vaisseaux sous son commandement et qu'ils disposent chacun de leurs propres caractéristiques, vous imaginez bien que c'est assez délicat à gérer. Dommage qu'ils ne balancent pas leurs missiles seuls ou qu'il n'y ait pas de pause permettant de donner ses ordres tranquillement. La conséquence de ces lacunes, c'est qu'on a l'impression de ne pas être maître de ce qui se passe pendant les affrontements : on n'a absolument pas le temps d'analyser la situation et de réagir. La difficulté est donc plutôt corsée. Et elle est d'autant plus relevée lorsqu'on fait les mauvais choix dans la campagne solo. Il est en effet possible de choisir certaines des missions que l'on veut accomplir grâce à un système de carte stellaire qui permet de sélectionner sa prochaine destination. De plus, vous pouvez vous faire des alliés ou des ennemis par un système diplomatique (assez limité) et même choisir les remarques que vous prononcez dans les cinématiques. Un peu comme dans un jeu de rôle. Hélas, on ne sait pas d'avance à quoi correspondent les dialogues puisqu'on ne voit que deux icônes : une bleue et une rouge. Dommage qu'il n'y ait pas carrément le texte écrit.

Genesis Rising
Le design des vaisseaux et des stations est original.
Côté escarmouche et multijoueur, 12 joueurs peuvent s'affronter dans des matches à mort. La collecte des ressources étant du genre lente et la limite d'unités plutôt basse, on obtient des combats de petite envergure loin d'être palpitants. De plus, aucun système de sauvegarde n'a été implémenté si bien que vous ne pouvez pas reprendre plus tard une partie abandonnée. C'est un peu la même chose dans la campagne solo : votre partie n'est enregistrée qu'entre les missions. On ne peut que pester contre ce système de sauvegarde archaïque surtout que comme nous l'avons vu, la difficulté vous obligera à recommencer plusieurs fois une même mission si vous voulez la terminer. Bref, malgré quelques bonnes idées et une réalisation plutôt réussie, Genesis Rising nous a laissé sur notre faim à cause d'un gameplay qu'il serait nécessaire de revoir en profondeur.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    La réalisation tient la route. Le design des vaisseaux organiques est très original et les textures sont détaillées. Reste que les nébuleuses ont étrangement moins de charme que celles d'Homeworld 2 avec ses couleurs pastels qui étaient du plus bel effet. Mais ça, c'est certainement une question de goût.

  • Jouabilité 8 /20

    L'idée des gènes est intéressante, mais le fait de devoir gérer ceux de chacune de ses unités devient vite gavant. Dommage que l'on ne puisse pas paramétrer des modèles de vaisseaux pour s'en affranchir. En outre, l'absence de pause active est très pénalisante. En plein combat, la gestion des capacités spéciales devient problématique car on n'a pas le temps de voir quelles sont les armes les plus propices à la situation que nos unités sont déjà mal en point. Frustrant ! Et pour finir, on ne peut que regretter que les mouvements ne soient possibles que dans un plan 2D.

  • Durée de vie 11 /20

    L'idée des embranchements dans la campagne solo est intéressante, mais au final, on est presque obligé de suivre un seul chemin vu que souvent, l'alternative est beaucoup trop difficile pour que l'on s'y aventure. Sachez en plus que seuls les plus persévérants d'entre vous auront le courage de progresser assez loin dans la campagne car il est impossible de sauvegarder pendant les missions. Pour ce qui est du mode escarmouche et multijoueur, rien de bien palpitant à signaler : c'est du deathmatch.

  • Bande son 13 /20

    Genesis Rising n'a pas le génie d'Homeworld en matière de bande-son, néanmoins l'ambiance est correcte. Signalons tout de même que quelques termes sont restés en anglais et que la traduction comprend quelques fautes d'orthographe (du genre "un combat spatiaux").

  • Scénario 13 /20

    Le background est riche et on aurait vraiment eu envie de continuer l'aventure s'il n'y avait pas eu ce satané gameplay qui nous prive de tout le plaisir que l'on aurait pu prendre en découvrant le scénario.

Quelle déception ! Genesis Rising avait un énorme potentiel mais il est gâché par un gameplay frustrant au possible. L'absence de pause active, le fait de devoir placer l'armement sur chacune de nos unités, d'être obligé de tirer les missiles manuellement (pas d'automatisation possible) ou encore le système de sauvegarde archaïque pénalisent vraiment le titre et font que le joueur aura bien du mal à se prendre au jeu. En définitive, voilà un STR qui marche sur les traces d'Homeworld mais qui se perd en route. Dommage, vraiment dommage.

Profil de superpanda
L'avis de superpanda
MP
Journaliste jeuxvideo.com
11 avril 2007 à 18:00:00
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Mis à jour le 11/04/2007
PC Stratégie Dreamcatcher Metamorf
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce