Menu
Magical Starsign
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Magical Starsign
DS
Magical Starsign
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 février 2007 à 18:00:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (147)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.2/20
Partager sur :

Si, au Japon, les sorties RPG sont monnaie courante sur DS, il faut bien reconnaître que l'occident n'accueille que trop peu de titres du genre sur ce support, même si cet état de fait a plutôt tendance à s'améliorer. La France n'ayant pas eu droit à une localisation de Magical Vacation à l'époque de sa sortie sur GBA, l'annonce de Magical Starsign dans l'hexagone avait de quoi en surprendre plus d'un. Voilà donc une occasion inespérée de découvrir un titre absolument fantastique.

Magical Starsign

Quelque part, dans une réalité bien différente de la nôtre, il existe un système solaire nommé Baklava. La principale particularité de cette galaxie est d'abriter cinq planètes dominées par l'un des éléments naturels suivants : l'eau, la terre, l'air, la forêt et le feu. Les habitants du système de Baklava prétendent même qu'il existerait un astre enveloppé de ténèbres et un autre enveloppé de lumière, sur lesquels personne n'aurait jamais posé le pied. Dans cet univers peuplé de créatures de toutes sortes, se trouve également une toute petite étoile réputée pour héberger la plus prestigieuse école de magie de la galaxie. C'est dans cette académie que réside notre héros, ou notre héroïne selon le choix que vous aurez fait au lancement du jeu, son signe variant également selon que vous ayez opté pour la lumière ou pour les ténèbres. Entouré de cinq fidèles amis, liés chacun à l'un des éléments naturels évoqués plus haut, le personnage principal ne restera pas longtemps cloué sur les bancs de l'université. La disparition de Madame Madeleine, leur professeur de magie attitré, va les entraîner dans une aventure aux confins de la galaxie. Une histoire qui commence sur les chapeaux de roue puisqu'après un départ précipité nos amis embarquent sur des fusées de fortune qui s'échouent sur des planètes éloignées dont les populations ne sont pas réputées pour leur hospitalité.

Magical Starsign
La réalisation est superbe et le double-écran parfaitement utilisé.
Les trente premières minutes de Magical Starsign prennent donc le temps de mettre en place une base scénaristique solide où transparaît un humour omniprésent qui se répercute tout au long du jeu. La traduction française se révèle d'ailleurs excellente et propose notamment une série de noms pertinents qui renforcent parfaitement le côté idiot, mais néanmoins assumé du scénario. A titre d'exemple, la quête démarre dans l'école de magie d'Edgar Simor et nous entraîne à la poursuite d'un certain Chu Krout identifiable à sa coiffure en forme de chou-fleur. Le caractère burlesque de l'histoire n'est pas sans rappeler les épisodes RPG de Mario & Luigi, et même si le comique de situation va tout de même moins loin dans Magical Starsign, les répliques sont là pour pimenter en permanence le déroulement de l'aventure. On se voit donc irrémédiablement séduit par un titre gorgé d'humour, et qui possède par ailleurs un autre atout majeur pour nous charmer : sa réalisation. Je pense qu'un simple coup d'oeil aux screens qui accompagnent ce test suffira à vous faire comprendre à quel point les développeurs de chez Brownie Brown sont des artistes accomplis. Si Children of Mana nous avait déjà éblouis par sa beauté hors normes pour un jeu DS, Magical Starsign réitère l'exploit en nous proposant un déluge d'environnements magnifiques et finement détaillés.

Magical Starsign
Les combats tournent autour de la complémentarité entre les types de magies.
S'il est vrai qu'on pourra peut-être tiquer devant la taille assez réduite des personnages, celle-ci entraînant parfois l'apparition de zones un peu vides, c'est bel et bien le seul reproche que l'on pourra se permettre de faire à ce niveau-là. D'autant qu'il suffit de lancer quelques sortilèges élémentaires pour que s'abatte sur l'écran un véritable feu d'artifices de couleurs et d'effets très impressionnants. La prouesse réside pourtant avant tout dans l'utilisation irréprochable du double-écran de la console. Là où la majorité de ses concurrents, y compris le tant attendu Final Fantasy III, se contentent d'afficher simplement une carte ou un menu sur l'écran supérieur de la DS, Magical Starsign profite de la moindre occasion d'étaler ses superbes graphismes sur les deux écrans. Le soft bénéficie ainsi d'environnements qui exploitent au mieux cette continuité verticale afin de mettre en valeur la plupart des scènes clés ou pour amplifier le caractère destructeur des sortilèges utilisés en combat. Car le double-écran est également mis à contribution durant les affrontements pour renforcer les effets magiques et permettre de savoir si le combat se déroule de jour ou de nuit. L'alternance diurne/nocturne est d'autant plus importante qu'elle influe sur les performances du héros, de la même manière que les planètes pour les autres signes. Vous pouvez d'ailleurs aussi, à tout moment, afficher sur l'écran supérieur le statut des membres de votre équipe, la carte stellaire ou même la correspondance des signes astrologiques si vous l'avez oubliée.

Magical Starsign
Les sortilèges peuvent même vous servir pour interagir en extérieur.
Ce qui m'amène à évoquer la richesse étonnante du système de jeu qui exploite de façon très intelligente le thème du mouvement des astres dans la galaxie. Comme on l'a vu précédemment, les différents protagonistes jouables ainsi que la totalité des ennemis sont liés à un signe élémentaire bien spécifique. Suivant le tableau de correspondance des signes, vous devez jouer de façon à tirer parti au mieux du système de complémentarité (dominant/dominé) entre chacun de ces éléments, en utilisant par exemple un mage lié à l'eau pour vaincre des adversaires de feu. Les choses se compliquent et deviennent encore plus subtiles lorsqu'on prend en compte la carte stellaire qui indique la position précise de chaque planète dans la galaxie. Lorsque l'une d'entre elles pénètre dans sa zone dédiée, toutes les unités qui sont liées à cet élément voient leurs capacités considérablement renforcées. Le mouvement des astres étant permanent, la donne se renouvelle à chaque tour, et les combats deviennent d'autant plus délicats à appréhender. A partir d'un certain point du jeu, vous aurez même la chance de recevoir un sort vous permettant de sacrifier vos points de magie pour accélérer vous-même le déplacement d'une planète sur son orbite. L'intérêt n'est pas seulement de booster vos personnages en alignant les astres dans leurs zones respectives, mais aussi d'empêcher un boss de faire la même chose pour le priver d'un regain de force qui pourrait vous être fatal.

Magical Starsign
Les effets des sorts diffèrent selon que le lanceur est placé à l'avant ou à l'arrière.
Le système de combat bénéficie donc déjà d'une gestion vraiment pertinente du mouvement des astres, mais les concepteurs ne se sont pas arrêtés là. Les belligérants peuvent être positionnés sur deux rangs et ont la possibilité de passer de l'un à l'autre moyennant un tour d'action. A l'avant, les frappes physiques directes sont autorisées et les sorts libèrent toute leur puissance mais se concentrent sur une seule cible. A l'arrière, les magies perdent un peu de leur efficacité mais elles affectent l'ensemble des unités ennemies, ou tous les membres de votre groupe s'il s'agit d'un sort de soin. A partir de là, de nombreuses tactiques sont envisageables et on peut modifier sa stratégie en cours de combat simplement en jouant sur le placement de ses personnages. Par ailleurs, chacun d'entre eux a la possibilité d'acquérir des sortilèges de plus en plus puissants à mesure qu'ils montent de niveau, sans compter les magies accessibles en lisant des grimoires. De plus, même si les combats se déroulent au tour par tour, il faut rester concentré en permanence pour tenter d'optimiser les effets magiques ou limiter les dégâts reçus en interagissant au bon moment sur l'écran tactile. Une fonction qui renvoie encore une fois à la série des Mario & Luigi façon RPG, où l'on retrouvait ce même principe en plus évolué. Le stylet est d'ailleurs utilisé au maximum dans Magical Starsign, aussi bien pour choisir les actions des combats que pour déplacer son personnage dans les donjons ou dans les villages. En fait, l'usage du stylet est plus ou moins imposé, et bien que son maniement trahisse parfois ses limites, il comporte bien plus d'avantages que d'inconvénients, comme vous vous en rendrez compte après quelques heures de jeu.

Magical Starsign
Il faut impérativement tirer parti de la position des astres pour s'en sortir.
Toujours dans un souci de simplicité et d'efficacité, le soft autorise la sauvegarde à tout moment et la présence de nombreux points de téléportation nous épargnent de pénibles allers-retours. Finalement, le seul aspect qui m'aura un petit peu gênée dans Magical Starsign réside dans la longueur des affrontements, et pas seulement contre les boss. Mais pour une fois qu'un RPG nous offre un système de jeu réellement novateur, avec une gestion des planètes qui n'est pas là que pour faire beau mais qui intervient au contraire de façon déterminante pendant toute l'aventure, les quelques moments de lassitude s'estompent facilement au profit de l'enchantement perpétuel ressenti en jouant. D'autant que la durée de vie n'est pas non plus prise en défaut, réservant une bonne trentaine d'heures de jeu sans trop d'obligation de faire du level-up. Et si l'aventure en solo ne vous suffit pas, un mode multijoueur vous permet également d'élever des créatures de soutien dans des incubateurs, pour les utiliser ensuite à vos côtés lorsque vous explorerez des donjons prévus pour les parties jusqu'à 6 joueurs. On voit bien que Brownie Brown n'a rien laissé au hasard et a peaufiné son titre avec un talent d'orfèvre pour obtenir les faveurs du public. Magical Starsign mérite donc largement sa place dans votre ludothèque si vous êtes amateur de RPG où que vous ne voulez pas manquer un titre incontournable sur DS.

Les notes
  • Graphismes 18 /20

    En plus de nous offrir une réalisation sublime et enchanteresse, Magical Starsign est le premier RPG sur DS à exploiter de façon aussi intelligente l'utilisation du double-écran. Les décors sont donc d'autant mieux mis en valeur, mais les sortilèges sont également plus impressionnants que jamais et on peut afficher les informations de son choix à tout moment sur l'écran supérieur.

  • Jouabilité 17 /20

    Le système de jeu repose essentiellement sur la gestion des astres sur la carte stellaire et se démarque ainsi complètement des autres titres du genre. Le mouvement constant des planètes sur leurs orbites vous oblige à faire évoluer vos stratégies durant les combats, sans oublier de prendre en compte la complémentarité entre les différents signes. Le soft impose plus ou moins l'utilisation du stylet, mais le résultat est tout à fait convaincant.

  • Durée de vie 16 /20

    Comptez une bonne trentaine d'heures pour terminer l'aventure en solo, auxquelles vous pouvez rajouter les parties jusqu'à 6 joueurs dans les donjons spéciaux. Les combats traînent peut-être un peu en longueur, mais c'est à vous de mettre les astres de votre côté pour les abréger.

  • Bande son 15 /20

    Si le thème des combats m'a personnellement beaucoup plu, je dois reconnaître que les musiques sont assez inégales et rarement exceptionnelles. L'ambiance sonore bénéficie néanmoins d'une vraie personnalité.

  • Scénario 16 /20

    Une histoire abracadabrante qui n'est pas sans rappeler les épisodes RPG de Mario & Luigi, mais qu'on aurait souhaité encore plus décalée et un peu moins sérieuse pour vraiment nous convaincre. Les répliques des personnages sont excellentes et la traduction française impeccable.

J'avoue que je n'en attendais pas autant de la part de ce Magical Starsign qui compte sans problème parmi les meilleurs RPG de la console. Le soft se démarque par son système de jeu novateur bourré de subtilités, sa réalisation somptueuse, son utilisation parfaite du double-écran, et son ergonomie exemplaire au stylet.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 février 2007 à 18:00:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (147)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.2/20
Mis à jour le 07/02/2007
Nintendo DS RPG Nintendo Brownie Brown
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes 17 oct., 17:00
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? 17 oct., 15:00
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
Pokémon Épée / Bouclier
15 nov. 2019
3
The Last of Us Part II
21 févr. 2020