Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Splinter Cell Double agent
Wii

Splinter Cell Double Agent a fait frémir les chaumières en version next-gen avant de débarquer dans une version un peu plus old-school sur 128 bits. Aujourd'hui, c'est cette déclinaison très proche de Chaos Theory qui arrive sur Wii, un copier-coller à la va-vite que nous sert Ubisoft. Vous retrouverez donc ici le test initial de Jeff dont seuls le premier paragraphe et les deux derniers, ainsi que le pavé de notes ont été adaptés à la Wii afin de traiter des aspects techniques et ergonomiques.

Puisque le test original démarrait par l'aspect technique, alors on fera de même ici. A ceci près qu'on se montrera nettement moins enthousiaste face à un vulgaire portage de la version GameCube vers la Wii, une console qui, sans être un monstre de puissance, peut faire bien mieux que ce qui nous est proposé par Ubi. Graphiquement des plus moyens, Double Agent sur Wii affiche des textures délavées et des modèles 3D des plus douteux, grossiers, souffrant parfois d'une animation qui étonne dans une série qui s'est faite en premier lieu connaître par la qualité de ses mouvements félins. Le rendu est honnêtement indigne de la console et préfigure déjà du manque de soin apporté à cette transposition clairement faite à l'arrache qui s'encombre de surcroît de pas mal de bugs, dont l'un particulièrement récurrent qui concerne l'usage de la caméra en fibre optique, l'affichage ne basculant parfois pas vers elle pour une raison qu'on ne s'explique pas.

Cette version de Double Agent reprend le système de niveaux d'alarmes des autre opus. Chaos Theory 2.5 ?

Ce qui est primordial pour la réussite d'un jeu d'infiltration, c'est la maîtrise du gameplay de A à Z. Et sur ce point, Ubisoft a su faire la différence, imposer ses références et améliorer son expérience depuis le début de la série. Vous aurez un panel étendu et déjà connu de mouvements pour venir à bout des différents ennemis que vous rencontrerez et le tout maîtrisé totalement et intuitivement via la manette. Mais une cerise vient délicatement agrémenter ce gameplay déjà rodé : un scénario enfin digne de ce nom. C'est vrai que les premières minutes de transcrivent pas forcément le dur labeur accompli par les scénaristes. On se dit : tiens, nous avons déjà vu cela maintes et maintes fois dans les épisodes précédents. Pourtant, une fois le premier niveau passé, le scénario s'enclenche et balance une grande claque aux joueurs habitués à ne jamais prendre le temps de s'attarder sur le sujet. Voici un petit résumé de l'affaire de Splinter Cell Double Agent. Suite à une mission en Islande visant à déjouer les plans d'une nouvelle organisation terroriste américaine, la JBA (John Brown Army), Lambert dévoile à Sam que sa fille chérie est morte. Sombrant dans l'alcool et la violence, notre héros quitte Echelon 3 et commet un crime qui l'envoie directement en case prison. Là, il rencontre un certain Jamie Washington, membre actif de la JBA. Les deux se lient d'amitié et s'évadent, sans plan tatoué sur le corps je vous rassure. Sam est donc enrôlé dans cette armée possédant une terrible arme de destruction massive : le mercure rouge. Aurait-il trahi sa patrie ? Non, car notre héros garde tout de même contact avec Lambert et Splinter Cell. Il joue tout simplement les agents doubles pour acquérir une couverture, infiltrer la JBA et annihiler les plans machiavéliques de cette organisation. Mais alors, sa fille est-elle vraiment morte ?

On notera la qualité des personnages...

Voilà une bien belle trame mais qu'apporte-t-elle réellement au soft ? En plus des phases d'infiltration, le jeu se veut bien plus cinématographique et implique davantage le joueur dans l'intrigue. Effectivement, selon les actions que vous entreprendrez et les choix que vous ferez, vous basculerez soit vers le côté obscur et deviendrez un partisan de la cause JBA, soit vers le côté lumineux et sauverez une nouvelle fois l'humanité tout en gagnant les félicitations de la NSA. Le tout sera symbolisé par une jauge que vous observerez dans les moments clés (généralement des actions contextuelles comme à la suite d'un piratage où vous pourrez envoyer les informations à la NSA ou à la JBA) et à la fin du niveau, dans le tableau de débriefing comptabilisant le nombre de morts, qui influencera au passage votre destinée. En plus du gameplay solo, vous aurez la possibilité d'être assisté d'un acolyte dirigé par l'IA qui vous épaulera dans des phases de grimpette durant l'aventure. Concernant l'IA, le jeu comporte malheureusement quelques bugs comme le fait d'être tout simplement invisible pour certains ennemis. Dans le même ordre d'idée, la console devient plus agressive d'un chargement à l'autre, et ce, sans réelle explication. Pour conclure sur le gameplay, la position de la caméra dans les endroits confinés se révèle problématique pour la visibilité. Bien heureusement, le simple fait de la contôler librement et de ne jamais avoir d'ennemis dans ces moments précis, ne nuit pas à la qualité de jeu.

Le crochetage à la Wiimote est assez bien vu.

Rajoutez en plus des phases de piratage, de crochetage de serrures, et vous obtiendrez un cocktail détonnant et saisissant dans la case infiltration. Petite différence par rapport à son homolgue Xbox 360, le HUD est toujours présent vous permettant de savoir si Sam est bien caché dans l'ombre, s'il ne fait pas trop de bruit en se déplaçant et autres indications pour vous aider à la progression. L'agent spécial sera muni d'une montre lui servant d'inventaire et de cartes virtuelles (pas des plus lisibles mais bon). Profitant dans l'épisode dernier du savoir-faire d'Amon Tobin et de ses qualités musicales au combien reconnues, la relève n'a rien à envier. Les musiques électro donnent énormément d'ampleur aux scènes cruciales et impliquent un peu plus le joueur. Finalement, le plus gros point noir de Splinter Cell Double Agent concerne sa durée de vie bien trop courte puisqu'on termine l'aventure en une petite dizaine d'heures. Cependant, profitant d'un scénario avec plusieurs branches d'intrigues, le titre possède un fort taux de rejouabilité pour découvrir les trois fins possibles.

Le jeu regorge de scènes interactives.

Reste à voir ce qu'il en est de cette version Wii et surtout du recours à la Wiimote. Tout en signalant avant cela que vous pouvez dire adieu au mode online. Bravo, bien joué, après tout, ce n'est pas comme si le multi de Splinter Cell avait compté pour son succès ces deux dernières années. Bref, concentrons-nous sur la Wiimote et un problème simple : l'optique de Nintendo avec ce système de contrôle était de venir à bout des jeux ayant recours à de nombreuses fonctions, à trop de boutons. Objectif des plus louables mais peu compatible avec un jeu comme Splinter Cell, plus connu pour son gameplay complexe. Double Agent est loin d'être injouable sur Wii, mais il n'est pas ergonomique pour deux sous et accentue de manière artificielle et sans doute accidentelle sa difficulté. De fait, la Wiimote ne dispose pas d'assez de touches. Pour les bases, on fait simple, en pointant vers les bords de l'écran, on déplace la caméra. L'ennui, c'est qu'entre pointer le bord et sortir de l'écran, il n'y a qu'un petit pas qu'on peut accidentellement franchir dans le feu de l'action. Seulement quand on sort de l'écran, la caméra se fixe. Dans l'idée cela permet de pouvoir reposer son bras, dans les faits, un jeu comme Splinter Cell exige de garder la caméra en mouvement quasi perpétuel, là on se retrouve avec des mouvements saccadés et pas mal de difficulté à faire le point.

Voilà pourquoi ce n'est pas pratique de jouer à Double Agent sur Wii.

Des problèmes se posent également lorsqu'on souhaite viser, toujours avec la Wiimote. Il est reconnu que dans la série, une immobilité totale est requise pour faire feu ou simplement viser une caméra qu'on veut brouiller. Dans la pratique, il faut donc garder la main particulièrement raide et cibler une caméra peut devenir un exercice laborieux. Pire, tirer sur un ennemi en mouvement, ne serait-ce que pour l'endormir demande trop de temps. On reste sur notre main droite pour s'attaquer à un autre problème : trop de fonctions, pas assez de boutons. Pour siffler ou donner un ordre à votre éventuel équipier, il vous faudra maintenir le bouton 1 enfoncé et faire votre choix. Clairement, les touches 1 et 2 n'ont pas été conçues pour être utilisées lorsqu'on tient la Wiimote en télécommande, à moins d'avoir un pouce extensible. L'exercice devient alors au mieux inconfortable, au pire agaçant puisqu'on peut avoir tendance à légèrement lever le pointeur. Côté main gauche, le Nunchuk permet de se baisser avec C ou de lancer une attaque non létale avec Z mais surtout de sauter en levant l'ustensile ou de se coller au mur en le faisant tourner. Le même mouvement servira également à changer d'épaule lors de l'utilisation d'une arme. Là pour le coup, tout ceci est plutôt bien vu, même s'il faut composer avec des sauts involontaires pendant quelques temps. Et toujours dans cette optique plutôt positive, le crochetage de serrure s'effectue ici en tournant la Wiimote, comme un rossignol. De maigres compensations pour une prise en main qui rend étrangement le jeu plus difficile. Etrangement parce que le but de Nintendo est de rendre les jeux intuitifs, mais aussi parce que s'imaginer un agent Echelon 3 mettre des plombes à viser une caméra, ça manque de crédibilité.

Les notes
  • Graphique 10 /20

    Même si la Wii n'est pas un monstre de puissance, ce n'est pas une raison pour servir un rendu qui rappelle un jeu GameCube de qualité bien moyenne. Les modèles de personnages sont grossiers, les textures en basse résolutions bavent, les effets sont mal intégrés et parfois buggés, bref, on est loin de ce que peut offrir la console.

  • Jouabilté 11 /20

    On peut reconnaître qu'on ne se perd pas dans les commandes, pour autant, cela ne signifie pas que le jeu soit intuitif. Certaines commandes sont peu accessibles (touches 1 et 2), d'autres manquent de précision, rendant la visée ou la vue délicates. Wiimote et Splinter Cell, mariage difficile.

  • Duree 12 /20

    Avec seulement une petite dizaine d'heures, le jeu est très vite terminé. Cependant, le fait de pouvoir découvrir trois fins différentes vous poussera à rejouer pour les débloquer et connaître le destin de Sam influencé dans ses choix. Quant au online, il est aux abonnés absents.

  • Son 16 /20

    Comment succéder à l'excellent travail d'Amon Tobin et pouvoir réaliser une bande-son avec autant de soin ? Objectif de mission réalisé pour la relève qui nous offre des musiques électro apparaissant à des moments cruciaux du jeu pour nous faire frémir de plaisir et pour nous impliquer plus dans l'infiltration. Pour les dialogues, le staff des doubleurs a travaillé durement pour nous narrer une aventure passionnante. Côté bruitage rien à changer et on ne s'en plaindra pas vraiment.

  • Scénario 17 /20

    C'est le point fort de Splinter Cell Double Agent. Véritablement travaillé avec soin par les scénaristes par rapport aux épisodes précédents, la trame vous tiendra en haleine jusqu'au bout de l'aventure. Comme pour un bon roman policier, vous avancerez pour connaître le fin mot de l'histoire tout en choisissant votre destinée.

La Wii est une console différente, il lui faut des jeux différents. Pourvue d'une réalisation largement insuffisante et d'une prise en main inutilement délicate, cette version de Splinter Cell Double Agent devient vite indigeste. S'il n'est pas injouable, il est pénible d'avoir à batailler pour viser une lampe ou de devoir s'arracher un pouce pour siffler. Si vous avez le choix, préférez une autre version du jeu, si vous ne l'avez pas, vous pourrez toujours en profiter, mais clairement pas dans les meilleures conditions. Jouer à Splinter sur Wii, c'est comme jouer aux Lapins Crétins sur PS2, c'est pas fait pour.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
15 décembre 2006 à 18:00:00
11/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (48)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/ 20
Mis à jour le 15/12/2006 Voir l'historique
Wii Infiltration Ubisoft
  • Partager cette page :
Splinter Cell Double Agent
PC PS3 360 NGC PS2 Wii Xbox
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (9)
  • News (38)
  • Vidéos (14)
  • Images (583)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (3)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Splinter Cell Double agent sur Wii
    -
    WII
Boutique
  • Splinter Cell Double Agent WII
    24.69 € Neuf
    7.50 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.