Menu
Age of Empires : The Age of Kings
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur DS / Age of Empires : The Age of Kings sur DS /

Test Age of Empires : The Age of Kings sur DS du 17/11/2006

Test : Age Of Empire : Age Of Kings
DS
Age of Empires : The Age of Kings
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de aiste
L'avis de aiste
MP
Journaliste jeuxvideo.com
17 novembre 2006 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (140)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.3/20
Tous les prix
Prix Support
69.99€ DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

Age Of Empire est une série soignée et généreuse. Passionnés par leur sujet, Bruce Shelley, l'auteur du concept, et ses comparses offrirent même à Microsoft un modèle de production quand ces derniers se mirent au développement de jeux, il y a bien longtemps. Digital Eclipse s'est-il servi de ces bases très saines pour développer cette adaptation sur Nintendo DS ?

Age Of Empire : Age Of Kings

Le studio s'est en tout cas évité l'effort de l'écriture puisque, conformément à l'intitulé, le mode campagne suit les mêmes trames que le Age Of Kings sur PC en 1999. C'est un contexte médiéval qui est à l'honneur, traversé par les mêmes figures historiques, de Jeanne D'Arc à Saladin en passant par Gengis Kahn ou Yoshidune. Chaque campagne est l'occasion pour ces héros de s'illustrer dans des reconstitutions d'évènements ayant fait date : la prise d'Orléans, la guerre des Tatars et ainsi de suite. La différence avec le jeu sorti au 20ème siècle, il faut aller la chercher dans les modes escarmouche et multijoueur, où les peuplades disponibles passent de 19 à 5, c'est-à-dire uniquement celles présentes dans les campagnes solos. Dommage, il s'agit d'une restriction sans doute nécessaire pour arriver à caser dans la cartouche un volume par ailleurs très conséquent. A l'image de la bibliothèque, antichambre informative, précise et authentique sur les différents corps d'armée, héros, conquêtes qui ont fait date, etc... Ce souci de respect vis à vis de l'Histoire, si cher à la série, n'a donc pas été évincé ou, pire, vulgarisé. Mais l'on estime surtout Age Of Empire pour sa capacité à insérer cette obsession dans le corps même du gameplay grâce à la présence de l'évolution par les âges, des améliorations de ses unités, des sièges et de la gestion des ressources. Des éléments que Age Of Kings sur DS réussit à garder, mais cette fois-ci agencés sous la forme d'un jeu de stratégie au tour par tour et non plus en temps réel.

Age Of Empire : Age Of Kings
Les centre-villes se capturent en plusieurs étapes.
Ne faites pas pour autant l'erreur de cataloguer cette adaptation comme un autre Advance War, soit un wargame ! La simple présence d'une phase de gestion des ressources, au moins équivalente aux séquences purement militaires, et l'importance des améliorations pour obtenir la victoire rapprochent plutôt Age Of Kings DS d'un Heroes Of Might And Magic. Pendant les 5 premiers tours, vos soucis principaux sont les suivants. D'abord établir une base et son approvisionnement. Le paysan, l'unité première, va se charger de la construction. Le centre-ville est l'axe central, sa destruction est synonyme de défaite, donc attention à son placement. Autour de lui doivent rapidement s'affairer des paysans sur les deux fournisseurs de ressources : les filons d'or et les terres fertiles. Une fois seulement que vous y avez placé des mines et des fermes, le développement des bâtiments militaires peut être entrepris. Les premières unités armées sortent des "fourneaux" tandis que vous avez déjà amorcé des recherches technologiques. Elles s'appliqueront sur des unités et des bâtiment spécifiques, ou bien sur l'ensemble de votre camp. Bientôt, vos quantités d'or et de nourriture vous permettront de grimper à l'âge suivant. Les usines à unités vous proposent alors d'autres pions, plus puissants, plus complets. Les paysans peuvent construire davantage de bâtiments, dont certains pourront eux-mêmes générer de nouvelles ressources humaines intéressantes (moines, croisés, etc...).

Age Of Empire : Age Of Kings
Chaque "pass-âge" (hihi) est inespèré. La montée en puissance est concrète.
Bref, je ne vais pas vous faire l'article sur ce que l'on appelle communément "arbre des technologies" dans un jeu de stratégie. Il s'agit véritablement d'une fleur qui germe et dont les pétales sont autant de nouvelles possibilités offensives comme défensives. C'est une vraie première sur console portable et le résultat étourdit quelque peu, tant et si bien que l'on ne se rend pas vraiment compte qu'il y a tout de même eu plusieurs coupes par rapport aux versions PC. Ainsi, il n'y a plus que deux ressources et la seule nécessité pour en augmenter son quota est de construire des "aspirateurs" (les mines et les fermes) sur les zones concernées. Les améliorations, d'un nombre bien moins important, ne sont plus disposées dans chaque bâtiment mais directement dans le centre-ville. Les cartes sont évidemment beaucoup moins imposantes. Il existe d'autres divergences d'ordre plus mineur. Tous ces changements s'inscrivent clairement dans un geste de simplification. Et celui-ci était nécessaire.

Age Of Empire : Age Of Kings
Gloire aux opticiens !
Car une fois votre campement solidement établi, votre armée constituée, et le roulement des technologies lancé, vous allez devoir vous ébrouer dans une partie de wargame exigeante. Les bases sont les mêmes que dans Advance Wars. Tout est déterminé par la portée de déplacements et d'attaques de chaque unité, leurs divers bonus selon l'environnement où se déroule l'attaque (plaine, forêt, marécages...) et le type d'unité affrontée. C'est le principe des forces contraires : le chevalier mange l'arbalétrier qui se fait une tartine à la cancoillotte avec des restes de lanceur de couteau, lequel engloutit le lancier, qui est censé faire rapidement un sort au bélier... Je pourrais finir mon test en continuant jusqu'au bout comme ça, c'est vous dire si cette chaîne "alimentaire" est des plus longues. Et justement, ce nombre d'unités, qui explose sans sourciller celui d'Advance Wars mais aussi de tout ce qu'on a pu voir question wargame sur console, a de fortes chances de se révéler obscur pour beaucoup d'entre vous. Parce que je n'ai pas fini, hein.

Age Of Empire : Age Of Kings
Certains pouvoirs des héros sont un peu inutiles. C'est toutefois assez rare.
Le héros est ici nantie de 5 pouvoirs qu'il peut activer à n'importe quel tour, sous certaines conditions cependant. Pour peu qu'il se trouve dans son propre centre-ville ou qu'il ait des unités ennemies à portée de vue, par exemple. Il faut aussi signaler la gestion des sièges, partie très importante de cet opus. Ainsi, vous pourrez vous emmurer entre quatre tours et placer des unités dans chacune d'entre elles. Leur défense sera alors amplifiée. Dans l'autre sens, la méthode pour capturer une citadelle ennemie est tout aussi rugueuse. Vous devez d'abord dégager tout ce qui vous empêche l'accès au centre ville ennemi. Ce qui rend un peu fou, c'est qu'il vous faut dans un premier temps vider un bâtiment de son occupant avant de penser le détruire. Et une fois que vous avez accès au centre-ville, la dévastation de ce dernier ne suffit pas ! Il vous sera ensuite requis d'aller construire le vôtre par-dessus. Bon, soyons honnêtes : de toute cette belle richesse naît une complexité certaine, qui rend le titre assez peu perméable à celui qui ne sera pas rodé, au choix : aux AOE originaux sur PC/aux STR/aux wargames très pointus. Cependant, certaines étapes apparaissent comme clairement inutiles. Le coup de l'unité héroïque dont il faut passer sur le corps pour enfin pouvoir s'attaquer à la bâtisse qu'elle protégeait est assez pénible. Heureusement que les unités spécifiques aux sièges, comme le bélier n'en ont cure. Mais ce sont précisément les unités les plus chères proportionnellement à leur fragilité. La vulnérabilité des héros paraît également frustrante au début, et leurs pouvoirs n'ont pas la puissance de ceux des protagonistes d'Advance Wars. Ce sont de petits coups de pouce assez faiblards, qui contraignent le personnage a rester plutôt en arrière (puisque ces actes vous prennent un tour). Dans ce sens, la fragilité de ces unités importantes apparaît plus logique. Enfin, les merveilles, des constructions qui doivent rester en place pendant un certain laps de temps pour vous octroyer définitivement la victoire, sont des pièces maîtresses qu'il ne faut pas négliger, surtout dans les parties escarmouche ou multijoueur, car les missions de la campagne solo, plus intenses, ne vous laisseront pas vraiment l'occasion d'en avoir recours.

Age Of Empire : Age Of Kings
Je saute d'ailleurs sur l'occasion pour vous dire que le syndrome des parties multijoueurs sans fins que l'on a pu éprouver avec Advance Wars est encore plus présent ici. Ne vous sabordez pas la motivation et n'hésitez pas à utiliser les diverses conditions (temps, tours, merveilles) pour cloisonner un peu la chose. C'est évidemment un paramètre absent dans la campagne solo, dont les missions, à partir du versant de moyenne difficulté, dépassent allègrement l'heure de jeu. Transition idéale pour vous avertir que si le titre est âpre en raison des très nombreuses stratifications de son gameplay, il l'est également de par sa difficulté. C'est bien simple, la première campagne, qui est supposée constituer un didacticiel ne pourra être complété d'un trait sans avoir déjà parfaitement digéré tous les rapports de forces entre les unités, les aides apportées par les améliorations et une grande prudence dans ses déplacements. A partir de la campagne de Gengis Kahn, c'est-à-dire en difficulté moyenne, on se trouve clairement au même niveau que les toutes dernières missions d'Advance Wars. Névrotiques, passez votre chemin. En fait, courez même très vite, très loin. Vous ne supporterez pas un instant le second défaut majeur du jeu : son manque de lisibilité sur la carte de jeu. La représentation visuelle est des plus nobles puisque Digital Eclipse a décidé de ne pas symboliser les unités par des représentations elliptiques mais par de beaux et grands sprites. Résultat, c'est autrement plus imposant que dans Advance Wars, mais c'est aussi bien plus touffus, et la présence rapprochées de plusieurs unités rend la distinction quasi impossible. Heureusement qu'une petite icône permet de passer d'un pion à un autre. Ce biais est tout de même insuffisant pour sélectionner convenablement l'unité convoitée. Là se pose l'autre problème visuel : le choix d'une vue de trois quart, toujours aussi peu commode pour évaluer les positions. Enfin, on a tout de même du mal à trancher clairement dans le lard à propos de ces choix graphiques tant il faut avouer que le jeu est resplendissant. Les animations des combats dans l'écran supérieur sont, par exemple, superbes ! Et surtout, un tel soin va dans le sens de cette adaptation : respect à la série d'origine sur PC autant qu'à la machine qui acceuille son portage.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    On sent Digital Eclipse tenté par la performance d'offrir sur DS un rendu aussi sérieux et détaillé que les premiers AOE sur PC. Et le résultat est une réussite. Les animations dans les phases de combats sont très dignes. Les menus ont une classe folle. Les sprites sur la carte de jeu sont imposants et chatoyants. Malheureusement, sur ce dernier point, la lisibilité de l'action trinque un max, et il est presque strictement impossible de différencier les unités quand elles sont côte à côte. Le choix d'une vue isométrique n'était peut-être pas non plus la meilleure idée.

  • Jouabilité 15 /20

    Ne faites absolument pas l'erreur de passer outre le didacticiel, qui n'a d'ailleurs d'entraînement que le nom. Il s'agit d'une véritable campagne à part, qui vous impose d'assimiler l'ensemble des composants. Et ils sont si nombreux... La gestion des ressources et l'arbre technologique sont pompés directement à la racine des itérations PC. L'aspect wargame est presque deux fois plus volumineux qu'Advance Wars. Cette générosité peut se transformer en défaut, le titre peut faire mal à la tête. D'autre part, la difficulté est harassante. Peut-être trop.

  • Durée de vie 17 /20

    Des campagnes de cinq à dix missions, lesquelles vous imposent régulièrement un handicap au démarrage. La durée de chacune d'entre elles avoisine l'heure de jeu avec Jeanne D'Arc et Yoshitsune, et les dépasse aisément à partir de Gengis Kahn. C'est assez énorme. Si on ajoute des modes multijoueur/escarmouche avec une trentaine de cartes et la difficulté susdite, c'est à se demander si le jeu ne détrône pas très facilement Advance Wars. Les coupes qui ont été effectuées par rapport au Age Of Kings du PC ne se remarquent même pas. Pas de mode online, cela est très regrettable.

  • Bande son 16 /20

    Rien à redire de ce côté-là, du très beau boulot. On retrouve toujours ce contraste terrible avec d'un côté une musique sereine, timide, faite de percussions étouffées et de petites boucles accrocheuses. Et de l'autre : des bruitages saillants, violents, pas franchement réalistes mais qui vous gonflent le coeur avec la même noblesse qui envahit Richard Coeur De Lion.

  • Scénario 16 /20

    Les trames historiques de Age Of Kings partent du Moyen Age et traversent plus de deux décennies d'évènements de par le monde entier. On se sent exalté par l'authenticité de chaque acte et précision apporté par le titre, que ce soit pendant les campagnes ou dans la bibliothèque, vestibule dans lequel les développeurs ont laissé leur documentation.

Age Of Empire : The Age Of Kings sur DS est une adaptation quasi exceptionnelle. Et le verbe "adapter" n'est pas galvaudé. Digital Eclipse fait preuve d'intransigeance et son contraire en faisant survivre la richesse ludique et éditoriale des versions PC dans un moule tour par tour vraiment bien fichu. Ce respect donne lieu à un titre complexe pour une portable, et vous devez absolument vous sentir capable avant de craquer. Je me répète : on est loin d'Advance Wars, et si vous ne connaissez pas AOE ou Heroes Of Might And Magic sur PC, ou n'importe quel Wargame un tant soit peu pointu, réfléchissez bien. Voici en tout cas un titre qui éclaire encore une fois la DS, cette fois-ci vers un rôle de plate-forme rêvé pour des adaptations de jeux PC dits "sérieux". La miss n'a pas fini de nous étonner.

Profil de aiste
L'avis de aiste
MP
Journaliste jeuxvideo.com
17 novembre 2006 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (140)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.3/20
Mis à jour le 17/11/2006
Nintendo DS Stratégie THQ Backbone Entertainment
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live