Menu
Spy Hunter : Nowhere to Run
  • Tout support
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Spy Hunter : Nowhere to Run / Spy Hunter : Nowhere to Run sur PS2 /

Test Spy Hunter : Nowhere to Run sur PS2 du 25/09/2006

Test : Spy Hunter : Nowhere To Run
PS2
Spy Hunter : Nowhere to Run
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 septembre 2006 à 18:00:00
8/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Tous les prix
Prix Support
15.00€ PS2
177.00€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Dans la grande lignée des jeux d'action bien serrés, où rien ne dépasse, Spy Hunter se pose là. Pas un brin de réflexion, pas une miette de retour sur soi, pas une originalité, mais un amas indéfini d'explosions, de coups de coude dans la nuque et de rafales à hauteur des genoux. Si cette liste peut sembler péjorative à première vue, il faut tout de même se rappeler que de nombreux titres basés essentiellement sur le combat bien viril souffraient à peu près des mêmes défauts tout en étant géniaux, voir God Of War. Alors, le titre de Midway est-il le pendant actuel du fabuleux soft de Sony ? Je vous laisse le découvrir sous les tirs de kalachnikov.

Spy Hunter : Nowhere To Run

Dès les premières minutes, on comprend que Spy Hunter n'ira pas chercher bien loin, du moins d'un point de vue narratif. Mettant en scène un gros musclé pas très affable incarné par l'excellent acteur shakespearien, The Rock, le titre nous conte l'histoire originale de grands méchants mal rasés désireux de voler une technologie révolutionnaire à des américains arrogants. S'ensuivent courses-poursuites, échanges de coups de feu et rebondissements prévisibles à trente mètres. D'un côté on se sent presque rassuré lorsque l'on imagine ce qui pourrait se passer et que le déroulement des évènements nous donne raison. De ce point de vue là, Spy Hunter fait son travail avec un sérieux enviable. Vous retrouverez donc des trahisons, des amis qui glissent dans le camp ennemi pour mieux vous surprendre en vous révélant leur statut d'espion et des myriades de clichés donnant au soft un aspect téléfilm de deuxième partie de soirée sur M6. Tombant dans le "n'importe quoi" chronique, le soft accumule également les incohérences abasourdissantes, comme ces armées de soldats vêtus d'armures résistant aux volées de sulfateuses, que vous devrez détruire à mains nues. Si vous vous demanderez de longues minutes comment il est possible de briser un blindage avec de fragiles petits doigts, une autre question viendra à vous assez rapidement, concernant la mise en scène. Les évènements s'enchaînent sans aucune liaison et malgré la platitude de la trame, on ne comprend rien à ce qui se passe devant nos yeux. Les missions perdent pour le coup énormément d'intérêt et surtout font preuve d'un manque de caractère assez désolant.

Spy Hunter : Nowhere To Run
Resident Evil 4, si tu nous regardes....
Utilisant des schémas éculés reposant pour la majeure partie sur un système de demande/exécution basique, le jeu se perd également dans son équilibre global. En effet, autant certaines de vos tâches seront on ne peut plus aisées, ne nécessitant pas une période de repos dans l'action par la suite, autant certaines s'avèrent bien trop longues et difficiles. Le problème vient que dans le premier cas vous dénicherez rapidement un checkpoint salvateur alors que dans le second vous devrez souvent attendre un long moment avant de voir le bout du tunnel. Un déséquilibre dommageable qui s'applique de manière analogue sur la construction même du gameplay. Se la jouant réaliste, malgré le fait qu'une grenade dans la tête ne fasse même pas chanceler un vulgaire garde, le titre force votre personnage à perdre ses armes dès qu'il encaisse un valeureux coup de poing dans ses dents trop blanches pour être honnêtes. De fait, vous vous retrouverez souvent avec un maigre pistolet, entouré de trois adversaires armés de mitrailleuses, tentant péniblement de comprendre où est donc passé votre lance-roquettes. Si Spy Hunter a la bonne idée de mettre en avant le corps-à-corps dans les situations désespérées, via des prises de catch assez radicales, il est un peu gênant d'en venir à préférer ce moyen plutôt que d'utiliser un 9mm pas précis et surtout peu rapide. D'autant que le jeu vous oblige quasiment à privilégier l'affrontement direct, les ennemis lâchant leurs armes dès qu'ils sont suffisamment proche de vous. Et croyez-moi, le coup de poing est bien plus probant qu'une rafale de M-16 pas vraiment maîtrisée.

Spy Hunter : Nowhere To Run
Encore une belle rencontre fortuite dans une boîte de nuit super hype.
Un choix étrange qui laisse certes la part belle à de véritables trouées sauvages dans les rangs ennemis, assez jouissives il faut l'avouer, mais qui énervent prodigieusement lorsque l'on se rend compte que le tout est loin d'être jouable et qu'il est très discutable d'avoir mis de côté l'aspect tir "en couverture" en se servant des obstacles, à la manière d'un Metal Gear Solid 3 par exemple. Le soft perd alors toute notion de prudence et se solde par des charges répétitives, savoureuses mais beaucoup trop limitées. La faute en revient au gameplay pur, terriblement mal calibré et semblant mettre tout en oeuvre pour repousser le joueur avide de la voix rauque de The Rock. La visée manque de précision et d'amplitude, les déplacements ne sont pas assez vifs pour suivre idéalement ceux des ennemis et la caméra s'affole au moindre changement de direction un peu brutal. Une guirlande qui met donc en avant les épines jaunies de ce titre qui perd de son piquant au fur et à mesure des parties. Intégrant des phases de conduite pratiquement injouables tant le véhicule dérape sans raison apparente, le jeu tente de retrouver les traces de son glorieux ancêtre, mais se perd en route. En effet, si de petites trouvailles viennent égayer ces phases, comme l'utilisation de gadgets assez sympathiques ou la possibilité de transformer sa voiture en bateau, voire en moto, l'ensemble manque de fond et tout simplement d'intérêt. On assiste à un joyeux festival foutraque, nerveux peut-être, mais dont rien ne ressort vraiment.

Spy Hunter : Nowhere To Run
Aidez-moi, son bras est dans ma tête !!!
Au final, notre ami Spy Hunter : Nowhere To Run est un mauvais titre, ça c'est certain. Néanmoins et avec un peu de recul et d'humour, il est très facile de s'amuser réellement en jouant. Chaque scène cinématique, mal réalisée à souhait, est un petit moment de bonheur vidéoludique très drôle. Du doublage aux situations en passant par les répliques aussi tonitruantes qu'un coup de clairon durant une partie d'échec, ces instants sont de véritables petites perles. Tout cela n'est évidemment pas voulu mais participe à une vraie bonne humeur, poursuivie par les incohérences scénaristiques du titre en lui-même. Gloubiboulga explosif bourré de testostérone mal placée, Spy Hunter est une sorte de festival dans le registre du mauvais jeu. Certains le sont avec tristesse, lui l'est avec panache. Il faut au moins lui rendre honnêtement hommage pour ça.

Les notes
  • Graphismes 10 /20

    Malgré quelques effets sympathiques, comme le rendu de l'eau par exemple, le titre accuse quand même quelques années de retard, notamment en ce qui concerne les cinématiques et la modélisation des personnages. Néanmoins, le tout est très fluide et les décors comportent de nombreuses parties interactives.

  • Jouabilité 8 /20

    Certes, le héros avance sans problème et les commandes s'avèrent on ne peut plus accessibles, mais le gameplay reste bien trop déséquilibré pour que l'on prenne un plaisir suffisamment fort pour en oublier les errances. De plus, les phases en voiture sont tout bonnement injouables et les passages à pied rivalisent d'imprécisions. Ca fait quand même beaucoup pour un seul homme.

  • Durée de vie 9 /20

    S'insérant dans la durée habituelle des jeux du genre, Spy Hunter reste assez dense, même si vous aurez du mal à garder suffisamment votre calme pour aller jusqu'au bout. Multipliant les cassures de rythme et possédant une difficulté mal réglée, le soft coupe rapidement les jambes. A noter que quelques petits modes bonus font acte de présence, mais n'apportent rien à la globalité du soft.

  • Bande son 8 /20

    Très convenus et surtout on ne peut plus discrets, les thèmes du titre de Midway s'oublient très rapidement et s'avèrent parfois mal intégrés dans le jeu. Certains morceaux ne collent pas vraiment avec les scènes diffusées et restent trop en arrière-plan. Le doublage propose quant à lui des voix assez impliquées, parfois un peu trop d'ailleurs, mais désespérément cliché. En revanche, les explosions sont mises au premier rang.

  • Scénario 9 /20

    Encore une sombre histoire de méchants sûrement communistes qui décident de voler aux américains les plans d'une super machine avec des canons et pleins de trucs géniaux. Mise en scène avec une sorte de mauvais goût flamboyant, cette trame se laisse suivre agréablement si vous avez de l'humour. Sinon cela vous rappellera les plus mauvais épisodes de Walker Texas Ranger.

Destiné à une note un peu moins élevée, Spy Hunter : Nowhere To Run doit cependant être remercié pour son franc optimisme et son espèce de grandeur d'âme. Assumant sa médiocrité, le titre ne se laisse pas abattre et se relève, tel un samurai bravant l'arrivée de la mort. Honnêtement, tout cela a un petit côté épatant. Mis à part cela, le soft de Midway est cruellement vide et bénéficie d'un gameplay bien trop bancal pour motiver son achat. Sauf si vous êtes un grand fan de The Rock.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 septembre 2006 à 18:00:00
8/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Mis à jour le 25/09/2006
PlayStation 2 Action Course Midway Terminal Reality
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Devil May Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live