Menu
Dragon Booster
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur DS / Dragon Booster sur DS /

Test Dragon Booster sur DS du 04/07/2006

Test : Dragon Booster
DS
Dragon Booster
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 juillet 2006 à 18:00:00
6/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
4.1/20
Tous les prix
Prix Support
18.30€ DS
21.45€ DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

Il y a de cela quelques milliers d'années, une terrible guerre eut lieu entre diverses factions d'un monde fantastique, peuplé de dragons et d'hommes se respectant mutellement comme des frères de sang. Tout avait commencé par une course à la modernité, dans laquelle les humains et les créatures mythiques construisaient ensemble des machines fabuleuses pour le bien de tous. Néanmoins, les fourbes bipèdes décidèrent de s'approprier ces engins afin d'en faire des armes mortelles, nécessaires à la prise de pouvoir sur la planète. S'ensuivit forcément un conflit généralisé qui prit fin il y a fort longtemps. Mais les hommes et les sauriens ont la mémoire courte.

Dragon Booster

Après ces bribes de background mettant en place le contexte de Dragon Booster, il serait légitime de se dire que nous voilà face, soit à un RPG cruellement classique, soit à un jeu d'action au scénario prétexte à de titanesques duels dans un monde entre l'héroic-fantasy et le cyber-punk. Et pourtant, Dragon Booster est un jeu de courses tout ce qu'il y a de plus banal, avec ses pistes, ses chronomètres et ses lignes d'arrivée. Toutefois, il se démarque nettement de la concurrence par un gameplay totalement original, mais pas forcément intéressant pour autant. Si vous aussi vous adhérez aux titres qui innovent, prennent des risques et modifient l'expérience de jeu, Dragon Booster semble à première vue pour vous. En effet, loin de se cantonner à des dépassements hasardeux et des prises d'aspirations classiques, le soft vous propose une sorte de shoot sur rails dans lequel vous n'êtes par définition pas vraiment libre de vos mouvements mais où il vous est possible de vous servir de votre environnement pour progresser. Plus précisément, vous avancez sur une piste définie sur laquelle apparaissent de nombreux obstacles plutôt fourbes et placés de manière à vous rendre la vie la plus dure possible. De fait, vous ne vous concentrerez jamais vraiment sur les directions que vous devrez prendre, obnubilé par l'obligation de vous défaire des divers pièges vous ralentissant, tout en luttant courageusement contre vos opposants. Un principe intéressant sur le papier, mais adapté d'une manière totalement ratée dans le corps du jeu.

Dragon Booster
Tu peux toujours accélérer tant que tu voudras, ça ne rendra pas les choses plus faciles à supporter.
Dans les grandes lignes, ce principe vous offre le plaisir de désigner avec le stylet les différentes cibles et obstructions afin soit de les "capturer", soit de les détruire. En effet, les diverses cibles sont en réalité des réserves d'énergie qu'il vous faut accumuler dans l'espoir de déclencher vos attaques spéciales. Associées lors de votre passage au stand, nommé ici Stable, les différentes pièces d'équipement à votre disposition nécessitent pratiquement toutes un tantinet de "carburant" pour fonctionner durant les courses. Une alimentation énergétique différente est également pompée en masse si vous désirez augmenter votre vitesse sur une distance réduite. Symbolisée par une barre bleue, cette dernière ne peut remonter que si vous ralentissez et laissez donc le dragon se reposer. Une initiative qui aurait pu se révéler stratégique, mais qui tombe complètement à plat à cause d'un rythme général vous empêchant de perdre trop de temps et donc de réfréner votre motivation dans l'espoir d'une fin de duel en votre faveur. Un écueil qui va au final de paire avec l'insupportable paradoxe que contient le titre. Effectivement le fait d'avoir un objet, que ce soit le stylet ou la dragonne, devant l'écran lorsque l'on doit appuyer précisément sur des zones spécifiques de ce même écran, en pleine action, nuit grandement à la visibilité. Offrant déjà une représentation baveuse et des décors sans profondeur ne se détachant pratiquement pas de l'amas de pixels qu'est votre monture, le titre perd réellement pied avec ce concept ludique aggravant une situation déjà difficile. De fait, vous passerez à côté d'un élément sur deux dans le meilleur des cas et développerez une frustration franche bien présente.

Dragon Booster
Les combats sont d'une inutilité sans nom.
Et comme le jeu semble vouloir acculer ses idées dans leurs derniers retranchements, il pousse le bouchon jusqu'à vous fournir gracieusement le premier jeu Nintendo DS avec une reconnaissance tactile incroyablement mauvaise. Vous passerez donc votre temps à subir littéralement le soft, sans avoir la possibilité d'interagir normalement. Le seul "remède" à cette lourde lacune est de défoncer sauvagement l'écran de votre DS en le matraquant à coups de stylet. Outre le fait que cette technique ne marche pas à tous les coups, vous prenez également le risque de causer la mort accidentelle, un tout petit peu préméditée tout de même, de votre console. Elle est d'ailleurs loin de mériter un tel traitement, surtout à cause de Dragon Booster. Si vous parvenez à supporter les deux premières courses, vous pourrez découvrir un semblant d'évolution et débloquer de nouveaux personnages au gré des rangs que vous remporterez. Débutant à la classe C, vous gravirez les échelons du pouvoir jusqu'à la classe A, bien entendu plus difficile. Tout cela se fera au fil d'améliorations techniques achetées chez le marchand du coin, mais surtout en suivant de longues séances d'énervements douloureux, agressé par ce gameplay plat, frustrant et délicieusement vide. Seules les partitions musicales pratiquement orchestrales sauvent le jeu d'une plongée dans les tréfonds de la ludothèque DS, lui rendant un peu de dignité avant sa disparition. Une fin un peu brutale, mais la recrudescence des jeux à licence de séries animées, censés appâter les jeunes joueurs, ne peut que susciter une indignation sur le long terme. Ne tentez pas de libérer ces dragons-là.

Les notes
  • Graphismes 7 /20

    Autant vous pourrez être charmé lors de l'apparition de la première piste en 3D, autant vous en verrez rapidement les limites dès que l'écran sera devenu illisible et que vous vous apercevrez que la distance d'affichage n'excède pas dix mètres. De plus les éléments surgissent bien trop brutalement, ne vous laissant pas vraiment le temps d'anticiper. Pour terminer les différents protagonistes se révèlent bien trop cubiques.

  • Jouabilité 6 /20

    Si les commandes s'assimilent très rapidement, la construction même du gameplay et les soucis insupportables de l'écran tactile coulent l'ensemble par des mètres et des mètres de fond. Si par "bonheur" vous parvenez à le récupérer dans son cercueil sous-marin, vous pourrez vous en servir pour découvrir le système de customisation de votre héros et de son dragon, relativement limité par ailleurs.

  • Durée de vie 8 /20

    Ne proposant que six courses par classe, le titre ne vous résistera pas longtemps, si tant est que vous puissiez supporter de ne pas diriger complètement vos actions. Et si le courage ne vous a pas quitté, vous trouverez peut-être le temps d'affronter un des vos amis (qui ne le restera pas longtemps) dans un mode multi assez fade.

  • Bande son 13 /20

    Seul aspect positif du soft, la bande sonore propose des thèmes pratiquement orchestraux, souffrant certes du processeur sonore de la DS, mais bénéficiant d'une instrumentation de qualité et de mélodies épiques. Les effets sonores sont en revanche bien trop mous et effacés pour convaincre.

  • Scénario 8 /20

    Proposant un scénario manichéen et simple prétexte à des compétitions de vitesse, Dragon Booster ne pousse pas le vice jusqu'à mettre en avant ce point précis. En revanche, on se demande encore pourquoi la cohabitation entre les hommes et les dragons se solde automatiquement par des courses...

Triste nouvel exemple de l'exploitation forcenée et sans saveur de licences vendeuses, Dragon Booster est un de ses meilleurs représentants, parvenant même à briser la particularité de sa console hôte. Plat, peu jouable et mal réalisé, le titre de Konami se doit d'être évité, même si vous êtes fan à vous rouler par terre de la série animée originale. Ce n'est pas aujourd'hui que les dragons connaîtront la paix.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 juillet 2006 à 18:00:00
6/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
4.1/20
Mis à jour le 04/07/2006
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce