Test Electroplankton- Nintendo DS

Nintendo DS

Jeu, concept onirique, application artistique, allez savoir, la seule chose dont on soit certain avec Electroplankton, c'est que c'est drôlement chelou. Difficile de traiter la chose comme n'importe quel autre jeu, dans la mesure où l'on se demande même si c'en est un.

Electroplankton

Alors que les ampoules et lambeaux de peau qui bourgeonnent sur mes doigts depuis que j'ai repris la guitare cessent tout juste de me faire souffrir, voilà qu'un OVNI musical tombe entre mes mains délicates d'artiste romantique (si !), Electroplankton concept ludico-tactile à vocation musicale. Conceptuel comme peut l'être un morceau de free samba fusion, Electroplankton se présente comme une succession d'assemblages musicaux, comme si on avait fait entrer de force une exposition d'art contemporain sonore dans la DS. L'idée de base du titre est simple et ne fait que varier en fonction de l'un des 10 "jeux" présents sur la cartouche, touchez l'écran, ça fait des notes. Aucun score à atteindre, aucun objectif, niveau de difficulté, non rien de tout cela, juste diverses façons de faire des sons, parfois en rythme, parfois dans le ton, mais aussi de façon complètement libre et chaotique. Tout ici est question d'espèce de planctons, créatures réagissant à votre toucher (ou aux sons relayés par le micro) en émettant des sons ou de la lumière. Le mieux que l'on puisse faire, c'est encore de vous donner quelques exemples avant de s'attaquer aux questions de fond. Sachez d'ores et déjà que si le jeu se pratique avec le stylet, la croix directionnelle aura souvent son rôle jouer, généralement pour faire changer le rythme.

Test Electroplankton Nintendo DS - Screenshot 53Si vous parvenez à rendre toutes les feuilles rouges, une fleur va éclore.

Prenons les Tracys. Pour composer avec eux, il vous faut tracer des lignes, droites, courbes, cercles etc, qu'ils suivront en égrainant des notes de piano, adoptant le rythme exact avec lequel vous avez tracé leur partition. La tonalité grave ou aiguë dépendant de la direction vers laquelle vous les faites nager. De leur côté, les Hanenbrows ont la manie de se jeter sur des feuilles qui produiront du son en vibrant et que vous pourrez incliner à loisir afin de faire varier les rebonds du plancton, de façon à produire diverses mélodies. De plus, la vitesse à laquelle les feuilles seront frappées les fera chauffer, modifiant leur tonalité. Les Luminaria sont probablement ceux avec lesquels il est le plus simple de produire un morceau construits et ont un fonctionnement bien plus linéaire puisqu'il se déplacent en suivant une grille faite de flèches orientables, créant des boucles de 4 sonorités différentes. Malheureusement, le fait de ne pouvoir faire tourner les flèches que dans une direction vous contraint à laisser s'échapper le plancton un peu n'importe où.

Test Electroplankton Nintendo DS - Screenshot 54Enregistrez tout et n'importe quoi, le poisson le pasera en boucle.

L'un des planctons les plus étranges porte le nom de Sun-Anilmacule, de drôles de bestioles dont on dépose les oeufs sur l'écran tactile, la hauteur de leur position déterminant la hauteur de leur note, réagissant à la lumière d'un cycle jour/nuit, les oeufs éclosent et produisent leur son qui variera au gré de leur croissance ultérieure. Suit dans la liste le plancton Rec-Rec, l'autre espèce qui permet de créer des choses vraiment construites. Au passage parfaitement rythmé de l'un des quatre individus, il suffit d'en toucher un pour pouvoir ensuite lui faire enregistrer n'importe quel son par le biais du micro de la DS, clappement de main, voix, ou tout autre bruit, mixant ainsi l'usage d'un sampler et d'une boîte à rythmes, mais avec tout ce que le micro de la DS peut comprendre comme sons parasites. Particulièrement indépendants, les Nanocarps vivent leur vie, à moins que vous ne produisiez deux claquements consécutifs, ayant pour effet de les assembler en cercle ou en ligne, soufflez, ils formeront une étoile, ne faites rien, et ils reprendront leur errance sur l'écran, touchez en un et il émettra un petit tintement avant d'aller percuter un autre Nanocarp qui tintera à son tour. Le résultat est totalement anarchique mais curieusement fascinant. De plus, selon la façon dont vous soufflerez, vous obtiendrez de nouvelles formes, maison, humain, lune, enfin moi quoi que je fasse, je me retrouve systématiquement avec un coeur, quand je disais que j'avais une âme romantique, hein alors. Et il en va de même pour les clappements de mains ou les sifflements, essayez de faire vos gammes en chantant, vous verrez.

Test Electroplankton Nintendo DS - Screenshot 55Lumiloop, l'exemple type de la bonne idée qui ne se suffit pas à elle-même.

Poursuivons avec Lumiloop, dont on se lasse vite puisqu'il ne s'agit que de faire tourner 5 disques, dans un sens ou dans l'autre et à diverses vitesses afin de produire une sorte de nappe de synthé. Un plancton vite limité, tout comme l'est Marine-Snow, un ensemble de flocons de neiges totalement incontrôlable qui illustre à merveille la théorie du chaos. Beatnes fera de son côté plaisir aux nostalgique de la NES puisqu'on peut y entendre des thèmes de la console de Nintendo, à commencer par celui de Mario Bros. A l'écran s'affichent 4 chaînes dont le sommet produit un son typique (collecte d'une pièce ou d'un champignons dans Mario) qui sera répété en boucle, tout comme les sonorités émises par les maillons des chaînes. Sans le savoir, vous voilà en train de remixer un illustre thème du jeu vidéo. Enfin, le dernier plancton est un autre avaleur de bruit capable de capter jusqu'à 8 secondes de son et de le modifier ensuite en lui faisant changer de forme, le sample enregistré voyant sa hauteur, sa vitesse changer, ainsi que sa sonorité par l'application de filtres.

Voilà donc pour ce tour d'horizon des 10 assemblages d'Electroplankton. Reste à voir ce que tout ceci vaut. Et c'est bien là que les choses deviennent complexes. Tout d'abord, tous les planctons ne sont pas aussi plaisants les uns que les autres au sens où certains se prêtent plus que d'autres à l'expérimentation sonore et à la découverte fortuite de petites merveilles alors que d'autres voient leur intérêt décroître dès la première partie (comme Lumiloop par exemple). Pire, l'impossibilité de sauvegarder ses créations se révèle des plus frustrants..

Test Electroplankton Nintendo DS - Screenshot 56Un petit remix de Kid ICarus ?

Conçu comme une sorte de délire artistique un peu intellectualisé, le jeu mise sur la création de l'instant à grand coup d'éphémère artistique, une conception qui a son charme, mais qui peut également être rebutante, car force est de constater que tout ce que l'on fait avec Elecktroplankton ne peut pas se cacher sous la griffe de l'art, à moins de s'attirer les foudres de l'adage : "l'art contemporain se fout de votre gueule". Pourtant, on parvient à tirer une sorte de fascination pour ces mélodies parfois séduisantes, parfois improbables... Mais pendant combien de temps ? Après 45 minutes, on sent déjà qu'on a fait le tour des possibilités et Elektroplankton est l'archétype du jeu "ovniesque" que l'on sort une fois par mois pour y jouer 10 minutes. Un état de fait qu'on imputera en fait à des limites vite atteintes. Chacun des assemblages sonores présente son charme propre mais qui s'estompe rapidement. A n'en pas douter, l'une des limitations les plus regrettables demeure l'impossibilité de mélanger les planctons afin de multiplier les possibilités, on imagine facilement comment Lumiloop permettrait de créer une nappe de fond pour Luminaria par exemple. Au final, Elektroplankton est une idée géniale, mais qui semble trop miser sur son aspect novateur sans chercher à vivre dans la durée, évoquant un groupe conceptuel dans lequel chaque instrument ne jouerait qu'une demi-gamme, et chacun à son tour.

Dinowan, le 30 juin 2006

Les notes

  • Graphismes 14/20

    Le design est assez déroutant avec des planctons stylisés et des choix esthétiques psychédéliques en parfait accord avec l'esprit du soft.

  • Jouabilité 16/20

    Une chose est sûre, on n'aura pas de problèmes de prise en main ici, il suffit de toucher. Le seul reproche qu'on pourait faire au titre étant qu'il est souvent difficile de créer quelque chose de vraiment construit, mais on doute que ce soit son but de toutes façons.

  • Durée de vie 10/20

    Avec ses 10 sections et des limites très vite atteintes, Electroplankton ne peut espérer durer très longtemps. Même s'il est certain que dans quelques mois, tout le monde le ressortira du placard pour s'y replonger, avant de l'oublier de nouveau, de le ressortir etc.

  • Bande son

    Si Electroplankton est un instrument de musique, alors à vous de noter l'artiste, pas l'instrument.

  • Scénario

    -

  • Note Générale15/20

    Jeu ou concept artistique, difficile d'y voir clair. Electroplankton est en tout cas un titre surprenant mais trop limité. Est-ce par choix artistico-intellectuel un peu ronflant ou par errance de game design ? La seule chose qui soit certaine, c'est qu'il vaut mieux s'y essayer avant de débourser 40 euros dans un "jeu" véritablement innovant mais tout aussi rapidement lassant. Mais si vous le voyez à 20 brouzouffes, sautez-lui dessus.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 15/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Elektroplancton Elektro plancton Electro plankton

Vidéos

Voir les 3 vidéos de Electroplankton