Menu
Astonishia Story
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Astonishia Story sur PSP /

Test du jeu Astonishia Story sur PSP

Test : Astonishia Story
PSP
Astonishia Story
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
27 juin 2006 à 18:00:00
11/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (12)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Partager sur :

Ubisoft, très actif en terme de distribution de RPG (et on le remercie au passage), revient cette fois de Corée pour nous offrir un jeu sorti il y a quelque temps sur la GP 32. Premier épisode d'une série comptant déjà plusieurs suites, Astonishia Story ne bouleverse pas les règles du genre en misant sur un univers "fantasyste", fief de dragons, de chevaliers à l'armure étincelante ou de nains bougons au grand coeur.

Astonishia Story

L'avalanche de RPGs continuant à déferler sur l'Europe, le consommateur, gai comme un pinson, devra se rendre à l'évidence : il va falloir penser à économiser pour pouvoir s'offrir tous ces cadeaux tombés du ciel. Une fois encore, nous voici donc sur la portable de Sony qui ne sait plus où donner de la tête entre les sorties actuelles et les annonces en provenance de chez Square Enix ou Namco. Cependant, l'histoire d'Astonishia Story est un peu différente de celles des précédents titres ayant foulé le sol européen. D'une part, le titre de Sonnori nous vient de Corée, ensuite, il est le premier d'une série de jeux étant également sortis sur PC et enfin, il a connu ses heures de gloire sur la console GP 32. Si on fait fi de ces informations, que reste-t-il au consommateur éclairé ? Rien de moins qu'un titre reposant sur des acquis ancestraux mais ayant légèrement oublié le plaisir que l'on peut ressentir en parcourant une aventure de longue haleine.

Astonishia Story
J'aime beaucoup cette image qui donne vraiment une impression étrange.
Débutant de manière fort conventionnelle (un jeune héros s'étirant dans son lit avant de commencer une journée qui changera le cours de son existence), Astonishia Story nous permet très rapidement de rentrer dans une histoire qui ne perd pas de temps. Loyd, un brave chevalier au service de son royaume, va devoir escorter un carrosse qui contient le sceptre de Cainan, une relique sacrée inestimable. Bien entendu, ce qui ne devait être qu'une mission de routine va vite se transformer en véritable bain de sang quand un certain Francis de la Cross viendra mettre son grain de sable dans l'engrenage. Suite à cet attentat en règle, messire Loyd laissera sa carrière militaire derrière lui afin d'obtenir une nouvelle liberté, indispensable pour mener à bien sa quête. Les bases étant posées, il ne vous reste plus qu'à dégainer votre épée et à tailler du monstre. Ces derniers étant visibles sur la map monde, c'est vous qui déciderez de les combattre ou non. Néanmoins, vu qu'ils s'approcheront de votre personne dès que vous serez à une certaine distance d'eux, attention à ce que vous faites. Malheureusement, hormis cette prise de décision (légèrement contrebalancée par des combats aléatoires dans les donjons), on se rend rapidement compte que le level-up est une étape obligatoire dans le jeu. Ceci m'amène d'ailleurs au gros point faible de ce titre qui tient en un mot : difficulté.

Astonishia Story
Voici un écran que vous pourrez apprécier très souvent à sa juste valeur.
Premièrement, Astonishia Story fait partie de ces titres qui aiment laisser le joueur, seul, face à l'adversité. Ainsi, si on fera ami ami avec 13 héros différents qui viendront grossir les rangs de notre équipe, l'aventure débute avec Loyd qui ne pourra compter au tout début que sur lui-même. On rencontrera par la suite un nain très puissant, mais ce dernier nous lâchera quelques mètres plus loin, nous obligeant à nous coltiner un combat contre un boss incroyablement difficile. De plus, vu qu'à ce stade de l'aventure, il est impossible de revenir dans un village pour acheter des objets de soin (qui sont de toute façon trop chers en règle générale) on aura tôt fait de se faire tuer en deux tours à moins d'avoir passé au préalable quatre ou cinq heures à gagner de l'EXP. Malgré tout, on signalera un level-up bien trop poussif, ce qui n'augure rien de bon pour la suite. Bref, on s'énerve, on traite les développeurs de tous les noms d'oiseaux connus et on recharge une ancienne sauvegarde (surtout faites-en plusieurs) pour monter de niveau en bataillant contre des ennemis plus faibles. Franchement, je ne vois aucun plaisir là-dedans et c'est bien dommage car le jeu ne manque pas de ressources.

Astonishia Story
La carte du monde est très jolie mais attention aux ennemis qui patrouillent.
Ainsi, le système de combat s'inscrit dans la lignée de ceux de nombreux tactical RPG. Copie quasi exacte de celui de Popolocrois, vous devrez tout d'abord bouger vos personnages sur une surface délimitée puis choisir une action (attaquer/compétence/sort/objet). Une fois que vos compagnons auront fait de même, ce sera au tour des ennemis et ainsi de suite. Retenez aussi que la fuite est également au programme si vous sentez que le vent tourne en faveur de vos adversaires. Un autre point important concerne les caractéristiques magiques des personnages qui seront influencées par la géographie. Ainsi, si un guerrier rattaché à l'élément feu traverse une zone placée sous le signe de la glace, sa puissance d'attaque sera moindre. Dans le même ordre d'idées, si vous utilisez une arme foudre contre un ennemi ayant la même caractéristique, vos chances de le toucher seront réduites de moitié. Ceci renforce l'aspect stratégique des combats, ce qui n'est pas pour déplaire. Enfin, à l'issue des batailles, chaque guerrier recevra de l'expérience avec un petit bonus pour le meilleur combattant.

Astonishia Story
Le système de combat est plus stratégique qu'il n'en a l'air.
En dehors de ces rixes, votre devoir d'aventurier sera synonyme d'achat dans des boutiques ou de récolte d'informations auprès des pauvres quidams le plus souvent en proie à un terrible malheur. Mais ici aussi, on remarque quelques problèmes qui ont le plus souvent trait à un manque de clarté dans ce que l'on attend de nous. Par exemple, à un moment donné, vous arriverez dans un village où il faudra obligatoirement trouver une lettre dans une écurie pour ensuite aller la donner à un personnage bien précis afin de débloquer le schmilblick. Peu évident et surtout loin d'être logique. De plus, l'absence de traduction pourra poser quelques soucis aux anglophobes qui devront dès lors jouer avec leur Harrap's à portée de main. Toutes ces tares n'étant pas insurmontables, Astonishia Story pourra vous procurer quelques plaisirs éphémères même si l'ombre d'une difficulté mal gérée planera constamment au-dessus de votre tête.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    En règle générale, les effets visuels tiennent la route et les décors, très détaillés, flattent la rétine. Pourtant, on ressent une certaine austérité se dégageant des environnements, peut-être due à des couleurs légèrement délavées. Quoi qu'il en soit, le jeu n'est pas vraiment plus beau que sur GP 32 mais reste d'un bon niveau général.

  • Jouabilité 13 /20

    La jouabilité n'a pas grand-chose de neuf par rapport à la masse de RPG actuels, ce qui fait qu'on retrouve les habituelles montées de niveaux (bien trop laborieuses dans le cas présent), l'achat d'équipements ou l'obtention de techniques et de sorts magiques. Le système de combat, hérité du tactical RPG, renvoie énormément à celui de Popolocrois. Finalement, il est dommage que la difficulté soit si mal gérée et que le level-up soit obligatoire dès le début du jeu. Enfin, mentionnons aussi un problème inhérent à la PSP : des accès disque beaucoup trop fréquents.

  • Durée de vie 14 /20

    Il est certain que si vous ne passez pas votre temps à combattre pour gagner de l'EXP, vous allez très vite déchanter. On regrette d'ailleurs que le début de l'aventure soit si ardu et ce malgré le fait de pouvoir éviter ou fuir la plupart des affrontements. En somme, ne vous fiez pas au design Super Deformed tout mimi et préparez-vous à faire face à un vrai challenge.

  • Bande son 11 /20

    Aucune voix digit n'est annoncée à l'accueil (même si ce n'est pas vraiment gênant) et bien que les musiques soient variées, les compositions font davantage penser à du midi qu'autre chose.

  • Scénario 12 /20

    Pour être honnête avec vous, je n'ai pas pu avancer comme je l'aurais souhaité à cause de cette fichue difficulté. Impossible donc d'être catégorique quant à la qualité du scénario qui utilise tout de même certains poncifs du genre : un jeune héros sur lequel tout le monde compte, des trahisons ou bien entendu le sort du monde libre se cachant derrière une mission plus ou moins banale.

Astonishia Story est un RPG qui mérite le coup d'oeil ne serait-ce que pour toucher à un nouveau jeu coréen après l'arrivée de Magna Carta en Europe. Peu original dans ses péripéties, il profite tout de même d'un système de combat simple et technique à la fois. Malheureusement, sa difficulté excessive le destine avant tout aux acharnés du genre qui trouveront là un titre intéressant tout en devant faire face à des accès disque fréquents, une absence de traduction ou un manque de clarté dans ce que l'on attend d'eux.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
27 juin 2006 à 18:00:00
11/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (12)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Mis à jour le 27/06/2006
PlayStation Portable RPG Ubisoft Sonnori Corporation
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019