Menu
The Great Art Race
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : The Great Art Race
PC
The Great Art Race
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de superpanda
L'avis de superpanda
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 juin 2006 à 18:00:00
8/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.5/20
Tous les prix
Prix Support
2.00€ PC
2.69€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Les jeux de société n'ont que très rarement donné quelque chose de convaincant sur PC. Rappelez-vous de la série des Monopoly, dont les multiples adaptations n'ont pas éclipsé les jeux de plateaux; toujours plus agréables à jouer. Bref, il faut vraiment que ces portages apportent un plus pour séduire les joueurs. Pour The Great Art Race ça semble bien parti puisque son concept est original. Hélas, le tableau se ternit au fil des heures, c'est le cas de le dire.

The Great Art Race

Le but du jeu est simple et tient en quelques mots : Walter, un riche amoureux de l'art pictural a convoqué ses cinq nièces et neveux, dont vous faites partie, pour leur faire une annonce. Atteint d'une grave maladie, il va bientôt mourir et voudrait, avant son départ pour l'au-delà, retrouver ses tableaux qui ont été volés. Ces derniers réapparaissent périodiquement dans des ventes aux enchères. Il va donc vous falloir parcourir le monde pour racheter les précieuses peintures. Pour ce faire, il vous faudra évidemment gagner de l'argent mais aussi éviter d'acquérir de simples copies. Et tout cela, vous devez le faire sans perdre de temps puisque ce sera la personne qui aura retrouvé le plus de tableaux qui héritera de la fortune de l'oncle Walter. C'est pas très gentil pour les autres, mais c'est comme ça.

The Great Art Race
Voici la carte sur laquelle vous pourrez déplacer votre pion de ville en ville.
Lorsqu'on entame une partie, il faut tout d'abord décider du temps que vous aurez pour accomplir votre mission : deux, quatre ou sept ans. Cela influe évidemment sur la longueur de la partie qui varie ainsi d'une bonne heure à quelques heures tout au plus. A la fin du temps imparti, votre score s'affichera et vous saurez si vous êtes celui qui, parmi les cinq nièces et neveux, a su rassembler le plus de peintures. Le jeu se joue donc à cinq. Problème : il n'y a aucun mode LAN, ni de prise en charge d'internet ou de jeu par e-mail. C'est ennuyeux car cela limite le multijoueur, essence même de ce jeu, à des parties à tour de rôle sur le même PC. Vraiment dommage et très peu pratique. Heureusement, on peut aussi y jouer seul contre des adversaires dirigés par l'intelligence artificielle. Une IA qui est d'ailleurs bien moins efficace et beaucoup plus prévisible que de vrais joueurs. Mais passons sur ce (gros) défaut et voyons de quelle façon vous pourrez gagner assez d'argent pour acquérir les peintures.

The Great Art Race
Un moyen risqué de gagner de l'argent : parier sur une course de chevaux.
The Great Art Race se déroule en tour par tour sur une carte du monde sur laquelle plusieurs villes sont signalées. Vous pouvez vous rendre de l'une à l'autre en déplaçant votre pion à l'écran. Chaque ville a évidemment ses spécificités et est représentée par un écran fixe et plusieurs boutons qui sont autant d'options. Votre souci principal étant de gagner de l'argent, il vous faudra beaucoup voyager et vous investir dans différentes activités. La première est la culture de denrées. Dans certaines villes, vous pourrez établir des plantations (de coton, soie, cacao, tabac, café ou thé) et recruter du personnel pour cultiver la terre. Une fois que c'est fait, la production commencera et vous pourrez revendre vos biens sur le marché de Londres ou de New York en acheminant la marchandise par le biais de l'entreprise qui dessert la ville de production. Evidemment, le prix de chaque bien varie selon la loi de l'offre et de la demande. Si par exemple, tous les joueurs produisent du café, son prix va chuter. Il est donc judicieux de diversifier ses productions. Ce qui est problématique, c'est qu'il faut très régulièrement revenir dans les villes où vous avez des plantations pour payer le personnel et exporter la marchandise sous peine de voir vos ouvriers faire grève car ils n'ont pas été payés. Ces actions ne peuvent se faire que manuellement, il n'y a pas d'automatisation possible. Cela vous contraindra donc à faire de nombreux allers-retours entre vos centres de production et les marchés. Lassant au bout d'un moment.

The Great Art Race
Chaque ville est représenté par un plan statique.
Autre moyen de gagner de l'argent : la spéculation. Vous pouvez acheter et revendre les actions des cinq sociétés de transport de marchandises. Le but étant évidemment d'acheter au prix le plus bas et de revendre au prix le plus haut pour faire de confortables bénéfices. Le prix de l'action est lui aussi intimement lié à l'offre et à la demande mais également à l'activité de la société. Ainsi, si elle doit transporter de grosses quantités de denrées, le prix de l'action de l'entreprise va monter. Pour faire une bonne affaire, il suffit donc d'acheter des actions lorsque l'entreprise n'a quasiment pas de travail, puis d'établir des plantations dans une ville qu'elle dessert pour qu'elle puisse travailler. Le prix de son action va monter ce qui vous permettra de les revendre. L'achat d'un hotel ou emprunter à la banque vous permettra également de gagner un peu d'argent, mais ces méthodes ne sont pas forcément les plus rentables. Notamment la dernière puisque vous devrez à un moment ou à un autre rembourser votre emrunt auprès de la banque.

The Great Art Race
Le marché de New York est avec celui de Londres, le seul endroit où vous pourrez vendre vos marchandises.
Au bout de quelques dizaines de minutes, on comprend très bien tous ces mécanismes et on n'a aucun mal à faire grimper son compte en banque. Il sera alors temps de songer à se rendre dans les ventes aux enchères pour commencer à acheter les fameuses toiles. Les dates de ces événements vous sont communiquées à l'avance et il faut donc tenter d'arriver dans la ville en question au bon moment. Vous pourrez alors surenchérir, tout comme les autres neveux et nièces présents. Mais il faut faire attention à bien identifier le bon grain de l'ivraie. Pour cela, il faut prendre des cours. Ces cours (un pour chaque mouvement artistique) prennent deux semaines et sont évidemment payants. Mais une fois que vous aurez participé à ces séances, vous pourrez voir si le tableau est un original ou pas. Comment ? C'est très simple. A chaque vente d'un tableau dont vous avez étudié le courant pictural, s'affichera un code du genre "P3", un code qui ne s'affichera pas si vous n'avez pas de connaissances particulières. Il suffira alors de vous reporter au fichier pdf de décodage présent sur le CD du jeu pour voir à quoi correspond le sigle. En l'occurrence, P3 est une oeuvre authentique. Bref, identifier une peinture est une activité qui se résume à lire un code sur un tableau. Pas très palpitant. On aurait aimé que les développeurs se lancent dans quelque chose de plus complet, en nous apprenant pourquoi pas à voir les défauts d'une oeuvre. Bref, le contenu laisse à désirer et le joueur doit répéter constamment les mêmes actions, en l'espèce, faire des allers-retours entre les marchés, ses plantations et les ventes aux enchères. Un aspect répétitif qui est fatal au jeu qui s'en serait mieux sorti avec un gameplay un peu plus riche et un vrai mode multijoueur supportant internet.

Les notes
  • Graphismes 10 /20

    Les graphismes sont uniquement constitués de plans fixes. Certes, ces derniers sont plutôt jolis, mais ils manquent cruellement d'animation.

  • Jouabilité 9 /20

    Simple à prendre en main, le jeu souffre néanmoins des possibilités trop faibles qu'il offre. Les manières de gagner de l'argent sont peu nombreuses et trop stéréotypées. De plus, l'intelligence artificielle n'est pas des plus convaincantes et le système de repérage des faux tableaux est trop simpliste.

  • Durée de vie 6 /20

    C'est très répétitif. Il n'est vraiment pas certain que vous enchaîniez les parties en solo à cause d'une IA trop prévisible. C'est mieux en multijoueur, mais on regrette que cette fonctionnalité soit limitée à un mode hot seat et qu'il n'y ait aucune possibilité de jouer en LAN, sur internet ou par e-mail car The Great Art Race s'y serait prêté parfaitement.

  • Bande son 10 /20

    La bande-son est pauvre. Il n'y a pas beaucoup d'effets sonores et de musiques différentes. Heureusement, le peu qu'il y a est plutôt convaincant.

  • Scénario /

The Great Art Race pourrait presque être qualifié de jeu de société sur PC tant les mécanismes sont proches de ces derniers. Hélas, ses fonctionnalités paraissent trop limitées pour que le titre se fasse une place au soleil. En outre, l'absence de prise en charge d'internet est vraiment préjudiciable et nuit à la durée de vie puisque les réactions de l'IA en solo sont trop prévisibles.

Profil de superpanda
L'avis de superpanda
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 juin 2006 à 18:00:00
8/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.5/20
Mis à jour le 20/06/2006
PC Stratégie Jeu de société Ascaron Software Anuman Interactive
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Hitman 2 : Le monde qui vous entoure est une arme
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Fallout 76 - Une transition 100% multi réussie pour la saga ?
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Defector : Le James Bond VR qui manquait un peu de rythme...
    PC
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live