Test Final Fantasy IV Advance- Gameboy Advance

Gameboy Advance

Dans sa grande mansuétude, Square Enix nous offre une séance de rattrapage pour nous permettre d'affiner notre culture rôliste en (re)découvrant le quatrième volet de la mythique saga Final Fantasy. Même si l'on a toujours affaire à un simple portage, l'occasion est trop belle pour la laisser passer, d'autant que cette nouvelle version comporte un certain nombre d'ajouts qui, vous allez le voir, méritent carrément le détour.

Final Fantasy IV Advance

Entamé sur PSOne et Wonderswan Color, le revival de la série des Final Fantasy prend maintenant d'assaut la Gameboy Advance. Après la sortie remarquée de Final Fantasy I & II : Dawn Of Souls, et l'oubli du troisième opus qui aura, lui, carrément droit à un remake sur DS, c'est au tour de Final Fantasy IV de voir le jour sur GBA. Ainsi, en attendant la sortie prochaine des épisodes V et VI sur ce même support, vous allez pouvoir vous replonger dans l'un des tout meilleurs épisodes de la saga. Rappelons que sa création ne date pas d'hier puisqu'il était sorti en 1991 sur Super Famicom au Japon, avant d'échouer bien plus tard en France dans le pack Final Fantasy Anthology avec FFV, mais dans une version non traduite. Voici donc l'occasion de le découvrir pour la première fois en français avec un certain nombre d'ajouts inédits sur lesquels je reviendrai un peu plus loin. Le soft jouit par ailleurs d'une réalisation similaire aux versions PSOne et Wonderswan Color, et donc supérieure à l'original sur Super Famicom, même si la GBA est loin d'être poussée dans ses derniers retranchements.

Test Final Fantasy 4 Gameboy Advance - Screenshot 75La réalisation d'antan n'a rien perdu de son charme.

Le premier argument avancé par FFIV pour convaincre les joueurs récalcitrants à l'idée de se lancer dans un RPG old-school, c'est son scénario. En clair, si vous ne connaissez pas du tout l'histoire de cet opus et que vous ne vous attendez pas à grand-chose de ce côté-là, vous allez tomber de haut ! On y découvre non seulement un univers sur le point de basculer dans le chaos, mais surtout une palanquée de personnages héroïques au charisme fascinant, avec en tête de file un certain Cécil, tiraillé par une dualité de convictions contraires qu'il ne parvient pas à maîtriser. Ce brillant chevalier noir se voit ainsi, du jour au lendemain, accusé de trahison envers son roi et relevé de son commandement à la tête des Ailes Rouges, la meilleure flotte de l'empire. Envahi par le doute, il part en quête de rédemption et entame un long et laborieux périple en tant qu'apprenti paladin, cherchant par là un moyen d'expier ses fautes passées. Son histoire sera marquée par nombre de bouleversements, les traîtrises répétées de son meilleur ami Kaïn, le chevalier dragon aux motivations troubles, la dévotion de sa bien-aimée Rosa, et le secours de ses fidèles alliés. Parmi ces derniers, on n'oubliera certainement pas Cid, l'inventeur de génie, Palom et Porom, les jeunes mages facétieux, ni même le sage Tellah qui tente de maîtriser l'ultime sortilège.

Test Final Fantasy 4 Gameboy Advance - Screenshot 76On ne compte pas les boss optionnels dans cet épisode.

D'autres rencontres inoubliables l'attendent en chemin, comme avec la malheureuse Rydia, que Cécil prendra sous son aile sans savoir qu'elle est vouée à devenir l'une des plus grandes "invokeuses" et la dernière représentante de sa lignée. Et comment passer sous silence l'histoire poignante du prince Edward, un jeune homme lâche qui fuit son trône en se faisant passer pour un barde, exact opposé de Edge, le prince d'Eblana, un ninja valeureux et très sûr de lui ? On pourrait parler aussi du moine guerrier Yang et du sorcier ultime FuSoYa, mais là je risque de frôler le spoiler. C'est aussi pour cette raison que je ne dirai rien sur Golbez ni sur les autres adversaires de Cécil qui feront tous l'objet de révélations incroyables à mesure que vous approcherez de la fin du jeu. Ce qui surprend le plus dans cette histoire, outre ses multiples tragédies qui lui donnent un côté sérieux très appréciable, c'est que plus on avance dans l'intrigue, plus on a le sentiment que le héros principal est un fragile pantin entre les mains du destin. Les quêtes qu'il croit mener à bien finissent immanquablement par échouer, les personnages qu'il aime disparaissent et le sort lui échappe constamment, ce qui en fait un être bouleversant. Rien que pour découvrir cette histoire qui mériterait une bonne dizaine de romans, il me paraît indispensable de jouer à FFIV et de mener l'aventure à son terme.

Test Final Fantasy 4 Gameboy Advance - Screenshot 77L'une des trois maps que vous pourrez survoler dans le jeu.

Pour ne rien gâter, à ce background fascinant s'ajoute un système de jeu phénoménal caractéristique de la série des Final Fantasy. Il s'agit, si je ne m'abuse, du premier épisode à prendre en compte la fameuse jauge ATB durant les combats que vous pouvez paramétrer en mode actif ou attente. De plus, FFIV nous offre la possibilité de contrôler cinq personnages à la fois durant les affrontements, ce qui permet de faire tourner plus facilement les membres de son équipe et de profiter de l'ensemble de leurs talents. Qui plus est, le soft a le mérite de faire intervenir des personnages qui se distinguent réellement les uns des autres parce qu'ils maîtrisent tout simplement des classes complètement différentes. Ainsi, chacun d'entre eux dispose, en plus des commandes habituelles, de menus spécifiques relatifs à leurs techniques personnelles. A titre d'exemple, le paladin pourra servir de bouclier pour protéger ses alliés, la guérisseuse priera pour régénérer ses compagnons, le barde entonnera toutes sortes de chants tandis que l'apprentie magicienne pleurera pour faciliter la fuite du groupe. Il y a plus d'une dizaine de techniques dans ce style-là, et vous verrez que leur maîtrise sera déterminante pour le bon déroulement de l'aventure.

Test Final Fantasy 4 Gameboy Advance - Screenshot 78Les développeurs se sont permis quelques délires dans les épreuves finales des ruines lunaires.

Même s'il est l'un des premiers volets de la saga, FFIV recèle bel et bien une réelle richesse dans son système de jeu qui trahit parfois un souci du détail étonnant. Par exemple, vous devrez prendre en compte le fait que vos personnages soient gauchers ou droitiers lorsque vous les équiperez d'un arc ou de toute autre arme pour optimiser leurs performances. Ni trop facile, ni trop compliquée, l'aventure fait tout de même intervenir des boss qui exigent que l'on mette en place une vraie stratégie de combat pour les vaincre. Il existe toujours une manière subtile d'abréger un affrontement, et même les défis les plus décourageants sont surmontables. Autre particularité de cet opus, l'apparition des invocations qui, certes, ne sont utilisables que par Rydia, mais qui apportent beaucoup de richesse au gameplay. On en dénombre une bonne dizaine, dont la plupart sont optionnelles, et il faudra passer par de nombreuses quêtes annexes pour les avoir toutes. Enfin, on compte plus de cinquante sortilèges différents relatifs à la magie blanche ou noire, et c'est en montant de niveau que vous les acquerrez.

Test Final Fantasy 4 Gameboy Advance - Screenshot 79Avez-vous l'étoffe d'un paladin ?

Les Chocobos font également leur retour dans ce quatrième opus, et ils se déclinent même sous des formes inédites. Rencontrés généralement dans les petites forêts, les Chocobos jaunes vous serviront de monture tandis que les blancs vous redonneront de la magie et que les noirs, beaucoup plus rares, vous transporteront dans les airs. Enfin, le gros Chocobo acceptera de stocker les objets qui ne logent pas dans votre inventaire et vous aurez même la chance d'en héberger un dans votre aéronef vers la fin du jeu. Les voyages seront facilités par la présence de moyens de transport variés qui vous autoriseront à évoluer librement sur la map. Notez qu'il y a pas moins de trois cartes immenses à explorer dans FFIV, puisque votre périple vous entraînera jusque sur la lune ! Qui plus est, on ne compte pas le nombre incalculable de passages secrets et d'objets cachés que seuls les joueurs les plus méticuleux parviendront à dénicher.

Test Final Fantasy 4 Gameboy Advance - Screenshot 80Chaque personnage dispose de commandes spécifiques liées à sa classe.

Garantissant plus de 50 heures de jeu, l'aventure qui vous attend comprend une multitude de quêtes annexes qu'il serait sacrilège de ne pas faire tant elles sont passionnantes. De plus, le donjon exclusif à la version GBA permet de mettre la main sur des armes ultimes inédites et d'en apprendre davantage sur les personnages. Mention spéciale pour les Ruines Lunaires bourrées d'idées géniales telles le test de sagesse du paladin, les étages labyrinthiques et les énigmes qui pleuvent de façon toujours très pertinente. Ce passage du jeu, complètement optionnel, vous réserve des moments inoubliables, avec des boss qui vont au-delà de l'imagination et une difficulté qui promet un vrai challenge même pour les joueurs les plus aguerris. Pour le reste, tout ce que l'on pourra reprocher à ce titre se résume à quelques défauts mineurs en regard de sa qualité générale. Ainsi, le fait que le curseur ne réponde pas toujours au moment voulu en combat quand l'animation a du mal à suivre peut entraîner quelques désagréments, tout comme l'obligation de devoir attendre de reprendre la main pour pouvoir mettre le jeu en pause durant les affrontements. Pour terminer, je me permets de vous donner un conseil : si vous vous retrouvez par hasard devant la boîte de FFIV Advance, superbe au demeurant, ne laissez pas quelqu'un de sournois s'en emparer avant vous ou vous n'auriez pas assez du restant de votre vie pour le regretter.

Romendil, le 02 juin 2006

Les notes

  • Graphismes 13/20

    La réalisation est largement supérieure à l'original sur Super Famicom, et du niveau des versions Wonderswan Color et PSOne. On peut tout de même trouver beaucoup mieux sur GBA.

  • Jouabilité 15/20

    Le système de jeu est fantastique et puise une grande partie de sa richesse dans les capacités propres à chaque classe de personnage, mais aussi dans la gestion des invocations et la mise en place de véritables stratégies contre les boss. Dommage que le jeu ne soit pas parfaitement optimisé techniquement, à savoir que le curseur répond souvent mal lors de certains combats où l'animation a du mal à suivre.

  • Durée de vie 16/20

    Comptez une bonne cinquantaine d'heures pour en faire le tour, surtout si vous voulez faire toutes les quêtes optionnelles. Je vous conseille d'ailleurs de ne pas terminer le jeu sans traverser les derniers niveaux des Ruines Lunaires car c'est l'un des meilleurs moments de l'aventure.

  • Bande son 16/20

    Retravaillées par rapport à la version d'origine, les musiques sont d'une grande force et reflètent parfaitement le talent de Nobuo Uematsu. De plus, l'OST complète sera accessible dans le menu Extra une fois le jeu terminé.

  • Scénario 17/20

    Sans doute l'un des meilleurs scénarios imaginés pour un Final Fantasy et pour un RPG en général ! Je vous renvoie aux deux paragraphes qui lui sont dédiés dans le corps du texte en insistant sur le fait que l'histoire est exceptionnelle et bouleversante. En plus, la traduction française permet enfin d'en profiter pleinement.

  • Note Générale16/20

    A l'instar d'un Tales of Phantasia, la sortie de Final Fantasy IV Advance sur GBA est un événement à ne pas manquer pour les amateurs de RPG. Il s'agit vraisemblablement de l'un des chapitres les plus réussis de la saga, autant pour l'intrigue que pour le système de jeu. Preuve que la loi des portages a parfois du bon, surtout quand elle permet de faire découvrir aux joueurs européens des titres qui ne sont jamais sortis chez eux en version française. Je vous laisse méditer là-dessus en rêvant d'une illusoire conversion de Final Fantasy Tactics sur portable et d'une confirmation de Valkyrie Profile PSP dans l'hexagone.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 18/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Final Fantasy 4 Advance, FF 4 Advance FF4 Advance, FF IV Advance FFIV Advance Final Fantaisy

Vidéos

Voir les 28 vidéos de Final Fantasy IV Advance