Menu
Namco Museum 50th Anniversary
  • Tout support
  • PC
  • GBA
  • NGC
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Namco Museum 50th Anniversary
Xbox
Namco Museum 50th Anniversary
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 mai 2006 à 18:00:00
6/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.3/20
Partager sur :

Lorsqu'il s'agit de sortir du neuf avec du vieux, Namco n'est pas le dernier à faire la queue. A l'occasion du cinquantième anniversaire de la firme, on ne pouvait donc clairement pas espérer échapper à une nouvelle version de Namco Museum, mais on peut se demander si l'initiative comporte un réel intérêt au vu de ce qui nous est proposé.

Namco Museum 50th Anniversary

Que peut-on attendre d'une compilation censée retracer l'histoire d'une société aussi incontournable que celle de Namco ? Qu'elle rende hommage à la firme en regroupant la quasi-totalité des titres élevés au rang de classiques des années 80 ? Sans doute, mais pas pour tout le monde. Visiblement, les développeurs n'avaient pas tout à fait la même vision des choses que le joueur lambda et souhaitaient simplement marquer le coup en proposant 14 jeux connus de tous réunis dans une compilation à 40 euros. D'ailleurs, lorsque je dis 14 titres, comprenez plutôt 12 puisque deux d'entre eux sont la copie conforme de leurs prédécesseurs, mais vous devinerez vite desquels il s'agit quand je vous aurai donné la liste complète des jeux proposés dans ce Namco Museum.

Namco Museum 50th Anniversary
Deux épisodes de Pole Position sont proposés.
Bosconian, Dig Dug, Dragon Spirit, Galaga, Galaxian, Mappy, Ms Pac-Man, Pac-Man, Pole Position, Pole Position II, Rally-X, Rolling Thunder, Sky Kid et Xevious. Voilà le contenu exhaustif de Namco Museum 50th Anniversary. Des titres que les nostalgiques connaissent évidemment sur le bout des doigts et qui ont marqué leur époque, mais qui, à mon avis, ne doivent pas remplir plus d'un centième du CD. Par ailleurs, les connaisseurs remarqueront bien vite que le soft se démarque par une forte dominante shoot'em up et course automobile, ce qui limite un peu l'intérêt de la chose. Mais avant de rentrer plus en détail dans la description des titres en question, précisons qu'il est possible, pour chacun d'entre eux, de paramétrer le niveau de difficulté, le nombre de vies disponibles et la fréquence d'apparition des bonus, et qu'ils sont tous jouables à 2.

Namco Museum 50th Anniversary
Rares sont les shoot'em up humainement faisables, et Dragon Spirit ne déroge pas à la règle.
On commence avec la mascotte de la firme, l'incontournable Pac-Man, qui nous revient ici en compagnie de son épouse. Le problème, c'est que Pac-Man et Ms Pac-Man se ressemblent comme deux gouttes d'eau, à tel point qu'on se demande si la présence des deux est vraiment justifiée. Quoi qu'il en soit, je ne vous ferai pas l'affront de vous expliquer dans le détail le principe de Pac-Man qui se résume à engloutir toutes les billes d'un labyrinthe en évitant les fantômes qui vous pourchassent. On s'aperçoit que le concept a quand même beaucoup vieilli, d'autant que les deux jeux sont identiques et se distinguent simplement par la couleur des tableaux et l'ajout d'un ruban sur le sprite de Ms Pac-Man. Adoptant un concept pas très éloigné de celui de Pac-Man, Dig Dug est également présent dans Namco Museum. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce titre, il s'agit ni plus ni moins d'aider un petit personnage à éliminer tous les ennemis de l'écran en utilisant une pompe pour les faire exploser. Personnage qui est d'ailleurs présent dans le RPG tactique Namco X Capcom, pour ceux que ça intéresse. Pour le reste, on se déplace en creusant des galeries dans le sol et il faut simplement avancer prudemment pour éviter de se faire écraser par les rochers lorsqu'on passe dessous. Simple mais addictif, par tranches de 5 minutes pas plus.

Namco Museum 50th Anniversary
Juste pour vous montrer que les choses n'ont guère évolué entre le 1er et le second Pole Position.
On entame le gros morceau de cette compilation avec la catégorie shoot'em up. Au programme, un petit Galaga où l'on ressent évidemment l'influence de Space Invaders, même s'il se veut un tout petit peu plus évolué. Les vaisseaux ennemis arrivent par vagues et se regroupent en blocs compacts pour constituer différentes formations à éliminer. On ne peut que bouger latéralement pour éviter les tirs, ce qui rend les choses assez délicates même sur les tout premiers niveaux, d'autant qu'on explose au premier choc reçu. Petite subtilité, on peut combiner deux vaisseaux pour doubler sa puissance de tir, et il faut parfois libérer les vaisseaux capturés par les Galaga tout en évitant de se faire happer par le rayon tracteur des boss. Dans le même genre, Galaxian fait en quelque sorte la transition entre Space Invaders et Galaga. Cette fois, on affronte uniquement des blocs compacts d'ennemis, mais ces derniers ont la possibilité de se détacher de leur formation individuellement pour nous foncer dessus, et ils ne s'en privent pas. Les boss sont généralement entourés par des escortes que l'on peut détruire pour gagner des bonus de points. La principale difficulté réside dans la lenteur des déplacements et surtout la fréquence ridicule des tirs.

Namco Museum 50th Anniversary
Le constat est le même avec les deux versions de Pac-Man.
On reste dans la catégorie jeux de tir avec Bosconian, un shoot'em up archaïque mais relativement jouable et plutôt bien pensé puisqu'on est libre d'évoluer dans n'importe quelle direction. Le vaisseau est capable de tirer vers l'avant et vers l'arrière et doit détruire une série de stations spatiales protégées par des escadrons de vaisseaux ennemis tout en évitant les astéroïdes. Plus récent et donc plus soigné, Dragon Spirit est un shoot'em up vertical relativement décent où l'on incarne un dragon capable de cracher des flammes. Le jeu disposait même d'un ersatz de scénario où l'on apprenait que le dragon était en fait un chevalier qui s'était transformé pour aller sauver sa princesse. Plusieurs types de tirs avec des trajectoires différentes nous sont proposés, certains allant frapper directement les cibles au sol. On peut toujours encaisser plusieurs chocs avant de mourir, mais la difficulté n'en demeure pas moins présente malgré la possibilité qui nous est donnée ici de choisir son stage de départ. Finalement, on se rend compte que le plaisir de jeu est gâché par un certain manque de précision dans les déplacements du sprite à l'écran, malgré d'assez beaux environnements pour l'époque. Beaucoup plus austère, Xevious compte pourtant parmi les plus grands classiques du shoot'em up vertical. A bord d'un vaisseau équipé de missiles et de bombes, vous devez faire le ménage dans le ciel en éliminant les troupes aériennes et terrestres de l'armée adverse. Dommage qu'il soit si difficile de distinguer les tirs ennemis au milieu du décor et que les possibilités soient aussi limitées.

Namco Museum 50th Anniversary
Vous serez heureux d'affiner votre culture en apprenant que le nom du vaisseau de Xevious est le Solvalou.
Dans un registre différent, Sky Kid nous fait piloter un avion de chasse en territoire ennemi et nous demande de bombarder un certain nombre d'objectifs indiqués en début de mission. On doit donc d'abord se débrouiller pour aller récupérer une bombe en rase-mottes avant de la larguer sur la cible, sans oublier d'éviter continuellement les attaques des chasseurs ennemis qui n'hésitent jamais à venir par derrière. Le scrolling se fait bizarrement de la droite vers la gauche, et en dehors des loopings et des tirs de base, on ne dispose pas de nombreux atouts pour s'en sortir. Dans un autre registre, je ne sais pas si vous connaissez Mappy, mais je peux vous dire que ce titre est carrément infernal. Dans la peau d'une petite souris, vous devez vous frayer un passage dans les différents étages d'une maison dans le but de récupérer des objets d'art dérobés. L'objectif est d'évoluer d'un palier à un autre en empruntant les tremplins et en évitant les chats qui grouillent à l'écran, le seul moyen de les détruire étant de leur claquer une porte sur le museau ou de les repousser à l'aide d'une porte micro-onde. Diabolique et surtout extrêmement difficile.

Namco Museum 50th Anniversary
Comment survivre dans Rolling Thunder ? Une question hautement philosophique.
Ancêtres de la F1, Pole Position I et II se démarquent par leur jouabilité difficile à maîtriser, le moindre virage étant à lui seul un véritable test d'adresse et de sang-froid. La gestion de la vitesse était notamment compliquée à maîtriser, et il était nécessaire de rétrograder manuellement pour bien négocier les virages. Il faut toujours beaucoup persévérer pour réussir à passer les qualifications, d'autant que de nombreux obstacles jalonnent les tracés. Le principe est évidemment le même pour les deux épisodes qui sont, là encore, beaucoup trop similaires. Rally-X est un petit jeu de courses automobiles sans prétention en vue de dessus, avec une jouabilité qui rappelle étrangement celle de Pac-Man, la voiture avançant toute seule. Vous êtes libre d'aller où vous voulez du moment que vous ne percutez pas les véhicules adverses qui avancent comme des kamikazes mais que vous pouvez ralentir en larguant des fumigènes. L'objectif est de localiser et de récupérer tous les drapeaux disséminés dans des labyrinthes pour passer au niveau suivant. Seul jeu d'action de cette compilation, Rolling Thunder nous fait incarner un agent secret infiltré dans un bâtiment garni de soldats encagoulés et nous demande d'en sortir indemne avant la fin du chrono. Ne pouvant que tirer et sauter, vous vous rendrez vite compte de la linéarité de l'action et surtout de sa difficulté inhumaine. On peut recharger ses munitions en rentrant dans des portes marquées "bullet" et même utiliser une mitraillette, mais le level design peu inspiré n'incite pas à persévérer. C'est d'ailleurs le seul jeu où l'on peut activer l'invincibilité au départ.

Namco Museum 50th Anniversary
Dans Rally-X, les parties commencent doucement mais se terminent en apocalyspe.
Que dire pour conclure, sinon que, dans l'ensemble, on retrouve des jeux plutôt sympa mais sur lesquels on ne passera pas trois ou quatre heures d'affilée ? Le problème est que, pour 40 euros la compilation, mieux vaut ne pas craquer du tout quand on voit que d'autres éditeurs proposent trois fois plus de titres pour le même prix. Difficile, dans ces conditions, de cautionner l'attitude purement intéressée de Namco qui a déjà sorti quatre compilations successives sur PSOne, sans compter les autres versions existantes, toutes aussi légères les unes que les autres. On était en droit d'attendre beaucoup plus au niveau du contenu qualitatif et quantitatif pour un soft qui est quand même censé fêter les cinquante ans de la firme japonaise.

Les notes
  • Graphismes 5 /20

    Même si elle n'a pas beaucoup de sens, cette note n'est là que pour vous faire comprendre que les titres compilés ici sont en général extrêmement sommaires au niveau de leur réalisation, à une ou deux exceptions près.

  • Jouabilité 6 /20

    Tous ces softs se caractérisent par leurs possibilités d'actions très limitées et leur jouabilité parfois imprécise. Tous sont d'une difficulté redoutable malgré la possibilité d'ajuster certains paramètres dans les options.

  • Durée de vie 5 /20

    Namco Museum 50th Anniversary compte parmi les compilations les plus légères qu'on trouve en ce moment. Avec seulement 14 titres à se mettre sous la dent, vous n'y passerez pas toutes vos soirées.

  • Bande son 5 /20

    Entre la musique typique des années 80 qui se fait entendre sur le menu principal et les bips sonores qui accompagnent les différents jeux, vos oreilles vont passer un mauvais quart d'heure.

  • Scénario /

    -

En jetant un oeil en arrière, je me rends compte que Namco Museum 50th Anniversaire ne méritait pas un test aussi long. La démarche de Namco est en effet assez critiquable, dans la mesure où le titre n'est pas la compilation ultime qu'on nous annonçait. Les 14 malheureux titres proposés pour 40 euros ne justifient pas l'achat de ce soft qui n'est pas à la hauteur des autres compilations disponibles chez les concurrents. Dans le genre, tournez-vous plutôt vers Taito Legends 2 par exemple.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 mai 2006 à 18:00:00
6/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.3/20
Mis à jour le 29/05/2006
Xbox Compilation Namco Digital Eclipse
Dernières Preview
PreviewFuser : Harmonix revient avec un jeu de mix musical très plaisant Il y a 15 heures
PreviewOri and the Will of the Wisps : Le Metroidvania poétique et ardu frappe fort Il y a 21 heures
PreviewResident Evil 3 : Une jolie revisite de Raccoon City sous les râles du Nemesis 25 févr., 17:04
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Cyberpunk 2077
17 sept. 2020
3
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020