Menu
Aeon Flux
  • Tout support
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Aeon Flux / Aeon Flux sur PS2 /

Test Aeon Flux sur PS2 du 19/05/2006

Test : Aeon Flux
PS2
Aeon Flux
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 mai 2006 à 18:00:00
8/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.8/20
Tous les prix
Prix Support
12.99€ PS2
34.90€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Se déroulant dans un univers orienté cyber-punk que n'aurait pas renié Philip K. Dick, Aeon Flux nous narre l'histoire d'Aeon Flux justement, une guerrière faisant partie d'un groupe de rebelles nommés les Monicans. Décidés à renverser l'ordre autocratique régnant sur Bregna, ces derniers devront terrasser les Breens, principaux accusés dans cette exploitation du malheur. Car, évidemment, les hommes n'ont pas forcément beaucoup le sens de l'humour durant les longues années suivant une catastrophe industrielle ayant causé des morts par milliards. Pourtant, au fil du jeu, on sent quelque peu un esprit chafouin planer sur les immeubles décrépis et les landes métalliques. Charlize Theron est effectivement très jolie mais ça ne l'empêche pas de nous faire rire. Surtout quand elle prend le rôle de la dernière des Monicans.

Aeon Flux

Mettant dans l'ambiance en quelques maigres secondes, la scène d'introduction renseigne également sur ce que l'on peut s'attendre à voir débarquer dans les fabuleux instants qui vont s'enchaîner par la suite. Véritables actes de mémoires, les scènes cinématiques en images de synthèse rappelleront aux anciens ce qu'était l'état de cette technique au début des années 90 et permettront aux plus jeunes de constater enfin les progrès effectués, trop habitués à déguster quotidiennement les dernières avancées en la matière. Pixellisées, mal compressées et affichant un rendu à peine digne d'une PSone en petite forme, ces phases relatant le scénario du soft n'apparaissent heureusement qu'à de rares moments, vous laissant libre d'oublier ces visions cauchemardesques le temps d'une partie. De plus, non sous-titrées, celles-ci laisseront de côté les personnes sujettes à conflit avec l'anglais, afin de bien leur montrer que le jeu de Majesco ne s'apprivoise pas facilement, qu'il faut comprendre ses travers pour qu'il nous accepte. Encore faut-il en ressentir l'envie, mais c'est une autre histoire. Bref, après ces fugaces doutes quant à la suite des évènements, vous serez enfin catapulté dans le jeu, au sein d'un tutorial assez bien ficelé, prenant place dans une sorte d'arène où Aeon semble récolter les faveurs du public. C'est donc en ce lieu semblable à un Colisée futuriste, bardé de néons et d'acier, que vous ferez vos premiers pas, sans vraiment vous soucier de petits désagréments qui vont ensuite prendre nettement plus d'ampleur. Une fois cette étape close, à vous l'aventure grisante au sein de sept épisodes vous narrant les prémices du film sorti il y a déjà plusieurs mois. Une manière de procéder intéressante, mais qui se voit sabordée par un gameplay plus qu'énervant.

Aeon Flux
Les décors possèdent une ambiance accrocheuse. Dommage qu'ils soient si laids...
Plus que tenter de renverser l'ordre établi, digne d'une vision idyllique d'un Big Brother inspiré, mademoiselle Flux va devoir tout d'abord trouver le moyen de lutter contre l'un de ses pires ennemis, à savoir la caméra. Semblant tout faire pour vous obliger perfidement à rater la majeure partie de vos sauts et actions, l'angle de vision ne peut qu'être à la solde du tyrannique Trevor Goodchild. En effet, outre le fait que le point de vue ne parvient à s'axer correctement sur la voie à emprunter qu'à condition que vous vous trouviez à un endroit précis, vous serez également surpris par sa propension à ne se cadrer qu'au bout de deux secondes, vous masquant par là même la suite de votre cheminement. Un écueil terriblement gênant, notamment lorsqu'on réitère une scène précise et que l'on va de fait trop rapidement pour cette pauvre caméra poussive, habituée à prendre le temps de la découverte. Mais ce n'est pas tout, car le système de combat a visiblement décidé de s'associer également aux ennemis de la belle Aeon. S'il est possible de perpétrer une attaque de nombreuses manières différentes, suite à une course sur un mur ou après un habile salto arrière par exemple, vous vous trouverez fort dépourvu lorsque le moment d'enchaîner sera venu. Alors que de nombreux titres d'action tentent de favoriser l'accessibilité en brisant l'obligation du joueur de se trouver à moins d'un mètre pour porter un coup, le soft de Majesco semble désirer revenir sur ces acquis. Offrant au joueur l'un des principes de pugilat les plus apathiques vus à ce jour, Aeon Flux remet au goût du jour le concept de la précision tatillonne. Il vous faudra pour le coup être bien sûr d'être à la bonne distance pour espérer déclencher un direct à la mâchoire efficace. Un parti pris réaliste, qui dans le fond n'est pas vraiment contestable, mais qui s'accompagne d'une difficulté à apprécier la distance handicapante. Vous serez donc forcé de coller littéralement vos opposants dans l'espoir d'un contact, ce qui peut encore ne pas survenir.

Aeon Flux
Les phases en "saut à l'élastique" demeurent vraiment impressionnantes.
En effet, il faut savoir que notre héroïne aux cheveux plaqués se décale légèrement dès qu'elle donne un coup de pied ou de poing, ce qui a pour effet de vous forcer à reprendre à chaque fois le déroulement des opérations en main, après un premier assaut fouettant souvent l'air. Pour clore en beauté cette funeste liste, attendez-vous à subir de nombreuses désillusions, tant la raideur des assauts empêche de prendre le moindre plaisir ludique, pétrifié une ultime fois par des combinaisons digne d'un Oni mal en point, ce qui laisse pantois. Vous aurez aussi l'occasion d'éxécuter vos proies via un système de mise à mort simple dans le principe, mais plus problématique dans les faits. Toutefois, dans cet océan sombre aux vagues ramenant sans cesse sur le bord de la plage, certaines accalmies lumineuses permettent de braver la houle. Tout d'abord, vous aurez l'insigne honneur d'utiliser une sorte de grappin magnétique nécessaire dans diverses situations, allant de la collecte d'informations à la fuite éperdue. L'impression de vertige se dégageant de ces sauts dans le vide, rappelant grandement la scène d'espionnage acrobatique maintes et maintes fois aperçue lors du Mission Impossible de Brian de Palma, s'avère grisante et donne lieu à des chorégraphies diverses. Vous pouvez à votre gré faire feu tout autour de vous en pivotant durant la descente, atterrir en douceur après une pirouette féline, ou bien suspendre un innocent à votre place afin de lui faire connaître l'ivresse des hauteurs. Une idée ingénieuse et bien mise en scène, qui offre une variation à l'exploration basique de niveaux au level-design terne. Néanmoins, vous ne pourrez avoir recours à cette action qu'à des endroits précis, limitant grandement l'enthousiasme généré par cette dernière. Dans la continuité, la gestion de divers gadgets se révèle suffisamment intéressante pour en tirer un point positif. Disposant d'une maniabilité évoquant celle de la forme sphérique de Samus dans la série Métroid Prime, les "rouleurs" sont les outils les plus ludiques. Vous devrez en fait vous en servir pour pénétrer dans des endroits inaccessibles afin de vous libérer la voie, tout en faisant attention aux nombreux pièges attendant une unique faute de votre compagnon électronique.

Aeon Flux
Suspendue à une barre verte, Charlize n'en est que plus resplendissante.
Dans le registre du simple déplacement, vous trouverez également un élément plutôt digne d'intérêt, renvoyant totalement au côté félin de l'héroïne. Chaque mouvement est en effet très vif, et donne vraiment le sentiment de diriger un ersatz de ninja capable des acrobaties les plus imprévisibles. Il est donc agréable de pouvoir bondir de barres en barres, de courir sur les murs, ou encore d'effectuer des sauts impressionnants via un système recourant à l'habituel Q.T.E. Même si l'influence de Prince Of Persia se fait plus que sentir, le fait de ressentir cette souplesse tire de la torpeur dans laquelle plonge le jeu et libère un dynamisme que l'on croyait disparu avec la liberté. Car, dans le monde d'Aeon Flux, la linéarité est de mise et vous serez sans cesse accompagné de manière assez lourde dans vos pérégrinations, sans vous donner la moindre chance de "contempler" les environnements ou de ressentir totalement l'impression d'oppression véhiculée par l'ambiance. Enfin, et vous deviez sans doute appréhender la chose, la qualité graphique du jeu s'avère clairement en dessous de la moyenne et ne tente même pas d'essayer de masquer ses rivières d'aliasing et ses textures simplistes par un flou habile. Sur ce point au moins, le soft de Majesco fait preuve d'une honnêteté à toute épreuve. Au final, bâclé graphiquement, possédant un gameplay mal réglé et une construction chaotique, Aeon Flux ne se rattrape que grâce à quelques bonnes idées éparpillées dans la masse. Toutefois, elles ne suffiront pas à empêcher le titre de finir dans les mains crochues de Trevor.

Les notes
  • Graphismes 7 /20

    Si les environnements restent presque acceptables au niveau du design et de l'agencement, l'aliasing foudroyant et l'utilisation de textures simplistes ne jouent pas vraiment pour eux. Si vous n'en avez pas assez vous pouvez à vos risques et périls regarder les diverses scènes cinématiques mal réalisées, mal montées et dénuées de toute mise en scène potable. De plus, parvenir à rendre Charlize Theron relativement laide est un tour de force non négligeable.

  • Jouabilité 9 /20

    Si le jeu possède certaines bonnes idées, notamment dans l'utilisation de gadgets et au travers d'un système de déplacement félin, il pèche en revanche dans tous les autres domaines. Limité au niveau du système de combat par des collisions trop précises au regard d'une gestion de la distance chaotique, malgré un système de mises à mort intéressant, Aeon Flux ne parvient pas à diffuser le moindre plaisir ludique et se morfond dans ses schémas de jeu trop classiques et peu inspirés.

  • Durée de vie 12 /20

    Se décantant au gré de sept épisodes, le soft de Majesco permet une avancée régulière et relativement rapide. Se situant visiblement aux alentours de la dizaine d'heures de jeu, il vous lassera sûrement bien avant, tant vous serez victime d'un assistanat particulièrement lourd et d'un manque de rythme flagrant. De plus, n'espérez pas débloquer de mode spécial une fois le jeu terminé.

  • Bande son 12 /20

    La majeure partie des thèmes s'avère assez convaincante, que ce soit au niveau des sonorités ou de la construction, même si on aurait aimé bénéficier d'un "rendu" plus cinématographique. Les doublages sont quant à eux assez plats et ne mettent pas en valeur les situations. L'ambiance sonore est, elle, nettement en en retrait, ne favorisant pas l'immersion.

  • Scénario 10 /20

    Se déroulant avant la trame présente dans le film, l'histoire du jeu pose l'univers et ses divers personnage. Bien mpensé et réservant son lot de retournements de situation, dont un vous plaçant dans la peau d'une Aeon détentrice d'une psychologie différente de celle présentée au début du soft, le scénario souffre pourtant de graves problèmes. Soumis à des dialogues ineptes et une mise en scène réductrice, il ne peut jamais vraiment éclore. Dommage.

Ne laissant peu de doute quant à la qualité globale après une petite demi-heure de jeu, Aeon Flux ne parvient pas à convaincre non plus après quelques chapitres terminés. Loin d'être joli, mal pensé, tuant ses maigres innovations dans l'oeuf et tentant de rattraper le tout par une ambiance S-F relativement intéressante sur le papier, le soft peut au moins se targuer de proposer les scènes cinématiques les plus moches aperçues depuis longtemps. C'est déjà ça de pris. Il y avait de l'idée comme dirait l'autre.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 mai 2006 à 18:00:00
8/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.8/20
Mis à jour le 19/05/2006
PlayStation 2 Action Majesco
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live