Menu
OutRun 2006 : Coast 2 Coast
  • Tout support
  • PC
  • PS2
  • PSP
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : OutRun 2006
PSP
OutRun 2006 : Coast 2 Coast
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 mars 2006 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (26)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Partager sur :

OutRun fait partie de ces séries qui peuvent se targuer d'avoir suivi l'évolution du jeu vidéo sans jamais disparaître totalement. Bien que cette saga ne compte pas autant d'épisodes que cela, elle a au moins le mérite d'avoir su aborder tranquillement le virage en utilisant les avancées technologiques et ainsi les nouvelles générations de consoles. La genèse de OutRun 2006 est cependant un peu différente puisqu'elle reprend grosso modo le contenu de OutRun 2 sorti sur Xbox en 2004.

OutRun 2006

Sorte de transcription numérique du précédent épisode sorti sur la 128 bits de Microsoft, Coast 2 Coast repose sur les mêmes bases que son modèle en apportant quelques ajouts. De fait, cette mouture préfigure donc ce qui nous attendra dans quelques jours sur Xbox et PS2 sous l'égide de Sumo Digital qui se charge également de la version ici présente. Si la comparaison avec Ridge Racer semble évidente, on peut cependant reconnaître que les deux jeux sont complémentaires, malgré de grandes similitudes au niveau du gameplay. Pourtant, là où le jeu de Namco cherche à tout prix le challenge né d'une maîtrise parfaite du dérapage, le soft de Sega se veut encore plus défoulant, décomplexé et cool. Une sorte de sea, drive & fun, cet état d'esprit ayant toujours été la marque de fabrique de la série depuis ses débuts. De toute façon, que peut-on attendre d'autre de la part d'un titre qui nous propose des courses débutant aux abords d'une plage californienne pour se terminer dans les rues de Paris ?

OutRun 2006
Les grandes lignes droite cachent souvent un virage pernicieux tout au bout.
Ce qui fait également la force de cette version réside dans la pléthore de modes de jeu qui, sans être tous aussi intéressants les uns que les autres, offrent tout de même une durée de vie plus que raisonnable. On retrouve donc le mode OutRun qui n'est autre qu'une course segmentée de nombreux checkpoints à l'instar de celle qui était au centre du premier épisode de la saga. A l'époque, le petit plus du titre permettait de choisir divers embranchements avant de terminer le parcours, ceci nous obligeant à jouer plusieurs fois pour découvrir toutes les portions de route à disposition. Bien entendu, on retrouve cet aspect dans la version 2006 du titre, sachant que les bifurcations de gauche sont synonymes de plus grande facilité. Viennent ensuite le challenge Coast 2 Coast qui vous demandera de relever des défis en triomphant de rivaux ou encore le mode Coup de coeur dans lequel la gourgandine de copine qui vous accompagne (un autre gimmick inébranlable de OutRun) vous demandera de réaliser certains objectifs entre chaque checkpoint. Ces derniers pourront aller du maximum de carambolages à réaliser à un énorme ballon à pousser sur quelques mètres en passant par l'obligation de passer entre deux voitures, etc.

OutRun 2006
Bien que les dérapages soient aussi fun que ceux de Ridge Racer, ils ne remplissent pas la même fonction.
En laissant de côté l'inévitable Contre La montre qui parle de lui-même, je précise que tous ces modes sont aussi bien disponibles en Solo qu'en OutRun 2 : SP qui n'est autre que la version arcade du soft qui comprend quinze niveaux venant s'ajouter aux 15 autres inédits. Enfin en parallèle des bonus à débloquer (voitures, musiques, améliorations...), vous aurez la chance de pouvoir jouer en ligne avec six autres personnes. Par contre, il est dommage que seule la Course Rapide soit disponible. Mais mine de rien, si on peut se sentir lésé, le fait de jouer contre des adversaires humains renforce drôlement l'immersion, d'autant que la vitesse d'animation est au rendez-vous. Bien entendu, la conduite variera en fonction des 13 bolides accessibles qui disposent tous de caractéristiques d'accélération, de prise en main et de vitesse maximale. Quoi qu'il en soit, les sensations sont excellentes quelle que soit la voiture qu'on a entre les mains et on prend un plaisir fou à slalomer entre les véhicules adverses, à accélérer puis à contre-braquer pour pouvoir atteindre le prochain point de passage. Bref, si vous avez toujours rêvé de conduire une Ferrari F40, une Testarossa, une 360 Spider ou une Dino 246 GTS, vous avez frappé à la bonne porte. Pour ceux que cela intéresse, signalons que les moutures PSP et PS2 seront compatibles afin d'échanger les profils et ainsi débloquer plus rapidement du contenu.

OutRun 2006
Ce jeu est un dépaysement de chaque instant.
Techniquement, le jeu comporte pas mal d'aliasing et possède sans doute une des plus mauvaises bande-son jamais conçue (que ce soit au niveau du catastrophique doublage français, des bruitages ridicules ou des musiques très moyennes) mais dieu que la vitesse d'animation est impressionnante. On croirait conduire des engins expérimentaux tant les paysages défilent à vive allure. De plus si on est partisan de l'adage commercial d'un célèbre fabricant qui veut que sans maîtrise la puissance n'est rien, on pourra trouver en OutRun 2006 un véritable plaidoyer pour une jouabilité de rêve. Les véhicules répondent au quart de tour, tant en ligne droite que dans les virages, et la difficulté progressive est un bon moyen de faire ses premières armes sur des "routes de campagne" avant d'attaquer des tronçons d'autoroutes dont les dénivelés sont aussi importants que la perversité des virages induisant une plus grande technicité dans le pilotage. Quelques ralentissements sont parfois visibles mais c'est vraiment anecdotique. Bref, si à ce stade du récit, vous n'avez pas compris que le jeu de Sega se pose comme un indispensable dans votre ludothèque PSP, c'est que vous êtes un peu à l'ouest ou que l'écoute prolongée du dernier Maxi d'Yves Duteuil Featuring André Rieu a causé des dommages irréversibles à votre cerveau.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Malgré une bonne couche d'aliasing, Coast 2 Coast s'en sort avec les honneurs. Les bolides sont modélisés avec soin, les décors sont superbes et défilent à toute vitesse tandis que les effets spéciaux, de poussière notamment, ajoutent encore un peu plus au côté débridé des courses. Un très bon travail pour un résultat surprenant.

  • Jouabilité 16 /20

    La prise en mains est immédiate et le contrôle permet de jouer avec les dérapages et les contre-braquages dès les premiers virages. Le système d'aspiration peut vous permettre de prendre la tangente et le plaisir de conduite n'est perturbé par aucun problème réellement significatif excepté quelques ralentissements visibles ici et là.

  • Durée de vie 14 /20

    Il y a tout de même pas mal de répétitions entre les modes Solo et OutRun 2 : SP qui comprennent des défis identiques. Cependant, les tracés diffèrent et on trouve quelques petites différences pour rallonger la durée de vie. Ainsi, avec une trentaine de niveaux, 13 bolides et un mode Multijoueur (un peu maigrelet), la longévité du titre est assurée, d'autant que la difficulté progressive mettra à rude épreuve vos réflexes.

  • Bande son 8 /20

    Et dans la catégorie "Plus mauvaise bande-son de ce début d'année 2006", les nominés sont Oz de Konami et OutRun 2006 de Sega. Difficile de trancher mais on remettra tout de même le prix à ce dernier pour son doublage français affligeant, ses moteurs sonnant comme des poussettes ou sa bande-son un peu trop Pop & Kitsch. Signalons tout de même que vous aurez droit aux musiques d'origine ainsi qu'à leurs remixes, ce qui gonfle quelque peu la track-list d'autant que les sonorités très années 80 n'ont rien à voir avec celles d'aujourd'hui.

  • Scénario /

OutRun 2006 : Coast 2 Coast pourrait être comparé à un enjoliveur chromé dont la surface polie cache des heures et des heures d'entretien. Joli, jouable, peaufiné dans ses moindres détails et surtout très fun, le titre de Sega affiche une mine réjouie sur la console portable de Sony en offrant au joueur une réalisation impeccable. A ce stade, je ne vois pas vraiment ce qui pourrait vous arrêter dans votre achat, d'autant que le compteur de vitesse poussé à bloc ne vous vaudra ici aucune perte de points.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 mars 2006 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (26)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Mis à jour le 29/03/2006
PlayStation Portable Course Sega Sumo Digital
Dernières Preview
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique Il y a 19 heures
PreviewShenmue 3 : Le successeur attendu d'une saga culte ? 04 nov., 14:30
PreviewOne Punch Man A Hero Nobody Knows : Jeu de combat opportuniste ou adaptation fidèle ? 03 nov., 18:06
Les jeux attendus
1
Pokémon Épée / Bouclier
15 nov. 2019
2
The Last of Us Part II
29 mai 2020
3
Star Wars Jedi : Fallen Order
15 nov. 2019