Menu
Pro Evolution Soccer Management
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Pro Evolution Soccer Management sur PS2 /

Test Pro Evolution Soccer Management sur PS2 du 22/03/2006

Test : Pro Evolution Soccer Management
PS2
Pro Evolution Soccer Management
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
22 mars 2006 à 18:00:00
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (32)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/20
Tous les prix
Prix Support
24.79€ PS2
29.00€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Plein de confiance grâce au succès de sa simulation sportive ces dernières années, Konami a décidé de prendre un vrai risque en dérivant sa franchise vers le management. Le défi que s'est lancé l'éditeur est vraiment corsé quand on sait que les jeux de gestion footballistique sur consoles ont vraiment du mal à percer et que la série ne comprend toujours pas un nombre correct de licences officielles.

Pro Evolution Soccer Management

Si la série Pro Evolution Soccer a démontré au fil des années qu'elle était la meilleure sur le terrain, cette fois, elle a bien l'intention de montrer qu'elle excelle également dans les vestiaires, proposant une réelle expérience d'entraîneur avec tout ce que cela implique (travail tactique, gestion). Bien sûr, il sera difficile de comparer ce titre à l'Entraineur, à LFP Manager ou à F.C. Manager puisqu'il est destiné à un large public et pas seulement aux initiés des jeux de gestion connaissant par coeur chacune des ficelles aidant à devenir un grand coach. Pour faire simple, disons que PES Management est un prolongement de la Ligue Master, célèbre mode carrière de la série qui a sans doute donné pas mal d'idées aux développeurs dans cet opus. N'y voyez donc pas un véritable jeu de management, pointu, exigeant des connaissances du football très poussées, aux innombrables possibilités et difficile à prendre en mains. Il suffit juste de connaître l'univers de la série, de se repérer les premières minutes dans des menus un peu brouillons et de savoir gérer un portefeuille sans jeter l'argent par les fenêtres.

Pro Evolution Soccer Management
Les possibilités ne sont pas très nombreuses au départ et encore moins ensuite avec six championnats seulement.
Au départ, deux possibilités s'offrent à vous : soit tenter l'expérience dans un mode match, histoire de faire connaissance avec l'interface très "japonaise" (à conseiller à ceux qui n'ont jamais touché un PES), soit vous lancer directement dans une saison, prêt à renverser des montagnes et à devenir le manager le plus respecté d'Europe (notez la présence d'un mode situation). Si vous optez pour la seconde solution, sachez qu'il ne faudra pas avoir trop hâte de vous asseoir sur le banc de touche puisque de nombreuses formalités vont devoir être remplies. On commencera donc par créer son avatar avec, à quelques détails près (rajeunir ou vieillir le visage, modifier la tenue vestimentaire par exemple), le mêmes options que propose PES. Ensuite, on pourra paramétrer la difficulté en choisissant le niveau des fonds qui nous seront alloués au cours de la partie (faible, assez faible, normal, élevé, assez élevé), ce qui n'est pas d'une grande utilité puisque le management n'est intéressant que lorsqu'il est réaliste, c'est pourquoi, je ne saurais que trop vous conseiller d'opter pour la formule de base. Vous pouvez également choisir de progresser manuellement ou automatiquement dans le calendrier sachant qu'en choisissant manuel, il vous faudra avancer au jour le jour.

Pro Evolution Soccer Management
48 millions d'euros pour Luis Figo... Konami doit revoir ses gammes au niveau du marché actuel !
A partir de là, un agent parfaitement sapé pensera vous apprendre quelque chose en vous indiquant grosso modo qu'il existe trois types de clubs : les grosses cylindrées qui jouent le titre, les équipes du milieu de tableau espérant une qualif européenne et les petits se battant pour se maintenir. Après vous avoir exposé les atouts et les inconvénients de chaque type de poste, il vous laissera choisir l'équipe que vous souhaitez diriger parmi les six championnats suivants : Allemagne, Angleterre, Espagne, France, Italie et Pays-Bas. C'est là qu'on accède à la base de données et que l'on retrouve sans grande surprise celle qui nous est proposée dans PES 5. C'est un premier point faible du jeu car il est évident que diriger une équipe qui s'appelle Man Red (Manchester United), Rhone (Lyon) ou Isar (Bayern Munich) n'est pas franchement motivant. Heureusement que les modifications sont toujours permises et qu'il sera possible d'importer les données déjà remaniées de PES 5. Comme dans un jeu de gestion classique, aucune équipe ne peut refuser votre nomination, n'hésitez donc pas à taper dans le gratin européen, tout est permis. C'est là que l'on vous fera un bref bilan des finances de l'équipe (masse salariale, budget accordé, prime de match offerte), de sa cote pour le titre, de ses objectifs de fin d'année (si vous voulez avoir une chance d'être reconduit) et du classement qu'elle a atteint la saison précédente.

Pro Evolution Soccer Management
Sur les quatre disponibles, cette vue est la seule a avoir été ajoutée depuis PES 5.
Ensuite, direction le bureau du Président pour l'officialisation de votre accord. Je vous préviens, les dialogues sont primaires et on n'a pas l'impression que ce sont des spécialistes qui échangent sur les grandes lignes de la saison à venir. Après avoir refermé la porte derrière vous en cirant les pompes de votre supérieur, direction le bureau d'à côté où vous attendent de jolies créatures venues postuler pour devenir votre assistante, celle qui vous fera de nombreux rapports afin de veiller à ce que vous n'oubliiez pas de répondre à vos obligations. En tant que manager, il vous sera également demandé de choisir votre staff composé d'un entraîneur adjoint et de trois recruteurs. Si leurs compétences ne vous conviennent pas, vous pouvez décider d'engager du personnel libre (parfois moins gourmand en salaire) et de faire le ménage à votre guise. Le temps d'une conférence de presse éclair pour faire des risettes sous de nombreux flashs de journalisteset vous voilà enfin prêt à entraîner votre groupe pour la première fois. Si l'effectif ne vous paraît pas assez solide pour mener à bien les objectifs annoncés par votre Président, vous pouvez bien évidemment entreprendre des négociations avec les joueurs qu'il vous plaira, en tenant compte du travail de vos agents qui entameront des approches là où ils seront les plus compétents. Dans cette optique, il est judicieux de ne pas posséder de profils trop similaires afin d'être sûr d'être actif sur chaque continent, histoire de ne pas passer à côté des meilleures opportunités. J'avouerai cependant que faire appel aux recruteurs ne sera pas votre principale préoccupation si vous connaissez suffisamment les données du marché actuel. A ce sujet, les développeurs n'ont, semble-t-il, pas vraiment d'idée précise sur la valeur des joueurs puisque la plupart des sommes demandées sont astronomiques, même pour une ancienne gloire en fin de carrière à qui il ne reste que 12 mois de contrat...

Pro Evolution Soccer Management
Voici votre bureau. C'est de là que vous effectuerez toutes les opérations nécessaires à la bonne marche du club.
C'est après avoir pris connaissance de toutes les données nécessaires que vous pourrez vous installer dans votre bureau et enfin naviguer dans les différentes parties du menu principal (image ci-contre). L'un des points que l'on trouvera intéressant est de pouvoir organiser des mini-réunions avec les joueurs ou le Président afin d'en savoir un peu plus sur leur état d'esprit. En revanche, les conversations se font à partir de choix de questions et de réponses plutôt succinctes et pas très variées où les possibilités ne seront que peu nombreuses. Difficile donc, à partir de là, de faire passer un réel message auprès de votre supérieur ou de votre effectif. Vous continuerez de vous promener dans les menus pour constater qu'il est possible, bien évidemment, d'élaborer ses schémas tactiques (quasiment les mêmes que dans PES 5), de gérer les entraînements ou encore d'anticiper quelques ajustements en consultant le calendrier mensuel. Le métier d'entraîneur étant particulièrement mis en avant, une jauge de "gloire" vous indique la cote atteinte par votre réputation. Inutile de préciser qu'il faut remporter un maximum de rencontres et de trophées pour la faire grimper et vous aider à décoller de la 130ème place qui est la vôtre dans le classement des managers. Là aussi, ne vous attendez pas à trouver les José Mourinho, Fabio Capello ou Carlo Ancelotti pour ne citer qu'eux puisque les noms sont tous fictifs.

Pro Evolution Soccer Management
Que dire sur les graphismes ? Ce sont les mêmes que PES 5, tout simplement.
Concrètement, comment se passe une rencontre ? Ayez déjà en tête que l'ambiance graphique et sonore est exactement la même que PES 5, avec ses plus (modélisation de joueurs, réalisme de l'animation et des phases de jeu) et ses moins (interventions absolument catastrophiques de Christian Jeanpierre, complètement décalées avec l'action et surtout d'une pertinence ne dépassant pas 1 sur un échelle de 10). Comme variante, on constate la possibilité d'afficher les compositions des équipes à tout moment à l'aide de la touche L2, d'accélérer ou de ralentir la vitesse du match en pressant R1 et L1 (il y a cinq vitesses disponibles) et d'opérer des modifications quand bon vous semble en appuyant sur carré. Si vous êtes néophyte et avez du mal à analyser la façon de jouer de l'adversaire, vous pouvez vous en remettre à vos adjoints qui vous feront un compte-rendu sur les forces et les faiblesses de vos opposants en n'omettant pas de citer les joueurs clés. Par contre, ne prenez pas leurs paroles comme des affirmations forcément exactes car leurs connaissances me paraissent très limitées et leurs conseils pas forcément judicieux (sauf pour les grandes équipes où ils sont dans le vrai en règle générale).

Pro Evolution Soccer Management
Une bonne tactique et c'est déjà la moitié du chemin vers la victoire qui est faite.
Que ce soit dans la victoire ou dans la défaite, les alternatives se font trop rares et on a parfois du mal à comprendre les raisons du score final. La plupart du temps, ce sera l'habileté de vos attaquants ou de votre numéro 10 qui fera la différence en étant réaliste. Même les rapports de l'entraîneur adjoint se plantent une fois sur deux et ne révèlent en rien la physionomie du match. Il est donc compliqué d'ajuster ses choix, surtout lorsque l'on sait que la formule employée n'a aucun point faible majeur. Si vous prenez une taule, pensez à aller faire un tour dans le bureau du Président pour lui demander de booster le moral des joueurs en promettant des primes réévaluées ou de faire venir du matériel d'entraînement perfectionné pour améliorer la condition physique de vos poulains. L'impression d'être davantage spectateur qu'acteur est également assez désagréable, le coaching, aussi intelligent soit-il ne vous permettra que très rarement de renverser des situations compromises. Si l'idée de départ n'était pas mauvaise, si les conférences de presse, les interviews, les réunions internes et les émissions de TV apportent un peu d'humanisme, cela se fait au détriment de la technicité et de la variété. Le moteur graphique est donc sans reproche, évidemment, mais le reste n'est pas au point. Konami a tenté mais n'a pas convaincu.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    A ce niveau-là, on ne pourra rien reprocher à PES Management puisqu'il reprend le moteur de PES 5 qui est une véritable référence. En revanche, les menus ne sont pas un exemple d'ergonomie, le tout est très brouillon et désorganisé. Déjà moyens pour PES 5, ils ne donnent franchement pas envie de s'attarder à naviguer dans les différentes parties du jeu, et ça, c'est un point faible notable. Si l'on devait donner deux notes, elles seraient de 17 pour ce qui concerne les rencontres et de 11 pour les menus. Faites la moyenne...

  • Jouabilité 13 /20

    Les connaissances footballistiques exigées ici ne sont pas très poussées, vous pourrez donc sans souci mener votre équipe à la victoire. Les habitués de PES sauront vite trouver leurs marques dans les menus alors que les débutants pataugeront quelques heures avant de naviguer rapidement. Dommage que l'on ne puisse pas avoir davantage d'influence sur le cours des rencontres...

  • Durée de vie 7 /20

    Si on peut faire des matchs amicaux avec les sélections nationales, il n'est en revanche pas possible de diriger un pays et de le mener à une compétition internationale. De plus, on ne dispose que de six championnats, dont deux seulement possédant une licence officielle. C'est largement insuffisant. Avant de plancher sur un jeu de management, Konami aurait dû s'assurer l'acquisition de nombreuses licences officielles. Ce point-là est donc très décevant.

  • Bande son 7 /20

    Les commentaires sont une catastrophe, mais ce n'est pas une nouveauté. Durant les conférences de presse ou les interviews, on ne note aucun son sortant de la bouche des protagonistes, ce qui est fort dommageable. De plus, les musiques dans les menus sont très lassantes et ne contribuent pas à assurer une ambiance sympathique. On aurait souhaité un peu plus d'imagination de la part des développeurs. Pourquoi n'entend-t-on pas l'entraîneur crier sur le banc ?

  • Scénario /

Il était bien trop tôt et bien trop risqué de produire un jeu de management dérivé de la série Pro Evolution Soccer. Pas mal d'idées sont intéressantes mais pas poussées très loin et le nombre de carences est bien trop important pour que le titre parvienne à un niveau correct. A la limite, si vous souhaitez vous faire la main, pourquoi pas mais si vous êtes un habitué de ce genre de jeu et un fin connaisseur, passez votre chemin, votre place est ailleurs que dans un bureau de PES Management. Heureusement que le moteur graphique a été repris et s'impose comme le meilleur jamais vu dans un jeu de gestion de foot.

Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
22 mars 2006 à 18:00:00
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (32)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/20
Mis à jour le 22/03/2006
PlayStation 2 Simulation Sport Konami
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce