Project Zero 3 : The Tormented
PS2
Créer un contenu
Test : Project Zero 3 : The Tormented
PS2
Project Zero 3 : The Tormented
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 février 2006 à 18:00:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (45)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Prix Support
129.90€ PS2
Voir toutes les offres
  • Partager sur :

Auréolé d'un épais voile de mystère, le sommeil se refuse encore à nous livrer ses terribles secrets. Et si l'homme finit toujours par accepter de plonger malgré lui dans cet enchevêtrement de rêves aléatoirement apaisants ou tourmentés, il ne retient le plus souvent que ses pires cauchemars. Impliquée dans une histoire sordide au-delà de la réalité, Rei Kurosawa redoute plus que tout cet instant fatidique où le sommeil l'emporte tout droit en enfer. Car quel autre nom peut-on donner à un endroit qui abrite les ressentiments des morts dont l'âme est à jamais damnée ?

Project Zero 3 : The Tormented

Voilà quatre ans déjà que Tecmo nous livre, avec un plaisir sadique, l'horreur dans tout ce qu'elle a de plus abject et dérangeant. S'il est déjà difficile de surmonter ses peurs face au genre horrifique lorsqu'il nous est présenté entre les lignes d'un roman ou par le biais d'un long-métrage, la chose devient autrement plus délicate au travers d'un jeu vidéo. Plus question de rester passif ou de fermer les yeux pour se protéger de cette peur qui cherche à nous atteindre. La perspective de succomber à n'importe quel moment force le joueur à prendre sur lui pour faire face malgré les frissons qui lui parcourent l'échine, ne serait-ce que pour éviter la mort qui menace de prendre son personnage à la moindre hésitation. La série des Project Zero est ainsi faite qu'elle vous plonge immédiatement au coeur de l'angoisse, comme si chacun des rouages qui la constituent mettait tout en oeuvre pour nous dissuader d'aller plus loin. A présent que le troisième segment est disponible, la vision de cette trilogie se dessine enfin dans sa globalité, et se termine en véritable apothéose.

Project Zero 3 : The Tormented
Je pense qu'elle aurait une attaque si elle savait que nous sommes tous dans son dos.

Parce que les éléments fondateurs du succès des Project Zero étaient déjà en place dans le tout premier volet, la série a su, dès le départ, faire l'unanimité auprès des inconditionnels de survival-horror. Le temps aidant, les quelques erreurs de jeunesse ont été habilement effacées pour laisser la place à un modèle du genre, orchestré admirablement dans sa narration et dans sa construction. Car si l'on pouvait reprocher aux deux premiers opus une progression propice à de nombreuses errances, ce qui pouvait nuire à l'efficacité de l'ambiance horrifique, tout cela est parfaitement maîtrisé dans ce troisième volet. L'exploration des sinistres environnements du jeu se fait désormais en plusieurs fois, à mesure que l'héroïne que l'on contrôle progresse dans ses investigations. Tout se passe comme si le choc émotionnel subit par la découverte d'un élément clé dans la narration faisait sortir la jeune fille de ses songes, la reprise de conscience se traduisant de manière systématique par un retour à la réalité. On évolue ainsi dans deux types d'environnements bien distincts : l'appartement où Rei a la possibilité de reprendre pied dans le réel, et le monde sordide dans lequel ses cauchemars la précipitent sitôt qu'elle s'abandonne au repos nocturne. Une construction qui n'est pas rappeler Silent Hill 4 dans la mesure où le héros disposait également d'un asile plus ou moins sécurisant entre les murs de son appartement.

Project Zero 3 : The Tormented
Peut-être a-t-elle encore plus peur que vous.

La majeure partie de l'histoire de Project Zero 3 nous fait donc partager les investigations traumatisantes de Rei Kurosawa, une jeune photographe qui tente de se remettre de la perte de son petit ami Yuu, décédé dans un accident de voiture qu'elle a plus ou moins causé. Enquêtant sur les mystères relatifs aux légendes urbaines qui constituaient l'essentiel des recherches de Yuu et de son acolyte Kei Amakura, Rei va tenter de réunir les morceaux de ce puzzle sordide en explorant la demeure hantée de ses cauchemars. Les informations qu'elle y découvrira rejoindront parfois la réalité à travers la présence de spectres qui semblent avoir bel et bien existé. Pour l'aider dans sa tâche, Miku Hinasaki, l'héroïne du premier épisode, partage l'appartement de Rei en tant qu'assistante. En plus d'apporter à Rei des informations cruciales relatives aux personnages tourmentés que cette dernière découvre dans le manoir des songes, Miku constitue également l'un des protagonistes jouables de cette aventure. C'est aussi le cas de Kei Amakura, un écrivain de fiction qui partageait les recherches de Yuu sur la véracité des légendes urbaines.

Project Zero 3 : The Tormented
Une étreinte mortelle qui ne fait pourtant pas couler une goutte de sang.

A l'instar d'un Forbidden Siren, la multiplicité des personnages jouables permet de renouveler régulièrement la façon de jouer et d'appréhender différemment l'exploration du jeu. Même si la "camera obscura" reste toujours au centre du gameplay, il faut maintenant apprendre à exploiter les aptitudes de chaque protagoniste, ainsi que leurs forces et leurs faiblesses. A titre d'exemple, on peut citer la capacité de Rei à utiliser un flash pour repousser les esprits fantomatiques, ou encore la possibilité de se cacher dans les recoins sombres avec Kei. L'appareil photo gagne toujours à être optimisé selon différents critères, moyennant le sacrifice des points obtenus en immortalisant les spectres sur la pellicule. Mais bien que le système de jeu ait été conservé quasiment à l'identique, on découvre tout de même quelques nouveautés. Lors des affrontements contre les spectres agressifs, il est possible, notamment, d'effectuer des combos en continuant à prendre des photos après un cadrage mortel, ce qui implique évidemment un timing millimétré de la part du joueur. Déjà délicate dans les précédents volets, la chasse aux esprits furtifs constitue un véritable jeu dans le jeu tant elle est difficile, d'autant qu'il faut terminer deux fois l'aventure pour espérer capturer la totalité des fantômes.

Project Zero 3 : The Tormented
La chambre noire où vous pourrez faire développer vos clichés.

Malgré tout, la progression n'est jamais rebutante dans la mesure où le soft comporte un grand nombre d'éléments qui facilitent l'exploration du jeu. Comme on l'a vu tout à l'heure, le découpage morcelé de l'aventure est ainsi fait qu'on ne peut plus se perdre dans les environnements. Chaque nouvelle incursion dans le manoir maudit permet de pousser un peu plus loin les investigations, de sorte qu'on sait toujours quoi faire, sans oublier la clarté du plan où chaque pièce est désignée par son nom. De plus, la possibilité de réinitialiser sa jauge de vie et de recharger son stock de pellicules en revenant dans le havre que représente l'appartement de Rei devrait rassurer les joueurs qui craignent de se retrouver bloqués faute d'objets. On peut aussi profiter du retour à la réalité pour faire développer ses clichés dans la chambre noire ou pour demander à Miku de faire des recherches. Mention spéciale au carnet qui relate la totalité des indices relatifs aux événements, aux lieux et aux personnages que vous serez amenés à rencontrer, et qu'il est bon de consulter régulièrement.

Project Zero 3 : The Tormented
L'appartement de Rei représente un havre de paix, mais pour combien de temps ?

Je voudrais terminer sur un mot concernant l'aspect sonore de Project Zero 3 pour insister sur l'efficacité du travail accompli de ce côté-là par l'équipe de développement du jeu. Ceux qui ont déjà joué aux précédents volets savent à quel point les bruitages et les sonorités entendues sont déterminants dans la mise en place de l'angoisse permanente qui caractérise la série. Plus que jamais, l'ambiance sonore de Project Zero 3 nous met mal à l'aise avec ses grincements irréels qui nous ramènent à Ring et autres films du genre horrifique. Rien ne nous est épargné, ni les lamentations venues de nulle part, ni les hurlements de douleur de femmes assassinées, ni même les murmures dont on cherche vainement la provenance. On a beau s'y attendre et rester sur ses gardes, on ne peut s'empêcher de bondir lorsqu'une main cadavérique s'abat sur l'épaule de l'héroïne, ou que ses yeux se posent sur un visage qui n'aurait pas dû être là. Même si Project Zero n'est pas le seul survival à jouer énormément sur cet aspect-là, il en est l'un des plus beaux exemples.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    La réalisation conserve son efficacité qui repose essentiellement sur les contrastes et le grain de l'image. Les angles de caméra sont toujours habilement choisis pour nous faire sursauter et l'exploration se fait sans aucun chargement.

  • Jouabilité 16 /20

    On peut opter pour des déplacements en vue subjective, mais la troisième personne convient parfaitement. La caméra se manie avec beaucoup de précision, la carte est parfaitement lisible et la progression morcelée se révèle moins hasardeuse que dans les précédents volets.

  • Durée de vie 15 /20

    Le jeu comporte 13 chapitres en plus du prologue et de l'épilogue, pour une durée de vie supérieure à celle du second opus. Les joueurs dignes de ce nom se feront un devoir de recommencer l'aventure pour compléter l'album et découvrir la fin alternative.

  • Bande son 16 /20

    Une fois passée la déception de ne pas pouvoir opter pour les voix originales, on ne peut que s'incliner devant le travail admirable fourni au niveau de la bande-son. Les bruitages et effets sonores assurent à eux seuls 90% de l'ambiance angoissante du jeu.

  • Scénario 15 /20

    Un scénario toujours largement inspiré des légendes urbaines typiques des films d'horreur japonais, avec une thématique fondée sur une malédiction bien mystérieuse. L'aventure nous fait contrôler 3 personnages différents, mais l'histoire forme bel et bien un tout.

Ce troisième volet de la saga des Project Zero prolonge admirablement l'une des séries horrifiques les plus efficaces de ces dernières années. Les allers-retour entre le cauchemar et la réalité jouent constamment avec nos nerfs alors que l'on s'évertue à surmonter ses peurs pour tenter d'élucider un mystère qui s'épaissit de plus en plus au cours du jeu. Mieux conçu que ses prédécesseurs dans son déroulement, ce troisième opus est à faire absolument si vous vous sentez capable d'en voir le bout sans poser la manette de terreur.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 février 2006 à 18:00:00
17/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (45)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Tous les prix
Prix Support
129.90€ PS2
Voir toutes les offres
Mis à jour le 24/02/2006
PlayStation 2 Survival-Horror Take-Two Interactive Tecmo
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : L'Ombre de la Guerre : Première prise en main d'un assaut de forteresse
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Destiny 2 : premier aperçu sur PS4 Pro et PC
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Far Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Destiny 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live