Menu
Kid Paddle
  • GBA
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Kid Paddle sur GBA /

Test du jeu Kid Paddle sur GBA

Test : Kid Paddle
GBA
Kid Paddle
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 novembre 2005 à 18:00:00
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12/20
Partager sur :

Avec ses grandes oreilles, sa houppette et ses vêtements d'un autre âge, Kid Paddle aurait très bien pu devenir le nouveau Tintin, fier et courageux, bravant les éléments et un peu colonialiste. Mais au lieu de prendre ce chemin pavé de bonnes intentions, notre ami aux lourdes baskets, s'acharne à se plonger de plus en plus profondément dans les jeux vidéo, à la recherche de mondes nouveaux et plus marrants que la triste vie d'écolier. Imaginez si Tintin s'était perdu dans ces paradis artificiels. Vous n'auriez jamais pu le voir tomber sur une botte de foin après avoir sauté d'un avion, ou encore ridiculiser la culture d'un pays entier. Ah sacré reporter ce Tintin ! Comme quoi, les jeux vidéo peuvent être bénéfiques...

Kid Paddle

Encore une boîte trompeuse pourrait-on se dire à la vision de celle intégrant en son sein la cartouche du titre d'Atari. Si l'on s'attarde quelque peu sur les images au dos de l'emballage, on peut aisément se persuader que l'on a affaire à un jeu de plate-forme classique, dans la lignée des grandes adaptations de bandes dessinées ou de séries animées. Mais dès la plongée rapide dans les méandres de ce titre au design accrocheur, on se trouve face à un ensemble de mini-jeux sans réelles connections scénaristiques. Fort heureusement, un petit élément vient lier tout ce beau monde, tentant, si faire se peut, de donner une raison aux frasques de ce bon vieux Kid. Adepte des consoles de salon et ardent défenseur de la "Ultra 3000", ce dernier décide donc de s'inscrire à un concours de jeux vidéo dans l'espoir d'en décrocher le premier prix, à savoir justement une "Ultra 3000" flambant neuve. Il n'en faut donc pas plus pour vous forcer à affronter diverses épreuves axées sur l'univers vidéoludique, reprenant les gameplays de certaines icônes de ce média si prenant. En effet, au gré de vos pérégrinations vous pourrez retrouver, la larme nostalgique à l'oeil, des ersatz de Space Invaders ou encore d'Asteroids, remis graphiquement au goût du jour et implantés dans le monde de Kid Paddle. Toutefois, le titre d'Atari ne se focalise pas essentiellement sur les anciennes licences et propose son lot de challenges originaux et souvent relativement gores. Attendez-vous alors à être décapité dans "Sauve la Princesse", empalé dans "Tapis Tuant" ou bien déchiqueté dans "Explosion Sanglante". Une certaine complaisance dans la violence cartoonesque se fait donc sentir rapidement, sans pour autant diminuer le plaisir pris à s'essayer à ces tâches assez amusantes et inventives dans l'ensemble.

Kid Paddle
Ce mini-jeu est l'un des plus basiques, mais également l'un des plus sympas. L'un n'empêche pas l'autre
Pour autant n'espérez pas vous départir si vite du "mauvais goût" ambiant, car vous ne retomberez que plus lourdement à la vision d'épreuves telles que "Excréminator" dans laquelle vous dirigez péniblement une mouche qui doit aspirer des matières fécales ou encore "Gastrox" dont je vous laisse deviner le principe. Un parti pris certes dans le ton des blagues enfantines du CP, mais qui tend vraiment à tirer vers le bas la vision de l'enfant, qui ne va pas forcément rire à gorge déployée parce qu'il y a des combats de vomi dans le titre d'Atari. Il me semble qu'une nouvelle fois un éditeur tombe dans la facilité bien grasse d'un soft destiné à un public âgé de huit ou neuf ans. Pourtant, en mettant de côté l'aspect un peu lourdingue des thèmes abordés, on ne peut que saluer l'inventivité de certaines scènes de jeu, particulièrement intenses et éminemment jouables. On se trouve d'une part face à une grande diversité, empêchant de subir une cruelle lassitude au bout de seulement quelques minutes d'action, et d'autre part en relation avec des principes parfois si prenants que l'on prend un plaisir réel à se relancer avec avidité dans la compétition. Pourtant, masquées par ces quelques poussées d'intérêt notables et honnêtes, les lacunes avancent subrepticement pour se montrer au grand jour au bon moment. En effet, avant chaque étape de la compétition pour empocher l"Ultra 3000" vous devrez passer par des séances d'entraînement avec Big Bang, se modifiant au gré de votre progression et vous proposant des épreuves différentes. Il vous incombera d'en réussir deux pour avoir accès au City Game (lieu du concours). Et c'est là que ça se corse. Devant battre le record sur trois bornes dans l'espoir de remporter la première séance et quelques euros nécessaires à l'achat de jeux jouables en solo, vous aurez ensuite une bien cruelle surprise. Lors de votre second passage vous conduisant directement vers la phase finale de la compétition, vous aurez le devoir de battre une nouvelle fois les records des trois bornes précitées, tout en vous axant sur deux nouvelles étapes.

Kid Paddle
Une simulation de Kamel Ouali est également présente pour les amoureux de chorégraphies débridées
Un principe qui n'a rien de choquant dans la forme mais qui tranche sur le fond, sachant que les scores limites à effectuer ont pris maintenant considérablement d'ampleur et qu'il vous sera quasi impossible de réussir certains mini-jeux. Logiquement tourné vers les jeunes enfants, Kid Paddle risque fort de bien trop les frustrer et surtout de provoquer un ennui certain au bout de plusieurs dizaines d'essais sans aucun résultat probant au bout. La difficulté demeure donc plutôt mal gérée, que ce soit au niveau de l'évolution des tâches à accomplir ou à celui du trop grand déséquilibre entre les diverses occupations. Un écueil vraiment dommageable, qui attriste nettement à la vue de la réalisation sans accrocs du soft. Exposant des personnages ronds et finement détaillés, le titre d'Atari se place parmi les plus belles productions de la GBA en cette fin d'année. En sus, l'animation gagne en crédibilité au fur et à mesure de la découverte de l'"aventure" principale et donne vraiment l'impression de se trouver devant un dessin animé interactif. Sympathique et attachant, ce Kid Paddle, et toujours malgré ses bonnes idées de gameplay, se révèle définitivement trop limité. Arborant une durée de vie assez faiblarde et surtout un manque d'intérêt sur le long terme, il ne réussit pas à convaincre et rate la marche qui aurait pu le conduire légitimement dans les commandes des fêtes de fin d'année. Enfin, le manque d'un mode de jeu à plusieurs entame définitivement un enrobage que l'on se plaisait pourtant à goûter.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Affichant une qualité graphique digne de productions plus ambitieuses, Kid Paddle étonne surtout dans la pléthore de détails présents ainsi que par le biais de son animation, renvoyant aisément à un rendu de dessin animé. De plus, les univers mis en scène dans le soft s'avèrent très originaux et attachants, offrant une cohérence générale de bon aloi et un degré d'immersion notable.

  • Jouabilité 13 /20

    Malgré une prise en main sans heurts et des bonnes idées de gameplay, Kid Paddle souffre pourtant d'un manque de renouvellement sur la longueur et d'une absence de motivation suffisante pour s'escrimer à braver une difficulté parfois trop surprenante. Vous passerez néanmoins de bons moments aux commandes du héros de bande dessinée, mais pas plus d'un week-end.

  • Durée de vie 7 /20

    Se terminant très rapidement et ne disposant pas d'un mode deux joueurs qui aurait pu le tirer de ce mauvais pas, le titre d'Atari ne résistera pas longtemps face aux plus acharnés d'entre vous qui le délaisseront rapidement pour des softs plus profonds et peut-être plus aboutis. A noter tout de même un système de code permettant de débloquer des "cadeaux" (guillemets de circonstance) sur le site officiel du jeu.

  • Bande son 6 /20

    Passablement énervantes, les compositions musicales du soft tournent rapidement en boucle, et s'avèrent trop peu nombreuses pour vous empêcher de couper le son au bout de dix minutes de jeu. Seules quelques voix digitalisées, comme les cris de la princesse, passent plutôt bien et participent à l'ambiance délirante générale. Heureusement que les effets sonores restent plus convaincants.

  • Scénario /

    -

Pétri de bonnes idées et disposant d'une bonne ambiance malgré des grosses fautes de goût, Kid Paddle aurait pu se hisser parmi les titres composés de mini-jeux les plus en vogue sur GBA. Au lieu de cela, miné par un aspect limité et un manque d'intérêt sur le long terme handicapant, il reste au pied de la portable de Nintendo, attendant que l'on s'occupe de lui. Un jeu sympathique pour un week-end ou une grosse après-midi, mais guère plus. Dommage.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 novembre 2005 à 18:00:00
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12/20
Mis à jour le 24/11/2005
Gameboy Advance Plate-Forme Atari
Dernières Preview
PreviewDisco Elysium : un RPG particulièrement ambitieux 07 oct., 15:53
PreviewOverwatch sur Switch : le fun à 30 fps ? 03 oct., 18:18
PreviewMario et Sonic aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 : entre sécurité et menues nouveautés 01 oct., 16:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020