Shadow of the Colossus
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PS4 PS3 PS2
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers aperçus jeux vidéo / Shadow of the Colossus / Shadow of the Colossus sur PS2 /

Aperçu Shadow of the Colossus sur PS2 du 02/11/2005

Aperçu : Shadow Of The Colossus
PS2
  • Partager sur :

Le dernier titre de Sony pose un énorme problème, particulièrement difficile à résoudre. En effet comment parler d'une oeuvre telle que celle-ci ? La meilleure chose resterait de l'évoquer sous la forme d'une peinture, de la conceptualiser, afin que chacun comprenne l'essentiel de ce titre, son essence même. Car Shadow Of The Colossus est une sorte de matérialisation de la poésie, un océan de sentiments mêlé d'onirisme passif. Pour être sincère, ce soft, de manière similaire à ICO, parvient à déclencher des sentiments enfouis, surgissant seulement dans une sorte de contemplation passionnée dépassant la simple barrière du jeu vidéo. On ne joue pas avec le dernier né de Ueda Fumito, on se fond en lui et on ressent.

Il y a de cela quelques années, un jeu s'était fait remarqué pratiquement par hasard, loin des rouages du marketing actif, simplement auréolé de discours et d'impressions diverses. Loin d'avoir été mis en avant par Sony à l'époque, ICO fut le révélateur d'une autre forme de jeu vidéo, une forme évoluée, délaissant les terrains habituels pour développer des fondements éminemment profonds. Affichant un gameplay somme toute très classique dans son fonctionnement, ce soft, par son ambiance et surtout sa sublimation du sentiment d'empathie, est alors devenu une icône vidéoludique, preuve inaltérable de la présence de l'art dans un monde souvent enclin à la facilité. Tenant plus d'un récit macabrement doux, ICO valorisait pleinement le calme et surtout la notion d'absence angoissante. Quelle ne fut pas alors la surprise de tous les amoureux du jeune cornu lorsqu'ils virent les premières images de la suite de ce majestueux titre. S'ouvrant sur une poursuite à cheval face à une créature gigantesque et entrecoupée de scènes de bravoure titanesque mettant en scène des sortes de chevaliers armés de sombres épées, la vidéo de ce qui se nommait à l'époque NICO évolua bien vite dans des strates aux hauteurs inespérées. Néanmoins, cette action à fleur de peau pouvait légitimement inquiéter, semblant s'écarter de la paix fascinante d'ICO. En nous une petite étincelle subsistait, nous faisant prendre conscience de l'esprit créatif de l'équipe d'Ueda, nous rassurant quelque peu sur l'apparence finale du projet. Et c'est avec la découverte de Shadow Of The Colossus que cette lumière vacillante peut enfin devenir une étoile aveuglante. Effectivement, loin de s'éloigner de son vénérable ancêtre, ce dernier s'incruste dans les mêmes plis mélodieux, agrippant des effluves encore parfumées. Autant ne pas laisser de doute à ce sujet, SoC se détache nettement de cet amour fraternel, incarnant l'aboutissement quasiment parfait de l'ensemble des composantes d'ICO.

Shadow Of The Colossus
Voilà une petite idée de ce que l'on ressent en jouant à Shadow Of The Colossus
En effet, souvenez-vous de ces rares moments de liberté que nous offrait celui-ci, étalant des panoramas naturels frissonnant sous la légère brume, projetant un ailleurs qu'il nous était impossible d'atteindre, une frustration étouffant nos moindres espoirs tout en évoquant le but à atteindre. Dorénavant ces terres désirées, que l'on imaginait habitées par des créatures fabuleuses, sont le cadre de votre aventure, dans un accomplissement bienheureux. Conservant avec avidité le ton poético-dramatique d'ICO, le titre de Sony débute par une longue chevauchée, dénuée de toutes paroles et empreinte d'un lyrisme omniprésent. Un voyage vers un inconnu inquiétant, déshumanisé, d'où seules quelques traces de civilisation indiquent l'existence d'une vie désormais dispersée. Un jeune homme, regardant sans émotion le corps inerte d'une femme aux longs cheveux noirs, déposé sur une froide stèle antique, semble invoquer les dieux pour rappeler à lui l'âme de sa compagne. Ces derniers sont cléments, mais imposent justement une contrepartie particulièrement importante. C'est à cet instant que le destin de Wanda va se trouver étroitement lié à celui des colosses, sortes de divinités terrestres immensément imposantes, entre l'animal et la montagne. C'est alors que vous partez, poussé par un désespoir impénétrable aboutissant à la naissance d'un courage sans commune mesure. Lancé inconsciemment à l'assaut de créatures défiant les limites de votre imagination, vous allez devoir traverser des terres inhospitalières et délaissées par la vie même. C'est en cela que Shadow Of The Colossus retranscrit une impression déchirante d'abandon général, vous laissant cruellement esseulé, seul garant d'une existence évoluée, seul être capable de vaincre le monde au travers de ses émissaires.

Shadow Of The Colossus
Les affrontements avec les colosses se révèlent on ne peut plus épiques
Chaque espace est un fleuve morne contenant des tableaux pessimistes d'une beauté confondante. Le moindre arbre, le moindre bâtiment surélevé appelle le besoin de contemplation. La magnificence muette de ces paysages oniriques semble disposée pour faire de chaque pas une plongée plus en avant dans l'émotion suscitée par l'ambiance. Imaginez un univers à mi-chemin entre Princesse Mononoke et le Seigneur des Anneaux, où des falaises scindent des plateaux entiers et où des ruines à l'architecture torturée s'élèvent soudain de la brume dans une sorte de long râle. Sur le dos d'Agro, votre fidèle et parfois obstiné étalon, ce cadre n'est en quelque sorte que la prison de verre dans laquelle les plaines sont autant de chemins menant à une mort certaine. Car malgré la beauté environnante et le travail on peut plus louable sur la gestion de la luminosité, il ne faut pas oublier votre mission première, prenant la forme de l'éradication pure et simple des divers colosses peuplant ce conte glacé. Exposé comme ceci, le principe de fond du jeu peut paraître barbare et simple prétexte à des massacres en cascade. Néanmoins, cela serait se fourvoyer. En effet, la mort d'un de ces ennemis démesurés est comme une exultation, un poids retiré vers la résurrection prochaine de cette jeune fille énigmatique. D'autant que l'ombre de chacun d'entre eux s'empresse de vous transpercer une fois son dernier souffle poussé, comme s'il acceptait son utilité dans votre quête. La première rencontre avec l'un des colosses reste l'une des expériences les plus mémorables jamais ressenties, disséminant des frissons de plaisir et de fascination. Immenses et superbement animées, ces créatures sont en fait des sortes de "niveaux" mouvants, sur lesquels il va falloir grimper dans l'espoir d'atteindre l'un des points sensibles. Le but premier est de découvrir la manière de mettre en défaut le géant afin d'accéder à un maigre carré de fourrure, nécessaire à vous hisser plus en avant. Puis, il ne vous reste plus qu'à parcourir le corps de votre opposant en vous aidant des multiples saillies rocheuses parcourant son échine, comme si vous évoluiez dans l'une des salles d'ICO délaissée de ses célèbres mécanismes.

Shadow Of The Colossus
Je crois que c'est l'image qui m'a le plus touché dans le monde du jeu vidéo
A partir de cet instant, votre but principal va être d'une part de vous maintenir sur l'"animal" malgré ses accès de fureur totalement crédibles, conservant une sorte de rage instinctive, et d'autre part de découvrir ses points vitaux apparaissant dans un halo bleuté dès que vous tirez votre épée de son fourreau. Un challenge qui semble enfantin lors des premiers affrontements, mais qui va rapidement devenir bien plus problématique au fil des duels. Il vous faudra parfois rivaliser d'ingéniosité, et surtout maîtriser parfaitement la jouabilité on ne peut mieux équilibrée, pour espérer aboutir à la chute du titan. Même si des conseils vous sont prodigués au bout d'une bonne quinzaine de minutes, ceux-ci restent suffisamment vagues pour vous laisser réfléchir seul au meilleur moyen d'arriver à vos fins. Malgré tout, le plus intense, le plus abasourdissant, reste indubitablement la mise en scène de ces confrontations mythologiques, aboutissant à une évasion succulente, laissant échapper des borborygmes de bonheur. Voici de ce fait un concept révolutionnaire, étourdissant, intelligent, qui, loin de lasser au gré des 16 géants principaux, se bonifie d'heure en heure, allant jusqu'à faire de chaque rencontre des moments anthologiques. Certes, la caméra s'emballe parfois un tantinet mais le fait de pouvoir recadrer le point de vue sur votre ennemi d'une simple pression sur L1 suffit à limiter ces quelques errances. Enfin, les compositions musicales sont sublimes, et qui plus est semblent entièrement orchestrées, ce qui est plus que rare ces temps-ci. Passant par tous les spectres de l'émotion, elles sont tantôt mélancoliques et mystiques, tantôt épiques et emphatiques. Rarement une bande-son n'avait été aussi en adéquation avec le contexte d'une oeuvre, comblant le seul espace encore vierge d'émotions. Le seul regret est de ne pas en profiter durant les phases de recherches, même si il est pleinement reposant d'écouter le vent et les pépiements d'oiseaux. Au final donc, Shadow Of The Colossus est une merveille, l'un de ses jeux marquant à jamais l'esprit d'un joueur, et tirant le jeu vidéo vers un statut d'art à part entière. Un tsunami d'émotions pures. Je vous conseille donc de patienter jusqu'en février pour tomber dans les bras d'un colosse plus que calin.

Shadow Of The Colossus est disponible en import sur le site Liksang.com

Mis à jour le 02/11/2005
PlayStation 2 Action Aventure Sony
Commander Shadow of the Colossus
PS2
95.00 €
PS2
95.00 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Coolink
Coolink
MP
02 août 2009, 17:14

Un article qui retranscrit tres bien l'atmosphere du jeu. :oui:

Cependant, Killy se trompe a un moment. L'absence de musique lors des phases de recherches n'est pas une erreur, au contraire, elle participe grandement, avec ces terres desolees et magnifiques, a cette impression d'abandon general, de solitude totale.

Lire la suite...
Pitidinosaure
Pitidinosaure
MP
10 oct. 2008, 23:19

parfait un jeux parfait.

Lire la suite...
Top commentaires
Coolink
Coolink
MP
02 août 2009, 17:14

Un article qui retranscrit tres bien l'atmosphere du jeu. :oui:

Cependant, Killy se trompe a un moment. L'absence de musique lors des phases de recherches n'est pas une erreur, au contraire, elle participe grandement, avec ces terres desolees et magnifiques, a cette impression d'abandon general, de solitude totale.

Lire la suite...
Boutique
  • Shadow of the Colossus PS2
    95.00 €
    95.00 €
DERNIERS TESTS
  • Test : Agents of Mayhem : Une balade dispensable en Corée du Sud
    PC - PS4 - ONE
  • Test : Yakuza Kiwami : Le Remake dans toute sa splendeur sur PS4
    PS4
  • Test : Lone Echo : Une pépite de gameplay VR au service d'une immersion totale sur PC
    PC
Tous les tests
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Destiny 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live