Menu
Call of Duty 2
  • Tout support
  • PC
  • 360
  • Mac
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Preview : Call Of Duty 2
PC
Partager sur :

La Seconde Guerre mpondiale est-elle un sujet inépuisable ? Avec CoD2, Activison semble vouloir nous répondre par un "Oui !" franc et massif. Et si on a rien de vraiment neuf à présenter pour le fond, on se concentre pour rénover la forme. Première reconnaissance...

Lors de la première présentation de Call of Duty 2, Grant Collier, patron d'Infinity Ward, nous rappelait combien, selon lui, la Seconde Guerre Mondiale avait été un événement universel, avec lequel aucune guerre récente ne pouvait rivaliser. Dans son interview, on sentait bien également qu'il voyait dans cette période une source inépuisable d'histoires à inventer à partir du réel pouvant alimenter ad vitam les scenarii d'innombrables jeux vidéo. Qui plus est, le premier Call of Duty avait réussi, grâce à des aspects très orginaux, à inventer dans un genre qui semble régler son pas sur celui du leader incontesté de la catégorie : la série des "Medal of Honor" éditée par Electronic Arts. Rappelons en passant que certains membres d'Infinity Ward avaient d'ailleurs travaillé pour EA sur "Medal of Honor : Débarquement Allié". Parmi les originalités proposées par Call of Duty, on se souviendra notamment du côté légèrement schizophrène qui vous faisait passer de l'uniforme d'un soldat soviétique à Stalingrad à celui d'un G.I. ou d'un soldat britannique en Afrique du Nord. Conséquence de ces réincarnations virtuelles : le renouvellement du décor et des conditions météorologiques mais également de l'arsenal, le choix des armes dans chaque camp étant calqué sur la réalité.

Call Of Duty 2
Call Of Duty 2 profite d'un niveau de détails assez impressionnant.
Nous avons eu récemment l'occasion d'explorer pratiquement in extenso le second Call of Duty et vous savez quoi ? C'est casque blanc et blanc casque avec le précédent. Tout ce qui faisait le charme et le succès justifié du premier est là, à commencer par ce découpage particulier qui vous ballade de front en front, de l'est à l'ouest en passant par le sud, d'Union Soviétique en Normandie en faisant un crochet par l'Afrique du Nord, du Russe à l'Américain après être devenu Anglais. Suivant le fil des événements de manière chronologique, le scénario vous balance dans des campagnes géographiquement très différentes. Tout commence par un petit entraînement dans les neiges de la mère patrie soviétique. A peine a-t-on le temps d'apprendre à balancer une grenade (symbolisée par une patate, faudrait pas gâcher...) qu'on est envoyé au front avec la rudesse qui sied si bien à la période décrite. Comme ça, sans prendre le temps de déguster un petit café chaud ou d'écrire une dernière lettre à Natacha, restée aux champs pour soutenir l'effort de guerre... Ce manque flagrant de manières permet de retrouver immédiatement la fameuse "saveur CoD", ce talent de l'immersion qui vous fait serrer les dents presque instantanément en espérant que la proverbiale "balle qui porte votre nom" n'est pas encore sortie de l'usine. D'accord, ce n'est qu'un jeu mais on s'y croit vraiment.

Call Of Duty 2
Un gros travail de mise en scène, comme dans le premier volet.
Ce sentiment d'immersion est renforcé par quelques améliorations techniques. Graphiquement, le style s'est indéniablement affiné avec notamment l'arrivée d'un générateur de particules qui fait des miracles dans tout ce qui concerne la gestion des brumes et des fumées. Cette innovation a une conséquence directe sur le jeu en lui-même. Désormais toujours équipé de grenades fumigènes, vous êtes plus souvent poussé à vous en servir par la conception des niveaux. Le besoin ne s'en fait pas attendre puisque, quelques minutes à peine après le début de la partie, au beau milieu des ruines d'une ville russe, deux nids de mitrailleuses allemandes, stratégiquement disposées, hachent menu vos compagnons d'arme. Seule solution : occulter le champ de vision des tireurs pour passer sans encombre et poursuivre la mission. Au niveau des effets, on retrouve également l'état d'hébétement qui frappe le soldat que vous dirigez si une grenade ou un obus explose trop près de lui. L'écran devient flou, les gestes sont ralentis et du son, il ne reste plus que les basses fréquences déformées à outrance. Le son, puisqu'on en parle, reste également un des éléments essentiels de Call of Duty. Plongé au coeur d'une symphonie mortelle où le staccato des mitrailleuses est ponctué par les vocalises des ricochets ou des percussions sourdes des balles atteignant une cible faite de chair, on en demeure bouche bée, contrairement aux coéquipiers qui, eux, se chargent des choeurs en gueulant leurs ordres, leurs plaintes quand ils sont touchés ou leurs cris de joie quand ils font mouche. Ca n'arrête pas une seconde... "Très certainement comme dans la réalité", serait-on tenté d'ajouter. Rapidement d'ailleurs, on se retrouve devant un cruel dilemme : baisser le son mais perdre en intensité ou monter le volume et faire subir les derniers outrages à ses tympans ?

Call Of Duty 2
Le débarquement, inévitable dans un jeu de guerre.
Les missions jouent la carte de la diversité mais plus au niveau des conditions de leur déroulement qu'en ce qui concerne leur principe. S'il s'agira toujours d'aller d'un point A à un point B, principe qu'on connaît depuis le tout début du FPS, vous devrez faire le chemin à pied, en tant que chef de char, derrière la mitrailleuse d'une jeep, en vous arrêtant pour utiliser un canon anti-aérien afin de repousser une vague de Stukas ou, devenu sniper, en vous déplaçant tout doucement pour repérer le tireur adverse avant qu'il ne vous plombe. Call of Duty 2 s'annonce bien comme un jeu d'action mais à vitesses multiples... Signalons également du meilleur et du "toujours aussi désolant" en ce qui concerne l'intellignece artificielle. Commençons par ce qui fâche : le comportement des coéquipiers. C'est sympa de se retrouver dans une équipe, l'impression de réalisme s'en trouve renforcée, sentiment qui est décidemment le leitmotiv de cette suite. Pour autant, on aurait apprécié un peu plus de jugeote de la part de ses compatriotes. Par exemple, qu'ils évitent de venir se planter au bout du canon de notre arme dès qu'on est en place au coin d'un mur, derrière lequel on sait que se trouve l'ennemi. Très énervant, surtout dans un jeu où le tir ami n'est pas admis. Par contre, bon point pour les adversaires qui savent utiliser le terrain à leur avantage et se comportent souvent comme de véritables groupes n'hésitant pas à se couvrir mutuellement pour se déplacer, à lancer une grenade plutôt que de tirer dans un mur, à passer en mode corps-à-corps de manière dévastatrice si vous êtes trop près... Nous reviendrons en détail sur ces défauts et ces qualités lors d'un prochain test. Toutefois, et en fonction de ce que nous avons pu voir lors de cette première prise en main réelle, Call of Duty 2 nous a semblé digne de figurer parmi le peloton de tête des titres du même genre. Alors, effectivement, on lui en voudra moins de ne pas s'être énormément renouvelé.

Mis à jour le 25/10/2005
PC Action FPS Activision Infinity Ward
Commander Call of Duty 2
PC
29.99 €
PC
37.00 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
KZ3_U3
KZ3_U3
MP
le 27 sept. 2011 à 16:31

First mdr

Lire la suite...
Meilleures offres
Derniers tests
12
TestDaymare : 1998Sur PC
12
TestDaemon X MachinaSur Switch
16
TesteFootball PES 2020
PS4 ONE
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019