Menu
One
  • Tout support
  • NGAGE
  • PS1
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / One / One sur NGAGE / Tests One NGAGE /

Test One sur NGAGE du 25/10/2005

Test : One
NGAGE
One
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 octobre 2005 à 18:00:00
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.3/20
Tous les prix
Prix Support
29.90€ PS1
Voir toutes les offres
Partager sur :

Lotie de façon assez déséquilibrée en ce qui concerne les jeux de combats, entre un KOF relativement correct et un WWE Aftershock de bien triste mémoire, la N-Gage semble se perdre dans les attentes des joueurs et surtout dans la diversité. C'est donc avec un certain sourire aux lèvres que l'on accueille One, nouvel ambassadeur du genre sur la console portable de Nokia. Ouvertement axé vers un réalisme forcené, mettant de côté sauts disproportionnés et "shoryuken" enflammés, ce soft fait office d'étranger dans un univers où seul Virtua Fighter tend vers la technique pure sans toutefois se séparer de personnages clairement fantasmés. Parvient-il alors à ouvrir un nouveau champ d'innovation, ou se laisse t-il noyer dans la masse ? Sera t-il le jeu unique, les gouvernant tous ? Frodon me souffle qu'il faudrait arrêter avec ça maintenant.

One

Survenant donc dans un créneau encore peu usité, One apparaît comme une sorte de chef de file, de jeune commandant fringuant menant un combat désespéré la rage au ventre. Un statut hautement louable, qui donne tout d'abord un cachet particulier à ce jeu, celui d'une petite perle longuement dissimulée dans l'ignorance. C'est donc avec une certaine curiosité, une excitation palpable pour cette nouveauté atypique que l'on se lance à l'assaut d'une nouveauté enivrante. S'attendant à découvrir un nouvel ICO ou un REZ bien masqué, on lance le mode histoire sans se soucier du reste. Cruelle erreur. En effet, si vous désirez disposer de la moindre chance de vous immerger dans l'aventure, il sera indispensable que vous mettiez au monde un avatar digne de respect, tout du moins extérieurement parlant. Pour cela, un éditeur de personnage assez complet vous tend les bras, vous permettant de modifier l'origine géographique de votre création, sa couleur de peau, ses vêtements, ses accessoires de mode, etc. A vous de ce fait de disposer en lice un guerrier respirant le charisme, offrant alors un attrait supplémentaire pour les pugilats. Une fois cette étape dépassée, vous pouvez désormais arpenter le vaste monde pour des raisons aussi obscures qu'une nuit d'hiver, au creux d'une trame "scénaristique" à la vacuité particulièrement poussée. En effet, et malgré ces enchaînements de combats sans queue ni tête, vos pas vous porteront vers des destinations aussi variées que le Japon, le Mexique, les Etats-Unis ou encore l'Himalaya. Offrant pour le coup des décors variés et dépaysants, ce principe de voyage autour du monde permet également de diversifier les malfrats tentant de s'en prendre à vous. D'autant qu'il faut avouer humblement que One fait partie des plus beaux jeux oeuvrant sur N-Gage, mettant justement en avant la motion capture stupéfiante des participants ainsi que la qualité fascinante des environnements d'arrière-plan.

One
Et là, tout bascule. Le peu de confiance qu'il vous restait s'évapore d'un coup
Effectivement, chaque combat se veut un petit plaisir pour les yeux, soutenu par des panoramas parfois glauques (ruelles, parking) et souvent oniriques (hautes montagnes, plages), et une animation d'une rare fluidité. Chaque mouvement est décomposé à la perfection, et il est véritablement agréable d'observer les ballets que peuvent donner des affrontements menés de main de maître. Néanmoins, ce plaisir pourrait être présent plus souvent si seulement les duels ne se résumaient pas la plupart du temps à des répétitions de techniques sans réelle imagination. Sûre de sa victoire et ne cherchant pas à délivrer un beau combat, ce qui reste logique, l'I.A n'aura de cesse d'effectuer des combinaisons identiques, ce qui est moins logique. Et comme de vôtre côté vous dénicherez rapidement la technique la plus probante pour venir à bout de votre adversaire, utilisant seulement une palette d'une dizaine de coups efficaces sur les 40 disponibles, les divers pugilats auront une nette tendance à se ressembler. Même s'il est possible d'adopter trois styles de combats différents, à savoir la posture haute, celle basse, et une dernière, neutre, vous ne vous servirez quasiment jamais de ces subtilités une fois un certains niveau dépassé. Extrêmement simple au début, le soft devient d'un coup assez corsé, vous opposant à des individus d'une part louches, et d'autre part très puissants. Bénéficiant de coups pratiquement imparables pouvant vous retirer le quart de votre barre de vie et vous laisser agonisant sur le sol, ils démontrent alors les limites d'un gameplay bien trop raide pour convaincre. Mous et soporifiques, les affrontements se révèlent soumis à la lenteur catastrophique des protagonistes, ne sachant visiblement ni courir ni sauter. Un détail intéressant pour des spécialistes en arts du combat.

One
Mais madame, je ne vous connais pas !
D'autre part, la présence d'un système de classement baptisé ELO, définissant vos aptitudes à la castagne, aurait pu incarner la bonne surprise du soft. Malheureusement, il faut avouer que cette trouvaille est loin de s'intégrer convenablement dans le soft. Décrivant logiquement votre niveau général de combattant, ce principe est basé sur la collecte de points distribués à la fin d'un duel. Plus ou moins importants selon la "beauté" de votre victoire, ces derniers s'ajoutent alors à un total composant votre rang ELO. A l'inverse, si vous abandonnez ou perdez une rixe, ces précieux points seront retirés de votre capital. Donc, si l'on suit à la lettre cette réflexion, un motard moustachu d'un niveau ELO de 250 devrait être moins fort qu'un personnage arborant un magnifique 1120. Et bien détrompez-vous, l'illogisme guide définitivement One. En effet, rien, ne vous empêche de vous faire laminer par un nouveau venu détenteur d'un niveau ELO risible. Pour finir, le chara-design n'est vraiment pas ragoûtant, et l'ensemble des individus présents dans le titre semblent sortis soit de films bien violents de série B fleurissant dans les années 80, soit de Walker Texas Ranger. Une compagnie déstabilisante donc, que l'on peut quitter avec grande facilité. De ce fait, entre le manque de rythme général, les carences d'immersion, et surtout le mauvais réglage du gameplay, on peine à trouver un réel intérêt dans One, si ce n'est la réalisation générale. A défaut de découvrir une perle, on aurait plutôt exhumé une coquille vide. Il ne gouvernera donc personne. Oui je sais Frodon...

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Poussant la N-Gage dans ses derniers retranchements, le modèle 3D utilisé pour la gestion des personnages est un modèle du genre, autorisant un niveau de détail surprenant et surtout une animation d'un réalisme très poussé. De même les décors s'avèrent dans l'ensemble de grande qualité, malgré certains dénués tout simplement d'arrières-plans. Ces derniers sont quant à eux fort variés, retranscrivant l'ambiance de chaque coin du globe visité.

  • Jouabilité 9 /20

    Malgré un grand nombre de coups disponibles, la difficulté d'appréhension purement technique de la croix directionnelle d'une part, et le déséquilibre du gameplay d'autre part, limitent grandement les possibilités ludiques de One. D'autre part, le cruel manque de rythme des affrontements doublé d'un système de contres mou et perfectible ne donne pas au joueur le plaisir qu'il attend dans un jeu vidéo. Dommage.

  • Durée de vie 11 /20

    Si vous parvenez à résister à la somnolence dans le mode histoire et à subir sans brocher les répliques particulièrement débiles des personnages, vous aurez l'occasion de débloquer de très nombreuses choses, comme des vêtements ou encore des combattants jouables. De plus, il vous est possible de participer à des combats libres ainsi qu'à un mode survival des plus classiques. Pour finir, les modes multis ne proposent pas vraiment d'intérêt, si ce n'est pour tenter d'acquérir le rang One.

  • Bande son 7 /20

    Les compositions du soft, peu mélodiques et tournant très rapidement en rond finiront par vous lasser au bout de quelques minutes, vous laissant seul face aux bruits de coups peu convaincants. D'autre part, l'absence de voix digitalisées correcte se fait sentir durant les affrontements, ne permettant pas de s'impliquer au plus profond du pugilat.

  • Scénario /

    -

Malgré sa réalisation de haut vol et son gameplay intéressant par défaut, One ne parvient pas à faire éclore ses quelques bonnes idées, et sombre dans des méandres obscurs. Ne parvenant pas à trouver son équilibre à cause d'un manque de rythme imposant et d'une construction biaisée, il ne peut que subir les coups portés à son encontre. Espérons qu'il ne reste pas le seul sur son nouveau créneau, digne du plus grand intérêt.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 octobre 2005 à 18:00:00
9/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.3/20
Mis à jour le 25/10/2005
N-Gage Combat Nokia
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Diablo Immortal
    IOS - ANDROID
    Vidéo - Bande-annonce