Menu
Genji
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Genji
PS2
Genji
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 octobre 2005 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (27)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.1/20
Partager sur :

Après s'être fait brillamment remarquer à chacune de ses apparitions sur les salons, Genji se pare de ses plus beaux atours pour nous éblouir dans une version PAL qui n'attend qu'un geste de votre part pour vous dévoiler tous les trésors qu'elle renferme. Le soft est aussi plaisant à jouer qu'il est fascinant à regarder, et même si on le termine beaucoup trop rapidement, je ne peux que vous inciter à tenter l'expérience tant elle est inoubliable.

Genji

Avant toute chose, il faut quand même savoir que Genji est un jeu d'action développé par le studio Game Republic dirigé par Okamoto Yoshiki, le producteur d'Onimusha. Les similitudes avec ce dernier sont d'ailleurs évidentes, mais en toute objectivité, on peut dire que Genji a de quoi tenir tête au dernier opus de la série de Capcom tant il fait preuve d'efficacité. Personnellement, je trouve qu'il le surpasse largement au niveau de sa réalisation et dans la pertinence de son système de jeu qui est beaucoup moins classique qu'on aurait pu le croire. Ce que l'on a véritablement entre les mains avec Genji, c'est un jeu qui allie le dynamisme d'un Onimusha avec la beauté mystique d'un Otogi, pour un résultat qui vous scotchera littéralement à l'écran.

Genji
Je préfère ne rien dire de peur de ternir la beauté de l'image.
Les personnages et la trame scénaristique de Genji sont inspirés de faits historiques qui, romancés par la légende et arrangés par l'imagination des programmeurs, nous donnent une histoire à mi-chemin entre le conte et la réalité. Les deux personnages principaux de cette aventure sont le samouraï de renom Minamoto Yoshitsune et le moine guerrier Benkei, devenu disciple du premier après avoir été vaincu par lui. Le jeu rejoint l'histoire japonaise sur plusieurs points que les connaisseurs ne manqueront pas de relever, mais il baigne aussi allègrement dans le fantastique, et il ne faudra donc pas chercher très loin les points communs entre la réalité et la fiction. Ensemble, Benkei et Yoshitsune vont servir la cause des Tamayoribito, les descendants des Anciens qui recherchent les Amahaganes divines pour éviter qu'elles ne tombent entre les mains du clan Heishi, à la tête duquel se trouve Taira Kiyomori. Genji est en fait le nom du clan dissout auquel appartient Yoshitsune, et dont le chef, Minamoto Yoritomo, a été vaincu par Kiyomori.

Genji
Vous avez déjà vu des boss aussi majestueux ?
Ce qui frappe en premier lieu dans Genji, c'est le caractère époustouflant de sa réalisation. Tous les décors, hormis deux ou trois grottes relativement ternes et sombres, sont d'une majesté hallucinante. Preuve qu'un jeu d'action peut aussi profiter de graphismes chatoyants de couleurs sans pour autant perdre sa dimension "dark". Rien ne nous est épargné. A la chaleur d'une forêt automnale succèdent la froide splendeur d'un village sous la neige, l'atmosphère paisible d'une pagode au petit matin, ou encore l'aura mystique d'une contrée désolée tout droit sortie d'outre-tombe. Le tout est finement détaillé et l'animation est enjolivée par des effets de toutes sortes qui, non seulement ont un rendu superbe, mais jouent en plus un rôle au niveau du gameplay. Une véritable prouesse qui mérite vraiment d'être saluée. De plus, le fait de pouvoir opter pour le doublage japonais et l'affichage en 60 Hz permettent de profiter pleinement de la saveur du jeu.

Genji
Cet effet signale une contre-attaque.
Au début, et même sans forcément avoir un a priori sur lui, on se dit que cette esthétique sublime constitue probablement le seul point susceptible de démarquer Genji de ses nombreux confrères. C'est seulement une fois le jeu en mains que l'on s'aperçoit que les développeurs ont aussi cherché à peaufiner le système de jeu, de manière à ce qu'il offre des possibilités inédites. Ainsi, même dans son gameplay, Genji se révèle beaucoup moins classique qu'on pourrait le croire, et ses particularités ne se limitent pas à la seule différence d'aptitudes entre les deux personnages. Certes, Benkei peut compter sur sa force pour détruire des obstacles infranchissables par Yoshitsune qui, de son côté, profite de son agilité pour atteindre des endroits haut perchés. Mais tout ça est finalement bien anecdotique. Ce qui va surtout attirer votre attention, c'est la notion de pouvoir Kamui directement lié au Amahagane détenu par les deux héros et qui permet d'anticiper les attaques ennemies pour les prendre de vitesse. Ainsi, en appuyant sur L1, tout se passe comme si le héros lançait un défi à ses adversaires pour les pousser à l'attaquer tous en même temps ou séparément. L'instant se fige, l'action tourne au ralenti, et une aura bleutée englobe la scène. Il faut alors attendre vaillamment l'assaut sans fléchir, en restant concentré pour frapper au moment où les ennemis nous arrivent dessus. Un indicateur apparaît à l'écran pour nous faciliter la tâche, mais le timing est très serré, et l'angoisse monte au fur et à mesure que les coups à enchaîner s'accumulent. En cas de réussite, la scène se solde par une chorégraphie magnifique et une mise à mort instantanée des assaillants. En revanche, la moindre erreur vous laisse totalement vulnérable. Bien sûr, l'utilisation du pouvoir du Kamui est limitée, et il convient d'éliminer régulièrement des ennemis afin d'emmagasiner assez de pouvoir pour l'activer, ce qui se fait heureusement très vite. Et c'est justement cela qui fait l'intérêt de Genji puisque le Kamui n'est pas une sorte de pouvoir dévastateur qui n'interviendrait que de temps en temps, mais bien une composante essentielle et récurrente du gameplay, que l'on utilise sans arrêt pour vaincre intelligemment, ce qui rend le jeu beaucoup plus technique que bourrin. Il est d'ailleurs possible de réaliser un autre type de contre-attaque en parant et en ripostant au bon moment, mais sans aucun indicateur à l'écran.

Genji
Une aura bleutée englobe la scène lorsque vous déclenchez le pouvoir du Kamui.
Par ailleurs, et à l'inverse d'un épisode d'Onimusha par exemple, le joueur a ici la possibilité de faire monter ses personnages de niveau. Il est donc possible de revenir dans les environnements déjà parcourus pour fouiller davantage les décors ou pour se faire de l'expérience et gagner de l'argent. On trouve bien sûr une gestion complète de l'équipement, permettant de renouveler ses accessoires, ses armes et ses armures, sachant que celles-ci ont parfois des affinités avec certains éléments naturels comme l'eau ou la foudre. On peut même forger des armes spéciales et uniques en récupérant des matériaux sur les corps des ennemis. Décidément fort bien exploité, le pouvoir du Kamui monte en puissance au fil du jeu, ce qui permet, en l'activant deux fois de suite, de créer un continuum spécial qui facilite encore plus l'anticipation des attaques ennemies. Des raccourcis permettent également d'associer certains objets aux directions de la croix pour faciliter leur utilisation. Enfin, les cristaux d'Amahagane peuvent être répartis librement entre les caractéristiques des deux personnages, de manière à améliorer leur endurance, leur puissance d'attaque ou de défense. Notez qu'il est possible de les repérer à l'aide du scintillement de l'Amahagane, mais aussi à l'aide des vibrations relatives au pouvoir du Kamui, même si ces cristaux sont invisibles.

Genji
Une parfaite gestion du Kamui est essentielle contre les boss.
Genji m'a finalement rappelé le cas douloureux de Zone Of The Enders : The 2nd Runner qui est l'exemple type d'un soft offrant un tel plaisir de jeu qu'on ne peut lui pardonner d'y mettre fin de façon aussi brutale à cause de sa trop courte durée de vie. Sept heures seulement vous suffiront à en faire le tour une première fois, et seul l'ajout du mode Expert sera susceptible de vous faire recommencer l'aventure. Genji a tellement tout pour lui qu'on voudrait faire durer le plaisir davantage, et deux maps supplémentaires n'auraient pas été superflues pour donner à l'aventure la dimension épique qui lui manque. Malgré tout, ceux qui seront restés sur leur faim seront les premiers à attendre l'épisode Playstation 3, d'ores et déjà annoncé par Sony. Finalement, on ne sort pas d'une partie de Genji sans en garder quelques séquelles.

Les notes
  • Graphismes 18 /20

    Je serais bien montée jusqu'au 19 si les environnements avaient été plus nombreux. Encore plus magnifique qu'un Otogi, Genji resplendit sous nos regards peu habitués à autant de majesté, et les nombreux effets n'y sont pas innocents.

  • Jouabilité 18 /20

    Au lieu de se contenter de nous proposer un gameplay classique basé sur les aptitudes des deux personnages jouables, les concepteurs du jeu ont eu l'idée d'intégrer un système de contre-attaque qui rend le titre ni répétitif ni bourrin, mais au contraire très technique. De plus, la notion de gain d'expérience permet de s'intéresser davantage à l'évolution de ses personnages.

  • Durée de vie 13 /20

    Vous ne devriez pas mettre plus de 7 heures à terminer l'aventure la première fois sans aller vite, d'autant que le jeu est plutôt facile, mais vous aurez ensuite la possibilité de le refaire en mode Expert où le challenge s'avère beaucoup plus corsé.

  • Bande son 17 /20

    La version PAL propose le choix entre le doublage anglais et japonais, le tout sous-titré en français. La musique est somptueuse, oscillant entre le style "wu xia pian" caractérisé par le son rythmé des flûtes et des tambours, et les envolées épiques d'un Last Samurai. Le thème de fin suffira à vous convaincre de vous procurer l'OST.

  • Scénario 15 /20

    Inspiré de faits historiques réels, Genji rejoint la fiction pour donner lieu à une aventure teintée de fantastique et caractérisée par une atmosphère asiatique efficace. La trame en elle-même n'est en revanche pas très surprenante.

Cet étonnant Genji aurait pu atteindre des sommets si seulement il n'était pas aussi bref. Même pour sa catégorie, le soft n'assure pas sur le long terme, et c'est d'autant plus frustrant que tout le reste est exceptionnel. Malgré tout, pour son esthétique sublime, son gameplay intelligent et le potentiel ludique qu'il a à vous offrir, Genji mérite largement le détour.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 octobre 2005 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (27)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.1/20
Mis à jour le 10/10/2005
PlayStation 2 Action Sony Game Republic
A lire aussi
Wiki de Genji 07 déc. 2014, 17:14
PreviewGenji 05 août 2005, 18:00
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes 17 oct., 17:00
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? 17 oct., 15:00
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019