Oendan
DS
Créer un contenu
Aperçu : Oendan
DS
  • Partager sur :

Vous vous souvenez sûrement de la légendaire série basée sur le football, nommée Olive et Tom sous nos latitudes. De fait, vous devez également avoir en mémoire Patty, une espèce de psychopathe suivant "son" Olivier partout en l'encourageant à grands cris. Agitant un drapeau et coiffée d'un bandeau, celle-ci ne servait pas vraiment à grand-chose, mais avait le mérite de nous faire rire. Et si je vous disais que vous allez pouvoir goûter à la première simulation de Patty, comment réagiriez-vous ? Pour ceux qui sont encore là, Oendan est plus précisément l'un des jeux les plus originaux et les plus décalés de la DS, décidément reine du second degré ludique. Une plongée dans l'encouragement professionnel.

Prenant le commandement d'un groupe de trois personnages, dont le responsable change selon le niveau de difficulté, votre mission quasi-divine va vous conduire à prendre en charge les problèmes d'absence de motivation ancrés dans l'esprit d'hommes et de femmes japonais. Vêtu d'un uniforme strict, d'un brassard rouge et d'un long bandeau de couleur identique, vous incarnez le dernier recours, l'instance suprême venant en aide aux plus démunis. Une sorte de Robin Des Bois du soutien plus précisément. Parachuté dans une ville banale dans son architecture et son positionnement, vous allez rapidement apercevoir de multiples zones à problèmes, matérialisées par des visages nettement mis en relief. C'est donc dans celles-ci que votre science va devoir montrer son étendue, par le biais de situations totalement loufoques et de mini-scenarii défiant les lois de la logique. C'est en grande partie pour cette ambiance de déraison généralisée que l'on s'immerge dans Oendan, bercé qui plus est par des idées graphiques détonantes et un rythme terriblement électrisant. Il est très rare que des jeux proposent un background aussi retiré des convenances mercantiles, tout en proposant un concept sensiblement applicable à la globalité des joueurs. En effet, devant le succès de titres comme Meteos, Polarium, ou encore Wario Ware, il est évident qu'Oendan a un rôle particulièrement important à jouer dans ce trio intemporel et difficilement égalable. Et pour ce faire, quoi de mieux que de proposer deux bases profondes du jeu vidéo, à savoir la force de la musique et l'accentuation des réflexes.

Oendan
Votre seul but est de motiver des personnes en perte de confiance. Et visiblement ça fait plaisir à tout le monde
Facilement comparable à un Parappa The Rapper nourri à des doses massives de caféine, le titre d'Inis parvient à se séparer de la majorité de ses inspirations en axant sa jouabilité sur le "plus produit" de la DS, prenant les traits du fameux stylet. Cependant, et contrairement à de nombreux softs semblant s'obliger à donner accès à l'écran tactile, et qui au final n'apportent rien de bien lumineux, Oendan se définit par le concept même de la portable de Nintendo, et brille dans une certaine obscurité ludique. Pourtant le principe de base est loin d'être révolutionnaire. Effectivement, la plus grande part de votre interaction se résume à suivre le rythme des morceaux musicaux, tout en pressant au bon moment sur des pastilles de couleurs. Néanmoins, ce n'est là que la couche superficielle, se retirant au fil des minutes de jeu. Car il faut savoir que la manière d'appréhender chaque "bouton" peut varier de trois manières différentes. Tout d'abord, vous devez faire face à un cercle se rétrécissant peu à peu autour de votre cible, et appliquer une pression lorsqu'il se trouve pratiquement à la même dimension que celle-ci. Certes, cette action nécessite, d'une part un bon entraînement, mais avant tout un bon sens du timing en général et du tempo en particulier, les épreuves se déroulant sous la houlette de thèmes musicaux rageurs. Ensuite, et toujours dans la même veine, il vous faudra effectuer une manoeuvre similaire, mais en gardant le stylet contre l'écran afin de suivre un chemin prédéfini et rejoindre une nouvelle pastille. Enfin, vous pourrez avoir affaire également à une variation du précédent mouvement, dans lequel il vous incombera de tenir compte de flèches vous obligeant à parcourir dans plusieurs sens la voie qui vous a été imposée. Cela peut paraître compliqué comme cela, et il est vrai qu'il faut quelques minutes pour rentrer pleinement dans le soft, mais ce gameplay s'adapte parfaitement à un jeu musical.

Oendan
Je me demande bien combien de paquets de biscottes peut grignoter une souris géante ? Surtout une bleue
En revanche, là où même un bandeau rouge ne peut plus rien faire pour vous, c'est bien dans le domaine de la gestion de la difficulté. Si les situations des premières personnes rencontrées ne se montrent pas spécialement belliqueuses, la suite vous réserve des surprises plus ou moins agréables selon votre seuil de résistance à la douleur. Entre des enchaînements complexes, mêlant les trois types de mouvements dans des imbrications furieusement perfides et le rythme sonore atteignant des sommets d'imprévisibilité, vous verrez fort souvent vos trois compères pleurer à genoux, tout comme vous d'ailleurs. Heureusement, les compositions musicales totalement en adéquation avec le ton du titre, s'avèrent véritablement entraînantes, offrant une ambiance très festive, sublimant le dynamisme général. Reste que nous avons quand même affaire à une majorité de gros rock japonais relativement lassant à la longue, et surtout à une playlist limitée, tant dans le nombre de titres que dans les catégories représentées. On trouve avec un peu de ténacité un thème aux accents de hip-hop, ou encore une ballade langoureuse, mais cela s'avère bien pauvre pour un soft dédié à la rythmique. A contrario, la réalisation graphique, même si la 3D ne fait pas une entrée en matière fracassante s'appliquant seulement aux divers héros, se couvre d'une recherche artistique passionnante, fonctionnant à l'image d'un manga dans un habile découpage en cases. Le design pose d'ailleurs sa marque à chaque instant, proposant des personnages compris entre les étudiants loufoques de Kimengumi, le héros enragé de Plume de Feu (Hoero Pen) ou encore les "loubards" de Racaille Blues, associés à une mise en scène explosive aux couleurs éblouissantes. En résumé, Oendan est une excellente surprise, l'un de ces jeux entièrement en marge de la production, tirés de l'antre de la folie, et s'assumant avec jubilation. Une oeuvre honnête au caractère puissant, seulement entachée par sa difficulté et son manque de diversité musicale. Ca vaudrait presque le coup de revoir Patty.

Mis à jour le 22/09/2005
Nintendo DS Rythme Nintendo iNiS

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
DERNIERS TESTS
  • Test : Uncharted The Lost Legacy, le digne héritier d'Uncharted 4 sur PS4
    PS4
  • Test : Nidhogg 2 : Un face-à-face à nouveau réussi
    PC - PS4
  • Test : Sundered : Une sombre plongée dans la folie, entre Metroïdvania et Rogue-like
    PC - PS4 - MAC - LINUX
Tous les tests
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Destiny 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live