Menu
Dynasty Warriors
  • Tout support
  • Wii
  • PS1
  • PS2
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Dynasty Warriors
PSP
Dynasty Warriors
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
23 août 2005 à 18:00:00
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (27)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.1/20
Tous les prix
Prix Support
15.00€ PSP
21.90€ PSP
49.90€ PS1
Voir toutes les offres
Partager sur :

Vous n'êtes sans doute pas sans le savoir, Dynasty Warriors est la série majeure de Koei, portant le beat'em all à un niveau de fureur épique rare, et permettant de pénétrer de plein pied dans un affrontement mettant en scène des centaines d'opposants enragés. Mais, ce que certains savent moins, c'est que cette saga emblématique est aussi une porte ouverte sur la complexité et la profondeur stratégique de la culture médiévale chinoise. Plus précisément, Dynasty Warriors vous offre l'occasion de toucher du doigt l'histoire passionnante des Trois Royaumes, mêlée d'un tantinet de magie pour accéder au statut de légende. Se déroulant entre les années 220 et 265, date de la fondation de la dynastie Jin, cette période troublée est en quelque sorte le point d'orgue de l'histoire chinoise et l'étape la plus célèbre de cette dernière dans l'inconscient collectif. Mais peut-on en dire autant de l'expérience Sangoku Musô ?

Dynasty Warriors

La première question que l'on se pose lors de l'entrée dans le monde guerrier de ce nouvel opus estampillé Koei sur PSP, est justement de savoir si cette machine au bel écran pourra supporter les myriades de soldats, les dizaines d'effets spéciaux déclenchés en même temps, et tout simplement la gestion de la 3D. La réponse surgit rapidement devant nos petits yeux avides de découvrir l'ensemble de personnages charismatiques et emblématiques oeuvrant dans les décors typiques d'une Chine qu'on ne se lasse pas d'admirer. Effectivement, et malgré sa puissance indubitable, notre bonne amie la PSP semble connaître quelques légers problèmes en ce qui concerne la manipulation habile d'un amas de polygones, certes lissés et de grande qualité, mais diantrement pesants. De fait, le soft se voit contraint de subir des ralentissements assez nombreux et surtout relativement pénalisants. En effet nous ne trouvons pas là devant de simples légère pertes de vitesse, mais bien confronté à un découpement image par image, nuisant réellement au gameplay, déjà passablement lent à la base. Un écueil dommageable, c'est évident, mais il faut tout de même prendre en compte le fait que la qualité graphique générale s'avère d'un bon niveau dans un domaine où la 3D vient tout juste de faire son entrée. Je n'excuse pas une lacune qui indisposera pas mal de monde, mais il faut avouer simplement que la PSP à des limites consécutives à son format. Comme énoncé précédemment donc, l'aspect plastique se révèle convaincant. Alternant des décors on ne peut plus vide, mais affichant des textures correctes et une gestion des polygones probante, Dynasty Warriors place davantage de foi en ses personnages, bien plus détaillés et disposant surtout d'une animation décomposée avec soin, se déclinant en de véritables ballets, communs à la série souche. Il est fort agréable de regarder évoluer chacun des intervenants dans son style de combat favori, le différenciant de ses compagnons de route, et offrant à chaque fois une nouvelle source d'étonnement. En revanche, il est regrettable de ne pas avoir implémenté une caméra disposant d'un éloignement un peu plus forcé, dans le but de profiter pleinement des frasques pugilistiques de vos généraux favoris.

Dynasty Warriors
Notez les généraux sur la gauche de l'écran qui vous apporteront des améliorations physiques
Cette dernière souffre d'ailleurs une nouvelle fois de la cruelle maladie de ses aînées, à savoir une fâcheuse tendance à la paresse. Pivotant aussi rapidement qu'un koala malade et se plaçant sempiternellement sur un point fixe, restant derrière vous jusqu'à ce que vous lui fassiez face ne sachant de fait plus où aller, aveuglé par un angle complètement idiot. Vous avancerez donc la plupart du temps à tâtons, ne sachant pas vraiment qui ou quoi vous envoie des flèches, des coups de lance, ou bien des bombes. Bien évidemment, ces problèmes seront effacés si vous allez dans le sens que désire la caméra, ce qui n'a rien de pratique. Fort heureusement il vous est possible de recentrer cette folle furieuse par une pression sur le bouton L qui est aussi la garde. Une manière de s'en sortir sans trop de heurts, tout en sachant quand même que cela vous oblige à vous arrêter, ce qui n'est pas vraiment intéressant lorsque l'on est pris en chasse par un Cao Cao en colère. C'est alors dans des moments comme celui-ci qu'il faudra maîtriser sur le bout des doigts vos techniques de combat, là aussi identiques à ce que l'on trouve généralement dans la saga, mis à part dans le dernier opus, innovant un tantinet de ce côté-là. Retour en arrière donc pour cette version PSP, revenant à des enchaînements relativement basiques à cinq ou six coups, mais suffisamment spectaculaires pour tenir en haleine durant les affrontements. Toutefois il faut encore regretter le manque d'évolution de la palette d'actions au gré de votre progression dans le jeu, aboutissant forcément à une lassitude rapidement mise au goût du jour. Réminiscences du passé encore très présentes, les "Attaques Musou" vous permettront de nettoyer un cercle entier de soldats en une fraction de secondes si vous parvenez à attendre que votre barre affiliée se remplisse au gré du temps passé et surtout de vos actes de bravoure, ou plus prosaïquement vos meurtres. Bien plus encore, les "Attaques Chargées", variant dans leur puissance au gré de votre niveau et de la longueur d'un enchaînement répondent présentes en tant que moyen de survie fort probant. Associé à tout cela, vous pourrez évidemment monter chevaux et éléphants, et tirer à l'arc quand bon vous semble. On se retrouve donc devant un schéma de jeu vu et revu, mais qui parvient encore à demeurer efficace, surtout immergé dans une bataille épique. Où sont donc les innovations alors? Me direz-vous. Et bien tout simplement là où on ne les attend pas.

Dynasty Warriors
Les personnages sont toujours aussi charismatiques. Quel beau bandeau...
En effet, il va vous falloir oublier vos longues cavalcades enflammées dans la rosée du matin, car dorénavant, Dynasty Warriors s'apparente plus à un jeu de l'oie qu'à une course sauvage et bucolique. Pour rassurer les fans regardant la précédente phrase d'un oeil torve, voici l'explication de cette nouveauté assez intéressante lorsqu'on s'y arrête un tantinet, bien que dispensable. En fait, lors de chaque mission, la zone de combat est délimité en différentes cases, ou différentes forteresses, conduisant au gré d'un chemin aux multiples voies vers le château final, abritant les chefs d'armées les plus difficiles à défaire. De fait, vous devrez obligatoirement passer par un nombre plus ou moins grand de zones avant de parvenir au "boss", et ceci dans une assez notable liberté. Libre à vous effectivement de laisser de côté des places fortes, tout en sachant que des troupes ennemies peuvent également se mouvoir et servir de renforts si vous avez préféré les ignorez auparavant. De même, certaines "cases" vous apporteront des ressources supplémentaires, venant grossir vos réserves indispensables pour maintenir le niveau de vie de vos troupes et généraux à son maximum, tout en vous permettant de mener à bien votre invasion ; tandis que d'autres vous fourniront un surplus de moral, permettant à votre armée de ne pas désespérer lors de passages difficiles. Mais ces territoires ne sont pas acquis, et il est très possible que vos opposants reprennent ces lieux et bénéficient alors des mêmes avantages que vous. La gestion stratégique de ces zones est de ce fait un point essentiel, ajoutant un petit côté tactique reposant et original. Pourtant, ce système coupe paradoxalement trop l'action et ne permet parfois que de jouer trois minutes avant de clore un "niveau". Reposant tous soit sur l'élimination des chefs de guerre, soit sur la mise en déroute des forces adverses, les différents bastions vous demanderont pratiquement tous d'exécuter des actions identiques, sans buts supplémentaires et sans aucune variation. La lassitude revient donc également dans un endroit où on ne l'attendait pas. D'autre part, ce ne sont pas les autres modes de jeu qui vous permettront de diversifier les plaisirs, au sens où vous ne disposez que d'un Free Mode, vous autorisant à reprendre chaque mission des sept batailles historiques présentes. Seul le grand nombre de personnages disponibles aura le pouvoir de vous donner une impression de variété, avec 42 intervenants célèbres, réunis bien évidemment dans les trois royaumes principaux de Wu, Wei et Shu, tout comme la possibilité d'engager quatre généraux à chaque début de mission, capables eux aussi d'évoluer, et vous conférant des améliorations physiques (vitesse accrue, force plus imposante, etc.). Au final, et malgré quelques innovations dignes d'intérêt, Dynasty Warriors déçoit. Relativement lent au niveau du gameplay, subissant les affres de ralentissements omniprésents, et privé de toute évolution sur le long terme, le soft de Koei semble replonger dans ses travers pourtant corrigés par DW 5. Reste pourtant le caractère épique des versions de salon, ainsi qu'une approche différente pas foncièrement mauvaise, doublée d'une bande-sonore efficace. Espérons simplement qu'il ne faudra pas six épisodes à Koei pour redonner un vrai plaisir au joueur. Si c'est comme ça, mettez tous un turban jaune et rebellez-vous.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Malgré les ralentissements incessants et la vacuité des décors, DW se permet tout de même d'afficher des textures assez convaincantes, soutenues par une modélisation des personnages approchant celle visible sur PS2. Mais le point fort reste l'animation de ces derniers, souple et fort bien décomposée. Enfin, Koei a peut-être surestimé la PSP en désirant afficher autant d'ennemis à l'écran, plongeant ainsi le joueur dans la brume si chère à la série.

  • Jouabilité 12 /20

    Reprenant ses bases, Dynasty Warriors laisse de côté les innovations apportés par le cinquième épisode et se contente de proposer des enchaînements limités et redondants, tout en étant spectaculaires. La prise en main en revanche est convaincante, le stick demeurant assez pratique, malgré une caméra complètement déphasée, et une utilisation des diverses montures toujours aussi rigide. En revanche, le nouveau système de progression se révèle relativement intéressant, apportant une once de stratégie à un gameplay s'étouffant très rapidement.

  • Durée de vie 11 /20

    Certes, les 42 personnages disponibles permettent de retenter l'expérience d'un autre point de vue, à l'aide d'une prise en main nouvelle, mais le fait qu'ils n'interviennent pas directement dans le scénario, faisant regretter cruellement l'absence de scènes cinématiques, nuit à l'envie de se plonger dans le jeu. Pourquoi s'évertuer à refaire la même histoire composée de sept chapitres avec des intervenants qui de toute façon n'ont pas de vrai rôle à jouer ? D'autre part, le seul mode annexe présent ne vous poussera pas à vous replonger souvent dans le soft.

  • Bande son 14 /20

    Irréprochable dans le domaine de la qualité sonore, la PSP permet de profiter des compositions de Dynasty Warriors idéalement. Proposant des mélodies variées, toujours orientées vers une espèce de rock nerveux doublé de variations asiatiques, DW parvient à convaincre sur ce point précis. Complètement en adéquation avec l'action, les morceaux aident à rentrer dans l'ambiance même s'ils sont inégaux du point de vue de la qualité. L'ambiance sonore quant à elle retranscrit bien les chocs des lames et des corps.

  • Scénario 11 /20

    Reprenant la passionnante histoire des Trois Royaumes, Dynasty Warriors se perd complètement dans sa scénarisation, réduite au plus simple artifice dans cette version PSP. Pas d'interventions de vos alliés, pas de scènes scénarisées, le titre de Koei se révèle étonnement pauvre sur ce point précis.

Vraiment décevant, Dynasty Warriors parvient tout de même à sauver l'équipage grâce à une réalisation assez convaincante, surtout concernant l'animation et la modélisation des personnages, ainsi que la présence du nouveau système de progression, inégal mais suffisamment digne d'intérêt pour s'y plonger. Toujours aussi épique sur une console portable, le titre de Koei va sans doute trouver son public. Reste à savoir si celui-ci sera suffisamment indulgent. Pour une première arrivée sur PSP, Koei ne fait pas de feux d'artifices. Dommage.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
23 août 2005 à 18:00:00
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (27)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.1/20
Mis à jour le 23/08/2005
PlayStation Portable Beat'em All Stratégie Koei
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live