Menu
Devil May Cry 3
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Devil May Cry 3
PS2
Devil May Cry 3
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 mars 2005 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (164)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.3/20
Partager sur :

Devil May Cry 3 fait partie de ces jeux qui devraient susciter pas mal de polémiques, autant chez les fans que chez ceux qui ne connaissent pas la saga de Capcom. Prompt à prendre plusieurs idées de DMC 2 tout en s'éloignant du "mouton noir", DMC 3 choisit une approche déjantée en s'assurant au passage de faire les yeux doux à toute une génération MTV avide d'images rapides et de hard rock. Mais si le résultat s'avère fort dynamique, le troisième épisode de la série semble parfois se perdre dans des choix étranges ou dans une réalisation qui oscille très souvent entre l'esthétique léchée et le gameplay hasardeux.

Devil May Cry 3

A force de vouloir plaire à tout le monde, il arrive souvent que la pluralité des situations, des atmosphères ou encore des possibilités puisse nuire à l'ensemble d'un projet. Malheureusement, DMC 3 est un de ces titres qui se perd un peu dans une construction décousue qui n'arrive pas vraiment à s'émanciper, si on la compare rétrospectivement à celle de DMC 2 ou surtout à celle du premier Devil May Cry. Cependant, il serait maladroit de critiquer activement cet état des choses puisque la linéarité du jeu, qui est découpé en 20 missions, est censée amener une bonne dose d'action par le biais d'affrontements nerveux se déroulant dans des endroits cloisonnés qui serviront à accentuer la fulgurance des gunfights. Aucun doute là-dessus, DMC 3 est un vrai beat'em all avec tout ce que cela implique de scènes d'action. De plus, le pari de cet opus était d'installer une histoire digne de ce nom, ceci ayant fait défaut à DMC 2. Mais il se peut qu'il y ait parfois de grandes différences entre ce qu'on désire faire et le résultat final.

Devil May Cry 3
La transformation en démon est classieuse mais bien moins exploitée que dans DMC 2.
On peut même se demander s'il est préférable d'avoir un ersatz de synopsis ou un jeu qui repose entièrement sur ses situations. On pourra alors me rétorquer que découvrir le passé de Dante est un bon moyen pour mieux connaître ce personnage emblématique. Certes, et c'est pour ceci qu'il est d'autant plus dommage de constater que l'histoire n'est pas à la hauteur de ce que nous étions en droit d'espérer. Il est ainsi agaçant de constater que Capcom aurait pu éviter bien des erreurs en recentrant son histoire sur Dante et Vergil, son frère, sans être obligé d'en appeler aux personnages d'Arkham et de Lady qui n'apportent rien à l'histoire. On se contentera alors de deux ou trois dialogues entre les deux frèrots qui n'ajoutent quasiment rien à la mythologie DMC, ou encore quelques très belles cinématiques bien mises en scène, même si l'abus de ralenti (post Matrix) leur nuit parfois. En somme le titre tourne davantage autour des ambitions peu avouables (et peu originales) d'Arkham qui ne recherche ni plus ni moins que la puissance absolue en faisant appel aux puissances démoniaques. Il est d'ailleurs étrange que la relation entre Lady et Arkham n'est pas été plus approfondie, ce qui dénote clairement d'un gros manque de finition scénaristique.

Devil May Cry 3
Les énigmes sont peu nombreuses et très simples à résoudre.
Dans tout ça, il serait idiot de juger un tel titre sur la qualité de son scénario, d'autant que DMC 3 entend plus profiter de son ambiance survoltée que de ses bribes de synopsis. Ceci se traduit à l'écran par une atmosphère beaucoup plus rock et dynamique. Certains aimeront alors que d'autres soupireront en se remémorant le premier titre de la série. Le choix de Capcom a été de nous donner une préquelle où Dante nous est présenté comme un véritable chien fou qui ne vit que pour l'action, que par l'action. Question look, notre démon troque donc son aspect aristocratique contre un design très Comic Book à l'aide de vêtements plus branchés, des poses très "Hong-Kong Movie" et une "Cool Attitude" oscillant entre l'ironie et la provocation. Ceci nous permet de retrouver un personnage irrévérencieux, dont la tchatche n'a d'égale que sa capacité à dégainer ses flingues à vive allure. Et dieu seul sait qu'il en aura besoin puisque le titre se dote de nombreux monstres tout prêts à nous mener la vie dure.

Devil May Cry 3
La partie d'échecs est une des meilleures trouvailles graphiques du jeu.
En parlant de monstres, il est intéressant de noter que les plus belles créatures de DMC 3 proviennent directement de DMC, comme La Mort par exemple. Les anges destructeurs sont également d'une grande beauté et côtoieront diverses créations humanoïdes ou insectoïdes qui naviguent entre le Bon et le Très Moyen. Les Boss, eux, s'en tirent très bien et chacun d'entre eux a un petit quelque chose qui attire le regard. Dommage tout de même que la transformation d'Arkham a la fin du jeu en fasse un des monstres les plus laids jamais vus dans un jeu. Les décors, eux, sont quasiment exempts de défauts. On regrettera malgré tout les nombreux allers-retours ou le fait que les étages d'une Tour constituent 80% des environnements du soft. OK, la plupart des pièces existent dans deux versions (normale et délabrée) mais on ne peut s'empêcher d'être un peu déçu par le manque de variété. Pourtant, ici aussi, DMC 3 joue un double jeu avec d'un côté une redondance architecturale et de l'autre des endroits originaux (l'intérieur du corps d'un monstre très Moby Dick dans l'âme) ou d'une sidérante beauté à l'image des décors visibles dans les missions 17 et 18 qui témoignent d'une réelle qualité artistique. Le bilan graphique est donc très positif même s'il est clair que Capcom a joué la carte de la sûreté en reprenant quasiment à la lettre ce que Mikami avait crée dans le premier épisode.

Devil May Cry 3
Si vous désirez booster tous vos styles, vous allez devoir combattre comme un beau diable.
Le système de jeu est également très intéressant même si on peut ici aussi émettre plusieurs réserves. Tout d'abord, sachez que vous retrouverez les orbes et étoiles de différentes couleurs qui vous permettront de ressusciter un certain nombre de fois, de remonter votre vie ou votre énergie maléfique, une fois que vous aurez obtenu la transformation en démon. A ce sujet, on regrette un peu que le fait de se transformer ne vous permette plus de tirer des rayons d'énergie ou de voler comme c'était le cas dans DMC 2. En somme votre état démoniaque gagne en beauté mais perd en qualité pratique puisqu'il ne vous servira pratiquement qu'à courir plus vite. Pour revenir aux orbes, vous pourrez aussi en obtenir de couleur rouge qui vous serviront à acheter des objets entre les niveaux ou en ayant accès à des statues divines que vous trouverez un peu partout dans les niveaux. La bonne nouvelle est que le prix des items est beaucoup moins important que dans DMC 2. La panoplie d'armes (que vous pouvez upgrader) est aussi plus importante que dans le deuxième opus. Alors qu'on retrouve toujours les doubles flingues Ebony & Evory, vous aurez droit à un fusil à pompe, une arme laser du nom d'Artemis, un nunchaku, une double épée, etc. On pointera quand même du doigt quelques choix douteux comme le coup de la guitare électrique ou le design bien risible de Dante quand il revêt des bottes, style Pattes d'ours, lorsqu'il désire se battre à mains nues. On se demande encore pourquoi Capcom n'a pas opté pour les simples gants comme c'était le cas dans DMC. De plus, vous aurez la possibilité de switcher à tout moment entre deux armes blanches et deux armes à feu, après les avoir choisies avant les missions ou une fois encore par le biais des statues décrites plus haut. On aurait aimé pouvoir opter à tout moment pour n'importe quelle arme ou style de combat mais a priori Capcom a préféré de pas trop chambouler les règles du jeu...

Devil May Cry 3
Knock, Knock, knockin' on Hell's Door...
En parlant de ça, les différents styles de combat permettent à DMC 3 de se différencier un peu des autres opus. Ainsi, à mesure que vous progresserez vous aurez accès à diverses techniques. On en dénombre 4 de base (Trickster, Swordmaster, Gunslinger, Royal Guard) + 2 à débloquer (Quicksilver et Doppelganger). Chaque technique vous permettra de disposer de différents coups ou mouvements inédits. Cependant il est un peu énervant de constater que si le mode Trickster vous permet de marcher sur les murs ou d'effectuer des acrobaties, ce dernier ne bénéficie pas de toutes les figures de DMC 2 comme la pirouette de côté ou le double flip arrière. Ensuite si Swordmaster vous donne la possibilité d'effectuer des attaques supplémentaires avec votre épée et que Gunslinger vous autorise entre autres à tirer manuellement dans plusieurs directions, il est regrettable de voir qu'au final ce système éclate les différentes actions que Dante peut réaliser. Il eut été préférable de choisir un système proche d'un RPG qui permette à Dante d'apprendre une technique puis de l'acquérir définitivement, sans passer par un style spécifique.

Devil May Cry 3
La technique Gunslinger vous permettra de tirer manuellement dans plusieurs directions.
Pour ce qui est des techniques restantes, le Royal Guard vous permettra de vous défendre, Quicksilver d'arrêter le temps alors que Doppelganger sera utile pour profiter d'un double lors de votre transformation démoniaque. La plupart des techniques disposent de trois niveaux de puissance (qui augmentera à mesure que vous les utilisez) et vous aurez droit à un mouvement supplémentaire à chaque palier. Maintenant, vous devrez combattre comme un beau diable si vous désirez obtenir tous les mouvements de chaque technique puisque le second niveau sera atteint après 30 000 points d'EXP, le suivant vous demandant pas moins de 99 999 points d'EXP. L'autre intérêt du jeu réside dans les combos que vous pourrez effectuer en switchant entre vos armes pour frapper rapidement un ennemi. Ceci dit, ce système de combos pourra en lasser plus d'un, d'autant que ceux-ci ne servent pas à grand-chose, si ce n'est à dynamiser les affrontements ou à obtenir un meilleur rang à l'issue d'une mission. A vous de voir ce qui vous intéresse le plus dans le genre. Tout ceci mis bout à bout contribue à une jouabilité entre deux eaux. C'est d'autant plus vrai qu'on note toujours de gros problèmes de caméra qui n'ont pas étés résolus depuis le premier DMC. Si ces soucis ne sont pas omniprésents, ils deviennent vite contraignants dans des pièces exiguës (où on ne voit plus les ennemis) ou lors des phases de plates-formes. On dispose bien d'une gestion manuelle de la caméra à certains endroits, mais vu qu'on ne peut pas le faire quand on en a réellement besoin, c'est très irritant. Enfin, on notera quelques possibilités peu ou pas exploitées comme les interactions avec des piliers (à deux ou trois endroits uniquement) dont Dante pourra se servir pour faire le ménage alentour. Le résultat final est donc assez dérangeant dans le sens où chaque bonne idée semble trouver écho dans un problème. DMC 3 est certes un bon jeu d'action mais à mon sens, vous l'apprécierez plus ou moins en fonction de ce que vous attendez d'un épisode de la série ou tout simplement si vous adhérez ou non à ses choix artistiques.

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    Les décors sont d'une grande beauté mais aussi d'une grande redondance puisque vous aurez à faire de nombreux allers-retours en passant par les pièces d'une immense tour qui représente 80% du jeu en termes d'environnements. Ceci dit, plusieurs endroits sont superbes et les boss sont très impressionnants. Dommage que le bestiaire oscille autant dans le Très bon et le Très mauvais et que le look de Lady et Arkham soit si fade. Par contre, la seule chose qu'on ne peut lui enlever est sa panoplie de mouvements étendue, même si certaines acrobaties de DMC 2 pointent aux abonnés absents.

  • Jouabilité 15 /20

    Le système de techniques est assez contraignant dans le sens où les actions de Dante sont maintenant éclatées. Dommage que Capcom n'ait pas pensé à un système qui propose de choisir une technique puis de l'acquérir définitivement une fois apprise, sans passer par un style. Bien que le jeu reste jouable et très fun, on lui reprochera aussi d'avoir plusieurs petits problèmes de caméra, malgré une gestion manuelle de l'objectif, qui n'ont pas été résolus depuis le premier épisode. En contrepartie, le système de lock a été revu et se veut bien plus efficace que dans DMC 2.

  • Durée de vie 14 /20

    Le titre n'est pas si facile que cela, la version européenne étant bien plus corsée que la version japonaise. Comptez sur 9 à 10 heures pour terminer les 20 missions du jeu la première fois. De plus, quelques missions cachées pourront rallonger la durée de vie. Enfin, en fonction des rangs que vous obtiendrez pour chaque mission, votre résultat final vous ouvrira la porte à plusieurs bonus, modes de difficulté et tenues supplémentaires.

  • Bande son 15 /20

    Le doublage anglais est assez réussi, à l'exception de Vergil qui a malheureusement pour lui de parler du nez. Et autant dire que le charisme du personnage en prend un coup. Les bruitages très Arcade sont bien rendus, les thèmes musicaux renvoient aux précédents épisodes et en bonus nous avons droit à un morceau bien rock qui vous accompagnera lors de vos échauffourées.

  • Scénario 9 /20

    Bien que DMC ne soit pas réputé pour son scénario et que DMC 2 n'en ait quasiment pas, on était en droit d'attendre beaucoup plus de celui de DMC 3. Au lieu de ça, le jeu hésite constamment entre l'histoire lénifiante de Lady et Arkham et celle des deux fils de Sparda qui aurait mérité beaucoup mieux que deux ou trois dialogues. Au final, la mythologie DMC n'est quasiment pas exploitée, ce qui est tout de même un comble pour un épisode censé nous expliquer le Pourquoi du Comment.

Devil May Cry 3 profite d'une ambiance proche de celle du premier Devil May Cry tout en prenant le meilleur de DMC 2. Néanmoins, on note toujours plusieurs problèmes de caméra et le système de techniques de combat est plutôt contraignant puisque désormais, les mouvements de Dante seront dispatchés entre chaque style. De plus le scénario est décevant et certains choix d'ambiance, proches d'un vidéo clip, peuvent être contestables. Cependant, le fun est toujours présent, les boss impressionnants et le plaisir de jeu au rendez-vous. Au final, DMC 3 reste un très bon divertissement, même s'il ne mettra pas tout le monde d'accord.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
24 mars 2005 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (164)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.3/20
Mis à jour le 24/03/2005
PlayStation 2 Beat'em All Plate-Forme Capcom
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019