Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Winnie L'Ourson : A La Recherche Des Souvenirs Oublies
GBA

Contributeur

Si comme moi vous faites partie de la génération élevée à grands coups du Winnie l'Ourson du début des années 80, vous vous rappelez sans doute avec délectation de la voix douce et chaleureuse de Jean Rochefort narrant les aventures de la peluche jaune. En effet, avant d'être un dessin-animé et accessoirement une machine marketing, l'histoire des habitants de la forêt des rêves bleus revêtait la forme d'un spectacle de marionnettes onirique et poétique. Et oui, à l'époque les moyens financiers mis au service du divertissement destiné aux enfants n'étaient pas aussi imposants que maintenant. Mais une question demeure, que sont devenus ces personnages de tissu désormais surannés ? Sont-ils conservés dans un musée dédié à la grandeur de Winnie, ou bien abandonnés lâchement, orientés vers un futur de serpillière ? Le plus triste serait qu'ils aient été recyclés en short à fleurs, disposés sur l'étal d'un marchand de plage. Quoique...

Eclairé d'un sourire dérangeant et affichant un ventre rond et spacieux, le plus célèbre des oursons a décidé de ne plus se laisser dépasser par les méandres de la société de consommation et pénètre donc avec force dans le domaine vidéoludique. Issu d'un univers enfantin et féerique, véritable ode à l'innocence et à la douceur, notre ami Winnie s'avère comme toujours tiraillé par la faim. Cherchant désespérément un pot de miel à se mettre dans le gosier, celui-ci réfléchit de plus à la manière la plus simple de faire taire cette envie irrépressible de manger. Astucieux et surtout rêveur, il se résout à se rappeler des anniversaires de ses compagnons. Une idée saugrenue et même bizarre, mais qui a au moins le mérite de détourner l'ours de ses besoins vitaux. Transporté de fait dans les songes de ce dernier, vous allez devoir ouvrir les chapitres des fêtes de chacun de vos amis, symbolisés évidemment par des ouvrages à parcourir. En fait, dès le début de votre aventure, vous allez tomber sur un petite étendue forestière scindée en cinq chemins, conduisant chacun à un livre renfermant l'histoire de l'un des faire-valoir de Winnie. Se débloquant au fur et à mesure de votre avancée, ces derniers vous conduiront dans des situations à chaque fois différentes impliquant que vous participiez au bon déroulement des festivités. Cela se traduit par une mise en forme axée sur le principe de l'aventure/recherche, mâtiné de la résolution de petites énigmes simplistes. En effet, ce titre est clairement destiné à une cible située dans la tranche des 3-10 ans, et encore une fois cela n'excuse pas les carences présentes dans la continuité du jeu.

Haaa un Porcinet géant !!! Il ressemble encore plus à une andouillette

Effectivement, on se retrouve une nouvelle fois devant un soft misant l'ensemble de son fond sur une licence porteuse, excluant de ce fait l'apport de qualités réelles pour aboutir à une vente importante. Pourtant, tout commençait fort bien. Bénéficiant d'une vue un tantinet surélevée à la Zelda : A Link To The Past, et d'un aspect exploration mis éminemment en avant, Winnie L'Ourson s'apparente à première vue à un ersatz du titre précité, l'aspect RPG en moins. Parcourant des zones rattachées entre elles par un effet de glissement de l'image et formant un monde à part entière, le petit ours doit effectuer diverses tâches nécessitant auparavant une discussion avec l'un de ses compères. Un système donnant à expérimenter une interactivité intéressante, et apportant un côté aventure prolongeant l'immersion. Pour une fois, nous ne serons pas obligés de nous limiter à de la plate-forme sans inspiration ou à des mini-jeux insipides. On se trouve là devant une véritable "quête", qui sans proposer de trame recherchée, loin de là, permet tout de même de déambuler de manière agréable et ludique dans un monde chamarré. Malheureusement tout cela prend fin face au gameplay proposé, en adéquation avec le schéma de progression. Tout d'abord, et ce n'est pas la moindre des choses, Winnie se révèle terriblement lent et pataud. Je suis d'accord que les différentes séries le décrivent sous cet aspect et qu'il ne pourrait pas vraiment se déplacer en courant, mais il est très énervant de parcourir des tableaux de long en large lorsque l'on a l'impression de diriger un Robocop version Picsou Magazine. Un écueil qui aurait pu aisément passer inaperçu et appuyer l'ambiance fidèle du titre, si seulement ce dernier ne donnait pas la part belle aux allers-retours incessants et ennuyeux.

Silent Hill vient de trouver son successeur

Effectivement, il vous arrivera trop souvent de vous diriger vers une personne qui vous renverra chercher un objet à l'autre bout du niveau, afin de l'amener à un tiers qui vous demandera un service, conduisant à l'obtention d'un item, qu'il faudra rapporter à l'un de vos amis, etc... Martelé par la nonchalance de l'ourson, par l'impression tenace de faire toujours les mêmes choses inutiles et parfois même incohérentes, et par la répétition sempiternelle d'environnements semblables, vous ressentirez rapidement une exaspération profonde. D'autre part, certaines "énigmes" font preuve d'une certaine maladresse, obligeant quelquefois à une précision intransigeante sans pour autant donner d'indice. Une lacune qui tient donc plus de la jouabilité que du gameplay, mais qui s'inscrit bien dans ce sentiment d'inconsistance pâteuse. Je ne dis pas cela méchamment, mais l'ensemble est tellement laborieux que l'on a vraiment tendance à abandonner juste à cause de la visualisation de l'endroit où l'on doit se rendre. De même l'absence totale de liberté d'action vis-à-vis de l'environnement provoque une certaine frustration et l'impression d'évoluer dans un espace clos. On pourrait se dire que cette sensation provient du fait que l'on soit à l'intérieur d'un souvenir, mais je ne crois sincèrement pas que cela aille aussi loin. En outre, la constitution des stages ne varie pas d'un iota entre les différentes trames et la manière de procéder reste désespérément analogue. L'amusement disparaît de ce fait aussi rapidement qu'une vague de fumée sous la pluie, laissant simplement quelques traces ça et là lors d'épreuves changeant un tantinet de la routine principale.

Pour changer votre expérience de jeu, faites-vous plaisir, et écoutez l'ost de Vagrant Story durant l'action

Et ce n'est pas non plus la réalisation graphique qui va permettre de modifier ce constat. Plutôt correcte, cette dernière souffre cependant de l'espèce de rendu "pseudo 3D" conféré aux divers intervenants, leur octroyant un aspect pixélisé et bouffi assez dérangeant. Pourquoi ne pas avoir conservé une jolie 2D classique ? Quand on voit la richesse de Sword Of Mana, exhalant un onirisme touchant, il est évident que cette représentation joue énormément sur cette fibre, apportant une rondeur et un aspect animé plus que plaisants. Néanmoins, on reconnaît aisément les divers héros estampillés Disney et leurs attitudes les plus célèbres se voient conservées dans un souci de cohérence. Les décors quant à eux ne souffrent pas vraiment du parti-pris graphique et conservent une atmosphère digne d'un livre de contes, parsemés de champignons multicolores et de paysages apaisants. Pourtant au final, on ne retiendra que les atroces lourdeurs du gameplay, handicapant grandement les points positifs du titre. Certes destiné aux enfants, ce Winnie L'Ourson ne doit tout de même pas s'autoriser un tel manque de fond et même dans une moindre mesure de forme. Encore une licence mal exploitée, malgré la richesse de son univers et les divers aspects qu'aurait pu prendre une production plus axée sur le rêve en lui-même. Comme dirait Tigrou désabusé : "Les tigres ne sont pas toujours les meilleurs dans des situations inextricables".

Les notes
  • Graphique 11 /20

    Adoptant un rendu assez étrange, et un respect des proportions énigmatique (Porcinet est plus grand que Winnie), le titre d'Ubisoft tranche quelque peu avec l'aspect féerique recherché lorsque l'on parle de Winnie l'Ourson. Les divers intervenants se voient affublés d'une pseudo profondeur malvenue, à l'inverse des décors dont la finesse et le niveau de détails demeurent assez probants. Néanmoins, l'aspect répétitif de l'ensemble, doublé d'une carence en animation flagrante, ne permettent pas au titre de se hisser trop au-dessus du marasme.

  • Jouabilté 8 /20

    Les personnages se manient assez aisément et possèdent un panel d'actions relativement simples à utiliser. Néanmoins, on déchante assez rapidement à la vue du gameplay et du schéma de jeu. En effet, composé uniquement d'allers-retours incessants, handicapé par une lourdeur conséquente, et ne parvenant pas à se développer, le titre stagne dans un ennui imposant dont vous aurez grand peine à le tirer. Et que dire de la lenteur énervante de Winnie...

  • Duree 5 /20

    Le jeu se termine extrêmement rapidement. Vous passerez environ trois ou quatre heures maximum dans le monde de Winnie avant d'en admirer la conclusion. De plus aucun mode de jeu supplémentaire ne vient à la rescousse de cette durée de vie plus que minime. On se retrouve donc devant un soft très court et limité, ce qui, selon les éditeurs, semble être la condition sine qua non d'une vente ciblée sur les enfants.

  • Son 8 /20

    Les diverses compositions tirées des films d'animation et des séries animées mettant en scène le célèbre ourson reprennent du service sur GBA avec une fidélité agréable bien que d'une qualité moindre évidemment. En revanche, les bruitages, quasi inexistants peinent à plonger le joueur dans l'aventure, et on a l'impression tenace que le monde devant nous se trouve figé à jamais.

  • Scénario /

    Winnie a faim.

Possédant une licence juteuse, Winnie L'Ourson se noie dans cette dernière, ne parvenant pas à faire émerger les qualités nécessaires à un jeu digne d'intérêt. Répétitif, laborieux, et surtout ennuyeux au bout d'une petite heure, le titre édité par Ubisoft ne rend pas du tout hommage à l'aspect féerique propre à Winnie, fondement même de son succès. Un faux pas imposant donc, qui fait chuter le petit ours dans les abîmes. Il fallait se calmer sur le miel aussi.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
16 mars 2005 à 18:00:00
8/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/ 20
Mis à jour le 16/03/2005 Voir l'historique
Gameboy Advance Aventure Phoenix Interactive Ubisoft Animation + Cinéma
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (3)
  • News (2)
  • Vidéos (2)
  • Images (68)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Winnie L'Ourson : A La Recherche Des Souvenirs Oublies sur GBA
    -
    GBA
Boutique
  • Winnie l'Ourson : A la Recherche des Souvenirs Oubliés GBA
    49.57 € Neuf
    12.00 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.