Menu
Spider-Man 2
  • Tout support
  • PC
  • DS
  • GB
  • GBA
  • NGC
  • NGAGE
  • PS1
  • PS2
  • PSP
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Spider-Man 2
DS
Spider-Man 2
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 mars 2005 à 18:00:00
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (35)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.5/20
Tous les prix
Prix Support
16.49€ PC
34.99€ PC
49.99€ DS
49.99€ DS
59.90€ NGC
69.90€ GBA
Voir toutes les offres
Partager sur :

Qu' y a-t-il de plus inquiétant qu'une araignée ? Bon c'est vrai, vous me direz un lion, un grizzli, voire un gibbon armé d'une faucille, mais une nuance existe. En effet, ces derniers animaux ont beau être mortellement dangereux, ils ne possèdent pas l'aspect insidieux et veule de l'arachnide. Rappelez-vous, ces petits bruits de pattes s'étendant en des cliquetis le long de vos poutres, cette rapidité défiant toute logique humaine, cette résistance hors normes aux chocs. Un sentiment de panique vous envahit devant une telle émanation de puissance implacable. C'est dans des moments comme celui-ci où l'on se demande vraiment si l'on n'est pas dans un RPG face à un boss. Et le temps de se rappeler si on possède une compétence "coup de balai" la bête s'est enfuie. Mais où bon sang, mais où !!!

Spider-Man 2

Et bien tout simplement sur le bras de Peter Parker, jeune homme insouciant et bien rasé qui va devenir par le biais d'une innocente morsure un héros au costume moulant. Remis au goût du jour, ou plus précisément à la portée du très grand public par le biais de deux longs métrages récents, notre ami l'homme-araignée transcende le monde vidéoludique pour se retrouver aujourd'hui sur la dernière portable de Nintendo. Effectivement après être passé par les consoles de salons 128 bits de façon relativement honnête et avoir cassé sa toile sur PC et GBA, le vaillant Pete expérimente désormais les joies de l'innovation et de l'écran tactile. Après avoir inséré fébrilement la cartouche/carte dans votre DS rutilante, vous ne pourrez que piaffer d'impatience à l'idée de découvrir la ville de New-York en 3D sur l'écran d'une "simple" portable. Ainsi et après avoir admiré une scène animée de grande qualité, il faut se rendre immédiatement à l'évidence, la modélisation de la cité est à oublier définitivement. Alors qu'il aurait été fantastique d'évoluer librement dans l'immensité oppressante des rues entourées de buildings, on se retrouve devant un choix de progression horizontale, à la manière d'un titre 2D. A quoi sert la représentation en trois dimensions des personnages et des lieux si ce n'est pas dans le but de faire profiter d'une caméra libre et surtout axée vers la profondeur de champ. Surtout quand on se rend compte qu'une 2D de qualité aurait aisément pu supplanter une 3D parfois défaillante et apportant bien moins de détails. Pour autant, le soft de Vicarious Vision ne fait pas honte aux possibilités du ou de la DS (grand débat), et propose des environnements assez étendus, disposant d'une finition de qualité et d'un choix de textures probant. De même les divers personnages, s'ils ne sont vraiment pas fins graphiquement parlant, font preuve d'une animation véritablement convaincante au sein d'une fluidité d'action sans heurts. En effet, vous ne subirez aucun ralentissement dans vos pérégrinations dynamiques d'immeuble en immeuble. Si du moins vous parvenez à survoler l'âpreté du level-design.

Spider-Man 2
Les combats contre les boss se dotent d'une tension toute particulière. Surtout face à un poulpe mutant
Labyrinthiques et tout en hauteur, les différents niveaux que vous rencontrerez s'avèrent victime d'un écueil terriblement déstabilisant, à savoir un schéma de progression illogique et frustrant. Alors qu'il aurait été simple de mettre en place un système d'escalade de façades s'appliquant à l'ensemble des bâtiments rencontrés, aboutissant à une liberté de mouvement totale et de fait agréable, vous vous heurterez à des obstacles inconséquents nuisant tout simplement à votre plaisir de jeu. Certes il est nécessaire d'implémenter un challenge, via certains pièges et dangers latents, mais pas dans une forme obligeant à une cassure nette dans l'avancée. Effectivement, il vous arrivera souvent de rencontrer des panneaux électrifiés sur les buildings vous empêchant de poursuivre votre ascension. Alors que vous auriez pu les contourner adroitement, vous voilà obligé de changer de structures, de grimper durant quelques secondes, et de revenir sur l'ancien mur un peu plus haut. Et quand on voit la vitesse à laquelle grimpe Spidey, on se dit en secret que l'on voudrait bien un principe de jeu avec davantage de vitalité et de souplesse. En effet, si notre héros a la capacité de projeter une toile afin de s'en servir comme d'un grappin, ce qui est une bonne idée et se révèle très pratique pour aller rapidement d'un côté à l'autre latéralement, la donnée demeure problématique face à une volonté de s'élever verticalement. D'une part parce que l'on ne peut jamais savoir où l'on se dirige, ce qui est assez gênant, et d'autre part parce que ce satané filin se révèle dramatiquement court. N'espérez donc pas vous hisser en souplesse le long d'une muraille. Dans le même ordre d'idées, le mouvement relatif au passage délicat de l'envers d'un rebord, à l'endroit s'avère laborieux et honteusement lent. Un aspect qui se révèle très problématique lorsque vous savez qu'un homme avec un fusil vous attend juste au-dessus, et qu'il va tenter de vous tuer dès qu'il apercevra un millimètre carré de votre crâne. Mais fort heureusement, vous pouvez à ce moment précis avoir recours au sens de l'araignée.

Spider-Man 2
Si Spidey est connu au cinéma, les ennemis n'en ont visiblement rien à faire...
Cette particularité de Peter lui donne l'occasion de ressentir un danger avant que celui-ci ne se produise et de parvenir de ce fait à l'annuler. Fondée sur ce principe, son image présente dans le jeu permet au joueur d'anticiper un tant soit peu sur une attaque ennemie et ainsi activer le mode ralenti en appuyant sur la touche L. Ce dernier provoque un changement de couleur de l'écran de jeu, virant au rouge vif, et un ralentissement notable des coups de votre opposant. A vous alors de profiter de ce moment de répit pour neutraliser la menace et éviter une confrontation trop directe qui pourrait signifier une mort peu glorieuse, qui pourtant survient régulièrement du fait de la difficulté. Un principe sympathique donc, qui toutefois subit un revirement conséquent lié au fait que ce sentiment spécial se déclenche de façon assez étrange, et jamais vraiment au même moment. On ne sait donc plus vraiment comment aborder les diverses situations de combat. Dommage. Dans un registre similaire, l'utilisation de l'écran tactile semble vraiment avoir été implémentée uniquement dans un souci de correspondre à la console. N'apportant rien d'important et parvenant même à handicaper le jeu en lui-même le concept mis en place peut même réussir à vous faire devenir fou. Effectivement, l'écran tactile contient la globalité des actions spéciales que Peter peut réaliser via la touche R et en sacrifiant un fragment d'énergie d'une jauge bleue symbolisant le pouvoir d'attaque. Un constat pas forcément inquiétant, mais qui le devient nettement plus lorsque l'on s'aperçoit qu'il faut toucher l'un des symboles pour le sélectionner. Imaginez-vous donc en combat, en train d'effectuer un combo de trois coups (le grand maximum du titre) tout en appuyant avec le stylet sur la capacité "tracto-toile" tout en dirigeant Spiderman à l'aide de la croix. Mission naturelle pour un poulpe, beaucoup moins pour un être humain. Mis à part cela, la prise en main se révèle intuitive et s'intègre sans accrocs, mais face à une telle carence de gameplay est-ce vraiment important ?

Spider-Man 2
Ces petits mini-jeux sont les seuls à vraiment profiter des avantages de l'écran tactile
Surtout que le bouquet final reste tout de même l'architecture des missions. Basées essentiellement sur la recherche d'otages et de civils à secourir, ou d'ennemis à abattre en un temps limité, ces dernières ne varient pratiquement pas tout au long de l'aventure, et l'on a sincèrement l'impression de parcourir éternellement le premier niveau. Un sentiment de lassitude arrive donc très rapidement, sublimé par une difficulté de tous les instants, initiée par des adversaires aussi rapides que le son et aussi puissants que cinq locomotives lancées à vive allure. Il m'est arrivé plusieurs fois de ne pas comprendre d'où venait un ennemi, ni comment il était parvenu aussi vite devant ma personne. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont malins, loin de là. Certains n'hésiteront d'ailleurs pas à se jeter d'un toit essayer de vous capturer. Chapeau les hommes de main. En sus de cela, le manque de carte se fait cruellement ressentir. Rechercher une vingtaine de comiques troupiers sans aucun indice, dans des décors gigantesques et parfois confus s'avère être une véritable gageure, qui en devient énervante en un temps record. Passer 15 minutes à dénicher un seul homme, ou alors mourir juste avant de le ramener en sachant que l'on va devoir tout reprendre depuis le début peut conduire à une folie passagère se concluant par un stylet planté dans l'écran tactile. Au final donc, ce Spiderman 2 déçoit réellement. Cruellement lacunaire dans son gameplay, il se rattrape un tantinet dans son accessibilité et ses ballades en toiles grisantes associées à une réalisation convenable mais cela ne suffit pas à en faire un bon titre.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    La qualité graphique de ce Spider-Man 2, si elle n'est pas des plus probantes, montre quand même les possibilités évidentes de la DS. En effet, et bien que se déroulant sur un plan horizontal, le titre de Vicarious Vision affiche tout de même un rendu 3D des décors et des personnages, donnant une certaine ampleur à l'action. Malgré tout, on regrette l'utilisation d'une approche graphique telle que celle-ci, se révélant assez inutile et bien moins fouillée qu'une représentation utilisant deux dimensions. Toutefois l'animation se montre sous des auspices bien plus cléments.

  • Jouabilité 9 /20

    Spider-Man 2 propose une prise en main agréable et intuitive et demeure véritablement jouable dans les phases de pure plate-forme, exposant même des moments de plaisir certain lors des balancements au bout d'une toile. Pourtant, le gameplay vient gâcher la fête, et montre trop d'approximations pour espérer convaincre. Entre une utilisation de l'écran tactile mal pensée, et la difficulté relative à gérer la distance lors des combats, le titre d'Activision emporte le joueur dans un flot d'imprécisions. Dommage.

  • Durée de vie 12 /20

    Etant donné l'aspect labyrinthique des niveaux, et le fait qu'il faille parfois plus de vingt minutes pour trouver un seul homme caché dans 400 m², on ne peut nier que la durée de vie soit conséquente. Néanmoins, il sera impératif de résister à une absence de renouvellement imposante et de fait à une lassitude rapide. D'autre part le manque de modes supplémentaires déçoit quelque peu.

  • Bande son 11 /20

    Les différentes compositions se révèlent d'assez bonne qualité, mais tournent rapidement en boucle. Les voix quant à elles, bien rendues mais trop peu variées, donnent l'impression que l'on a toujours à faire aux mêmes personnes à longueur de temps. Quant aux effets sonores, il se révèlent vraiment très discrets voire inexistants.

  • Scénario /

    Suivant la trame du film, l'histoire de ce titre donne parfois la part belle à des incohérences sympathiques, comme la réaction de Parker face à la disparition d'un hors-la-loi dangereux. Notre héros déduit de cet évènement que le mieux est de laisser filer l'individu louche. En effet, Peter doit rentrer chez lui pour s'habiller. Quel sens de la justice !

Grosse déception que ce Spider-Man 2, loin des adaptations sur consoles de salons assez convaincantes. Chutant lourdement sur le chemin du gameplay et tout simplement du schéma ludique en général, le titre d'Activision ne parvient pas du tout à se détacher des productions classiques du genre. Laborieux, parfois mal pensé et répétitif, ce dernier possédait néanmoins une jouabilité et un "feeling" qui lui auraient peut-être permis d'accéder à des sphères un peu plus hautes. En l'état, ce n'est pas du tout le cas.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 mars 2005 à 18:00:00
9/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (35)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.5/20
Mis à jour le 14/03/2005
Nintendo DS Action Plate-Forme Vicarious Visions Activision Comics
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live