FIFA Street
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PS3 360 NGC PS2 Xbox
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / FIFA Street / FIFA Street sur NGC /

Test FIFA Street sur NGC du 10/03/2005

Test : FIFA Street
NGC
FIFA Street
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 mars 2005 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (31)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Prix Support
17.96€ 360
19.70€ 360
22.82€ PS3
22.82€ PS3
29.70€ NGC
39.90€ PS2
Voir toutes les offres
  • Partager sur :

Outre le fait de posséder une jaquette exposant un travail graphique nerveux et véritablement intéressant, mis en défaut par l'air d'ahuri en retour d'hibernation de Ronaldinho, FIFA Street s'intègre dans une niche vidéoludique encore pratiquement vierge. Se réclamant d'une pratique spectaculaire et fun du football, ce dernier met évidemment en relief le côté alternatif de ce sport, en utilisant la rue comme terrain de jeu privilégié. Reprenant de ce fait le concept existant dans la série des NBA Street ou encore NFL Street, le dernier titre d'EA Sports Big, en se donnant des airs de jeune déluré, celui-ci n'oublie pas de conserver la juteuse licence FIFA. Une plongée au coeur de l'"underground" par le biais du monopole. Curieux...

FIFA Street

En effet, seulement peuplée par le très moyen Urban Freestyle Soccer, la place de titre sportif décalé dans le monde du football reste souvent vacante. Un constat faisant éminemment bien les affaires du dernier né de la gamme Big d'EA Sports, qui dispose de fait d'une quasi-absence de concurrence sérieuse et peut démontrer ses divers talents sans craindre de rabrouement massif. Et effectivement, face à son challenger de poids très léger, il apparaît comme une sorte de révolution. Néanmoins, les révoltes ne se font pas sans un fond et sans acteurs. Vous retrouverez de ce fait les plus grands joueurs mondiaux modélisés pour l'occasion, allant de Del Piero à Owen en passant par Ballack ou encore Roberto Carlos. Aisément reconnaissables au sein du jeu, ils font montre de plus d'une domination importante pour les plus réputés. En fait, chaque sportif que vous décidez d'implémenter dans votre équipe se voit estimé par un chiffre, écrit en gros caractères à côté de son nom. Généralement aux alentours de 15 à 20 pour les individus de compétence moindre, ce dernier reste agréablement à hauteur des 55 et plus en ce qui concerne les VIP en crampons. Il va donc sans dire que se mesurer à eux n'est pas une idée vraiment lumineuse lors de vos débuts dans l'univers du spectacle agrémenté de ballons. D'autre part, il est nécessaire de prendre en compte le fait que l'ensemble des intervenants possède des spécificités "physiques" lors de la création de votre équipe et lors de la préparation à un affrontement. Réparties en cinq catégories, ces dernières augmentent donc des points précis comme la vitesse, la propension à tacler, la précision, la puissance, ou bien la technique. A vous du coup de faire coïncider intelligemment les talents de votre formation face à ceux de vos opposants. On observe donc un petit côté stratégique, allant de paire avec la décision prise d'impliquer plus de défenseurs, de milieux, ou d'attaquants, sachant que votre valeureuse troupe ne compte que cinq participants, gardien compris.

FIFA Street
A cette distance c'est une véritable gageure de marquer. A part si l'on descend le gardien bien entendu...
Une fois ces quelques principes assimilés, il ne vous reste plus qu'à vous jeter au sein des différentes arènes que comporte le jeu, vous conduisant aux quatre coins du Monde, dans des villes au prestige footballistique écrasant. Une activité de globe-trotter enivrante, mais qui prend tout son sens dans le mode carrière, seul véritable intérêt dans les quelques choix offerts. Effectivement, entre le classique match amical et l'habituelle partie rapide, on se trouve bien esseulé. Pour débuter, vous devrez alors vous définir un avatar que vous pourrez intégrer ou non dans l'équipe. Aux commandes d'un éditeur relativement complet et puissant, vous aurez la possibilité de modeler le visage, la corpulence, la hauteur des sourcils ou encore la tenue de votre création de pixels. Une fois en accord avec votre volonté et vos goûts artistiques, il ne vous reste plus qu'à recruter quelques compagnons en essayant de créer une sorte d'homogénéité en fonction de leurs compétences (comme expliqué en amont). Puis vous ferez la connaissance avec le "cash talent", qui porte bien son nom malgré un côté obscur. En fait, cette espèce de monnaie peut en réalité se décrire comme des points gagnés, autorisant l'ouverture de certains championnats ou la customisation de votre leader charismatique. Comme vous avez débuté à zéro, incapable de poser un pied devant la balle, il va par conséquent falloir augmenter de façon sensée vos statistiques afin d'engranger des points d'évaluation et surtout de vous améliorer dans divers domaines. Un passage obligé, qui ne pourra que vous ouvrir les portes du succès. Une ouverture salutaire de plus, car le seul moyen de rapatrier suffisamment de "cash talent" est de remporter des victoires autour du monde, dans des endroits qui ne s'ouvriront qu'au fur et à mesure de votre progression.

FIFA Street
Un personnage charismatique inconnu au bataillon. C'est mon oeuvre. He's alive !!
D'autre part, et pour terminer cette énumération, vos succès débloqueront également de nouveaux éléments vestimentaires, ainsi que des points de respect, indispensables pour obtenir un droit de participation à certaines épreuves. Un système qui pousse donc sincèrement à l'avancée et à la persévérance, mais qui ne fait pas vraiment preuve d'originalité. De nombreuses productions proposent désormais ce genre d'approche, et il faudrait penser, non pas à ne pas la reprendre car c'est une idée digne d'intérêt, mais du moins à la faire évoluer. Surtout que cette limitation de profondeur à un seul mode handicape sérieusement ceux restants, qui font figure de possibilités inutiles. On contemple donc un jeu déséquilibré, qui ne tient que sur une jambe, certes extrêmement solide, mais seule. Heureusement, que le gameplay se hisse dans des hauteurs de plaisir ludique pour compenser un tant soit peu cette faiblesse. Ressemblant dans les grandes lignes à celle de NBA Street V3, la jouabilité de FIFA Street met l'accent sur une accessibilité immédiate et une plongée sans accrocs dans l'ambiance du soft. En résumé, tout se joue pratiquement avec les sticks. Contrôlant votre joueur d'un geste souple avec l'un des joysticks, il vous suffira alors d'orienter le second dans une direction particulière pour provoquer l'arrivée d'un mouvement acrobatique, d'une feinte, ou d'un geste technique. Une simplicité hors norme donc, qui ne fait agir qu'à de rares moments le bouton latéral gauche, dans le but de recourir à un panel encore plus important de "tricks". On pénètre alors intensément dans les différents matches, avançant à son rythme, mais parvenant déjà à enchaîner des combinaisons spectaculaires, appréciées également de vos adversaires, qu'ils soient humains ou plein de silicium. Une sorte d'excitation s'emparera de vous, aboutissant à un sourire trahissant votre plaisir et surtout le "fun" ressenti dans sa description littérale. Une espèce de folie ludique donnant sans cesse l'envie de se replonger dans un défi en enchaînant les passements de jambes afin de déclencher une jauge spéciale, se gorgeant de l'ensemble de vos pirouettes. Une fois celle-ci pleine, vous pourrez alors déclencher un tir à la puissance titanesque, renversant tout ce qui se trouve entre vous et le but. Jouissif. D'autant que le tout s'avère d'une fluidité désarmante, baignée dans une réalisation graphique stupéfiante.

FIFA Street
Tout le monde à terre !
Soin propre à EA Sports Big, le rendu du titre se révèle réellement fascinant. En effet, et bien qu'il n'arrive pas au niveau de Def Jam Fight for NY, ou de NBA Street V3, il démontre un travail si méritoire que l'on ne peut décemment y rester insensible. Les différentes stars du ballon rond se distinguent avec facilité, et leur modélisation s'avère tout bonnement digne des meilleurs exemples de FIFA 2005. Crédibles et disposant de mimiques convaincantes, ces dernières s'avèrent également dépositaires d'une animation admirable, donnant lieu à des mouvements fluides et extrêmement réalistes. Le plus probant se révèle d'ailleurs être bêtement les actions durant lesquelles un joueur trébuche. La perte d'équilibre se montre alors surprenante d'efficacité et de réalisme. Les environnements quant à eux, variés et détaillés, exposent des textures, certes parfois un tantinet grossières, mais dans l'ensemble fort bien adaptées et dignes d'éloges. Suit logiquement la gestion de la luminosité probante, accompagnée d'un affichage des dégradés à la finesse notable. Pourtant, on ne peut s'empêcher de regretter le public quelque peu fixe, loin des foules de Def Jam. Il est d'ailleurs étonnant de ne pas avoir pensé à inclure des spectateurs dynamiques, de façon justement à rendre l'action encore plus immersive. Mais EA a préféré inclure Kool Shen comme commentateur éclairé. Un choix assez intéressant par ailleurs, mis à part un relatif déséquilibre de ton. Certaines séances d'enregistrements ont dû mal se passer visiblement. Au final donc, FIFA Street s'avère très agréable à expérimenter et dépositaire d'une ambiance accrocheuse, relayée par des choix musicaux d'une grande qualité. Nerveux, jouissif et assez complet, il s'impose comme le meilleur soft de football de rue. En même temps, la concurrence n'est pas vraiment rude. Loin de la fureur d'un NBA Street V3, mais à conseiller fortement tout de même.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Encore une fois, EA Big offre au joueur une réalisation graphique impressionnante, lui permettant d'une part de se plonger rapidement dans le titre, et d'autre part de ne pas se sentir floué. En effet, les divers joueurs issus des plus grandes équipes internationales s'avèrent modélisés avec soin, même si le grain de peau est encore hésitant, et les environnements font preuve d'une attention toute particulière. Néanmoins, il est regrettable de ne pas avoir proposé des arrières-plans plus vivants.

  • Jouabilité 16 /20

    Possédant un gameplay dynamique et détonnant, FIFA Street reprend dans les grandes lignes celui de NBA Street V3, ce qui est un gage de qualité évident. Poussant le joueur à privilégier des assauts spectaculaires, et des phases de jeu rapides et immédiates, le titre met en place une excitation intense dès les premiers échanges et poursuit sur cette voie indéfiniment. Intuitive et accessible, la jouabilité se dévoile au joueur par le biais d'un "fun" constant. Reste l'anémie coupable des gardiens de but qui parvient tout de même à exaspérer au bout de quelques temps.

  • Durée de vie 14 /20

    Le mode "La Loi de la Rue" contient un grand nombre de destinations et de défis à relever, qui vous obligeront à passer un long moment à cavaler à travers le monde. De plus, l'aspect terriblement accrocheur du soft amène à susciter l'envie régulière de retenter une petite partie, voire de s'organiser des petits tournois entre amis. Néanmoins il est étrange de ne pas bénéficier d'un mode online, et surtout de modes spécifiques au multijoueur. Une lacune qui disparaîtra peut-être dans une possible suite.

  • Bande son 16 /20

    La bande-sonore se révèle véritablement de qualité, mélangeant pour une fois les genres et proposant aussi bien du Rap, que de la World Music, en passant par des rythmes Jungle. Cette mixité certaine ressort vraiment bien durant les matches. D'autre part, les commentaires de ce bon vieux Kool Shen sorti pour un instant de la nébuleuse IV My People, se révèlent assez déséquilibrés sans pour autant s'avérer inintéressants. Ils participent bien à la cadence du jeu.

  • Scénario /

    -

Pour un entrée dans le genre, EA Sports Big réalise une belle cascade. En effet, FIFA Street se révèle dynamique, prenant, et véhiculant vraiment une bonne dose de "fun". Souffrant d'un certain manque d'innovations et de petits détails trahissant parfois un manque de finition, ce titre possède néanmoins un potentiel ludique assez imposant, qu'il serait dommage d'ignorer. En ces beaux jours qui reviennent, voici un choix chaleureux qui s'impose. En tout, cas, je retourne ridiculiser Roberto Carlos.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 mars 2005 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (31)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Prix Support
17.96€ 360
19.70€ 360
22.82€ PS3
22.82€ PS3
29.70€ NGC
39.90€ PS2
Voir toutes les offres
Mis à jour le 10/03/2005
Gamecube Sport Electronic Arts EA Sports BIG
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : L'Ombre de la Guerre : Une épopée foisonnante, connectée et évolutive
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : ECHO : un OVNI par des développeurs d'Hitman
    PC - PS4
  • Aperçu : Guild Wars 2 : Path of Fire, des montures pour la seconde extension !
    PC - MAC
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Destiny 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live