Menu
Rayman DS
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Rayman DS
DS
Rayman DS
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
08 mars 2005 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (98)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.9/20
Tous les prix
Prix Support
57.92€ DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

Je n'ai pas de bras ni de jambes. Dans ma vie de tous les jours, malgré le fait que je vive dans un monde féerique, je suis victime des quolibets des autres habitants. Je voyage au gré des "pas de bras, pas de chocolat", des "on fait un bras de fer" ou encore des plus insidieux "je suis désolé, je ne savais pas que vous aviez perdu vos membres à la guerre. Mais je trouve ça moche... enfin vous me comprenez". De fait, je prends sur moi, tous les jours, à chaque minute et je sombre souvent dans des questionnements sur le thème du "pourquoi moi ?". Fort heureusement, depuis quelque temps, et malgré l'absence de réponse sur mes carences physiques, je traverse le vaste monde dans des aventures m'octroyant le rôle de héros national. Comme quoi ça marche bien la désinformation.

Rayman DS

Supportant avec quelques autres softs éminents la sortie de la nouvelle console portable de Nintendo, Rayman DS apparaît dès à présent comme le principal concurrent de Mario DS, au sein d'un combat qui se place pour une fois immédiatement à la naissance d'un nouveau marché. Tout deux se définissant comme les deux premiers titres axés plate-forme à tirer partie des capacités 3D d'une portable nouvelle génération, l'affrontement risque d'être rude, et se gagnera non sur la technique, mais sur le fond. Une petite présentation donc pour introduire l'arrivée d'une série ayant fait les beaux jours de la PSone, pour ensuite se voir adaptée et poursuivie sur les machines suivantes avec plus ou moins de brio. Abandonnant la 2D pour une représentation en 3D, cette saga estampillée Ubisoft changea alors de gameplay, se dirigeant vers une voie davantage focalisée sur un aspect recherche, sans toutefois s'éloigner véritablement des enseignements de la plate-forme pure et dure. Et c'est donc un représentant de ce revirement là que la DS accueille, et plus précisément une adaptation de l'opus numéro 2, sorti au début des années 2000. C'est donc avec joie que vous allumerez lestement votre portable, afin de goûter à l'un des meilleurs épisodes de la série. Mais ne souffre-t-il pas d'une telle conversion ? Et conserve-t-il encore la force inhérente à sa prise en main ? Et est-ce que Globox souffre de ce patronyme ridicule ?

Rayman DS
Le système de combat est basé sur le lock, à la Zelda
Sans répondre à la troisième question, qui appartient au domaine de la vie privée, il apparaît une nouvelle fois que le DS possède indiscutablement les capacités d'afficher une 3D de bonne qualité, permettant de retrouver une immersion notable et l'envie d'un voyage dans les paysages alambiqués et oniriques de Rayman. Reprenant l'aspect graphique de la version PSone, le titre d'Ubi propose une modélisation des divers personnages relativement fine, relayée par une animation fluide et véritablement souple. Par ailleurs, les différentes expressions se dessinant sur les visages d'êtres tantôt inquiétants tantôt humoristiques, font montre d'un travail sincèrement appuyé dans le but de conférer de la vie aux nombreuses scènes scénaristiques. On retrouve donc l'espèce de dynamisme joyeux présent dans les opus précédents qui apporte à l'univers de Rayman cette naïveté amusante et féerique, liée avec une recherche graphique originale et vraiment poétique. En revanche, et c'est un défaut que l'on retrouve également dans le jeu mettant en scène le moustachu bedonnant, les décors pixélisent de manière assez ostentatoire tout au long de l'aventure, ce qui peut s'avérer gênant. Par exemple dans des situations impliquant une distinction nette d'obstacles lointains ou d'un endroit particulier situé à quelques dizaines de mètres. Une lacune impliquant certes la puissance limitée du DS, mais également la résolution peu agréable de son écran. Néanmoins, ne voyez pas là un frein à l'émerveillement, car admirer enfin une 3D convaincante sur portable fait toujours son petit effet. A ce propos, vous déambulerez d'ailleurs dans des gouffres et des sortes de cratères immenses magnifiquement exposés, conférant un sentiment de vertige et de gigantisme étonnant. La gestion des caméras quant à elle, indissociable d'un soft en 3D, se révèle assez déséquilibrée.

Rayman DS
Il est fort quand même ce petit ! Se suspendre sans bras est un tour de force !
En effet, il arrive souvent que l'angle de vue se place d'une manière peu pratique lors d'un saut que l'on souhaiterait précis, aboutissant à une chute mortelle dans le pire des cas. Heureusement, il est possible de recentrer le point de vue, mais cette liberté se heurte parfois à des parois invisibles, qui vous empêcheront d'agir à votre guise. Un écueil bien présent donc, mais qui ne suffit pas à décrédibiliser une jouabilité sans faille, donnant un panel d'actions imposant, et un plaisir ludique constant. Effectivement, et ce dans la lignée de son inspirateur, Rayman DS propose des phases de jeux variées soutenues par une accessibilité indubitable. Les commandes s'ancrent dans l'esprit de façon intuitive, aboutissant à un confort de jeu dépassant dans sa justesse celui de Mario DS. En fait et comme dans le soft précité, le choix du gamepaly est laissé à votre goût personnel, incluant la gestion de la croix multidirectionnelle et celle de l'écran tactile. Plus raide et pas vraiment appropriée à la déambulation dans un monde en trois dimensions, cette dernière se révèle pourtant plus permissive que dans la simulation de plombier, tout comme d'ailleurs l'utilisation du stylet ou de la dragonne, plus intéressante. En effet, et il faut féliciter cette innovation, vous pouvez définir dans le menu option où se trouvera la zone de pression de l'écran, afin de pallier à la longueur ridicule de la lanière, et également afin d'augmenter la largeur de déplacement nécessaire. Une fois ces quelques modifications apportées, vous pourrez enfin diriger Ray comme il se doit, simplement en naviguant sur l'écran tactile. Une façon de faire très flexible et s'apparentant quelque peu à un joystick sans les limitations l'accompagnant. Malheureusement on se rend compte rapidement que les diagonales passent quelquefois hors de la pression du pouce, et que les bords de l'écran bloquent les virages trop brusques. Je vous conseille donc de varier les expériences en privilégiant la croix pour les passages délicats.

Rayman DS
J'en connais un qui va se prendre une bonne baffe
Notre héros se trouve indépendant de ces basses considérations et virevolte au gré des divers mouvements en sa possession. Par une simple pression sur différentes touches vous pourrez au choix voler, vous accrocher à des corniches, lancer vos poings, actionner des mécanismes, ou encore utiliser des armes. Il vous sera également proposé d'effectuer une sorte d'ersatz de ski nautique, de la chute libre, et bien d'autres phases différentes de la plate-forme traditionnelle, égayant le titre et empêchant la lassitude de s'installer. Le tout au service d'un level-design digne du plus grand intérêt confondant dans un mélange harmonieux une impression d'immensité et un sentiment de découverte incessant. Effectivement, les tracés sont linéaires, il n'y pas de doute là-dessus, mais on a vraiment la sensation de visiter les divers tableaux que comporte le titre comme autant de mondes différents et labyrinthiques. Les résolutions d'"énigmes" demeurent bien incrustées dans la progression, et fonctionnent toujours de paire avec la configuration d'un stage, conférant dans le même état d'esprit que le level-design, une rénovation certaine du schéma de jeu.

Rayman DS
En plus ne ne pas avoir de bras, il n'a pas de poumons...
Au final donc, et malgré l'apparence d'un simple portage, Rayman DS ouvre de nouveaux horizons sur DS, offrant une alternative au très bon Mario DS, et se plaçant comme l'un des titres majeurs de la sortie. On regrettera simplement la pixelisation un peu trop présente, et les errances de la prise en main, inhérentes à la machine hôte, qui ne parviennent toutefois pas à ternir ce bon vieux Rayman. Vecteur d'un univers original et immersif, dynamique et contenant des idées sympathiques, le titre d'Ubi fait une belle entrée, qui méritera tout de même une suite corrigeant des défauts de jeunesse.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Composé d'une 3D de qualité sans atteindre néanmoins des sommets de finesse, Rayman DS donne un aperçu très probant des capacités du DS, et ce que l'on pourra espérer de la seconde génération de jeux. Affichant des décors modélisés avec soins malgré une pixelisation tenace, le titre d'Ubi donne dans le même temps à voir des personnages vivants, animés avec talent, et proches de ce que l'on pouvait admirer sur PSone, voire N64 dans ses débuts. On ne note aucun ralentissement, ni problème d'affichage malgré le nombre de choses parfois affichées à l'écran.

  • Jouabilité 13 /20

    Les commandes se prennent en main immédiatement de par leur simplicité d'accès, mais souffrent quelque peu d'écueils inhérents au DS lui-même. Proposant un écran tactile un peu trop exigu et une dragonne vraiment courte, il oblige à manier votre pouce comme une souris, en opérant des retours au centre assez fréquents. Néanmoins, le plaisir de jeu reste toujours présent, soutenu par une variété d'actions notable.

  • Durée de vie 15 /20

    Le titre demeure relativement long à terminer, et la difficulté progressive vous tiendra en haleine quelque temps dans les ultimes niveaux du jeu. Prenant et immersif, il vous retiendra longuement dans ses filets. Typiquement l'aventure que l'on revit simplement pour le plaisir. Malheureusement, on aurait apprécié la venue de modes secondaires. Dommage.

  • Bande son 14 /20

    Bercé par des compositions musicales agréables sans être spécifiquement originales ni prenantes, Rayman DS offre pourtant une ambiance sonore cohérente et convaincante, mélangeant cours d'eau et chants d'oiseaux, cris lointains et craquements de bois. Une véritable vie s'installe donc par le biais du son. On notera également la présence de voix digitalisées de bonne qualité, soutenue par le processeur sonore du DS relativement probant.

  • Scénario /

    -

Ce Rayman DS est une bonne surprise. Agréable, original (du moins sur portable), et plein de vie, il vous fera passer un moment de plaisir ludique assez conséquent. Proposant de multiples variations de son gameplay et une aventure située entre l'humour, l'onirisme et l'écologie, le titre d'Ubisoft possède toutes les clés nécessaires pour s'ouvrir une voie quasi-royale. Restent bien évidemment les maladresses de prise en main parfois handicapantes, mais qui au final pèsent bien peu sur une joyeuse balance.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
08 mars 2005 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (98)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.9/20
Mis à jour le 08/03/2005
Nintendo DS Plate-Forme Ubisoft DC Studios
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Shadow of the Tomb Raider : cinq heures de jeu qui rassurent
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Spider-Man : quatre heures de jeu très enthousiasmantes
    PS4
  • Aperçu : NBA 2K19 : un premier contact rassurant ?
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Odyssey
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live