Menu
Rumble Roses
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Rumble Roses sur PS2 /

Test Rumble Roses sur PS2 du 21/01/2005

Test : Rumble Roses
PS2
Rumble Roses
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Jihem
L'avis de Jihem
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
21 janvier 2005 à 18:00:00
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (13)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.5/20
Tous les prix
Prix Support
59.90€ PS2
99.99€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Le voilà enfin ce Rumble Roses, le jeu que tous les ados mâles attendent comme leur premier scooter. Et pour cause, des nanas peu farouches qui se battent pour le seul plaisir des yeux, il y a de quoi titiller les hormones de n'importe quel teenager, non ? Mais derrière cette façade sexy et provocante, qu'en est-il réellement du jeu ?

Rumble Roses

Avant de monter sur le ring un peu serré des jeux de catch, Konami n'a pas fait les choses à moitié puisqu'il a réussi à dégoter le moteur de Smackdown!, la série qui détient encore et toujours le titre de meilleur représentant de sa catégorie. Fort de cette bonne nouvelle, le développement de Rumble Roses pouvait alors commencer avec, on s'en doute, une séance de brainstorming plutôt succincte : le jeu ne mettrait en scène que des filles aux proportions avantageuses histoire d'attirer l'attention d'un maximum de garçons, et si ça ne suffit pas à affoler leur taux de testostérone, on les ferait même se battre en bikini dans de la boue. Après avoir cogité sur ce beau programme, les responsables du projet partirent se détendre et oublièrent quelque peu que ce qu'ils avaient n'était pas suffisant pour faire un jeu complet. Qu'à cela ne tienne, la machine était lancée, Rumble Roses prenait (ses) forme(s). Voyons voir comment tout cela s'est concrétisé.

Rumble Roses
T'en penses quoi de mes nouvelles bottes ? Pas mal, hein ?
Comme on le craignait, l'accent a bel et bien été mis sur la plastique des héroïnes, au détriment de tout le reste, notamment des modes de jeu. C'est en tout cas l'impression que donne le pauvre menu principal qui nous accueille. Contrairement à la grande tradition catcheuse qui veut que plus il y a de modes, mieux c'est, Rumble Roses n'a pas beaucoup d'arguments à faire valoir de ce côté-là puisqu'il se cantonne à un mode Exhibition, un mode Histoire et une gallerie. C'est clair, qu'on ne va pas se perdre comme dans Smackdown... Si la manière d'aborder un combat dans chacun des modes est identique, tout ce qu'il y a autour change quelque peu. Avant d'aborder cela, la galanterie veut que je vous présente rapidement le casting des combattantes.

Rumble Roses
Une nouvelle façon de prendre sa température. Ouh c'est chaud !
Elles sont dix à se disputer le titre suprême. Dix filles pour couvrir les plus grands clichés contenus dans l'imaginaire masculin. La prof en jaretelles, l'infirmière qui se glisse le thermomètre entre les seins ou encore l'écolière façon Britney Spears, elles sont toutes là, même la maîtresse SM coincée dans sa combinaison de cuir rouge moulante. Pas ou peu de compromis ont été faits, Konami nous présente un panel qui n'a pas froid aux yeux et qui n'a que faire de dévoiler un bout de culotte ou de voir rebondir une poitrine souvent trop généreuse. En plus d'afficher clairement son manque de classe et de bon goût dans sa façon de se tenir et de se vêtir, chaque fille est aussi caractérisée par une réputation de gentille ou de méchante. En faisant pencher ce profil d'un côté ou de l'autre de la balance, on modifie le caractère de la belle et on se retrouve carrément avec un nouveau personnage. Ainsi, chaque combattante a un double, ce qui nous amène finalement à vingt personnages (plus deux autres qu'il faudra encore débloquer).

Rumble Roses
Ce soir je serai la plus belle pour aller danser.
La manière de jouer et de débloquer chaque double est un peu particulière, puisqu'elle dépend du mode de jeu choisi. Pour le mode histoire, il suffit de terminer le jeu avec une fille pour avoir accès à son double. En mode exhibition, les choses sont un peu différentes. La balance bien/mal que j'évoquais plus haut prend ici toute son importance puisque c'est elle qui détermine quel personnage on est autorisé à diriger. Car non, il n'est pas possible de jouer simultanément avec une fille et son double : c'est l'une ou l'autre, pas les deux. Pour faire évoluer le caractère, on sélectionne jusqu'à trois "vow" avant que le combat ne commence. Ces "vow" sont rangés par catégorie (gentille ou méchante) et représentent en quelque-sorte des paris sur le combat. Par exemple : ne subir aucune humiliation, ne pas sortir du ring, se relever cinq fois, etc. En respectant ces conditions, on fait pencher le profil vers le bien ou le mal et on débloque son nouveau personnage. C'est pas plus compliqué que ça.

Rumble Roses
Les intros de chaque combattantes tentent de mettre en valeur leur forte... personnalité.
Concernant le mode histoire, il n'y a pas grand-chose à en dire puisqu'il n'est en fait qu'une succession de combats maladroitement mis en scène par des cinématiques encore moins intéressantes que l'intégrale de la série Le Miel Et Les Abeilles (si, si, c'est possible). Chaque fille se bat pour une raison particulière et nous fait part de ses états d'âme au travers de longs monologues soporifiques. Les voix anglaises sont d'ailleurs complètement râtées, merci aux comédiennes probablement toutes recrutées lors du barbecue donné par le voisin le week-end dernier. Le mode exhibition se compose pour sa part de matches sur un ring tout ce qu'il y a de plus classique et de combats en plein air dans un décor paradisiaque. Les filles arborent alors leurs belles tenues de plage avant d'aller joyeusement se vautrer dans la boue pour le bon plaisir des messieurs présents.

Rumble Roses
Détentez-vous. Je suis infirmière, je connais les mouvements propices à la relaxation.
Que ce soit dans la boue ou sur le ring, les combats ne sont finalement pas si mauvais que ça. Essentiellement basés sur les techniques de gardes et de contres, ils lorgnent même vers un petit aspect technique pas déplaisant. Le bourrinage n'est pratiquement jamais récompensé ce qui nous impose une lecture des mouvements de l'adversaire pour anticiper ses attaques et les contrer au bon moment. Malheureusement, la liste de mouvements est vraiment restreinte. On arrive à voir la palette entière des coups d'une combattente dès le premier assaut, le reste n'est alors que redite. Ce sera finalement ce point qui mettra Rumble Roses dans le pétrin. On peut encore passer sur l'aspect volontairement provoquant des filles en tenues légères, le gameplay limité, lui, ne pardonne pas. Puisqu'il n'y a pas beaucoup de modes de jeu ou de variations à découvrir, on a tôt fait de faire le tour de la question. Et ce n'est pas la gallerie, véritable "antre du pervers voyeur" qui me fera changer d'avis.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Rumble Roses se devait de soigner ses graphismes pour mettre en valeur l'esthétique de ses héroïnes. C'est plutôt joli, les animations des filles sont provocantes à souhait, mais plusieurs problèmes de clipping viennent gâcher le spectacle. Les combats de boue laissent perplexe : la boue ressemble plus à de l'eau sale qu'autre chose. Le seul intérêt de la chose est de voir les combattantes en maillot de bains.

  • Jouabilité 11 /20

    Modes de jeu ou mouvements : même combat ! Il n'y en a pas assez. Sûrement hypnotisé par le tour de poitrine de ses créatures virtuelles, Konami a omis le plus important et semble avoir râté le coche, laissant une grosse impression d'inachevé. C'est d'autant plus dommage que ce qui est fait est plutôt bien fait.

  • Durée de vie 10 /20

    On tourne en rond trop facilement. En entrant dans la logique du jeu, le seul intérêt serait de débloquer chaque fille pour les mater dans la gallerie en train de s'échauffer. Ca peut amuser, mais ça reste tout de même bien peu.

  • Bande son 8 /20

    O Joie, ô bonheur ! Le jeu s'ouvre avec la guitare de Steve Vaï ! Malheureusement, le morceau n'est qu'une reprise de David Lee Roth, chanté par une inconnue. Tout le reste (voix, bruitages et musiques) sera du même acabit et placé sous le signe de la déception.

  • Scénario /

    -

Rumble Roses aurait pu être un bon jeu. Vraiment, je le pense. S'il avait plus pensé avec sa tête plutôt qu'avec sa ... enfin, vous voyez, il n'aurait certainement pas oublié d'inclure des modes de jeu supplémentaires et de doter ses filles de plus de techniques de combat. En l'état, on reste sur sa faim.

Profil de Jihem
L'avis de Jihem
MP
Google +
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
21 janvier 2005 à 18:00:00
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (13)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.5/20
Mis à jour le 21/01/2005
PlayStation 2 Combat Konami
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce