Menu
Eternal Quest
  • Tout support
  • PS3
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Eternal Quest
PS2
Eternal Quest
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 janvier 2005 à 18:00:00
1/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (18)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
4.2/20
Partager sur :

Certains jeux auront marqué et marqueront ma vie de joueur, dans le bon et le mauvais sens du terme. S'il serait trop long de citer les chefs-d'oeuvre qui m'ont fait verser une larme, les bouts de charbon qui m'ont fait écarquiller les yeux en provoquant un fort désarroi sont également nombreux. De Maze Action en passant par Fighting Fury, voici maintenant cet Eternal Quest qui peut prétendre à la palme du plus mauvais jeu vu depuis le dernier Davilex-like. Découverte d'un grand n'importe quoi.

Eternal Quest

Il y a des jours où rien ne va. A peine avais-je bouclé la série Dot Hack après 110 heures de jeu que je décidais à embrayer sur quelque chose de beaucoup plus intéressant comme du Valkyrie Profile ou du Zelda : The Windwaker. Je me persuadaais aussi que je ne toucherai plus de si tôt à un Dungeon-RPG, exception faite de Dark Chronicle. Guilleret, plein d'entrain, me voici donc arrivant à la rédac. avec la ferme intention de me montrer productif pour faire plaisir à nos petits lecteurs adorés (attention toute ressemblance avec une vision embellie de la chose n'est pas fortuite). Jetant donc un oeil au planning, un certain Eternal Quest attira mon regard. Ni une, ni deux, j'approchais la boîte de jeu et décidais d'en parcourir le verso qui recelait les informations suivantes : 99 niveaux à conquérir, Battez le chef du jeu..., Des dizaines d'objets. Diantre, m'écriai-je, ce titre ne semble pas du tout me parler, comment se fasse ? Etait-ce le fait que le titre soit édité par Midas où qu'il soit impossible de trouver quel en était le développeur, l'information ayant été étrangement écartée du livret ? Pour répondre à cette douloureuse interrogation qui naissait en moi, je prenais alors la décision d'enfourner la galette dans la PS2 et de commencer l'aventure qui pour la peine pouvait être disponible dans un mode 50 ou 60 Hz.

Eternal Quest
Les combats contre un ennemi sont difficiles alors ceux contre trois...
C'est donc passée une introduction sous forme de parchemin s'étalant dans sa longueur que le jeu débute. Et croyez-moi, il va y avoir du sport mais jugez plutôt. Le village de Jinuma a été assiégé par une armée de démons. Résolu à éradiquer cette plaie maléfique de son royaume, le shogun Kagetora envoie son champion le plus vaillant, Gyokuro pour mettre fin au carnage. Et c'est parti pour un Dungeon RPG du pauvre qui en plus d'être superbement moche est totalement injouable et qui plus est extrêmement difficile. En somme, il est assez drôle (ou navrant) de constater que le mode Aventure du superbe jeu de baston Tobal 2, qui date je le rappelle de 1997 sur PSone, était bien mieux construit que le jeu de Midas. Effarant mais pourtant véridique. On aura beau se dire que le titre dispose de donjons générés aléatoirement (utile pour augmenter la durée de vie), il faudrait être complètement fou pour acquérir ce soft puisque son intérêt est proche du Zéro absolu.

Eternal Quest
Les effets spéciaux sont directement en provenance de la période PSone.
Cependant l'avantage de ce test est qu'il est fort simple de décrire l'horreur qui s'empare du rédacteur en jouant à un tel jeu. Tout d'abord passons rapidement sur les graphismes d'Eternal Quest qui sont immondes à plus d'un titre. Alors que certains effets spéciaux sortent un peu de cet amas bouillonnant de nullité, les animations du personnage principal sont risibles au possible et la plupart des ennemis ne ressemblent pas à grand chose. De plus, le héros avançant case par case, vous n'aurez accès qu'à deux coups que sont l'attaque et la défense. En résulte naturellement des mouvements sommaires qui se permettent de plus d'être terriblement lents. Ajoutez à ceci des couleurs vives (jaune, rose, rouge) qui tranchent totalement avec l'univers Fantasy du jeu et vous obtenez un trip psychédélique qui a dû être programmé en plein Woodstock. Laissez également tomber l'ambiance musicale qui d'un joli thème d'introduction aux sonorités chinoises passe allégrement à des rythmes techno qui une fois de plus ne vont pas du tout avec le style de jeu.

Eternal Quest
L'introduction m'avait pourtant permis d'espérer.
Bien que le joueur ait accès à plusieurs armes (destructibles) et armures (dont certaines disposent de compléments rattachés au poison, au feu), le titre ne profite d'aucune subtilité. Vous devrez uniquement jongler entre des lances, des sagaies, des épées, des griffes et autres fléchettes, ou dénicher des pièces d'équipement que sont des boucliers, des gants, des casques, etc., tout ceci afin d'être préparé à affronter l'ennemi. Vous devrez aussi faire attention aux altérations d'état qui influeront sur vos déplacements, votre force d'attaque ou votre défense. En fait rien de particulier, surtout que les gains d'EXP seront aussi au menu lorsque vous éliminerez un ennemi. En gros, comme pour se démarquer de ses concurrents, Eternal Quest choisit donc un gameplay tout en lourdeur qui devrait normalement vous achever après le deuxième ou troisième niveau du donjon. Car, oui, le principe du jeu va être de descendre de plus en plus bas pour affronter le fameux Chef du jeu dont je parlais plus haut. Le problème est que la maniabilité est abominable. Le déplacement de votre personnage se fera case par case, vos actions seront stoppées lorsqu'un ennemi vous frappera (ce problème était également visible dans Dot Hack) et la difficulté est tellement mal réglée que vous pourrez mourir en deux ou trois coups lors de votre premier affrontement. L'utilisation de magie est à ce stade très importante, les sorts étant le meilleur moyen de faire le ménage, mais encore vous faudra-t-il trouver des joyaux mystiques pour user de tels pouvoirs. Le hic dans tout ça est que si vous ne sauvegardez pas toutes les dix secondes vous risquez de trépasser et de revenir au niveau 1. Vous aurez alors à tout reprendre, les étages étant à chaque fois générés aléatoirement. Ceci dit, vous pourrez essayer d'éviter les ennemis qui restent visibles à l'écran mais en contrepartie, vous ne pourrez gagner de l'expérience ni faire monter vos statistiques en vue des combats de plus en plus ardus qui vous attendent.

Eternal Quest
99 niveaux niveaux générés aléatoirement et autant de raisons pour détester ce jeu.
Ne nous complaisons pas plus dans cette torture descriptive, Eternal Quest ne méritant pas autant d'égard. Produit programmé lors d'une beuverie, ne disposant d'aucun atouts, le jeu de Midas est une grosse série Z qui sous des allures de RPG à la durée de vie faramineuse essaiera vainement de vous arracher quelques deniers. Mais tout le monde sait bien que vous n'êtes pas des moutons qui se fient à une jaquette ou deux ou trois écrans de jeu pour acheter un soft. Ceci étant dit, je vous rappelle qu'un peu plus loin vous attend un certain Dark Chronicle qui reste encore aujourd'hui un des plus beaux Dungeon-RPG toutes machines confondues. Vous savez maintenant ce qu'il vous reste à faire si vous désirez côtoyer ce style de jeu. En vous remerciant.

Les notes
  • Graphismes 1 /20

    Une 3D vieille du début de l'ère PSone, des couleurs vives qui tranchent radicalement avec l'univers sombre du jeu, des ennemis peu convaincants et quelques effets spéciaux qui s'en sortent un peu mieux. La note finale est justifiée, croyez-moi.

  • Jouabilité 1 /20

    Les mouvements du personnage sont erratiques et limités et la maniabilité est à ce point poussive qu'on peine à dépasser le troisième ou quatrième niveau du donjon. L'utilisation de différentes armes ou sorts magiques ne rajoute rien au marasme ambiant, témoin du manque de travail de développeurs blasés.

  • Durée de vie 4 /20

    La difficulté est parfaitement mal réglée et vous pourrez vous faire tuer en deux coups, lors de votre premier ennemi. Heureusement que la possibilité de sauvegarder à chaque étage est là mais puisque vous éteindrez votre console après 10 minutes de jeu, vous ne prendrez même pas la peine de chercher cette option. Quant aux donjons générés aléatoirement, hum comment dire...médiocrité x médiocrité = médiocrité.

  • Bande son 4 /20

    Un thème d'introduction plutôt plaisant mais des musiques techno qui ne sont pas du tout adaptées au jeu vous accompagneront durant l'aventure. Les bruitages sont peu nombreux et mal fichus.

  • Scénario 1 /20

    Banal, sans saveur et ne profitant d'aucune cinématiques une fois le jeu débuté. Bravo.

Mais qu'est-ce qui pousse Midas à sortir de tels titres ? Eternal Quest est un brouillon de brouillon de RPG. En l'état, le titre fait penser à une mauvaise démo technique PSone, le gameplay finissant de saborder toute l'entreprise. Injouable, une insulte pour nos mirettes, la seule chose à faire est d'éviter ce jeu et d'économiser un peu plus pour se payer le magnifique Dark Chronicle de Level-5. Pour le coup, je n'ai rien de plus à dire, la note finale parlant d'elle-même.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
07 janvier 2005 à 18:00:00
1/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (18)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
4.2/20
Mis à jour le 07/01/2005
PlayStation 2 Action RPG Midas Interactive
Dernières Preview
PreviewThe Elder Scrolls Online : Greymoor - Les vampires débarquent en Bordeciel 30 mars, 14:00
PreviewGears Tactics : Réflexion et action pour une alliance explosive 27 mars, 14:00
PreviewHearthstone : Retour en Outreterre avec une 10ème classe 17 mars, 18:15
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020