Menu
Pocket Kingdom : Own the World
  • NGAGE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Pocket Kingdom : Own the World sur NGAGE /

Test Pocket Kingdom : Own the World sur NGAGE du 13/12/2004

Test : Pocket Kingdom : Own The World
NGAGE
Pocket Kingdom : Own the World
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
13 décembre 2004 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.6/20
Tous les prix
Prix Support
29.99€ NGAGE
Voir toutes les offres
Partager sur :

Grand amateur de RPG devant l'éternel (cette expression est vraiment emphatique), je ne peux qu'accueillir avec grande joie un nouvel ambassadeur du genre sur une console peu fournie en la matière. En effet, au delà du fameux Elder Scroll Travels : Shadowkey à l'univers héroic-fantasy orienté vers l'occident, aucune production vraiment immersive n'avait vu le jour sur la console un peu téléphone quand même. Mais les temps chevaleresques reviennent au galop avec la venue d'un jeu de rôle typiquement japonais, qui va rappeler des souvenirs aux amateurs éclairés de Dragon Force. La guerre est une affaire de préparation minutieuse. Pensez-vous être capable de planifier un assaut ?

Pocket Kingdom : Own The World

Décidément adepte des entrées en matière tonitruantes, Pocket Kingdom creuse donc sa place dans l'univers encore vierge des jeux massivement multijoueurs sur console portable. Effectivement grâce au module GPRS de votre Ngage, de préférence QD pour plus d'agréments, il vous sera possible de défier le monde entier, et ainsi étendre votre domination guerrière sur un monde virtuel. Clairement orienté sur le PvP, le titre de Sega met en scène un monde en déséquilibre, privé d'une ligne de conduite à la suite de la disparition de son "gouverneur" charismatique, disparu dans des conditions inconnues. Cet homme, nommé Griefer Ulgress, devient de ce fait synonyme du début d'un conflit pour la prise de pouvoir de cet univers délaissé en une jachère fort attirante. Récent héritier d'un Pocket Kingdom et d'une somme de "butin", la monnaie locale, vous avez désormais la possibilité de prendre part à cette lutte fratricide. Un contexte très féodal donc, qui rappelle certains épisodes de l'histoire médiévale telle que nous la connaissons, ponctuée de domaines tiraillés par des guerres assassines et de régents fuyant des situations qu'ils ne pouvaient plus contenir. Malgré tout, on ne peut s'empêcher d'esquisser une moue bougonne devant une entame scénaristique vue et plus que revue. Fort heureusement, on pénètre fort rapidement au sein du soft, et un certain dépit fait place à une découverte assez épique. Dès votre arrivée en fanfare dans votre château, vous êtes immédiatement pris en main par un "Fabbis", alias un Fabuleux Assistant. Ce dernier, ou souvent cette dernière d'ailleurs car la majorité sont des femmes automatiquement jolies, vous enseignera les rudiments de la bonne mise en forme d'une armée, et la conscience nécessaire qu'un homme sûr est celui qui connaît ses capacités. Pour ce faire, vous avez à votre disposition un nombre assez imposant de menus, dans lesquels il vous incombera de naviguer avec intelligence pour affiner votre tactique.

Pocket Kingdom : Own The World
De toute façon je n'étais venu que pour te tuer, donc je m'en fiche un peu...
En fait, les diverses possibilités sont réparties en plusieurs systèmes de commande correspondant chacun à une interface particulière. Un peu obscur, mais ça va s'arranger. Le principe veut que vous puissiez agir via deux lieux de préparation distincts. Le premier, situé à l'intérieur de votre château vous permet de régler les différentes unités et tout ce qui à trait aux armes, tandis que le second, la carte du monde en fait, vous donne accès aux batailles. Pour le moment intéressons-nous à l'intérieur de votre magnifique lieu de résidence. Dans les méandres et les couloirs obscurs de ce fort qui vous est cher, vous pourrez découvrir plusieurs choses très intéressantes. Tout d'abord, la commande Magasin, qui demeure indispensable à la formation d'une armée. C'est en effet grâce à elle que vous pourrez acheter les unités et les objets nécessaires à votre quête. Au départ, vous n'aurez que deux types de combattants, des guerriers ou des mages, avec lesquels il faudra concevoir plusieurs factions de quatre individus maximum via le menu Groupe. Dans ce dernier, vous disposez de la capacité de réarranger l'organisation de vos troupes, de définir les personnes qui seront en première ligne ou davantage en retrait (les zones de combats étant en 2D sur un seul plan), d'affilier des armes et armures, ou bien encore de soigner les blessures de vos petits soldats, sans oublier le pouvoir de définir la stratégie à adopter durant les conflits. Néanmoins, la surprise vient du fait que ne pouvez pas acquérir d'ustensiles offensifs et défensifs. A l'instar de Legend Of Mana, ou plus récemment Sword Of Mana, c'est vous qui allez devoir prouver vos talents de forgeron. Effectivement, après avoir acquis un moule représentant l'objet que vous désirez façonner, il ne vous reste plus qu'à dénicher du métal, et pour finir des gemmes et autres éléments sacrés qui vous permettront d'ajouter des liaisons élémentaires ou bien d'augmenter certaines caractéristiques.

Pocket Kingdom : Own The World
Vous avez droit à des statistiques très claires à la fin de chaque combat, au sein d'un écran assez étrange
Un aspect addictif et digne d'intérêt, qui aurait pu l'être beaucoup plus si seulement l'interface l'accompagnant n'avait pas été aussi mal aisée et surtout lente. En fait, chacune de vos créations comprend quatre emplacements, au sein desquels vous devrez placer un élément. Le problème est qu'à chaque fois que vous voulez poser un des ces derniers, vous êtes obligé d'ouvrir une nouvelle fenêtre, qui prend son aise pour s'afficher, faire votre choix, revenir en arrière, attendre encore un peu, et enfin admirer votre tour de force. Un menu déroulant, ou s'affichant par dessus le précédent aurait été beaucoup plus simple, et de surcroît rendu le tout plus intuitif. L'autre écueil est que vos inventions peuvent parfois ne pas se réaliser. Et quand on se rend compte du prix payé, du temps qu'il a fallu pour forger l'ensemble, et surtout de la perte de pierres précieuses parfois arrachées à une harpie vengeresse au mépris de la vie d'un de ses hommes, il arrive très souvent que le taux d'énervement monte soudainement d'un gros cran. Une idée néanmoins fort honnête qui permet selon les dires d'un certain manuel de jeu d'avoir accès à plus de 500000 combinaisons. Notez pour finir que l'évolution du grade de vos personnages passera également par cette étape. Ayant besoin de blasons pour modifier leur "classe" (qui a dit Fire Emblem ?), ces derniers auront besoin de vos talents pour s'en procurer des exemplaires. C'est en effet vous même qui aurez l'insigne honneur de forger les "emblèmes", de manière analogue aux armes ou armures. Une approche innovante qui ferait presque oublier la relative lassitude contenue dans le titre.

Pocket Kingdom : Own The World
Non mais regardez-moi ces lâches ! Un pauvre Troll surpuissant contre quatre chevaliers d'un mètre cinquante ! Une honte !
En effet, une fois arrivée sur le "Plan", vous allez vous rendre compte de la répétitivité des évènements qui vont se succéder. Pour commencer, il vous faut impérativement rechercher les places fortes ennemies sur la carte, afin de choisir une cible potentielle à prendre d'assaut. Une fois celle-ci découverte après l'envoi d'une patrouille de reconnaissance, ordre s'exécutant depuis le menu, et ce de façon très accessible, il vous incombera d'y envoyer une seconde équipe, mais d'éclaireurs cette fois-ci. Cette dernière vous renseignera sur la force d'attaque des gardes au coeur des enceintes, que vous pourrez comparer à la vôtre pour apprécier la difficulté du combat. Comme dirait avec finesse votre "Fabbis" : "Ce n'est pas celui qui possède la plus grande qui gagnera, mais celui qui s'en sert le mieux". Du coup, il est plus que conseillé de passer la majeure partie de son temps dans la forge, afin de tenter les mélanges les plus farfelus, dans le but de découvrir une arme de choix. Un côté Vagrant Story passionnant, mais qui va de paire avec la linéarité de l'ensemble. Le jeu se construit en un triptyque semblable tout au long du temps, à base de "je forme mon groupe", "je crée des objets", et "je vais à la guerre". Puis ça recommence dans un cycle infernal. Même si l'on découvre des terres nouvelles et des opposants inédits, on a l'impression de ne jamais avancer réellement, ce qui est assez déstabilisant. D'autant que les batailles elles-mêmes ne demeurent pas soumises à votre contrôle. Disposées sur un plan horizontal sans aucune profondeur, malgré un niveau de détail convaincant, vos unités et celles de votre antagoniste se jettent les unes sur les autres dans des charges certes héroïques, mais sur lesquelles on se sent totalement impuissant. Pas un ordre à donner, rien. Il est vraiment dommage d'être bloqué à ce niveau précis, car les sprites s'acharnant à perpétrer des massacres autour d'eux sont sincèrement très réussis, disposant d'une animation fluide et décomposée convenablement, agrémentée d'un design accrocheur, et permettant une attirance quasi-immédiate.

Pocket Kingdom : Own The World
L'écran de fabrication des armes est très sobre, mais ne vous laissez pas avoir par sa simili-faiblesse
Une frustration s'empare alors du pauvre joueur lorsqu'il s'aperçoit qu'il ne peut en rien influer sur le déroulement des évènements. On se trouve donc face à des pugilats bien réalisés graphiquement et détenteurs d'un côté épique indiscutable, mais auxquels on demeure extérieur. Heureusement, une fois en possession de l'"Armoirie Online" dans le mode de jeu offline, vous pourrez avoir accès au mode multi "en ligne", qui retirera l'aspect figé inhérent au titre, mais qui ne changera pas un certain ennui à long terme. Au final, donc, Pocket Kingdom est un jeu plein de bonnes idées et de concepts novateurs, qui pourtant souffre du parti-pris d'empêcher le joueur de participer aux combats en tant qu'acteur. Disposant d'un atout multijoueur indiscutable, il participera tout de même à la naissance des premiers affrontements à grande échelle sur portable. Une expérience à vivre, mais espérons tout de même l'apparition d'un second épisode plus abouti.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Les différents environnements que vous rencontrerez, allant de l'intérieur de vôtre château, à la carte du monde, en passant par les zones de combat demeurent travaillés et vraiment agréables à l'oeil. Fins et relativement détaillés, ils participent énormément à l'immersion au sein de Pocket Kingdom. De même, les personnages, bénéficiant d'un chara-design intéressant demeurent véritablement attachants, et donnent envie de suivre leurs exploits guerriers. L'animation quant à elle reste très correcte, et on parvient parfaitement à ressentir la puissance des coups portés.

  • Jouabilité 14 /20

    La navigation dans les divers menus s'avère intuitive et facilitée par des icônes claires et imposantes, sans toutefois éviter un écueil, celui de la gestion de la forge qui énervera beaucoup de monde. Lente et mal pensée, celle-ci ne donne pas du tout envie de s'investir dans la création. Il faut vraiment passer cette barrière assez importante pour découvrir tout ce que cela peut apporter. En revanche, on ne peut que louer l'architecture de jeu, qui sépare nettement les diverses actions à accomplir. Un bémol conséquent toutefois, au niveau des combats. Il est en effet vraiment dommage de ne pas pouvoir y participer. Frustrant.

  • Durée de vie 15 /20

    Si l'on prend en compte le nombre de combinaisons disponibles lors de la création d'objets, ainsi que les possibilités "online" du soft, il est évident que la durée de vie ne peut qu'être conséquente. Vous aurez déjà besoin de quelques heures de divertissement solitaire pour débloquer le mode multijoueur, et bien plus, si vous désirez posséder des personnages puissants avant votre entrée dans la bataille d'être humain à être humain. Très honorable, donc si vous parvenez à dépasser l'absence d'action.

  • Bande son 13 /20

    Les thèmes sont de bonne qualité, véhiculant des sonorités épiques et des mélodies tantôt paisiblement oniriques, tantôt épiques. On regrette pourtant qu'elles reviennent si souvent dans le jeu, ce qui a tendance à le rendre plutôt redondantes. De même, il est un peu dommage de ne pas avoir implémenté quelques voix digitalisées durant les combats, qui auraient apporté un peu plus de vivacité à l'ensemble.

  • Scénario 11 /20

    La trame est dramatiquement simplifiée, mais elle a le mérite d'aborder le RPG sous l'angle du divertissement, et de ne pas plonger le joueur directement dans une histoire, mais davantage dans le domaine vidéoludique en lui-même. Une sorte d'accrochage aux bases de la réalité qu'on ne voit pas souvent. Mis lorsque vous serez en multi, la trame dépendra de ce que vous imaginez.

Premier MMORPG a voir le jour sur N-Gage, Pocket Kingdom fait une entrée remarquée dans un univers en plein essor. Détenteur d'un aspect graphique attachant et de bonne qualité, arborant des principes de jeu novateurs et clairement ludiques, le soft de Sega semblait tout avoir pour réussir de la plus belle des manières. Pourtant, dans sa folie de jeune chiot écervelé, ce dernier commet des impairs suffisamment désagréables pour l'empêcher de se hisser sur le podium des RPG majeurs publiés cette année. Espérons qu'un second épisode change la donne, et nous aurons alors une très bonne surprise.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
13 décembre 2004 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.6/20
Mis à jour le 13/12/2004
N-Gage Action Stratégie Sega Nokia
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Let's Go, Pikachu / Évoli
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce