Menu
Godzilla : Save the Earth
  • Tout support
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Godzilla : Save the Earth / Godzilla : Save the Earth sur PS2 /

Test Godzilla : Save the Earth sur PS2 du 06/12/2004

Test : Godzilla : Save the Earth
PS2
Godzilla : Save the Earth
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 décembre 2004 à 18:00:00
7/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.3/20
Tous les prix
Prix Support
33.50€ PS2
39.90€ PS2
49.90€ Xbox
89.90€ Xbox
Voir toutes les offres
Partager sur :

Grand habitué des villes japonaises du bord de mer, le grand et légendaire Godzilla se sent chez lui lorsqu'il se décide à raser de la surface de la planète quelques dizaines d'immeubles et des centaines de personnes. Faisant tout pour le mettre à l'aise, les habitants desdites villes s'arrangent pour partager leur domaine vital avec lui : "Ah tiens voilà Godzilla !" - "Encore ? Il est déjà venu ce matin..." - "Je vais me pousser un peu pour le laisser passer". Alors du coup, il casse des choses, il lance des trucs et il tire des rayons laser sur des machins toute la journée. Puis il se retire dans les fonds sous-marins afin de ne pas réfléchir à ce qu'il a fait. C'est un peu son travail de monstre sanguinaire.

Godzilla : Save the Earth

Mais devant la pénurie d'emploi que comptait le secteur, notre reptile irradié préféré dut accepter de partager le territoire de vente de services avec des associés. Et c'est là que les ennuis financiers commencèrent. En effet, s'il est rare de s'associer avec les bonnes personnes au bon moment, il l'est moins d'effectuer l'inverse. De ce fait Godzilla fit l'erreur de s'entourer de personnages peu recommandables et surtout peu charismatiques, comme par exemple une mite géante (Mothra), un coléoptère d'une taille trop importante pour inspirer confiance (Megalon) ou encore un ptérodactyle qui scintille lorsqu'il s'énerve. Une belle équipe de vainqueurs donc, qui ne parvint pas vraiment à toucher un coeur de cible, fasciné par les premières aventures de l'iguane aux dents longues, mais interpellé par les innombrables suites à rallonge. Comment abattre ce mur infranchissable ? Tout simplement en préparant un plan machiavélique. Attendre de devenir culte, pour ensuite proposer un lot de produits dérivés lors de l'anniversaire de la première parution au cinéma de ses pérégrinations. En économiste avisé, Godzilla surfe donc sur la vague de son temps et nous propose un jeu vidéo narrant sa saga ponctuée d'écailles et d'explosions. Alors que proposer une histoire alternative sous forme de RPG, voire de jeux d'aventure aurait permis de respecter la qualité des premiers opus filmiques, Atari s'est empressé de succomber au goût de la rude puissance, et édite un jeu de combat que l'on peut qualifier d'insipide. Est-ce sur les conseils du conglomérat Godzilla tourné vers le capitalisme ? C'est ce que nous allons voir.

Godzilla : Save the Earth
Tu as changé Sangoku. Je ne te reconnais plus avec tes écailles saillantes.
Après une scène d'ouverture réalisée avec sérieux et d'une qualité plastique convaincante, apparaît un menu principal fort sympathique, offrant en fond l'oeil de Godzilla balayant l'écran de manière interrogative. Une mise en bouche alléchante donc, qui montre d'une part une volonté de respect vis à vis de l'ambiance de l'ensemble des longs métrages, et d'autre part une démonstration du désir d'habiller le soft de façon correcte, à la manière de grosses productions. Happé par ces atours enchanteurs, on se laisse docilement prendre par la main et plonger dans un Japon ravagé par une bande de malfrats d'environ 30 mètres de haut pour le plus petit. Et là, c'est le drame (comme dirait l'autre). Effectivement, une fois choisi l'un des six monstres disponibles avant l'entrée en compétition, il est temps de découvrir une maniabilité, elle aussi en compétition, mais contre vous cette fois-ci. Si l'on reste logique jusqu'au bout, il est évident que diriger des bêtes sauvages animées par des instincts incontrôlables ne devrait logiquement pas être aisé. Du moins techniquement. Mais dans un jeu vidéo, où la jouabilité prend une part non négligeable, il est salvateur d'en proposer une accessible. Et ici, ce n'est pas vraiment le cas. Simpliste à l'extrême, ne donnant à disponibilité de vos dix petits doigts que trois coups principaux, déclinables en combos peu variées, assorties d'une attaque spéciale déclenchable en appuyant sur R1. Il faudra d'ailleurs attendre pour effectuer cette dernière qu'une jauge en relation dispose au moins de trois blocs libres.

Godzilla : Save the Earth
"C'est la première fois que tu viens dans cette boîte ?" - "Ecoute, je ne sais pas si je suis prête pour une aventure d'un soir"
En fait, au fur et à mesure que vous donnez des coups, cette barre relative à votre pouvoir spécifique se gorge de petits carrés jaunes, symbolisant votre réserve de capacités. Elle augmente également lorsque vous vous déplacez, mais bien moins rapidement. Ensuite dès que vous souhaitez utiliser votre technique personnelle, il vous suffit de presser le bouton correspondant, ce qui a également comme conséquence de vous retirer la "charge" obtenue. A vous donc de repartir au combat pour remplir une nouvelle fois votre jauge. Un principe extrêmement classique qui pourrait fonctionner, si seulement on pouvait choisir d'arrêter le déferlement de puissance de façon à l'économiser. Mais ce n'est malheureusement pas le cas, et les combats se résument donc toujours à une "course à la baffe", immédiatement enchaînée par une utilisation du coup spécial. Un duo d'actions répété à l'infini et lassant dans des proportions assez gigantesques. Soit, il est possible de se saisir des immeubles et de lancer à la figure de vos opposants qui auraient bien besoin de voir leurs angles arrondis, mais ce qui aurait pu créer un semblant de stratégie ne sert au final pas à grand-chose. Détruire une ville réduite à un simple quartier demeure amusant et sincèrement défoulant, mais là où Rampage incluait un humour évident, Godzilla reste statique dans un sérieux malvenu, qui ne sied pas avec son gameplay plus que limité. De plus, les différents protagonistes se meuvent difficilement, et c'est une véritable corvée que de tenter de les repositionner correctement face à un building, et dans de moindres mesures face à votre ennemi. On ne sait vraiment pas ce que l'on va détruire, ni ce sur quoi on s'apprête à faire feu. Handicapant pour un jeu de combat. Mais ce n'est pas tout.

Godzilla : Save the Earth
Rodan possède un atout de choix, le fait de pouvoir voler tant que sa jauge de puissance n'est pas vide
En effet, subissant des chargements dont la durée se rapproche aisément des dix secondes, il est aisé de se dire que l'on s'embarque pour un déferlement de qualités visuelles. Un chargement aussi long ne peut signifier qu'une attention particulière sur l'ensemble du côté graphique. Quand on admire les extérieurs sublimes de Star Océan 3 à la suite de trois petites secondes seulement, on espère beaucoup de cet écran qui n'apparaît toujours pas. Et c'est encore une fois la désillusion. Sans la moindre hésitation, le titre nous lance violemment un décor aux objets destructibles modélisés lacunairement, exposant les arêtes de leurs polygones sans honte. Ridiculement exigu, les environnements manquent par ailleurs d'inventivité, et se contentent de proposer des ambiances, certes propres à la série de films, mais dénuées de tout aspect ludique. Le level-design s'avère plat, n'essayant aucunement de proposer une alternative à la course effrénée vers l'adversaire en ligne droite. Pas de gestion de l'altitude, pas d'endroits propices à un traquenard. Dommage. D'autre part, il est évident également que les créatures, allant de Space Godzilla à Jet Jaguar en passant par Baragon, ne disposent pas d'une mise en forme convaincante. Souffrant d'une animation hachée et de postures de combats risibles, ces valeureux êtres surnaturels se trouvent en sus affublés de textures grossières et d'une finition loin d'être exemplaire. On ne prend par conséquent aucun plaisir à déambuler dans cet univers ne profitant pas des ressources de la PS2, et semblant sortir d'une PSone un tantinet améliorée.

Au final, Godzilla apparaît comme un rendez-vous raté, ne rendant pas hommage au film d'origine et parvenant même à le décrédibiliser complètement. Un titre relativement mauvais donc, à la durée de vie catastrophique, qui pourra vous divertir une heure ou deux, jusqu'à ce que vous entrevoyiez ses limites. Roland Emmerich style.

Les notes
  • Graphismes 6 /20

    Très limité, que ce soit dans son animation, son level-design, et son aspect graphique général, Godzilla s'apparente plus à une production PSone revue à la hausse qu'à un jeu PS2 digne de ce nom. De plus, outre ces lacunes techniques évidentes, et malgré les environnements entièrement destructibles, il règne une monotonie générale déprimante, qui ne donne pas envie de s'investir dans le titre.

  • Jouabilité 7 /20

    Simpliste au possible, ce qui n'est pas gênant dans des jeux à fort concept (ce qui n'est pas le cas ici), le gameplay donne à voir des signes de faiblesse dès les premières parties. Les directions des divers assauts imprécises, les sauts calamiteux, le système de coups spéciaux mal pensé, tiennent le joueur très éloigné d'un possible plaisir de jeu. En effet, le titre demeure défoulant et divertissant à très court terme, sans toutefois mériter votre attention.

  • Durée de vie 8 /20

    Proposant dès le départ cinq modes de jeu incluant une espèce de mode histoire, un mode Versus, un mode Mêlée, un autre intitulé Survie, et enfin un mode Défis, Godzilla semblait prometteur. Mais on se rend compte rapidement que la plupart de ces derniers manquent cruellement d'intérêt, ne laissant à votre regard que le scénario, amenant à débloquer des personnages, des environnements et les défis basés sur des mini-jeux, changeant des combats brutaux. Cela est bien peu, sachant que terminer le destin d'un monstre en se heurtant à une difficulté normale prend 45 minutes montre en main. Il est vrai que l'on peut exécuter cela avec l'ensemble des créatures du soft, mais aurez-vous envie de le refaire une nouvelle fois en en connaissant les lacunes ?

  • Bande son 8 /20

    Les cris des créatures féroces respectent ceux que l'on peut entendre dans la saga cinématographique, et donnent un cachet sympathique aux attaques. Néanmoins, les effets sonores accompagnant les explosions et les chutes des divers immeubles manquent de crédibilité et ne permettent pas de s'impliquer suffisamment. Les compositions musicales quant à elles sont assez discrètes, tout en collant bien aux situations.

  • Scénario 3 /20

    Vous aurez en fait le droit à un scénario identique pour tous les monstres que vous désirerez envoyer défendre la terre de l'invasion extraterrestre. Ces derniers voulant mettre la main sur les cellules de Godzilla afin de créer un monstre parfait. HA ha ha ha (rire satanique). Mal développé, réduit à l'état d'embryon et terriblement caricatural, il demeure l'un des plus mauvais traitement scénaristique de la courte histoire vidéoludique.

Mal réalisé, bancal et manquant de crédibilité, Godzilla : Save The Earth se réduit à un jeu de combat sans imagination et cruellement banal. On aurait espère beaucoup mieux pour les 50 ans d'un des monstres les plus charismatiques et reconnus au sein de notre planète bleue. Défoulant à court terme et proposant des images préparatoires assez jolies à débloquer, il ne mérite pourtant pas vos économies. Mothra on t'aime !

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 décembre 2004 à 18:00:00
7/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.3/20
Mis à jour le 06/12/2004
PlayStation 2 Action Combat Atari Cinéma
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce