Test Vietcong : Purple Haze- Xbox

Xbox

Après avoir visité la seconde guerre mondiale dans tous les sens, le nouveau dada des développeurs, c'est le Vietnam. Vietcong avait d'ailleurs plus ou moins ouvert le bal sur PC. Plus d'un an après, c'est au tour de la Xbox de goûter aux promenades en forêt mais pas question de ramasser les champignons, ils ont tendance à vous péter à la face.

Vietcong : Purple Haze

La prestation PC de Vietcong devait essentiellement à son ambiance. Sorte de Medal Of Honor misant plus sur l'oppression des fougères tueuses, dissimulant des vietcongs prêts à refermer sur l'honnête joueur un piège mortel en vociférant des choses peu gratifiantes pour l'ego patriotique du GI. Pas très original dans son gameplay ni pourvu d'une réalisation à tomber, Viecong séduisait par son atmosphère maîtrisée et dense. En arrivant sur console, même cela ne suffira pas. Pour vous mettre dans le bain, si un Medal Of Honor va puiser son inspiration dans un film comme "Il Faut Sauver Le Soldat Ryan", Vietcong lorgne pour sa part du côté de Full Metal Jacket ou l'Enfer Du Devoir. Les cinématiques sont donc mises en scène sur ces modèles cinématographiques, incluant une bande-son qui ne peut que ravir les esgourdes, avec des morceaux signés Hendrix ou les Stooges et d'autres encore. Bon ça, c'est toujours un bon point, ça décrasse les cages à miel. Enfin, dommage que les morceaux complémentaires soient de simples copies modernes.

Test Vietcong Purple Haze Xbox - Screenshot 23Là Nhut est perplexe, il cherche un moyen de contourner cette fougère sans trébucher.

Mais si l'ambiance perdurait dans le jeu sur PC, ici, elle reste au vestiaire dès qu'on arrive sur le terrain. En théorie, on devrait crapahuter la peur au ventre, ne sachant pas trop ce qui va nous tomber dessus vu que la végétation nous bloque la vue, attendant gentiment que les scripts nous surprennent et nous mettent dans l'ambiance. Tout ça en menant d'une main de fer notre petite escouade de commandos auxquels on peut donner une poignée d'ordres simples (attaquer, halte, dispersion et suivre). Le groupe comprenant également un médecin qui pourra nous soigner à volonté et un guide à qui le joueur peut demander de mener le groupe vers l'objectif suivant. Une fonction assez inutile vu la linéarité des niveaux mais néanmoins pratique pour repérer les booby traps, ces pièges mortels qu'il faudra neutraliser. Mais voilà que surviennent les premières contrariétés en rapport avec l'IA. Correcte malgré quelques égarements sur PC, sur Xbox, l'intelligence artificielle est complètement à l'ouest, c'en est presque difficilement supportable par moments. Outre le fait que vos hommes soient des tireurs résolument lamentables, ils sont visiblement parfaitement incapables de trouver leur chemins et seraient fichus de se perdre dans un hypermarché (ceci dit, moi aussi). Le cas du guide est bien entendu le plus parlant, pour ne pas dire le plus marrant. Le bougre fonce dans les murs, puis dans les arbres avant de finalement trouver le seul chemin qui existe. Pathétique, on dirait un robot-tondeuse cherchant à éviter des obstacles. Attention R2, la table en teck ! Le voir faire des pieds et des mains pour contourner un malheureux arbuste est aussi drôle que navrant. Par contre tout ça devient simplement gonflant quand on réalise qu'il lui arrive de cesser de guider le groupe soudainement. De toutes façons, les autres gars avaient déjà arrêté de le suivre alors... Il arrive en effet trop souvent de devoir retourner chercher les hommes restés en arrière et d'être obligé de demander 4 fois de suite au guide de mener la marche, ce dernier refusant obstinément, et mystérieusement, de partir.

Test Vietcong Purple Haze Xbox - Screenshot 24Hem, c'est bien d'être secondé par des équipiers qui n'hésitent pas à aller se coller à côté du pain de C4 qu'on vient d'armer.

Et cette I.A chancelante, on la trouve aussi du côté ennemi. Certes dans Vietcong, on avance en se demandant ce qui se cache derrière la fougère juste devant, mais on finit vite par le savoir du fait que les vietcongs ont visiblement des yeux bioniques qui voient à travers la chlorophylle puisqu'on commence généralement à se faire tirer dessus à des kilomètres. Les gunfights sont d'ailleurs d'un intérêt fort restreint, les ennemis adoptant cette attitude dite du "tape la taupe" qui consiste à se lever et à se baisser en rythme. Une fois à couvert il suffit donc d'attendre et d'avoir le bon timing pour s'en débarrasser. Avec tout ça, difficile d'entrer dans le trip et tous les efforts de mise en scène tombent complètement à l'eau. D'autant plus que les meilleurs passages du jeu original ont purement et simplement été coupés par les responsables du portage (Coyote... non c'est leur nom, pas une insulte). Enfin, ceci dit, virer les déambulations fastidieuses dans le tunnel noir, ça c'est pas une mauvaise idée. Mais pour le reste, la réfaction des niveaux en a fait une simple errance rectiligne pas amusante pour deux sous et à la mise en scène plate comme un épisode de Marc et Sophie. L'intensité a complètement disparu. Du point de vue technique, là aussi, c'est la débandade avec des textures grossières au possible et des modélisations travaillées avec une hache, aiguisée soit, mais une hache quand même. Les armes sont approximatives et manquent de détails. Si certains niveaux offrent au moins une profusion de vie végétale, on a cependant droit à d'autres lieux parfaitement vides. Un bilan technique plus que moyen donc, rejoignant les autres aspects d'un jeu qui a fort mal négocié son portage sur console.

Dinowan, le 04 octobre 2004

Les notes

  • Graphismes 10/20

    Le niveau graphique de Vietcong est loin d'être au top de ce qu'on attend d'une Xbox. Les textures manquent de détails, les modélisations sont grossières et animées avec maladresse. Au moins le frame-rate est constant.

  • Jouabilité 9/20

    Basé sur la mise en scène et l'ambiance, Vietcong se voit ici amputé de certains morceaux et détails qui manquent cruellement. Les missions sont devenues au mieux molles, au pire inintéressantes et creuses, mais le problème est également dû à une IA complètement à la ramasse aussi frustrante que pénible. On s'ennuie.

  • Durée de vie 14/20

    La campagne solo ne vous tiendra qu'une dizaine d'heures au plus. Le mode multijoueur prendra la relève pour assurer une durée de vie un peu plus conséquente.

  • Bande son 14/20

    Etrangement, la qualité de la bande-son et son caractère immersif ont fortement diminué sur console. La jungle semble moins vivante et fatalement, l'immersion en prend un coup. Enfin au moins, Nhut ne passe plus son temps à crier "Banzaï !" comme un crétin.

  • Scénario

    -

  • Note Générale9/20

    Alors qu'on tenait un jeu fort sympathique, le portage console de Vietcong est un pur ratage. L'IA ne vaut pas tripettes, la restructuration des missions n'a fait que les rendre ennuyeuses et les deux éléments combinés ont fait disparaître toute l'intensité et l'immersion du jeu. Je m'en vais soigner mon dégoût en m'écoutant Axis Bold As Love moi, na !

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 14/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Vietcong Purple Haze