Menu
.hack//Outbreak Part 3
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / .hack//Outbreak Part 3 sur PS2 /

Test du jeu Dot Hack : Outbreak sur PS2

Test : Dot Hack : Outbreak
PS2
.hack//Outbreak Part 3
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 septembre 2004 à 18:00:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.3/20
Tous les prix
Prix Support
199.00€ PS2
199.00€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Comme la maxime «Jamais deux sans trois» ne convenait pas à Bandaï, la société japonaise s'est donc mise en tête de concevoir 4 segments qui, mis bout à bout, formeront une histoire, un tout vidéoludique qui ne sera, lui, qu'une partie d'une entreprise rondement menée entraînant dans son sillage, manga, série TV et OAV. Pour l'heure voici le troisième épisode de Dot Hack, sous-titré Outbreak, avant-dernier opus numérique d'une saga qui cherche encore désespérément à revendiquer son côté "auteurisant" à défaut d'un aspect ludique moyennement prononcé.

Dot Hack : Outbreak

Quand on finit le premier Dot Hack, on ne peut qu'être surpris par le manque de rythme du titre ainsi que par les cinématiques constituant le fil scénaristique qui, bien que relativement nombreuses, s'empêtrent dans des présentations de personnages trop effacées ou des scènes sans réel intérêt. Quand on vient à bout de Dot Hack // Mutation, le même constat alarmant s'installe de lui-même malgré une avancée du scénario tout en filigrane. Quand on joue à Dot Hack // Outbreak, l'intérêt pour l'histoire est toujours là mais le fait est qu'on ne prend plus beaucoup de plaisir tant dans la découverte des environnements (qui restent trop semblables) ou des péripéties qui attendent nos héros. Bien entendu, ceci est un avis personnel mais s'il est une chose qui est certaine c'est que Bandaï a honteusement pris les joueurs que nous sommes pour des vaches à lait devant payer pour 4 jeux alors qu'un seul aurait amplement suffi. Certes, on pourra ici me rétorquer que nous avons droit en "cadeau" à une OAV avec chaque jeu de la série (qui présente l'envers du décor, dans le monde réel, par opposition à The World) mais ceci est de la poudre aux yeux car nous aurions également pu acheter ces 4 OAV réunies en un ou deux DVD, en parallèle du jeu qui aurait donc très bien pu être contenu sur une galette, le tout ayant revenu alors beaucoup moins cher à l'intéressé. Mais il n'en fut rien et c'est ainsi que naquit une entreprise toute entière dévouée à la dépense du consommateur...

Dot Hack : Outbreak
Vos compagnons d'armes ne vous rejoindront pas au tout début de l'aventure.
...via par exemple la série TV Dot Hack // SIGN qui à l'image du jeu repose sur un scénario qui semble vouloir creuser dans des terres philosophiques par l'entremise de longues plages de dialogues. Pour ma part, après 8 ou 9 épisodes j'ai complètement décroché, la série semblant se perdre dans des relations avec ses personnages (les parallèles entre le virtuel et le réel étant intéressants mais bien trop redondants) ou dans des discours trop confus. Je pensais vraiment adhérer à tout cet ensemble (étant un grand fan par exemple de Neon Genesis Evangelion qui était bien plus intelligent dans sa narration traitant principalement de l'âme humaine, des choix des protagonistes, de la condition de Shinji en tant qu'être humain.) mais force est de constater que Dot Hack se veut davantage un tout qui pousse le joueur à acheter les produits liés à la franchise pour bien cerner l'ensemble. Bien entendu, vous n'êtes pas tenu de tout avoir pour profiter du jeu mais quelques petites choses passeront alors sous vos yeux, comme par exemple l'apparition en guest star de Mimiru (personnage de Dot Hack // SIGN) dans Dot Hack // Mutation. Bref, passés ces écueils scénaristiques (qui ne seront confirmés -ou infirmés- qu'à la toute fin du jeu, enfin a priori), qu'apporte le troisième épisode de la série en termes de technique, de gameplay, de trouvailles ? Et bien voyez-vous, pas grand chose, vraiment pas grand-chose.

Dot Hack : Outbreak
Faites attention à ces insectes qui attaquent souvent en groupe.
Sur les questions des graphismes et du gameplay, on ne pouvait de toute façon pas s'attendre à beaucoup de nouveautés puisque les jeux étant indissociables et issus du même moteur. Ainsi, si vous retrouverez de nouveaux monstres, personnages, ainsi qu'un tout nouveau serveur, le reste est strictement identique aux autres opus. Le design des protagonistes est toujours aussi recherché et tranche malheureusement avec la laideur des environnements qui sont d'une pauvreté sans nom. Les sorts magiques sont peu nombreux mais bien rendus et les mouvements des combattants s'en sortent honorablement. La bande-son, elle, lorgne entre les "Très bon" et le "Moyen" mais la plupart des compositions sont d'un bon niveau et l'éclectisme des thèmes est fort rafraîchissant. Par contre, saluons une fois encore la bêtise des développeurs (de Bandaï ?) qui nous ont permis de profiter du doublage japonais mais uniquement si vous avez conservé la sauvegarde du jeu précédent. D'ailleurs quelle ne fut pas ma surprise de constater qu'après avoir converti mes données d'Infection en jouant à Mutation, puis après avoir supprimé la sauvegarde d'Infection de ma carte mémoire, (par manque de place), le doublage japonais n'était plus disponible. Chapeau bas les enfants, rudement bien pensé.

Dot Hack : Outbreak
Un petit screen histoire de vous montrer une très belle illustration de Dot Hack // SIGN.
Concernant l'aspect purement technique, il n'y a ici aussi pas grand chose de neuf à raconter (mon dieu le test du quatrième segment va être une véritable torture mentale !!). Les mêmes problèmes de sauvegarde (qui vous obligent à enregistrer vos parties uniquement dans les villes racines ou au niveau de votre bureau, la partie chargée recommençant de toute façon devant votre écran d'ordinateur, un peu idiot tout ça !) subsistent et il est vraiment énervant de devoir se retaper un donjon non terminé (si vous désirez par exemple obtenir tous les trésors qui s'y trouvent) parce que le jeu nous renvoie obligatoirement dans une ville racine après une cinématique clôturant vos pérégrinations. Les soucis de visibilité de l'action sont aussi au rendez-vous, tout comme la gestion de vos coéquipiers (même si ici on s'y fait au fil du temps) et la durée de vie est un peu maigrichonne puisqu'il vous faudra grosso-modo 20 heures pour boucler le jeu. A ce sujet, signalons aussi que le titre vous forcera à leveler pour passer certaines zones. D'ailleurs ici aussi on note un problème en ce qui concerne certains monstres, plusieurs d'entre eux étant trop puissants, leur difficulté ne venant alors plus nécessairement de leur niveau. Je me suis vu par exemple me faire battre par deux monstres d'un niveau 40 (des géants en armure possédant deux épées et tournoyant sur eux-mêmes) alors que j'avais un niveau 45. Ensuite, le soft est très énervant de nous imposer des visites de zones ou de donjons en solo, sachant que la plupart du temps, le niveau du champ à visiter est le même que le nôtre ou se veut plus élevé. Reste alors la solution du gain d'expérience en allant combattre à tout va dans d'autres zones. A ce propos, Dot Hack // Outbreak commencera par une de ces séquences, vos compagnons étant indisponibles au tout début de l'aventure. Merci CyberConnect 2 !! En somme la principale innovation du jeu est de permettre à vos Gruntys de chercher de la nourriture quand vous les appelez dans les champs ou de récupérer des âmes Virus sans avoir à combattre, les précieux objets se trouvant la plupart du temps dans les donjons.

Dot Hack : Outbreak
Un peu rageant de devoir se taper le premier donjon en solo.
Comme je le précisais lors du test de Dot Hack // Mutation, l'intérêt de tester 4 fois le même jeu (si je puis dire) et qu'on en a une vision claire et précise, même si mon avis ne fait pas office de vérité vraie, je le rappelle pour les quelques êtres soucieux de déverser un poison scriptural dans ma BAL. Je pensais vraiment que Mutation allait décoller mais ce ne fut pas vraiment le cas et si je poursuivrai Outbreak, ainsi que le dernier chapitre de l'aventure, je dois avouer que je n'attends plus grand-chose de cette saga. Etrange tout de même sachant que je n'ai rien contre le dungeon-RPG, que j'aime par dessus tout l'animation japonaise et qu'au final la saga dispose de quelques atouts indéniables. Mais voilà, la sensation de s'être fait berner, le fait de se dire que les développeurs n'ont pas su prendre leur temps pour concevoir un produit plus élaboré est tenace. C'est d'ailleurs pour ceci que je baisse une fois encore la note générale de ce titre, en espérant que l'opus final parviendra malgré tout à nous éblouir, ou du moins à nous satisfaire. Ce serait la moindre des choses de la part du si talentueux scénariste qu'est Kazunori Itô.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Comme dans l'opus précédent, nous avons droit à toute une ribambelle de nouveaux monstres et à un tout nouveau serveur. Mais il est navrant de voir que les décors soient si pauvres et que le jeu ne soit pas plus léché à ce stade. Mention "Très bien" tout de même aux boss qui sont très réussis et qui disposent toujours d'attaques bien mises en scène.

  • Jouabilité 13 /20

    Toujours les mêmes problèmes de gameplay à l'horizon, de visibilité pendant les affrontements, de gestion de vos personnages, etc. Le système de combat reste malgré tout assez agréable une fois qu'on est bien dedans mais le tout aurait pu être amélioré. Enfin, notons que cette fois vos Gruntys pourront creuser dans les champs et que vous pourrez dénicher des âmes Virus sans combattre pour ensuite les revendre.

  • Durée de vie 13 /20

    Le jeu vous oblige à leveler à certains moments mais malgré cela, vous devriez venir à bout du jeu en une vingtaine d'heures, surtout si vous décidez d'en finir avec toutes les quêtes annexes afin d'obtenir toujours plus de personnages.

  • Bande son 15 /20

    Le jeu donne droit au doublage anglais ou japonais (si vous avez terminé le précédent segment et gardé la sauvegarde), les musiques sont nombreuses et de plus ou moins bonne qualité et les bruitages n'ont rien de particulier.

  • Scénario 15 /20

    Censé être le point névralgique de la série, il faut avouer qu'on ne peut qu'être déçu devant le peu de révélations distillées par les précédents épisodes. On attendra donc la fin de Outbreak ainsi que Quarantine pour revoir une volée d'informations cruciales, en espérant que le tout soit plus intéressant (avis purement personnel) que l'ending de Dot Hack // SIGN.

Et hop un point de moins pour ce troisième épisode qui tout comme Mutation n'apporte qu'une ou deux nouveautés noyées sous un flot de divers petits problèmes. Le scénario stagne trop, se veut plus ambitieux qu'il ne l'est vraiment et on souffle plus qu'on ne prend du plaisir en jouant à ce titre. Ceci étant, Dot Hack // Outbreak dispose de quelques atouts sympathiques, d'un univers intéressant et de personnages au design soigné. Mais bon dieu, quelle honte de scinder en quatre, un jeu qui aurait tenu sur un DVD, et qu'on ne me parle pas du prétendu cadeau en la présence des OAV de Liminality !

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 septembre 2004 à 18:00:00
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.3/20
Mis à jour le 06/09/2004
PlayStation 2 RPG CyberConnect2 Atari Animation Mangas
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Call of Duty : Mobile, du multi accessible dans le creux de la main – E3 2019
    IOS - ANDROID
  • Preview : Destroy All Humans ! – Vers un remake respectueux et déjanté – E3 2019
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Carrion - L'horreur inversée dans un Metroidvania brutal et jouissif - E3 2019
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce