Menu
Obscure
  • Tout support
  • PC
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Obscure
PS2
Obscure
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
30 août 2004 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (89)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.4/20
Partager sur :

Le renouveau du Survival Horror à la française ne semblant pas passer par Darkworks, qui nous avait pourtant pondu il y a quelques années un excellent Alone In The Dark : The New Nightmare (dont on attend toujours une hypothétique suite), il ne restait plus alors qu'à se tourner vers les deux sagas phares du marché, Resident Evil et Silent Hill, qui se dotent, elles, de nouveaux segments à un rythme régulier, ceci n'induisant pas nécessairement un manque de qualité. Mais alors qu'on pouvait s'adonner tranquillement aux joies de la peur numérique grâce à Capcom, Konami ou Tecmo, les p'tits français d'Hydravision scrutaient tranquillement cet état de faits depuis leur quartier général, où se tramait en secret une riposte fulgurante grâce aux lumières de développeurs, scénaristes et graphistes qui émanaient pourtant du chaos total…pour le bonheur des joueurs…et le malheur de nos avatars pixélisés.

Obscure

Obscure semble être né d'un concept pourtant bien clair : proposer la jonction du survival-horror, du jeu d'aventure et d'ambiances issues de produits du 7eme art ou de la petite lucarne. Le premier point est donc le plus important, celui-ci émanant d'une réelle envie des créateurs de copier en innovant, de prendre tout en donnant et de surprendre par des mécanismes pourtant bien huilés. Si on pouvait craindre à la vision des premières bandes-annonces du jeu, un certain enlisement dans l'horreur ludique et commerciale uniquement destinée aux ados, Obscure se présente certes comme un survival horror pop-corn mais se veut bien plus que cela, véhiculant des tas de petites idées excellentes qui mises bout à bout forment un ensemble cohérent et surprenant, entièrement au service du plaisir du joueur.

Obscure
Le club des cinq...quasiment au grand complet.
Fortement influencé par le média de la télévision et celui du cinéma, Obscure ne perd pas non plus de vue tout ce qui a été fait dans l'univers du survival par le biais de Alone In The Dark, Resident Evil, Silent Hill ou Project Zero. La grande force de ce titre est donc de prendre une multitude d'idées, de les rassembler et de les injecter au bon moment, sans que ce patchwork ne devienne bancal. L'exercice était difficile mais c'est avec un brio évident que l'équipe française s'en est sortie. La première bonne idée du jeu est de nous proposer un pré-générique à la Buffy ou à la X-Files. Le jeu commence ainsi sur une cinématique en CG appuyée, par le titre Still Waiting de Sum 41, qui via des arrêts sur image va nous présenter les protagonistes du jeu en pleine partie de basket. L'ouverture est énergique, ambitieuse et donne bien le ton.

Obscure
Les boss demanderont un minimum de technique.
Dès lors, il est inutile de faire machine arrière car nous voilà déjà plongé dans l'histoire, le titre nous menant directement dans le bain, puisque nous permettant de contrôler Kenny dans le prolongement de la séquence d'ouverture. S'en suit une petite visite du gymnase puis, tout doucement, le scénario nous fera visiter les abords de la faculté où l'histoire d'Obscure va se dérouler. Mais qu'en est-il du prologue X-Filesque me demanderont les plus attentifs d'entre-vous ? Et bien là où l'idée de base se mue en bonne surprise est qu'après nous avoir fait jouer une dizaine de minutes, en induisant de façon pernicieuse un second personnage jouable, Hydravision prendra le malin plaisir à nous mettre aux prises avec deux monstres gigantesques, indestructibles à ce moment de l'aventure, ceci étant alors synonyme de disparition prématurée et inexorable pour nos deux personnages….clap de fin….générique…le joueur connaît la menace qui l'attend, l'expérience peut enfin débuter.

Obscure
Les énigmes demeurent simples et typiques du survival.
Cette entrée en matière est d'autant plus importante que Kenny est le frère de Shannon, une des filles qui composera le groupe de cinq personnages avec lequel vous allez évoluer. Ne sachant pas ce qu'il est advenu de son frangin, Shannon et deux de ses amis vont décider d'enquêter ou du moins dans un premier temps de retrouver Kenny. Dans l'esprit on retrouve énormément de Buffy Contre Les Vampires, de The Faculty (avec notre agent Dogget préféré, Robert Patrick) et une petite pointe du Projet Blairwitch. Ce qui est également intéressant est le parti pris des scénaristes d'avoir mixé un univers kafkaïen en y introduisant un soupçon d'enquête à la Scream. Par la suite, le tout penchera beaucoup plus vers un Resident Evil (par le biais de notes disséminées ici et là qui vous renseigneront sur le passé de la faculté et des expériences qui y furent menées) mais on ne peut enlever au jeu un petit effort de ce côté-là, surtout que les angles de caméra sont bien étudiés, autant d'un point de vue artistique que pratique quant à la résolution des énigmes et servent l'histoire.

Obscure
Attention, passage éprouvant.
L'autre point bien pensé est d'avoir su créer un gameplay tirant également parti de l'aspect filmique du jeu. Comme je le disais plus haut, vous allez pouvoir jouer avec cinq personnages, l'avancée dans le titre se faisant par contre par groupe de deux, après avoir choisi vos membres, ceci pouvant se faire à n'importe quel moment. Pour mieux connaître votre team, vous pourrez alors vous rendre dans un menu où chaque membre du groupe aura droit à son petit dossier scolaire vous détaillant l'attitude générale du personnage et sa capacité spécifique, point sur lequel je reviendrais plus tard. Mais commençons par le commencement voulez-vous.

Obscure
N'oubliez pas de recharger vos armes ou de les distribuer à vos coéquipiers.
Obscure est donc le premier survival-horror (à ma connaissance) à proposer une aventure en duo (exception faite de Resident Evil 0, le concept étant ici légèrement différent), sachant que le second personnage pourra être dirigé par vous-même ou un ami. A l'inverse du jeu de Capcom, le titre de la compagnie française va vous permettre de jouer constamment avec les deux joueurs, le binôme pouvant être à tout moment scindé en deux, cette option n'étant guère à privilégier (par mesure de sécurité), à moins bien entendu que le scénario nous incite à le faire. Dans l'absolu, j'aurai tendance à jouer seul (le survival étant pour moi une expérience qui se vit dans le noir, en solitaire) mais à vous de voir si vous connaissez une âme charitable qui daignera vous aider dans la tourmente. De plus, cet aspect apporte avec lui une durée de vie un tantinet rallongée (ce qui n'est pas du luxe), le jeu pouvant se terminer seul puis avec un ami dans un des trois modes de difficulté (le niveau Difficile étant à débloquer).

Obscure
C'est sûr, chez Hydravision, on apprécie Blade II, des hommes de goût !
Ceci étant dit, vous allez donc devoir composer avec vos cinq personnages (le titre commençant avec un groupe de trois héros), en jonglant constamment avec eux pour diriger celui ou celle qui conviendra le mieux à la situation. On constate à ce sujet que ceci n'est nullement un gadget puisque c'est autour de ce principe qu'ont été construites quelques énigmes ou passages demandant un minimum d'adresse ou de rapidité. Vous devrez en effet choisir judicieusement en fonction de ce qui vous attend quitte à rebrousser chemin pour revenir voir vos compagnons qui vous attendront là où vous les avez laissé pour choisir une équipe mieux adaptée. J'écris, j'écris et je ne vous ai encore rien dit sur les capacités des cinq gais lurons. Et bien sachez que Josh (le journaliste du groupe) aura la faculté de débusquer les indices et objets utiles dans une pièce, que Shannon pourra vous donner des conseils si vous êtes bloqué, qu'Ashley, qui maîtrise l'art du Taekwondo, n'aura pas son pareil pour vous sortir une petite attaque spéciale, que Stan pourra vous crocheter une serrure en un rien de temps et que Kenny aura la capacité de courir plus vite.

Obscure
Les décors ne réservent pas de réelles surprises mais s'en sortent bien.
En outre de nombreux objets et armes seront à découvrir et si les premiers resteront dans l'inventaire commun à tous les personnages, vous devrez faire en sorte de distribuer les armes entre-vous pour que chacun soit prêt, face au danger. Le tout sera disponible via deux menus d'action rapide pour changer d'arme rapidement dans le feu de l'action ou pour prendre un objet quelconque, une petite boisson énergétique ou une trousse de soin pour se redonner de la vie. En parallèle de ceci, si on retrouve des énigmes assez bateau dans le plus pur style Resident (porte fermée = clé, items à placer au bon endroit, etc.), il faut aussi souligner qu'Obscure comporte un léger accent aventure dans son mixage d'objets pour résoudre des difficultés ou pour une plus grande aisance dans le déroulement de vos pérégrinations, via entres autre la combinaison, flingue+lampe=torche, rendue possible après avoir trouvé de l'adhésif. Pour ce qui est des énigmes, citons par exemple l'endroit où vous devrez récupérer trois gobelets en carton, allez verser de l'acide sulfurique (h2so4, une des rares formules de chimie qui m'est restée depuis toujours ! !) qui coule d'une bonbonne un peu plus loin dans lesdits récipients puis, en une vingtaine de secondes, aller déverser l'acide sur une serrure qui bloquait une porte vous empêchant ainsi d'avancer. Bref, ce côté « Lucas Arts » m'a beaucoup plu même si au final, l'idée n'aura pas été assez exploitée à mon goût. D'ailleurs on peut montrer du doigt la grande facilité du jeu puisque le joueur sera constamment guidé et pourra à tout moment être aidé par Shannon, Josh ou en jetant un oeil à la carte. Mais après tout, il s'agit de prendre Obscure pour ce qu'il est, à savoir un jeu qui se consomme comme un teen movie, sans prise de tête et distillant du plaisir immédiat.

Obscure
Dis Josh, je ne trouve pas le dernier exemplaire de "Fan De", trop pas cool...
Pour ce qui est de la jouabilité propre, il n'y a pas de gros défauts à signaler. Les angles de caméra sont bien choisis et témoignent d'un réel sens du cadrage, les personnages répondent parfaitement, les combats ne sont pas trop brouillons et une fois qu'on a assimilé les règles qui régissent le changement de personnages et la donation d'armes, le tout devient fort plaisant. De plus, Obscure se dote de petites trouvailles judicieuses. Par exemple, si vous vous rendez compte que vous avez davantage besoin d'un personnage que d'un autre, qui lui se trouve relativement loin de votre position actuelle, vous n'aurez pas à effectuer tout le chemin aller pour le retrouver puisqu'il vous suffira d'aller dans l'inventaire, au niveau de la carte, et d'utiliser le bouton Rond pour vous rendre directement au point de ralliement. Ensuite, si vous pouvez passer d'un personnage à un autre via une simple touche, Hydravision a usé d'un système d'ordre très simple pour commander votre compagnon, inspiré de celui de Freedom Fighters. C'est en effet grâce à la croix directionnelle, que vous pourrez donner 4 ordres bien distincts (Suis-Moi/Reste Ici/Aide-moi/Changement d'arme) à votre camarade de jeu, ceci pouvant vous sauver la vie lors d'un combat un peu ardu. A ce sujet, n'oubliez pas que vous pourrez détruire pas mal d'éléments du décor (vitrines, distributeurs, fenêtres) pour trouver des objets ou faire rentrer la lumière dans une pièce afin de tuer plus facilement un monstre, ceci étant aussi valable pour la lampe-torche qui pourra faire office de "chalumeau" en produisant une lumière beaucoup plus vive durant un bref instant.

Obscure
Pour tout vous dire, si j'étais sceptique quant à l'idée d'avoir affaire à un survival en équipe, je me suis vite rendu compte que si nous n'avions pas nécessairement peur dans Obscure (qui fonctionne sur le même principe que Resident en plaçant à intervalle régulier des séquences à frisson dont une calquée sur Resident Evil 3 : Nemesis), le fait de savoir que nous pouvions perdre un de nos personnages (qui par l'intermédiaire de leurs capacités se révèlent totalement indispensables) instaurait un véritable mal-être, celui-ci étant porté à son paroxysme si nous venions à manquer de cds, ces objets permettant de sauvegarder à tout moment.

Obscure
Pour en terminer avec le gameplay, citons la représentation de l'état physique de votre personnage qui est caractérisée à l'écran par un chancellement, accompagné de vibrations du pad lorsque le héros va mal ou de la photo du personnage qui virera au rouge au niveau du dossier scolaire. Si le tout provient de Silent Hill et n'est guère très pratique (surtout que les ados sont fragiles et peuvent mourir assez vite), Silent Hill 4 a montré avec sa jauge de vie à l'écran que ceci nuisait à l'immersion. On se contentera donc de ce qu'Obscure nous propose en ayant bien à l'œil chacun de nos adolescents. Au niveau des « problèmes », j'ai noté quelques ralentissements qui ne nuisent pas vraiment au jeu et le véritable gros souci viendra alors de la durée de vie qui paraît menue comme tout, la faculté n'étant pas bien grande à explorer. Mais comme je l'écrivais plus haut, libre à vous de reprendre le titre avec un ami. En gros, comptez sur 6 à 7 heures pour votre première visite, en somme la durée de vie lambda du survival de base.

Obscure
J'imagine que si vous êtes en train de lire ces lignes, c'est que vous avez déjà dû mater quelques vidéos du soft. Vous avez donc pu voir que le graphisme du jeu est de qualité, la gestion de lumière renvoyant totalement à celle de Alone In The Dark : The New Nightmare et bénéficiant de surcroît d'une maîtrise totale de la part des programmeurs. Le bestiaire du jeu n'est pas en manque même si ce dernier sera dans un premier temps assez quelconque pour partir vers des horizons génétiquement modifiés, où monstres à la Lovecraft seront de mèche avec des expériences pour le moins dérangeantes. Les pièces de l'université restent par contre peu originales (gymnase, salle de prof, bibliothèque, sous-sols) bien que détaillées et profitent tout de même de pas mal d'éléments (chaise, canette, chariot, poubelle…) avec lesquels le joueur pourra interagir. Quant aux personnages, pas grand chose de neuf à l'horizon si vous suivez les séries décrites plus haut. Adolescents américains types, surfant sur la wave de l'underground et de la pop culture.

Obscure
Cependant, l'effort concernant le doublage français pour rester dans la continuité des séries américaines qui ont soutenu le jeu est visible, ou du moins audible. Toutes les voix du titre vous diront certainement quelque chose si vous aimez les shows venant d'Outre Atlantique, même si pour ma part j'ai juste réussi à reconnaître le doubleur attitré de Casper « Starship Troopers » Van Dien. Bref, le doublage est excellent et apporte beaucoup, tout comme les bruitages adéquats ou l'insertion de gimmicks vocales comme les râles d'un homme appelant à l'aide et qui résonneront à vos oreilles très souvent durant votre périple. Ajoutons à ceci des musiques d'une qualité étonnante qui vont chercher leur inspiration dans pas mal de films dont Shining (le chef-d'œuvre de Kubrick qui me met encore mal à l'aise après une quarantaine de visionnages) par l'utilisation d'un orgue aux sonorités admirables. Maintenant si on ne peut que rester admiratifs devant ces chants féminins (dont monsieur Danny Elfman est très friand) ou ces compositions épiques, il est un peu dommage que ces dernières soient trop abondantes, le caractère guerrier de ces morceaux ne convenant pas nécessairement sorti d'un affrontement.

Obscure
En guise de conclusion, je ne saurai trop vous faire part de ma joie qui est de voir cette production bien de chez nous tenir la dragée haute à la série de Capcom. Moins abouti graphiquement, Obscure paraît parfois aussi expérimental que les monstres qu'il nous donne en pâture. Mélange de survival, de jeu d'aventure et d'action, le soft d'Hydravision a beaucoup trop de qualités pour que vous le laissiez passer si vous aimez le genre. Nourri par moult séries américaines, nous faisant partager son amour de grands films de genre, prenant une pléthore d'idées issues de divers jeux, le résultat s'avère certes de courte durée (à l'image d'un Biohazard malgré tout) mais vous conférera à n'en pas douter de bons moments de distraction. Il ne nous reste donc plus qu'à attendre une possible saison 2 du show d'Hydravision, qu'on espérera au moins aussi rythmée. En attendant, je vais de ce pas me refaire un Shining, moi…

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    L'université n'est pas bien vaste et dispose de lieux forcément déjà vus, vus et revus. Néanmoins la qualité des décors est présente, la gestion des lumières est superbe et le bestiaire (bien que constitué de très peu de monstres) doit beaucoup aux oeuvres de Lovecraft ou au Blade II du génial Del Toro, certaines entités étant clairement influencées par les Reapers du long-métrage.

  • Jouabilité 15 /20

    Les héros se manient à la perfection, on ne note pas de réels problèmes de caméras et le principe du changement de personnage est une bonne idée. Le système d'ordre est également bien vu et les combats sont agréables. On notera ici et là quelques ralentissements mais rien de bien grave.

  • Durée de vie 10 /20

    Ok la durée de vie est limitée mais pas de quoi crier au loup puisque le tout se situe juste un cran en dessous d'un Resident Evil par exemple, soit 6 à 7 heures de jeu. De plus le titre peut se faire en solo ou à deux, dispose de trois niveaux de difficulté et si on est constamment dirigé, il faut aussi voir qu'Obscure est un titre qui se déguste comme un film, sans se prendre la tête.

  • Bande son 17 /20

    Les bruitages sont bien rendus, le doublage français est excellent et les musiques, qui doivent beaucoup aux compositions de Elfman, Wendy Carlos ou Goldsmith, sont gracieuses bien que parfois mal adaptées à la situation. Elles n'en demeurent pas moins d'une grande qualité.

  • Scénario 11 /20

    Le scénario de base se situe entre Biohazard et The New Nightmare et à l'aide de multiples ambiances en provenance de films et de séries TV, le tout aboutit à un résultat convaincant.

Qu'on ne vienne pas me dire qu'Obscure est certes un bon jeu mais que sa durée de vie lui nuit totalement ! Oui, le titre se termine rapidement mais pas plus prestement qu'un Resident Evil. Maintenant si le joueur suit constamment une voie ferrée, je pense sincèrement que nous avons affaire à un jeu pop-corn, qui se déguste comme un épisode d'une série américaine et qu'il faudra voir en lui non pas une expérience traumatisante mais un moyen de passer du bon temps à l'image de ce que nous proposent les pères spirituels du jeu, le plaisir immédiat prenant le pas sur une exploration longue et sinueuse, le traitement psychologique se faisant griller par le côté actionner et tee-movie du soft. Si vous avez ceci en tête, le jeu d'Hydravision ne vous décevra pas.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
30 août 2004 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (89)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.4/20
Mis à jour le 30/08/2004
PlayStation 2 Survival-Horror MC2 France Hydravision
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes 17 oct., 17:00
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? 17 oct., 15:00
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019