Menu
Bomberman
  • Tout support
  • DS
  • Wii
  • GBA
  • NGAGE
  • Nes
  • PS1
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Bomberman
GBA
Bomberman
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
15 juillet 2004 à 18:00:00
2/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
6.7/20
Partager sur :

Bomberman. Ce nom fait frémir la fibre émotionnelle de nombreux joueurs adeptes des réunions entre amis autour d'une Super Nintendo, impliquant par la même une bouteille de jus de fruit ou de soda gazeux à l'emballage de couleur rouge (vive la périphrase) et une boîte de gâteaux secs, du moins durant notre vive jeunesse. Rangé aux côtés de Super Mario Kart, ce titre incarne les notions de base d'un mode multijoueur réussi, voire quasiment parfait. Mais saviez-vous que le premier épisode, sorti sur NES, ne disposait que d'un mode solo ? Imaginez ce qui en découle...

Bomberman

Ce soft est l'histoire d'une déception. Honnêtement, je ne connaissais pas du tout cet épisode avant de l'avoir inséré de force (comme toutes les cartouches) dans une jolie GBA bleutée édition limitée Pokémon (j'en vois qui bavent). Naïvement, je m'imaginais déjà relier quatre portables entre elles d'un geste leste et enlevé, afin de raviver la compétition latente, dans un délire nostalgique. Mais Nintendo ne l'entendait pas de cette oreille et Mario devait se lisser la moustache, mouvement agrémenté d'un rire sadique. Il est tout bonnement impossible de traverser les niveaux parsemés de murs en compagnie d'autres personnes. Certes cela est conforme au jeu d'origine, paru il y a maintenant 17 ans, mais il est regrettable de subir le joug d'un mode solo où le dynamisme et l'intérêt ne sont pas les maîtres-mots. Néanmoins attardons-nous sur le principe de jeu. Vous incarnez Bomberman, un esclave à la solde de tyrans souterrains relativement peu conciliants. Un beau jour, révolté contre sa condition peu enviable, notre héros décide de s'évader et de rejoindre la surface. Armés de bombes, il devra se frayer un chemin dans les sombres couloirs habités par les sujets des cruels dirigeants au péril de sa vie. Une motivation amplement suffisante donc pour placer le joueur face à des dizaines et des dizaines de tableaux dont il vous faudra trouver les failles au plus vite.

Bomberman
C'est dans des moments comme celui-ci que l'on se dit des choses vulgaires
En effet, votre temps dans chaque section est limité, faisant peser une tension non négligeable sur votre progression. Il est donc impératif d'agir méthodiquement et efficacement. Oeuvrant dans une aire découpée en plusieurs sections délimitées aléatoirement par des murs destructibles, il vous incombe de réduire ces derniers à l'état de poussière afin d'une part d'atteindre les ennemis présents, et d'autre part de découvrir les bonus et la porte de sortie, cachés sous les briques. Ces derniers peuvent prendre plusieurs formes, allant de la petite flamme augmentant l'étendue des explosions, à la bombe vous permettant de poser davantage d'explosifs en passant par le détonateur, donnant le pouvoir de déclencher ses bombes au moment opportun. Ils seront plus que nécessaires à l'élimination des sbires de l'ombre rampant dans l'obscurité. Bien que disposant d'une intelligence très limitée, ceux-ci s'avérant beaucoup moins fourbes que les fantômes dans Pac-Man, il sera obligatoire de composer une stratégie visant l'élimination de chacun d'eux. Les bloquer dans un recoin avec une bombe, les forcer à aller dans une direction préalablement piégée, toutes ces actions sont le seul et unique sel de ce soft. Une fois la place pacifiée, comme diraient les équipes d'assaut, il ne vous reste plus qu'à découvrir la brèche vous autorisant le passage au niveau suivant. Autant vous dire qu'il faudra faire un choix rapide, entre ramasser les icônes, et terminer le stage, à la vue de la limite temporelle très restrictive. D'un seul coup d'un seul, Bomberman parvient à devenir l'un de ces rares softs à se rendre inintéressant dès les premières minutes.

Bomberman
J'en connais deux qui vont avoir rapidement des problèmes
Le résumé d'une partie pourrait en effet se résumer à ceci : Tout d'abord, il faut au bas mot une minute pour vous confectionner un semblant de passage conduisant aux premiers ennemis, puis un temps beaucoup plus important à courir après ces derniers (paradoxal) afin de placer votre charge qui ne couvre qu'un ridicule carré, puis, avec un peu de chance, avoir encore un tant soit peu de temps pour dénicher la sortie. Si ensuite le fait de disposer plusieurs bombes en même temps disposant d'une force accrue, accélère un tantinet les événements, la lassitude point très rapidement, devant la répétitivité de l'action. Les plus courageux dépasseront le premier niveau, les autres s'arrêteront après plusieurs essais infructueux, soutenus par une bande-son énervante au possible, pas par rapport à ce qui existe actuellement, mais par rapport à l'époque. Au final, affichant une négation du plaisir de jeu évidente, un intérêt à long terme proche du néant, et une réalisation juste correcte, Bomberman premier du nom ne mérite pas votre attention. Instigateur d'une série mythique, son seul attrait réside en la découverte des fondements du gameplay. Cela est bien maigre comme promesse. Si vous voyez un être étrange sortir de terre, essayez de le convaincre de ne pas se montrer au grand jour.

Les notes
  • Graphismes 3 /20

    Un peu plus aboutis que ceux de Pac-Man, les graphismes font pâle figure face aux divers titres oeuvrant à la même époque. Le sprite du héros est minuscule et peu détaillé (ceux de Final Fantasy étaient vraiment jolis par exemple), les ennemis sont dramatiquement simplifiés, et l'aire de jeu est réduite à sa plus simple expression. Vraiment Hudson Soft n'avait pas peaufiné son titre. Un monde parallélépipédique (ce mot fait vraiment peur), qui n'enchante, ni ne convainc.

  • Jouabilité 13 /20

    Les commandes s'avèrent intuitives et répondent immédiatement à vos injonctions. Malheureusement, les déplacements de votre héros tout en rondeurs, d'une lenteur affligeante, n'aident pas à prendre plaisir dans le déroulement du jeu. D'autre part, le gameplay, idéal en multijoueur est plus qu'insipide en solo.

  • Durée de vie 11 /20

    Le titre se révèle relativement long à terminer, mais aurez-vous le courage de porter cette expérience à son terme ? Votre seule récompense sera un lourd remord de journées passées à arpenter des couloirs sans vie d'une platitude impudente.

  • Bande son 5 /20

    Les compositions musicales montent rapidement se nicher dans la section "je n'en peux plus" du cortex, et les bruits de pas de Bomberman sont particulièrement crispants. L'environnement sonore n'est donc pas un modèle de bien-être pour le pauvre joueur.

  • Scénario /

    Une trame scénaristique pour une fois assez crédible dans un soft de ce type, mais qui ne parvient ni à nous impliquer, ni à nous donner envie de poursuivre plus en avant.

Rarement un jeu n'avait connu telle carence d'intérêt. Creux et désespérément absent, ce soft estampillé Hudson Soft, n'a rien à faire dans la collection Nes Classics. Sans doute possède-t-il un statut culte, car fondateur du gameplay des futurs chefs-d'oeuvre multijoueurs, mais ce dernier n'est pas une raison suffisante pour le proposer à l'achat. Décidément, Nintendo aurait dû mieux choisir son équipe gagnante. Pourquoi ne pas avoir plutôt réédité de somptueux titres Super Nes, adaptés à la puissance de la GBA ? Mystère. Qui a dit argent ?

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
15 juillet 2004 à 18:00:00
2/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
6.7/20
Mis à jour le 15/07/2004
Gameboy Advance Action Réflexion Nintendo Hudson Soft
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019