Menu
Onimusha 3
  • Tout support
  • PC
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Onimusha 3 / Onimusha 3 sur PS2 /

Test Onimusha 3 sur PS2 du 09/07/2004

Test : Onimusha 3
PS2
Onimusha 3
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 juillet 2004 à 18:00:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (91)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Prix Support
0.90€ PC
2.69€ PC
40.31€ PS2
40.77€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Trois ans après la sortie d'Onimusha Warlords, Capcom nous invite à découvrir la conclusion d'une trilogie qui laissera certainement son empreinte dans l'histoire des meilleurs titres de la firme, aux côtés des Resident Evil et autres Devil May Cry. Onimusha 3 marque aussi la rencontre entre la culture asiatique et la culture française par l'intermédiaire d'un duo de héros aux visages évocateurs.

Onimusha 3

Inébranlable, indestructible et fou à lier, le sanguinaire Nobunaga étend ses ambitions de domination à l'échelle de la planète. Cette fois, ce n'est plus seulement l'archipel nippon qui est visé, mais bien le vieux continent qui tremble devant la pire catastrophe de notre temps. L'arrivée des Genma dans la capitale française est ressentie comme une flèche en plein coeur pour un peuple qui a depuis trop longtemps relégué les démons au rang de légendes. Se déversant par une faille spatio-temporelle telle la vermine sortant de son trou, les Genma déversent le sang des humains dont la résistance est immédiatement balayée. Individu esseulé dans une ville où règne la mort, le soldat Jacques Blanc déverse courageusement son dernier chargeur lorsque surgit Samanosuke Akechi. Emporté malgré lui dans cette faille espace temps, le samouraï dont les exploits sont contés dans Onimusha Warlords se retrouve dans un lieu inconnu 500 ans après l'ère Sengoku. Les deux hommes n'ont pas le temps de se croiser du regard que Jacques Blanc est projeté à son tour dans une faille qui le ramène 500 ans en arrière au pays du soleil levant. Il leur faudra dès lors trouver le moyen de rejoindre leurs époques respectives tout en débarrassant la terre de la présence des Genma et de leur chef, l'odieux Nobunaga. Mais les deux alliés choisis par le Clan des Onis disposent d'un atout redoutable : le gantelet des âmes.

Onimusha 3
Samanosuke joue les touristes en plein coeur de Paris.
L'aventure se présente donc comme une quête alternant entre les événements se déroulant en 1582 près du temple Honnô-ji et les événements actuels à Paris en 2004. Les deux progressions s'enchaînent de façon parfaite et les liens se resserrent au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire. Des liens qui se font notamment par l'intermédiaire d'une petite fée nommée Ako, une Tengu capable de voyager entre les deux époques et de réduire à néant les barrières du langage. A ce propos, les deux héros sont très vite capables de comprendre et de dialoguer avec les autochtones, le français authentique de Jean Réno pour Jacques Blanc étant rapidement remplacé par un doublage anglais. Dommage que celui-ci ait évincé le doublage japonais qui avait au moins le mérite de convenir parfaitement aux situations du Japon féodal et à Samanosuke, dont le personnage reprend les traits de l'acteur Takeshi Kaneshiro.

Onimusha 3
Un fouet qui rappelle celui d'Ivy Valentine dans Soul Calibur 2.
Même si les environnements diffèrent considérablement d'une époque à l'autre, les deux personnages se retrouvent confrontés aux mêmes types de situations et bénéficient chacun de la présence d'alliés providentiels. Dans le Japon féodal, c'est le Samanosuke de 1582 qui viendra prêter main forte à Jacques, tandis que le samouraï sera épaulé en 2004 par la française Michelle Aubert. Une jeune femme qui a d'ailleurs des liens avec Jacques et qui apparaît par la suite comme un troisième personnage jouable, redoutable lorsqu'elle se retrouve munie d'un lance-grenades. Chaque personnage dispose ainsi de ses propres techniques de combats, au sabre pour Samanosuke et au fouet pour Jacques. Ce dernier peut même utiliser son fouet pour s'élancer par dessus les gouffres ou pour saisir un ennemi léger. La fée Ako joue également un rôle crucial dans la mesure où elle est capable de déceler des items inaccessibles et de revêtir des vestes qui lui confèrent des pouvoirs spéciaux.

Onimusha 3
Jacques Blanc donne le coup de grâce.
Le gameplay n'a guère changé depuis les deux précédents volets, et les affrontements se révèlent toujours aussi dynamiques, violents et sanglants. Loin de se résumer à du simple bourrinage, les attaques font intervenir des manoeuvres d'esquive, des combos et des techniques pas forcément faciles à placer, comme la contre-attaque fulgurante. On retrouve évidemment les différentes âmes à absorber ainsi que la possibilité de faire évoluer ses armes, son gantelet et son armure. Les deux personnages peuvent également atteindre l'état surpuissant d'Onimusha pour acquérir la force dévastatrice d'un guerrier démon. Sans réellement évoluer, le gameplay fait toujours autant recette et l'on retrouve les énigmes typiques de tout bon Onimusha, avec les fameux casse-tête dans les coffres. Certains niveaux communiquent même d'une époque à l'autre, les conséquences d'une action faite par l'un des deux héros influant sur celles que pourra faire l'autre. Ceux-ci pourront d'ailleurs se transmettre des objets via des sortes de téléporteurs d'items. Si le scénario et surtout les cut-scenes peuvent surprendre de par leur tournure souvent tirée par les cheveux, et si certaines répliques frôlent parfois le ridicule, l'histoire n'en demeure pas moins passionnante à découvrir bien que la présence de la fée et du jeune fils de Jacques empêchent la trame de prendre des allures trop sombres. Il faut néanmoins aller jusqu'au bout de l'aventure pour découvrir des niveaux qui font réellement preuve d'originalité et admettre que cet Onimusha 3 offre une conclusion admirable à la saga. Il est tout bonnement impensable de passer à côté si l'on a fait les deux premiers volets.

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    La variété des environnements est assurée par les transitions régulières entre les deux époques. On ne profite donc plus seulement des décors issus du Japon féodal mais aussi des lieux les plus touristiques de la capitale française, comme la cathédrale de Notre-Dame, l'Arc de Triomphe ou le Mont Saint-Michel. La réalisation s'avère toujours aussi soignée bien que la cinématique d'intro surclasse complètement les autres cinématiques du jeu. Les effets sont impressionnants et l'option 60 Hz assure une animation parfaite.

  • Jouabilité 18 /20

    Le gameplay n'a pas énormément évolué depuis Onimusha 2, mais la possibilité de jouer trois personnages différents renouvelle bien la progression. Les possibilités d'attaque de Jacques avec le fouet sont particulièrement intéressantes, et les combats sont plus techniques qu'il n'y paraît, sauf contre le boss final carrément décevant.

  • Durée de vie 14 /20

    Comme d'habitude, la durée de vie atteint tout juste la dizaine d'heures. Le soft comporte deux fins différentes mais le système n'a rien à voir avec celui d'Onimusha 2 où il fallait recommencer de nombreuses fois le jeu pour en faire complètement le tour. Les bonus qui apparaissent une fois l'aventure terminée sont fort sympathiques, je pense notamment aux nouveaux costumes et à la quête de Heihachi Honda.

  • Bande son 15 /20

    C'est toujours la même rengaine mais il est sidérant de voir un Samanosuke ou un Nobunaga parler anglais. On ne ressent plus le mélange des langues française et japonaise de la version originale, et l'intervention de l'anglais rend le tout encore plus incohérent. Quant au doublage de Jean Reno, vous ne l'entendrez que durant les premières minutes de jeu. Les musiques sont par contre excellentes.

  • Scénario 15 /20

    Il faut bien admettre que certaines répliques frisent le ridicule et que l'histoire est un peu trop gentillette. Cela mis de côté, on reste tout de même bien pris dans la trame scénaristique et on s'implique totalement dans le sort des différents personnages jouables.

Pour une conclusion, Onimusha 3 ne manque pas de surprendre, d'impressionner et de ravir quiconque aura parcouru les deux premiers volets. Le soft s'apparente un peu à une spirale qui nous emporte dès les premières secondes sans que l'on puisse décrocher jusqu'à la fin du jeu. Un épisode qui constitue, à mon sens, le plus intéressant des trois, et qui conclut avec brio cette admirable trilogie.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 juillet 2004 à 18:00:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (91)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Mis à jour le 09/07/2004
PlayStation 2 Action Beat'em All Capcom
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce