Menu
Harvest Moon : A Wonderful Life
  • Tout support
  • PS4
  • NGC
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Harvest Moon
NGC
Harvest Moon : A Wonderful Life
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 juin 2004 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (49)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.9/20
Aussi disponible sur :PS Now
Partager sur :

Le jeu vidéo se rapproche de plus en plus, des travers de la vie réelle, avec certes un peu de retard, dû à sa jeune existence. Alors que nous apprenions l'existence de l'exode rural sur les bancs du collège (enfin dans mon cas), voici que ce mouvement imposant de population se voit désincarné au sein d'un produit vidéoludique. Les héros de ce média de plus en plus immense, après avoir erré dans de sombres couloirs étouffants, transpercé vaillamment des monstres sans états d'âme, et sauvé le monde une bonne centaine de fois, ont décidé de s'offrir une bucolique tranquillité dans le monde paisible et enchanteur d'Harvest Moon. Chaussez vos bottes et enfilez votre salopette, pour rentrer dans les clichés, et fabriquez votre nouvelle vie.

Harvest Moon

Tout commence par un simple legs de votre défunt père, fervent admirateur de l'espace naturel et en priorité du monde agricole. Votre héritage sera ni plus ni moins qu'une ferme entière, accompagnée de ses bonheurs et tracas. Adoptant indiscutablement le point de vue écologique de votre paternel, la lourde tâche que vous propose Takakura, ami de la famille est garant de la santé de l'exploitation jusqu'à ce que vous soyez en âge de subvenir seul aux besoins de cette dernière, ne vous pose pas le moindre problème, vous enchantant même. Vous voici donc propulsé au sommet de votre gloire personnelle. Néanmoins, les lieux que vous allez devoir rentabiliser ne sont pas à proprement parler mirifiques. Peu de bâtiments, une seule vache et un chien, il est plus que vital de rassembler votre courage afin d'espérer ne pas mourir de faim, à la suite de vos animaux. Pour ce faire, armé de votre arrosoir, d'une binette et d'une serpe, il n'appartient qu'à vous de débuter la culture de denrées comestibles en dénichant un terrain viable. Commence alors une véritable épopée biologique, où vous devrez suivre un rythme précis et ne pas avoir peur de vous relever la nuit pour vérifier que tout se passe bien dans l'enceinte de votre domaine. Une spirale infernale, mais tellement glorifiante. La première et la plus importante de toutes les règles est de se lever tôt, afin de faire rapidement le tour des actions à effectuer et avoir de ce fait, ensuite, le temps de s'occuper de tâches non liées à la terre et au bétail. En effet, en sus du fonctionnement correct des instances végétales et animales, il est de bon ton de vous pencher sur les comptes de votre nouvelle acquisition, afin de modifier votre approche du travail, dans l'optique de renflouer les caisses.

Harvest Moon
Il arrive parfois que dans la forêt certaines choses étranges se découvrent. Dont des lutins et des champignons étranges...
Mais comment amasser de l'argent sur cette île perdue au milieu de l'océan, peuplée d'une vingtaine de personnes et de trois lutins (véridique) ? Tout simplement en vendant les produits du terroir que vous façonnez avec amour, que ce soit le lait, les oeufs, ou les légumes. Ils ont cependant chacun leur particularité. Les produits laitiers et les oeufs, faciles à produire, et rapidement en quantité notable, seront la base de votre capital et par extension le fondement de votre exploitation. Ceux-ci se voient également placés comme votre première source d'alimentation. Parce que soit je suis un mauvais jardinier, soit je n'ai pas eu de chance, car j'ai mis très longtemps à voir ne serait-ce que la queue d'une tomate. Il vaut mieux donc vous rabattre au début sur les fruits de votre vache plutôt que sur ceux de vos pommiers. Les végétaux quant à eux ne représenteront qu'une part relativement maigre de vos recettes, et trouveront davantage leur utilité dans votre cuisine. Car bien qu'étant un modeste fermier, notre ami récent propriétaire dispose d'une chambre tout confort, réunissant télévision, cuisinière, bibliothèque, et vue imprenable sur l'étable. Chaque soir après un labeur harassant, il n'en sera que plus doux d'avoir la possibilité de préparer soi-même ses petits plats gastronomiques. Essayez de varier les recettes, sous formes de soupes ou de salades, afin de diversifier les plaisirs et empiriquement parlant, de laisser voguer ses envies créatrices. Par contre ne tentez pas la salade à base d'herbes folles trouvées dans les bois, ou aux abords des prés. Ce n'est pas terrible du tout, et cette impression se lira sur le visage de votre petit paysan en formation. Amusant. Mais ne pensez pas pour autant que la nature se laisse domestiquer aussi facilement.

Harvest Moon
Traire une vache dans un cadre aussi féérique est un bonheur
Vos bêtes, tout comme vos cultures ne vous sont redevables de rien, et vous le feront savoir si vous vous obstinez dans la voie de la paresse. Une attention de tous les instants est nécessaire, sous peine d'une perte de rentabilité dramatique. Cela paraît un peu capitaliste forcené, mais la volonté de votre père était de voir sa possession en bonne forme et surtout occupant une place importante dans la région. Participez à son rêve. Les vaches par exemple ont besoin d'être cajolées et rassurées par de douces paroles à longueur de journée. Nerveuses et capricieuses, elles vous fourniront d'autant plus de lait si leur moral est au beau fixe. N'oubliez pas non plus de les nourrir de fourrage durant l'hiver (le cycle des saisons est effectivement présent et géré de manière très réaliste) et de les placer dans leur pâturage lors des beaux jours, toujours dans l'optique de rehausser leur joie de vivre, aboutissant par la même à une augmentation de leur robustesse et donc une progression de leurs dons. Sachez de plus qu'il est possible et conseillé d'acquérir des animaux de sexe différent, pour renforcer votre cheptel avec leurs progénitures. Une impatience non feinte se crée alors, dans l'attente de la naissance. Vraiment immersif.

Harvest Moon
Un plan drague qui ne s'est pas révélé très productif
Les plantes dans leur cas doivent être arrosées régulièrement et plantées durant les saisons adéquates sous peine de mourir définitivement. Les graines, essentielles, peuvent être achetées dans une ferme voisine, à des prix relativement élevés, mais avec le sourire des habitants des lieux. Surtout celui de la petite Celia, mais nous y reviendrons. A ce propos, vous aurez sans doute remarqué comme moi la présence de graines de pommes de terre. Une erreur sympathique, qui ne choque pas plus que ça dans l'univers charmeur et un tantinet féérique du titre. Plus vous soignerez efficacement vos plants et plus vous obtiendrez de rendement, surtout avec l'engrais à l'utilisation se devant néanmoins d'être parcimonieuse. Cette gestion mise en place intelligemment, passionne et force à continuer pour espérer aboutir à l'idée que l'on se fait de sa ferme idéale. Curieusement, la lassitude ne pointe pas ses doigts griffus, et nous laisse profiter du calme et du "laisser vivre" de ces terres champêtres. Pourtant, n'espérez pas rester seul, à contempler votre création. Il va falloir être sociable.

Harvest Moon
Cette île est une sorte de liberté, mais aussi une prison
Et cela pour plusieurs raisons. Tout d'abord, commercialement parlant, il est utile de faire savoir à la population de ce petit hameau, les denrées que vous êtes capable de fournir, et en quelle quantité. Ensuite, certaines personnes vous donneront des conseils concernant votre manière de travailler, tandis que d'autres vous proposeront d'améliorer vos outils, ou encore d'accroître votre bestiaire. Une véritable communauté, à laquelle vous devez prendre part si vous désirez activement développer vos activités et par la même ne pas stagner au sein du jeu. Mais le plus important dans ces rapports entretenus entre personnes de bonnes compositions reste bien entendu l'amour, indispensable et salvateur, tout du moins ici. Lors de vos errances diurnes ou nocturnes, cela dépend de votre caractère, vous rencontrez différentes jeunes filles, au caractère bien segmenté. Au nombre de trois, elles incarnent chacune un stéréotype facilement identifiable. Une gentille et timide (Celia), une extravertie et précieuse (Muffy), et pour finir une ombrageuse et caractérielle (Nami). Ma préférence est allée à la dernière, bien que tout le monde s'en fiche. Une fois en couple avec l'une d'elles, et au bout d'un petit moment (à la fin de la première année), vous deviendrez l'heureux papa d'un fils à la psychologie aléatoire, suivant la manière dont il sera élevé. Reprendra t-il votre exploitation, ou deviendra t-il leader d'un groupe punk ? Là est la question. Un système de génération dans le fond classique, mais toujours aussi attrayant. Vous imaginez donc la richesse inhérente à ce Harvest Moon, qui s'accroche à vous pour ne plus vous lâcher, et ce durant de nombreuses heures, si vous voulez tout explorer de fond en comble, et essayer différentes pistes. Une durée de vie très conséquente qui ne vous fera pas regretter votre achat, qui ne sera motivé par l'aspect graphique du soft.

Harvest Moon
Prends-ça herbe maudite ! Tu ne passeras pas la nuit !
Une fois dépassée la phase crise de nerf relative à la présence d'un 50 Hz qui commence sincèrement à lasser convenablement, vous tomberez forcément amoureux du design général du titre si tant est que vous appréciez la touche "kawai" (mignon) japonaise, socle graphique du jeu, et participant activement à l'attachement notable que l'on ressent pour les divers protagonistes, humains et animaux. Le héros en particulier, irradie les alentours d'une joie contagieuse et d'expressions faciales touchantes et souvent amusantes (surtout après une salade "spéciale"). L'animation quant à elle, s'avère tout de même lacunaire, ne proposant que peu de décompositions dans les mouvements des intervenants, amenant une impression de raideur assez désagréable, se ressentant par ailleurs dans la maniabilité. Cette dernière d'ailleurs, même si elle n'empêche pas le bon déroulement de l'aventure de par ses errances incontestables étonne à la vue de l'interface intuitive et franchement très bien pensée, soutenant l'ensemble des actions présentes dans le soft. Un modèle d'accessibilité que l'on aimerait retrouver dans d'autres titres pourtant plus "communicatifs" au niveau marketing. Pas comme l'aspect anguleux et peu détaillé des graphismes, qui surprend lorsque l'on se rend compte que le dernier né de chez Natsume fonctionne sur Gamecube. Les textures ne sont pas crédibles, et les visages plaqués des personnages ne donnent pas une envie folle de pénétrer dans un univers aux décors anguleux et à l'aspect un tantinet plastique. La N64 n'est parfois pas très loin. Pour autant l'atmosphère se dégageant de ces étendues boisées et de ces vertes prairies se révèle réellement apaisante et enchanteresse, collant parfaitement avec le propos du jeu qui est le respect de la nature. Soit on met cela en avant avec des usines Shinra dans FF7, soit avec des landes lumineuses dans Harvest Moon. Chacun emprunte sa démarche, mais l'un comme l'autre donne envie de plonger dans une ambiance. Toutefois, un effort n'aurait pas été de trop, loin de là. Au final donc, et malgré un emballage rédhibitoire, la simulation de fermier disposée sous nos yeux affiche un fond où les hautes herbes de l'intérêt ont grandi sur le sol fertile de l'originalité. Une expérience qui si elle n'est pas indispensable, vaut la peine d'être tentée. Oula, mes poules ont pondu.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Comparé aux récentes productions oeuvrant sur Gamecube, Harvest Moon fait pâle figure. Une animation défaillante, des personnages mal modélisés, des graphismes anguleux, bref un tableau peu avenant. Malgré tout, le design émouvant et l'atmosphère très particulière et attachante aidant, on ne sort pas complètement retourné de cette constatation. On se laisse petit à petit porter par les couleurs chatoyantes et la gestion des contrastes due à l'alternance du jour et de la nuit, pour s'immiscer dans ce monde très exigu mais sympathique. Espérons un prochain épisode moins décevant de ce côté-là.

  • Jouabilité 16 /20

    Si le déplacement du personnage s'avère relativement raide, et la précision perfectible, il en est tout autrement de l'interface. Modèle d'accessibilité, elle permet au joueur d'effectuer n'importe quelle tâche de manière simple et sans aucune désagréable surprise. Diriger sa ferme devient alors un plaisir sans égal, soutenu par un tel système. Un grand bravo aux développeurs.

  • Durée de vie 16 /20

    La gestion de votre exploitation sur plusieurs années vous occupera de nombreuses heures, surtout si vous décidez d'effectuer les petites tâches annexes. Le monde que vous explorez est tellement riche que vous trouverez toujours une chose à faire, l'ennui étant quasiment absent. De plus la présence d'un mini-jeu, certes peu développé, mais amusant vous poussera à vous entraîner dans l'espoir de battre ses inventeurs. Une connectivité avec la GBA vous permet également d'échanger des objets avec la version d'Harvest Moon existant sur cette même machine.

  • Bande son 12 /20

    Les compositions musicales demeurent sympathiques sans vraiment marquer et en restant somme toute relativement simples. Elles ont le mérite toutefois de ne pas lasser, et ne sont pas trop marquées. Les bruits ambiants, peu nombreux, sont par contre crédibles et immersifs.

  • Scénario /

    L'absence de note fait écho à l'inexistence d'une vraie trame scénaristique, si ce n'est celle de la vie, ou plutôt d'une vie.

Enfin ! Depuis le temps que l'on espérait voir débarquer un épisode d'Harvest Moon sur notre bon vieux continent. Personnellement, je m'étais promis de m'essayer un jour à un épisode de cette série, depuis les images de la version Super Nes, aperçues à l'époque du grand Player One. Et l'attente n'était pas vaine. Il est vrai que ce titre n'est pas révolutionaire, que son aspect graphique laisse à désirer, et que son ambiance sonore est un tantinet minimaliste, mais il possède un caractère, une atmosphère commune à aucune autre, qui fascine et étonne. De même, son principe de jeu et son intérêt ne cessent de passionner au long des saisons. Peut-être pas un jeu mythique, mais un bon jeu, sincèrement, qui mérite que l'on s'y attarde.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 juin 2004 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (49)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.9/20
Mis à jour le 25/06/2004
Gamecube Gestion RPG Ubisoft Natsume
Dernières Preview
PreviewDragon Ball Z Kakarot : Vers un Action-RPG respectueux et dynamique ? 10 déc., 16:05
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! 14 nov., 22:44
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020