Menu
Disgaea : Hour of Darkness
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Switch
  • DS
  • PS2
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Disgaea : Hour Of Darkness
PS2
Disgaea : Hour of Darkness
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
28 mai 2004 à 18:00:00
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (48)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/20
Tous les prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

La vie est faite de hauts et de bas, de plages de calme et de colère, de banalités et de surprises. Et justement en parlant de surprises, c'est avec un vif émoi que j'avais accueilli la nouvelle comme quoi nous allions avoir droit à une version PAL de Disgaea : Hour Of Darkness, ce qui aurait pu relever de la pure folie il y a seulement quelques années. Ceci m'avait fait sortir à l'époque les yeux des orbites mais je ne m'attendais pas vraiment à me retrouver face un soft aussi tripant, prenant, en un mot passionnant. Ainsi, avant de véritablement débuter ce test, commençons par lancer un grand, très grand merci à Koei qui a eu l'audace de sortir sur le marché français un RPG tactique certes difficile d'accès (de par ses nombreuses possibilités) mais qui est avant toute chose un joyau aux imperfections si minimes que le tout en devient indécent. Récit d'un titre d'exception qui marquera, nous l'espérons, le début d'une arrivée massive de RPG en Europe.

Disgaea : Hour Of Darkness

Sous-catégorie du RPG, le RPG tactique n'en déchaîne pas moins les passions depuis des années. Ceci s'explique aisément de par les titres de qualité ayant vu le jour sur diverses consoles. Il est vrai qu'entre des Arc The Lad, Ogre Tactics, Final Fantasy Tactics, Hoshigami, Shining Force, Front Mission et autres merveilles du genre, l'amateur n'aura jamais vraiment eu l'impression de se sentir lésé, même si il reste évident qui ce style est moins accessible au grand public. Nous autres, européens, n'avons jamais eu droit à beaucoup de choix, devant par là-même se tourner vers l'import japonais ou américain, cette dernière solution demeurant un bon palliatif, les Etats-Unis ayant toujours été mieux servis que nous à ce niveau. On citera malgré tout des titres PAL franchement sympathiques comme la série des Vandal Hearts (le premier opus étant beaucoup plus engageant que le deuxième), Legend Of Kartia (assez moyen), quelques Shining Force, Eternal Eyes, l'excellent Front Mission 3 ou bien sûr FFTA sur GBA, son grand-frère n'ayant par contre jamais eu les honneurs d'une sortie européenne (une honte !). Tout ceci pour dire qu'en attendant la possible arrivée de Front Mission 4 ou de Phantom Brave (une fois encore des petits génies de Nippon Ichi !), Disgaea se présente tout simplement comme un indispensable sur la PS2 si tant est que vous aimiez les softs bourrés d'idées plus géniales les unes que les autres, d'un graphisme adorable et d'affrontements dynamiques à forte teneur en tacticité. Ceux qui voudraient par contre se mettre au genre devront ici prendre leur temps pour tout assimiler mais je ne puis que vous exhorter à le faire tant le soft est additif.

Disgaea : Hour Of Darkness
Les combos sont utiles pour remplir la jauge de bonus, ceci vous octroyant de bien beaux cadeaux.
Mais de quoi en retourne-t'il au fait ? Et bien, tout commence lorsque le prince Laharl se réveille d'un très long sommeil et apprend que son père est mort laissant le royaume démoniaque de Netherworld en proie à de viles turpitudes, chaque démon essayant de faire main basse sur la propriété du prince. C'est ainsi qu'accompagné de votre charmante acolyte, Etna, et de plusieurs compagnons de route que vous allez devoir remettre de l'ordre dans tout ça en parcourant votre royaume de long en large pour y effectuer moult batailles qui seront autant de preuves de votre pouvoir légitime. Si le scénario n'est pas en soi très développé, l'humour véhiculé par le titre est bien réel. On saluera à ce titre le doublage américain qui est vraiment très bon, avec des voix appuyées, très Tex Avery dans l'âme, qui arriveront sans peine à vous faire décrocher des éclats de rire. Cet aspect du soft de Nippon Ichi est à mon sens un gros plus car dès les premiers instants on ne nous trompe pas sur la marchandise (via des dialogues savoureux ou des réactions à mourir de rire comme le fait que beaucoup de monstres ne connaissent même pas Laharl alors qu'ils sont censés le servir depuis des lustres, etc.) et on n'aura de cesse d'avancer dans le jeu pour voir ce qu'il nous réserve tant au niveau du scénario, loufoque mais irrésistible, que des pitreries qui naîtront des rencontres ou de vos vassaux. A ce titre mention spéciale aux soldats pingouins qui ne perdent jamais une occasion de se faire remarquer de par leurs pas de danse ou leurs réactions exagérées.

Disgaea : Hour Of Darkness
Oui, ça va faire très mal !
La construction du jeu est ainsi assez simple. Votre aventure débutera dans votre propre château et vous obligera à y revenir à intervalles réguliers pour soigner, moyennant finances, vos personnages blessés ou morts au cours d'un combat (ce qui s'avère pratique sachant que plus vous vous rendrez à l'hôpital et plus vous pourrez gagner des objets), à acheter des pièces d'équipements ou des objets, à créer vos propres troupes, à essayer de faire passer des lois devant une assemblée ou à visiter le monde des Objets, mais nous reviendrons sur tout ceci un peu plus tard. Le jeu se dote de 14 épisodes (chacun étant constitué de multiples batailles obligatoires) présentés tels des segments d'un dessin-animé et rien ne vous empêchera de revenir sur une bataille déjà menée à son terme pour y gagner de l'expérience. Conclusion, la durée de vie est énorme, vous aurez des tonnes de choses à faire et vous n'êtes pas prêt d'en voir le bout si vous adhérez au concept.

Disgaea : Hour Of Darkness
C'est parti pour un dialogue drôle, ou comment renommer un personnage des plus classes sous l'appellation mid-boss !
Avant de passer à la grosse partie de ce test (la jouabilité), attardons-nous un instant sur le graphisme. Je vois d'ici les aigris qui ne vont pas pouvoir s'empêcher de préciser que Disagea est vraiment très moyen avec ses sprites en 2D très PSone dans l'âme et sa 3D indigne d'une PS2 sans parler de ses décors des plus austères. Personnellement j'en pense tout le contraire ! De toute façon, j'ai toujours été un amoureux transi de la 2D, cette dernière apportant à mon avis un côté bande-dessinée/tableau de maître que la 3D n'a jamais pu restituer. Que ceux qui se préparent à me jeter des pierres, jettent plutôt un oeil à un Saga Frontier 2. Et justement, en parlant de ce titre, Disgaea peut se targuer de proposer des personnages aussi travaillées graphiquement que ceux du titre de Square. C'est ainsi que 150 classes de personnages se côtoieront et si plusieurs héros issus d'une même caste se ressembleront inévitablement , il n'y a aucun doute quant à la qualité fabuleuse des sprites 2D tant pour ce qui est de la minutie du détail de chacun d'entre-eux, des couleurs pastels utilisées ou de l'influence de la japanime entraînant une rondeur au niveau des formes ou bien encore des expressions mignonnes comme tout. Mais qu'on ne s'y trompe pas car si les nombreux héros sont tous plus réussis les uns que les autres, les effets spéciaux ne sont pas en reste. Dès le début du jeu nous avons droit à une avalanche d'effets, d'explosions démentielles, de coups surpuissants, de sorts magiques, de techniques mortelles, de combos dévastateurs et ce n'est qu'un début sachant que le meilleur reste à venir, par le biais entre autres d'invocations démesurées. C'est un enchantement de chaque instant que d'assister à un combat, la rapidité des actions amenant à chaque fois des affrontements dynamiques qui ramèneront la vie à l'intérieur de votre téléviseur moribond. Restent alors les arènes qui, quoi qu'on en dise, s'en sortent bien pour ce type de jeu. On note par exemple que plusieurs aires ont droit à de très jolis arrière-plans (ce qui n'est pas si courant que ceci dans ce type de production) et si la surface de combat est en elle-même assez sommaire, la variété des lieux visités (châteaux, plaines, intérieurs d'objets...) suffira amplement à combler vos rétines. En somme, voici une patte artistique qui a bénéficié de beaucoup de soins et comme si ça ne suffisait pas, la bande-son est aussi d'un bon acabit. Comme je le disais un peu plus avant, le doublage anglais est inspiré et donne beaucoup de vie aux personnages (seuls les dialogues importants étant doublés, je le signale) et les bruitages misent sur une déformation de chaque son pour accentuer l'impression de puissance (des sorts) ou d'impact (des coups), ceci étant une fois de plus synonyme de dynamisme évident. Les musiques sont aussi des plus réussies, assez variées mais restant toujours dans un style enjoué, mystérieux et ironique à la fois. On pensera sans nul doute à l'influence du génial Danny Elfman et il est très agréable de constater que les thèmes musicaux apportent beaucoup de fraîcheur et sont très plaisants à entendre, même si il est évident que le tout saoulera un peu, surtout si les combats s'éternisent.

Disgaea : Hour Of Darkness
En jetant certains monstres, vous pourrez les faire exploser, ceci provoquant des réactions en chaîne.
Et en parlant de combats, j'en arrive donc à l'interface du jeu et à la jouabilité associée. Tout d'abord, disons-le tout net, Disgaea est un des RPG tactiques les plus innovant qu'il m'ait été donné de voir (ceci étant un avis personnel pour ceux qui n'auraient pas encore saisi et ne représentant en rien un dogme, comme peuvent le penser parfois pas mal de lecteurs !!). Commençons si vous le voulez bien par les phases de batailles en elles-même. C'est après avoir été parachuté sur la surface de combat que vous allez pouvoir choisir vos combattants. Vous devrez ensuite assigner des ordres à ses derniers (attaquer, lancer un sort, effectuer une technique, se défendre, utiliser un objet...) et attendre que l'ennemi fasse de même, la victoire intervenant le plus souvent une fois que vous serez venu à bout de tous les assaillants. Signalons aussi que les combats sont très techniques et que la difficulté variera vraiment en fonction de votre style de jeu. Jusque là rien de bien novateur, le principe étant commun à quasiment tous les RPG tactiques. Oui mais attendez une seconde car je vous rappelle que derrière ce titre se cachent des petits génies (dont certains d'Atlus, un sacré gage de qualité !) qui se sont pliés en quatre pour offrir une expérience unique.

Disgaea : Hour Of Darkness
Les effets spéciaux sont sublimes et vous aurez droit à un déluge visuel dès les premiers combats.
Ce qui est en premier lieu appréciable tient au fait que vous allez pouvoir faire jouer vos personnages de deux façons, soit en déplaçant un premier personnage et en lui faisant effectuer une action, soit en plaçant tous vos personnages, en rentrant les ordres voulus et en réalisant tous les actions à la suite. Ceci est à ne surtout pas négliger car vous pourrez alors faire en sorte d'encercler un ennemi et placer un combo, d'effectuer des attaques groupées en faisant attention à ne pas gâcher un tour d'action. Prenons par exemple un ennemi avec très peu d'HP (vie). Il ne servira à rien de mettre quatre personnages autour de lui et d'exécuter un ordre global puisque vous serez quasiment assuré de le tuer après un ou deux coups, les deux derniers personnages perdant dans ce cas de figure toute utilité et par là-même un tour d'action. Je reviens ensuite sur ce dont je vous parlais plus avant, les combos et les attaques groupées. Ces types d'attaques vous seront précieuses à plus d'un titre. Premièrement, elles seront souvent synonyme de coups plus puissants (et donc de plus gros dégâts sur un ennemi) et deuxièmement elles feront augmenter une jauge de bonus qui vous octroiera à la fin du combat des objets, des armes, des points d'EXP supplémentaires et bien d'autres choses encore. Pour réaliser ces coups rien de plus simple. En ce qui concerne les combos, il suffira de placer vos personnages autour d'un ennemi et de les faire attaquer. Pour les attaques groupées (qui donneront lieu à une déferlante d'effets visuels), vous devrez placer un personnage à côté d'une ennemi et rentrer la commande "Attaquer". Ensuite il suffira de placer à côté de l'attaquant des alliés et d'exécuter l'action. Notons tout de même que l'attaque groupée n'a pas un taux de réussite de 100 % puisqu'un taux d'affinité entre les différents personnages vous donnera une indication sur la future réussite de l'attaque. Vient ensuite le lancé de personnages. Attention délire garanti ! Qui n'a jamais rêvé de prendre un compagnon ou un ennemi, de se sentir puissant et de le lancer de toutes ses forces pour l'aider à avancer ou au contraire lui faire bien mal ?! Et bien c'est désormais chose faite. Par contre, seuls les humains auront la capacité de le faire. Cette technique est très intéressante puisqu'elle va vous permettre de lancer un compagnon là où il n'aurait peut-être pas pu aller (à cause d'un relief, d'une possibilité de déplacements trop restreinte), de réaliser des chaînes de personnages (un héros en portant un qui lui-même en portera un autre, etc.) pour atteindre des endroits inaccessibles ou au contraire d'utiliser vos comparés démons pour en faire des armes, certains monstres étant pareils à de véritables bombes une fois lancés. Vous pourrez faire de même avec vos ennemis mais ici il faudra faire très attention puisque les effets pourront être positifs, un ennemi lancé contre un autre pouvant par exemple fusionner pour augmenter de niveau !

Disgaea : Hour Of Darkness
Le fait de pouvoir soulever des personnages peut donner lieu à des situations singulières et des affrontements farfelus.
Discutons à présent des Géostratégies, autre point essentiel du jeu. Ce système est basé sur un ensemble de cases de couleurs que vous pourrez apercevoir sur les aires de combat. Ces cases peuvent être associées à des éléments en fonction des Géosymboles que vous placerez dessus, ces derniers étant présents quand la bataille commence. Chaque Géosymbole renferme un élément avantageant l'ennemi, votre groupe ou profitant aussi bien à l'un qu'à l'autre. A ce stade vous avez également plusieurs choix. Vous pouvez, si vous trouvez le système trop complexe (et croyez-moi à un haut niveau, il l'est !), détruire les Géosymboles pour faire en sorte de ne pas être gêné par un effet quelconque ou placer judicieusement lesdits symboles pour réaliser quelques coups de maître. Prenons une fois de plus un exemple si vous le voulez bien. Vous êtes sur la surface de combat et vous avez deux cases rouges à votre gauche sur lesquelles est posé un Géosymbole jaune qui booste les compétences des monstres. Plus loin, une vaste zone rouge s'étend avec une pléthore d'ennemis. Il conviendra alors de lancer le Géosymbole jaune (pour annuler les effets des cases rouges) et de placer le Géosymbole bleu qui traîne plus loin et qui octroiera à tous les combattants un gain d'EXP supplémentaire après avoir tué un ennemi. Si ceci ne vous convient pas, vous pourrez tout aussi bien jeter le symbole jaune, placer le symbole bleu et le détruire, ce qui entraînera une réaction en chaîne, les cases rouges devenant bleues et provoquant des dégâts sur tous les ennemis présents sur ladite surface. Résultat, vos adversaires perdront des HP et vous aurez droit à une surface neutre où tout le monde sera à égalité. Le système est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît, les aires de combat pouvant être remplies de dizaines et de dizaines de cases de couleur et de Géosymboles, le tout amenant des altérations d'état, des téléportations, un affaiblissement de vos héros, une augmentation de leurs compétences, etc., etc. Prenez ainsi beaucoup de temps pour bien maîtriser le tout, ceci pouvant s'avérer crucial !

Disgaea : Hour Of Darkness
Les armes de jet sont à ne surtout pas négliger.
Continuons dans l'originalité avec le Monde des objets. Une fois de plus bravo à Nippon Ichi pour l'inventivité dont ils ont fait preuve ! Dans Disgaea, chaque objet renferme un univers peuplé d'habitants que vous allez pouvoir visiter afin d'augmenter les caractéristiques de vos items. Chaque monde (propre à chaque objet) est constitué de plusieurs étages qu'il vous faudra traverser (en passant par un téléporteur), un étage terminé permettant à l'objet de monter d'un niveau. Sachez tout de même qu'il sera bon de bien préparer vos arrières (en ayant plusieurs objets de soin, de bonnes armes...) puisque 1/vous ne pourrez sortir de l'objet que tous les 10 étages et 2/certains habitants peuplant les objets étant puissants, vous devrez avoir un bon niveau pour espérer sortir des items les plus rares. En parlant d'habitants, précisons aussi que les objets renferment des populations plus ou moins grandes et que toutes les personnes vivant dans ce monde parallèle disposent de caractéristiques spécifiques augmentant la puissance de l'objet. Vous pourrez à ce titre transférer les habitants d'un objet à l'autre (la population de chaque item étant limitée) pour en modifier les caractéristiques. Rajoutons enfin que vous aurez l'occasion de croiser des maîtres dans chaque objet, qui une fois vaincus, pourront améliorer les compétences de l'item. Libre à vous par la suite de transférer également le maître dans un autre objet pour booster la puissance de telle arme ou armure. Je me permets à ce sujet un parallèle avec le précédent paragraphe pour bien mettre en évidence que le système de Géostratégie atteint ici son point culminant, certains étages de plusieurs objets étant uniquement constitués de cases de couleurs (et de multiples Géosymboles), le tout assurant des combats de pure folie et une difficulté bien réelle.

Disgaea : Hour Of Darkness
Pensez à revenir dans votre château après chaque combat pour soigner vos blessures, acheter de l'équipement, etc.
Je terminerai enfin avec l'Assemblée Mystique. C'est via cette assemblée que vous allez notamment pouvoir créer vos combattants. Pour ceci vous aurez besoin de Mana (obtenu en achevant un ennemi), ceci vous permettant aussi de convoquer l'Assemblée. Chaque guerrier de votre groupe aura ainsi l'occasion de créer plusieurs personnages, parmi plus de 150 classes différentes, qui deviendront leurs élèves. Ceci est très important puisque une fois sur le champ de bataille, l'élève et son maître auront des liens mystiques très forts, l'un permettant à l'autre d'apprendre des sorts, le maître obtenant des points bonus quand son élève monte de niveau, etc. Vous pourrez aussi retrouver parmi le choix des personnages à créer les monstres que vous aurez vaincu et il est affolant de constater les possibilités de ce système. Un tout petit exemple. Prenez un guerrier, faites-le augmenter de niveau et vous pourrez ainsi avoir accès à une classe de guerrier supérieure pour créer un élève. Vous pourrez aussi faire augmenter plusieurs personnages de différentes castes pour en avoir accès à de nouvelles. Enfin, il sera possible de faire en sorte qu'un personnage change de classe (celui-ci redescendant au niveau 1 mais augmentant plus rapidement en parrallèle) tout en gardant les techniques ou sorts déjà appris, ceci variant suivant le niveau d'intelligence du héros, le grade de Génie permettant de garder toutes les techniques apprises dans le job précédent. Ensuite, comme je le disais plus haut, l'Assemblée pourra être convoquée pour faire passer des lois. Celles-ci pourront concerner des objets rares, des baisses de prix, une demande de crédits et bien plus encore. Chaque loi devra être approuvée par l'Assemblée et c'est votre influence qui déterminera le résultat. Je vous conseille à ce titre d'offrir des cadeaux ou des petits présents aux membres du conseil histoire de les avoir dans votre poche lors du vote. Vous aurez aussi l'occasion de persuader les sénateurs par la force mais ceci n'est pas vraiment recommandé, un refus étant dans ce cas pareil à un Game Over ! Enfin, survolons l'examen de promotion dans lequel un personnage (de votre choix) devra passer une épreuve en battant plusieurs monstres, qui deviendront au fil des examens plus nombreux et plus puissants. Si vous parvenez au bout de l'épreuve, vous monterez de niveau et votre rang grimpera également en flèche ceci vous donnant le droit de proposer de nouvelles lois.

Disgaea : Hour Of Darkness
J'en arrive enfin à la conclusion qui me fait dire que je suis horriblement déçu. Déçu car Disgaea aurait mérité bien mieux que ce test pitoyable tant le soft de Nippon Ichi est riche et bourré de bonnes idées. Mais puisque le temps nous fait toujours défaut, je me ferai bourreau en espérant sincèrement que ces quelques lignes vous auront convaincu que Disgaea est une oeuvre MAGISTRALE dans le domaine du RPG tactique. Le tout n'est pas parfait (le comportement des ennemis étant parfois agaçant) mais je n'avais pas éprouvé autant de plaisir à jouer à un titre de ce genre depuis Final Fantasy Tactics sur PSone. Si je puis me le permettre, achetez ce jeu, achetez-le pour bien montrer aux éditeurs que nous sommes tout aussi friands de ce style que les américains et qu'il n'est plus question de parler de disette vidéoludique quand on évoquera désormais en Europe le plus beau genre vidéoludique qui soit, le RPG. Disgaea : Hour Of Darkness est à ce titre une aubaine, un enchantement de chaque instant, une expérience totale, sans concession, un jeu immersif, drôle, intelligent et passionnant de bout en bout. Je réitère mes remerciements à Koei et ne peut que les inciter à nous proposer Phantom Brave, La Pucelle Tactics et consort, tout le monde en sortira grandi...Fin de la transmission...la réalité a rejoint d'une bien belle façon nos rêves les plus fous, sachons apprécier le cadeau.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Le design des personnages en 2D est somptueux (le tout faisant énormément penser à un Saga Frontier 2 ou un Legend Of Mana), la centaine de classes disponibles a bénéficié du plus haut soin et si les décors en 3D restent moins travaillés, on appréciera malgré tout les divers environnements et quelques superbes arrières-plans égayant le tout. Quant aux effets spéciaux, rien à dire c'est à tomber à la renverse. Les couleurs crèvent l'écran, les champs de batailles sont bombardés d'explosions, les invocations sont magnifiques, du grand art tout simplement. Les détracteurs diront qu'on se situe davantage au niveau d'un jeu PSone mais je m'en fous un peu puisque pour ma part, l'aspect old school est un gros avantage amenant fraîcheur et beauté.

  • Jouabilité 16 /20

    La gestion des combats est excellente et facile à assimiler via un très bon tutorial rempli d'humour. On dispose d'un niveau de zoom et de rotations pour bien visualiser la surface de combat et si le jeu regorge d'éléments (création des personnages, augmentation du niveau des objets, les lois à faire voter, la Géostratégie...), on n'a de cesse, en prenant bien son temps, de tout parcourir pour se gorger de la richesse inhérente au titre. La seule chose qui m'a finalement agacé tient au fait que les ennemis n'avancent jamais lorsqu'ils ne sont pas à bonne distance de vous. Résultat, soit vous les encerclez et les tuez avant qu'ils n'attaquent, soit vous vous faites obligatoirement toucher. Un peu énervant mais c'est une goutte de déception dans un océan de perfection !

  • Durée de vie 16 /20

    14 épisodes où vous attendent plusieurs batailles, ce qui peut sembler peu mais qui au final s'avère des plus consistants. Sachez également que vous pourrez passer des heures, et des heures et des heures dans le monde des objets pour booster vos items, participer à des examens pour faire grimper votre rang ou revenir dans les anciens niveaux pour faire gagner de l'EXP à vos personnages. La durée de vie est donc gigantesque si vous prenez le temps de tout voir.

  • Bande son 16 /20

    Un doublage anglais excellent, les voix étant délirantes à souhait et totalement dans le ton du jeu et des bruitages accentués pour des affrontements aussi sonores que dantesques. Les musiques demeurent aussi très sympathiques, les thèmes semblant avoir été composés par un Danny Elfman sous acide.

  • Scénario 15 /20

    Le scénario de base est peu original (un prince qui s'éveille d'un long sommeil et qui tente de reprendre le royaume des enfers en mains) mais le tout déborde de créativité (via les épisodes présentés à la manière d'un dessin animé avec intégration des épisodes suivants via de désopilants JIKAIIIIIII), d'humour (Flonne l'ange assassin la plus nunuche du monde ou les guerriers pingouins sont à ce titre exquis et que dire du fameux Mid-Boss ?!!!) et c'est un régal de véritablement prendre son pied devant des dialogues savoureux.

Dire que l'arrivée de Disgaea en Europe est une bénédiction est un drôle d'euphémisme tant le soft de Nippon Ichi est un chef-d'oeuvre du genre. Drôle, graphiquement magnifique, construit autour d'une architecture sans faille (ou presque), disposant de combats titanesques et d'idées toutes plus originales les unes que les autres, ce titre est un des meilleurs RPG tactiques auxquels j'ai jamais joué et représente une oeuvre inoubliable qui a déjà commencé à ronger ma vie sociale. Bref, si vous aimez les RPG japonais, achetez-moi ce jeu (en préparant vos nuits blanches), ce produit se devant d'être reconnu à sa juste valeur et prions pour que Phantom Brave atteigne maintenant le vieux continent. Il y a des jeux qui marquent une vie de joueur et Disgaea : Hour Of Darkness fait assurément partie de ce club très select. Bravo Nippon Ichi et merci à Koei pour cette distribution providentielle.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
28 mai 2004 à 18:00:00
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (48)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/20
Mis à jour le 28/05/2004
PlayStation 2 RPG Tactique Nippon Ichi Software Koei
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Wolcen : Lords of Mayhem – Une alternative à Diablo III ?
    PC
  • Preview : Fire Emblem Three Houses : Plus accessible, plus permissif
    SWITCH
  • Preview : The Surge 2 : Une consolidation des forces et un lissage des faiblesses ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce